Posts Tagged ‘Slovaquie’

Un cimetière juif profané en Slovaquie

décembre 17, 2019

 

Des inconnus ont profané un cimetière juif datant du XVIIIe siècle à Namestovo dans le nord de la Slovaquie, ont annoncé des responsables locaux, qui ont dénoncé cet «acte barbare».

Quelque 59 pierre tombales, dont certaines datant de 200 ans, ont été renversées, a précisé Karol Kurtulik, administrateur du cimetière. «Quand j’ai découvert cela aujourd’hui, mes jambes ont fléchi. C’est un acte barbare». La police slovaque a lancé une enquête criminelle pour profanation. «Des inconnus ont causé des dégâts d’une valeur d’au moins 50.000 euros», selon la porte-parole de la police locale, Jana Balogova. «De nombreux habitants, des amis, mais aussi des inconnus de toute la Slovaquie m’ont contacté et offert de l’aide. Une collecte d’argent est en cours au moment même où nous parlons», a annoncé Karol Kurtulik.

Selon lui, «la haine des Juifs enracinée dans de fausses nouvelles et des théories de conspiration diffusées sur internet» aurait pu convaincre les auteurs de cet «acte barbare». Pendant la guerre, environ 105.000 juifs slovaques, soit environ 77% de la population juive d’avant-guerre, ont été tués. Aujourd’hui, seulement 5000 juifs vivent encore dans ce pays, selon l’Union centrale des communautés religieuses juives.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Slovaquie: le Premier ministre pressenti, un homme politique cultivé et ouvert au compromis

mars 15, 2018

Le vice-Premier ministre slovaque Peter Pellegrini, lors d’une conférence de presse à Bratislava le 15 mars 2018. / © AFP / VLADIMIR SIMICEK

Le Premier ministre slovaque pressenti, Peter Pellegrini, est un homme politique cultivé et ouvert au compromis, qui accueille comme « l’expression d’une véritable démocratie » les protestations après l’assassinat du journaliste d’investigation Jan Kuciak.

Vice-Premier ministre depuis mars 2016, il refuse – à la différence d’autres responsables du parti de gauche Smer-SD du Premier ministre démissionnaire Robert Fico – de qualifier de tentative de coup d’Etat cette vague de manifestations, la plus forte dans son pays depuis la chute du régime totalitaire en 1989.

« Nous avons été profondément touchés par ce meurtre », a-t-il souligné, avant d’ajouter que « la Slovaquie n’a jamais été ni ne doit être un pays où les conflits avec les journalistes sont résolus par une arme à feu ».

« Prince héritier » du Smer-SD dont il est vice-président depuis 2014, Peter Pellegrini, 42 ans, est perçu comme un homme politique compétent qui sait tenir parole.

« Il sera certainement plus subtil, moins offensif et moins arrogant que Robert Fico », estime Pavol Babos, analyste politique à la faculté des sciences politiques de l’Université Comenius, interrogé par l’AFP.

Avant de devenir en mars 2016 vice-Premier ministre en charge des investissements et de l’informatisation, il a notamment occupé les postes de ministre de l’Education, des Sciences, des Recherches et des Sports (2014-2016) et de président du Parlement monocaméral slovaque (2015-2016).

Sa nomination à la tête du Parlement a été à l’époque accueillie favorablement aussi par l’opposition.

Peter Pellegrini, ou bien « Pelle » pour ses amis, est né le 6 octobre 1975 à Banska Bystrica (centre), d’un père mécanicien et d’une mère enseignante.

Son nom révèle ses racines italiennes. « Mes ancêtre sont arrivés pour construire des rails. Mon arrière-grand-père s’est installé à Ziar Nad Hronom (une ville de 20.000 habitants dans la région de Banska Bystrica). C’est arrivé entre 1880 et 1900 », a-t-il expliqué dans une interview en 2014.

Diplômé de la faculté d’Economie dans sa ville natale et de l’Université technique de Kosice (est), il se fait entrepreneur puis commence à s’engager en politique en 2002, en tant qu’assistant d’un député du Smer-SD.

– « Homme politique le plus sexy » –

Lui-même député de cette formation à tendance sociale-démocrate entre 2006 et 2012, il dirige la commission parlementaire en charge des transports, des postes, des communications et de l’informatisation. Pendant deux ans, il occupe aussi un poste de secrétaire d’Etat au ministère des Finances.

« Il n’a ni vécu un scandale ni obtenu un résultat majeur dans ces fonctions », constate M. Babos.

Peter Pellegrini qui parle anglais, allemand et russe, a joué un rôle dans la décision de Jaguar Land Rover d’investir 1,4 milliard d’euros dans une usine qui doit ouvrir ses portes en 2018 en Slovaquie, préférant ce pays à la Pologne voisine.

Celui qui est surnommé « homme politique le plus sexy de la Slovaquie » par des magazines pour femmes, demeure célibataire et protège très strictement sa vie privée, même s’il est très actif sur les réseaux sociaux.

« Il y a trois choses que j’aime: les technologies modernes, l’art et le mouvement », a révélé celui qui s’est rendu à une réunion du gouvernement sur un scooter auto-équilibré, à l’occasion de la Semaine européenne de la mobilité en 2016.

A l’époque où il était ministre de l’Education, il a surpris en enfilant le bleu et la chemise en flanelle, pour incarner un chauffeur de tracteur dont l’engin se transforme soudain en robot dansant sur une musique très moderne, dans un clip de promotion pour une école de danse.

Peter Pellegrini ne cache pas non plus sa passion pour les avions: il s’est fait récemment photographier par un tabloïd à un aéroport local, lors d’un entraînement pour obtenir un brevet de pilote d’avion léger monomoteur.

« Je n’ai pas beaucoup de week-ends libres, donc ce cours risque de durer deux ans », a-t-il alors plaisanté.

Romandie.com avec(©AFP / 15 mars 2018 19h18)                

Slovaquie: le Premier ministre Fico présente sa démission

mars 14, 2018

Le Premier ministre slovaque Robert Fico au cours d’une conférence de presse le 14 mars 2018 à Bratislavan / © AFP / VLADIMIR SIMICEK

Le Premier ministre slovaque Robert Fico a présenté mercredi sa démission, réclamée par l’opposition après l’assassinat en février d’un journaliste qui enquêtait sur la corruption, Jan Kuciak.

« Aujourd’hui, j’ai offert ma démission au président de la République » Andrej Kiska, a déclaré M. Fico. « Si le président l’accepte, je suis prêt à démissionner demain ».

Le chef du gouvernement a fait son annonce en présence des chefs des partis membres de la coalition gouvernementale, Most-Hid (centre droit, proche de la minorité hongroise) et le Parti National Slovaque (SNS, droite nationaliste), Bela Bugar et Andrej Danko, après une rencontre avec le président slovaque.

Selon Robert Fico, 53 ans, le pays risque toutefois de « plonger dans le chaos, si les hommes de l’opposition actuelle prennent le pouvoir ». Il souhaite éviter des élections anticipées.

Jan Kuciak, tué par balle avec sa fiancée, avait enquêté sur la corruption et des liens présumés entre des responsables politiques slovaques et des hommes d’affaires italiens soupçonnés d’être liés à la mafia calabraise, la ‘Ndrangheta.

L’assassinat a provoqué une crise politique en Slovaquie et fait sortir dans la rue plusieurs dizaines de milliers de personnes pour protester contre la corruption et demander le départ de Robert Fico.

Selon un récent sondage réalisé par l’institut Focus, 62% des Slovaques se prononcent pour sa démission, contre 13% qui estiment qu’il devrait rester en place.

D’après le quotidien Sme, le vice-Premier ministre Peter Pellegrini, 42 ans, pourrait être candidat du parti Smer-SD de M. Fico à sa succession à la tête du gouvernement.

Romandie.com avec(©AFP / 14 mars 2018 23h47)                

Journaliste tué en Slovaquie: le président veut un remaniement ou des élections anticipées

mars 4, 2018

Bratislava – Le président slovaque Andrej Kiska a appelé dimanche à un remaniement profond du gouvernement ou des élections anticipées, après le meurtre du journaliste Jan Kuciak qui enquêtait sur des affaires de corruption présumée impliquant responsables politiques et mafia italienne.

« Je vois maintenant deux solutions: un remaniement en profondeur du gouvernement (…) ou des élections anticipées qui seraient la solution la plus naturelle dans nombre de pays démocratiques », a déclaré M. Kiska dans une déclaration télévisée consacrée à ce meurtre.

L’assassinat de Jan Kuciak et de sa fiancée, tous les deux tués par balles à leur domicile, a provoqué un choc dans le pays et relancé le débat sur la liberté de la presse et la corruption, tant en Slovaquie qu’en Europe.

Jan Kuciak a été abattu alors qu’il était sur le point de publier un article sur les liens présumés entre des hommes politiques slovaques et des hommes d’affaires italiens soupçonnés d’être liés à la mafia calabraise, la ‘Ndrangheta, opérant en Slovaquie.

Jan Kuciak, 27 ans, s’était spécialisé dans les affaires de corruption, dont celles concernant les possibles liens entre le monde des affaires et le parti SMER-SD du Premier ministre Robert Fico.

Le chef de l’Etat a déploré « l’arrogance du pouvoir » en place et l’absence de mesures pour sortir de « la crise de confiance » dans laquelle l’affaire a plongé l’Etat et ses institutions.

« J’ai attendu une semaine pour voir quelles mesures et décisions politiques le gouvernement allait prendre pour essayer d’apaiser les tensions et rétablir la confiance », a expliqué M. Kiska. « Aucune solution n’est évoquée. Certains ont démissionné, mais je ne vois aucun plan pour sortir le pays de la crise de la confiance », a-t-il déploré.

Des milliers de personnes, dont 25.000 à Bratislava, ont participé vendredi soir à des manifestations anti-corruption, organisées en Slovaquie et à l’étranger.

Le chef du gouvernement Robert Fico a accusé l’opposition d’instrumentaliser ce meurtre comme un « outil politique pour faire sortir les gens dans la rue ».

Deux proches collaborateurs du Premier ministre ont quitté leur poste après la publication posthume de l’article de M. Kuciak: sa conseillère Maria Troskova et le responsable du conseil de Sécurité nationale Viliam Jasan, tout en niant leur implication dans l’affaire. Le ministre de la Culture a quant à lui démissionné en signe de protestation contre le meurtre.

Romandie.com avec(©AFP / 04 mars 2018 16h59)                                            

Le Slovaque Lajcak nouveau président de l’assemblée générale de l’ONU

mai 31, 2017

Nations unies (Etats-Unis) – L’Assemblée générale de l’ONU a porté mercredi à sa présidence pour un an le ministre slovaque des Affaires étrangères Miroslav Lajcak.

Il succèdera en septembre à l’ambassadeur des îles Fidji aux Nations unies, Peter Thomson, pour présider la 72e session de l’Assemblée.

Elu par acclamations, il était le seul candidat en lice. C’est le premier Slovaque à occuper ce poste.

En vertu du système de rotation en vigueur, le président est le plus souvent présélectionné par les groupes régionaux de l’Assemblée.

S’exprimant devant l’assemblée, M. Lajcak s’est fixé une série de priorités dont « la diplomatie préventive », la réponse aux migrations, la défense des droits de l’homme et la réduction des inégalités.

« Nous pouvons faire davantage pour rapprocher l’ONU des citoyens du monde », a-t-il affirmé.

Il a aussi souligné devant la presse l’importance de l’accord de Paris sur le climat, tout en refusant de spéculer sur un éventuel retrait américain de cet accord. « Le climat est une priorité et une question de survie pour certains pays membres de l’ONU », a-t-il affirmé en référence notamment aux petites îles menacées par la montée des eaux.

« L’accord de Paris est un des plus grands succès récents de la communauté internationale (…) et nous devons l’appliquer », a-t-il ajouté.

Le président américain Donald Trump fait durer le suspense sur cet accord: au moment où plusieurs médias américains annonçaient son intention de s’en retirer, il se contentait de promettre une décision « dans les prochains jours ».

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a affirmé mardi qu’il était « absolument essentiel » que l’accord de Paris soit mis en oeuvre.

Diplomate de carrière, M. Lajcak, 54 ans, est ministre des Affaires étrangère de Slovaquie, pays membre de l’Union européenne et de l’Otan, depuis 2012.

Il avait été candidat malheureux l’an dernier à la succession de Ban Ki-moon comme secrétaire général de l’ONU, une âpre compétition remportée par le Portugais Antonio Guterres.

Brillant et polyglotte, il avait été à 31 ans le plus jeune ambassadeur slovaque et le plus jeune ambassadeur au Japon.

M. Lajcak a surtout fait ses preuves en ex-Yougoslavie au lendemain des guerres ayant déchiré ce pays dans les années 1990.

Il a notamment été chargé d’organiser un référendum sur l’indépendance du Monténégro en 2006, avant d’être nommé l’année suivante Représentant spécial de l’Union européenne en Bosnie-Herzégovine.

Discret, amateur de jogging et non dénué d’humour, M. Lajcak parle anglais, russe, allemand, français, bulgare et plusieurs langues de l’ex-Yougoslavie.

Romandie.com avec(©AFP / 31 mai 2017 18h17)