Posts Tagged ‘Site’

La Corée du Sud refuse d’extrader aux États-Unis un exploitant de site pédopornographique

juillet 6, 2020

Un tribunal sud-coréen a rejeté lundi une demande d’extradition aux Etats-Unis d’un homme reconnu coupable d’avoir dirigé l’un des plus gros sites internet de pédopornographie au monde.

Son Jong-woo, exploitant du site de pornographie enfantine sud-coréen «Welcome to Video», en vendait le contenu dans le monde entier sur le darknet pour des bitcoins, une crypto-monnaie numérique. Reconnu coupable d’avoir violé les lois sud-coréennes sur la protection de l’enfance, il a purgé une peine de 18 mois de prison se terminant en avril. Il est resté en détention depuis car il a également été inculpé à Washington et pourrait encourir une peine beaucoup plus longue aux Etats-Unis.

Ainsi des clients ont été condamnés aux Etats-Unis à des peines de 15 ans de prison, contrastant avec la peine légère purgée par Son Jong-woo en Corée du Sud, ce qui a suscité des appels à durcir la législation sud-coréenne contre la pédopornographie.

«La décision ne doit pas être interprétée comme une manière de l’exonérer»

La Haute Cour de Séoul a justifié le rejet de la demande d’extradition en faisant valoir que son départ à l’étranger pourrait «entraver l’enquête sud-coréenne sur les contenus à caractère sexuel», a rapporté l’agence de presse Yonhap. «La décision ne doit pas être interprétée comme une manière de l’exonérer», a ajouté le tribunal, selon Yonhap.

Mais cette décision a suscité des réactions négatives dans les réseaux sociaux en Corée du Sud. «Je peux presque entendre divers criminels sexuels applaudir à cette nouvelle», a déclaré un utilisateur de Twitter. «La Corée du Sud doit être le seul pays à laisser en liberté les prédateurs sexuels d’enfants», a réagi un autre. Selon le ministère américain de la Justice, 338 personnes liées au site ont été arrêtées l’an dernier à travers le monde, notamment en Corée du Sud, aux États-Unis, au Canada, en Espagne et au Brésil.

Qualifié par le gouvernement américain de «plus grand marché d’exploitation sexuelle d’enfants en termes de volumes de contenus», le site de Son donnait accès à 250.000 vidéos pornographiques d’enfants contre des paiements en bitcoins. Il a été l’un des premiers sites du darknet (réseaux cachés non référencés par les moteurs de recherche classiques) à vendre des vidéos d’exploitation d’enfants pour des bitcoins, le site affirmant qu’elles ont été téléchargées plus d’un million de fois, selon le ministère américain de la Justice.

Par Le Figaro avec AFP

Congo-Diaspora/la vérité blesse: Sassou fait fermer pendant un jour le site sacer-infos

juillet 26, 2018
Heureux comme Sassou qui aime la lecture avec sa teinture


Dans la vie, un mensonge ne dérange pas trop un dictateur qui se sait être un diable pour son peuple. Mais quand le « mensonge » pousse un dictateur à recourir à la justice faute de pouvoir le faire avec sa milice, c’est que la vérité cachée dans ce mensonge dérange et blesse. A travers son avocat parisien, Denis Sassou Nguesso a obtenu la suspension pendant un jour du site sacer-infos.com. Une réaction rapide de l’administration du site a évité le pire et obtenu le rétablissement en un temps record.

Dans un courrier adressé à l’hébergeur du site sacer-infos.com en date du 27 juin 2018, l’avocat Nicolas Cellupica, représentant le chef de l’État congolais Denis Sassou Nguesso et sa famille sollicitait la mise en demeure de trois pages impliquant ses clients publiées sur le site web.

Dans sa requête, Nicolas Cellipuca présente ces articles comme mensongers et diffamatoires. Le plus insolite est de constater comme une diffamation présenter Denis Sassou Nguesso comme un dictateur. Ce monsieur qui dirige le Congo serait un saint pour son avocat. Quand un blanc se sucre financièrement derrière un noir, il ne dira que du bien de lui.

L’hébergeur du site sacer-infos.com avait estimé qu’il ne pouvait prendre des décisions contre le site en dehors d’une ordonnance judiciaire. Irrité de voir les trois articles toujours à la portée des lecteurs, Claudia Sassou Nguesso a instruit maître Nicolas Cellupica a porté plainte contre le site.

DOC030718-03072018131731 (1)

C’est ainsi, en date du 18 juillet 2018, deux ordonnances signées et rendues par madame Florence Gady, vice-présidente du tribunal de Grande Instance de Nanterre a imposé le retrait dans un délai de 72 heures des pages dérangeantes. Du 24 au 25 juillet 2018, l’hébergeur a exécuté cette ordonnance judiciaire par la suspension du site sacer-infos.com

C’est après un échange téléphonique avec l’hébergeur que la décision de rétablir le site a été prise, suite au retrait des articles dérangeant la famille Sassou. Ces trois articles sont :

– Comment Sassou avait détourné Antoinette la veille de son mariage avec Diawara

– Claudia Sassou, très affectée par son sextape diffusé sur les réseaux sociaux

-Moise Mbiye reçoit 20 millions du dictateur Sassou pour animer les 50 ans de sa fille Ninelle

Qui ne sait pas au Congo que Sassou Nguesso a fait la main noire au frère d’Ange Diawara ? Maintenant il s’avère que c’est du mensonge et de la diffamation. Par ailleurs, Claudia n’a-t-elle pas été affectée par la diffusion de ce sexetape, bien que elle n’était pas la mise en cause ?

De nos sources, on a appris que le soi-disant homme de Dieu, Moise Mbiyé n’avait pas apprécié la filtration de son cachet et s’en était plaint à la famille Sassou. Et pour les Nguesso, le retrait de cet article était impératif pour ne pas présenter Moise comme un assoiffé d’argent.

Sacer-infos.com par Stany Franck

Corée du Nord: Pyongyang lancera le démantèlement de son site d’essais atomiques entre le 23 et 25 mai

mai 12, 2018

Photographie fournie le 13 avril 2017 par le Centre national d’études spatiales (CNES), Airbus Defense and Space et le site 38 North, montrant une image satellite prise le 12 avril 2017 du site d’essais nucléaires nord-coréen de Punggye-ri / © CNES/AFP / HO

La Corée du Nord « prend des mesures techniques » pour démanteler son site d’essais atomiques et invitera des journalistes étrangers à une cérémonie de lancement du processus entre les 23 et 25 mai, a annoncé samedi l’agence d’Etat KCNA.

« Une cérémonie de démantèlement du site d’essais atomiques est maintenant prévue entre les 23 et 25 mai, en fonction des conditions météorologiques », a indiqué l’agence, qui cite un communiqué du ministère nord-coréen des Affaires étrangères.

A l’occasion d’un sommet intercoréen historique le 27 avril, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un avait proposé à Séoul de fermer en mai son seul site connu d’essais nucléaires, Punggye-ri, une installation secrète près de la frontière avec la Chine.

Ce site souterrain a été le théâtre des six essais nucléaires menés par Pyongyang dont le dernier en date remonte à septembre.

Le site, entouré de sommets escarpés, est creusé profondément sous une montagne granitique de 2.000 m d’altitude dans le Hamqyong du Nord, province du nord-est frontalière de la Chine. Il est réputé l’endroit idéal pour résister aux forces déchaînées par des explosions nucléaires.

Son existence a été mise au jour en octobre 2006 avec le premier test nucléaire nord-coréen, au temps de Kim Jong Il, le père aujourd’hui décédé de M. Kim. Depuis, il est scruté par des images satellitaires.

Certains experts ont estimé qu’il s’agissait d’une concession de façade car le site pourrait être déjà inutilisable en raison du « syndrome de la montagne fatiguée ». Selon des sismologues chinois cités en avril sur le site de l’Université de science et technologie de Chine, le dernier essai a provoqué un effondrement de roches à l’intérieur de la montagne.

Romandie.com avec(©AFP / 12 mai 2018 15h57)