Posts Tagged ‘soldats israéliens’

Le Palestinien qui a renversé trois soldats israéliens se rend

novembre 6, 2014

Jérusalem – Un Palestinien soupçonné d’avoir renversé trois soldats israéliens et très grièvement blessé l’un d’eux mercredi soir en Cisjordanie occupée s’est rendu, a indiqué l’armée israélienne jeudi.

Le jeune homme nie avoir commis une attaque à la voiture bélier, et parle d’un accident, a dit sa famille à l’AFP.

Le Palestinien soupçonné d’avoir renversé trois soldats hier soir s’est rendu aux forces de sécurité et est entre les mains des enquêteurs, a indiqué l’armée dans un communiqué.

Selon l’armée israélienne, un chauffeur palestinien a foncé mercredi soir avec sa voiture sur un groupe de soldats qui montaient la garde à l’extérieur du camp de réfugiés palestiniens d’El-Arub, et non loin de la colonie juive de Gush Etzion. Un soldat est dans un état critique, deux autres sont légèrement blessés, selon l’armée.

L’auteur de ce que l’armée a décrit comme une nouvelle attaque à la voiture bélier, la troisième en deux semaines, a pris la fuite.

Mais le chauffeur, Hamam Masalmeh, 23 ans, de Beit Awwa, un village au sud-ouest de Hébron, nie catégoriquement qu’il s’agissait d’un attentat et dit sans en démordre que c’était un accident et qu’il a perdu le contrôle de sa voiture, a dit son oncle Omar à l’AFP.

Romandie.com avec(©AFP / 06 novembre 2014 12h34)

Israël abat les Palestiniens qui avaient tué trois adolescents

septembre 23, 2014

Des soldats israéliens ont abattu à Hébron deux Palestiniens tenus responsables de l’enlèvement et de l’assassinat de trois jeunes Israéliens en juin en Cisjordanie. L’opération a été menée alors que les négociateurs israéliens et palestiniens doivent reprendre au Caire les pourparlers indirects pour consolider la trêve à Gaza.

« Durant la nuit, l’armée israélienne a mené une opération durant laquelle Marwan Qawasmeh et Amer Abou Eisheh, assassins de trois jeunes Israéliens, ont été tués lors d’un échange de tirs », a précisé le porte-parole de l’armée israélienne Peter Lerner sur son compte Twitter.

Tous deux étaient affiliés au Hamas. Après avoir d’abord nié, l’organisation radicale qui contrôle la bande de Gaza avait admis que certains de ses militants étaient responsables de l’assassinat, mais assuré que la direction du mouvement ne savait pas qu’ils allaient passer à l’action.

« Martyrs » de la résistance
Outre MM. Qawasmeh et Abou Eisheh, au moins cinq Palestiniens ont été tués par des soldats israéliens durant l’opération de recherche.

Le gouverneur palestinien de Hébron, Kamel Hmeid, a confirmé à la radio palestinienne que les deux activistes avaient été tués. « Il apparaît clairement maintenant que les deux martyrs (…) ont été assassinés ce matin au cours d’une intervention de l’armée dans le secteur de l’université de Hébron. Nous condamnons ce crime, cet assassinat, délibéré et prémédité », a-t-il dit.

Le porte-parole du Hamas a pour sa part salué le rôle des deux « martyrs » dans la traque des colons israéliens. « Nous soulignons que leur assassinat n’affaiblira pas la résistance », a déclaré Sami Abou Zouhri.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est quant à lui félicité de l’opération. « Nous continuerons de frapper partout le terrorisme », a-t-il dit au début d’un conseil des ministres à Jérusalem.

Offensive israélienne à Gaza
Les trois adolescents avaient été enlevés le soir du 12 juin alors qu’ils faisaient du stop près d’une colonie de peuplement. Leurs corps avaient été retrouvés le 30 juin dans un champ près de Hébron.

Une tension extrême avait alors gagné toute la Cisjordanie, mais aussi Jérusalem-Est, les forces israéliennes lançant une vaste campagne durant laquelle des centaines de Palestiniens avaient été arrêtés.

Ces tensions avaient culminé avec le lancement le 8 juillet d’une offensive israélienne sur la bande de Gaza. Le conflit qui a duré 50 jours a fait près de 2200 morts côté palestinien, en grande majorité des civils, et 73 côté israélien, quasiment tous des soldats.

Romandie.com

Israël doit s’attendre à une « longue campagne » à Gaza

juillet 28, 2014

Israël doit se préparer à la perspective d’une « longue campagne » dans la bande de Gaza, a déclaré lundi le Premier ministre israélien Benjamin Netanhayu. L’opération « Bordure protectrice » a tué au moins 1037 Palestiniens et en a blessé 6200 autres. Quarante-huit soldats et trois civils israéliens sont également morts, au vingtième jour d’une guerre dont Barack Obama a demandé l’arrêt, mais que soutiennent 87% d’Israéliens.

Toute solution à la crise actuelle nécessitera la démilitarisation de la bande de Gaza contrôlée par le Hamas, a dit le chef du gouvernement israélien lors d’une allocution télévisée.

Cinq soldats israéliens ont été tués lundi dans des combats dans ou à proximité de la bande de Gaza. Plusieurs médias israéliens avaient auparavant affirmé qu’il s’agissait de civils tués dans le kibboutz Be’eri. Le bilan des pertes civiles reste donc de trois morts, deux Israéliens et un ouvrier agricole thaïlandais fauchés par des roquettes.

Infiltration vers un kibboutz

Le mouvement islamiste a par ailleurs annoncé avoir tué dix soldats israéliens dans une autre opération avant de repartir sans encombre vers l’enclave palestinienne. L’armée israélienne a confirmé l’infiltration de combattants palestiniens sur le territoire hébreu depuis Gaza.

Elle a annoncé avoir tué cinq Palestiniens qui s’étaient approchés de Nahal Oz, un kibboutz du sud d’Israël dont les habitants, enfermés chez eux, craignaient une infiltration, a déclaré à l’AFP une source des services de sécurité israéliens.

Polémique sur la mort de sept enfants

Dans Gaza, Tsahal a demandé lundi en soirée à la population civile habitant les alentours de l’agglomération de Gaza (Chajaya, Zeitoun et est de Jabaliya) d’évacuer « immédiatement » ses foyers pour se rendre dans le centre de cette ville palestinienne, selon un communiqué militaire.

Cet avertissement présage de nouveaux bombardements alors que sept enfants ont déjà été tués dans le camp de réfugiés de Chati. Les deux parties se renvoient la responsabilité de cet énième drame sanglant. Pour des sources médicales palestiniennes, il s’agit de frappes aériennes de l’armée israélienne, qui met, elle, en cause des tirs à la roquette ratés par le camp adverse.

« C’est l’Aïd du sang »

La guerre dans l’enclave continue d’avoir des répercussions en Cisjordanie et à Jérusalem-Est occupés, où les heurts sont quotidiens. Lundi sur l’esplanade des Mosquées dans la Vieille ville de Jérusalem, quelque 45’000 fidèles ont prié pour les morts de Gaza, selon un photographe de l’AFP.

La célébration lundi de la fin du ramadan s’annonçait sinistre pour les 1,8 million d’habitants de la bande côtière. Pas de grandes réunions de famille, seulement des visites au cimetière et à l’hôpital. « C’est l’Aïd du sang », estime Abir Chamali qui a perdu son fils de 16 ans.

« Au nom de l’humanité, la violence doit s’arrêter », a exhorté le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. Et le secrétaire d’État John Kerry a répété que toute résolution du conflit « durable et significative, doit mener au désarmement du Hamas ».

Romandie.com