Posts Tagged ‘sortie’

Thaïlande: certains enfants sortis « endormis » de la grotte inondée

juillet 11, 2018

Photo fournie par la Marine thaïlandaise le 11 juillet 2018 montrant des secouristes porter un des enfants dans un brancard souple pour le sortir de la grotte. AFP PHOTO / Royal Thai Navy / © ROYAL THAI NAVY/AFP / Handout

Certains des 12 enfants ont été sortis « endormis » sur des brancards des tréfonds de la grotte partiellement inondée en Thaïlande, au cours de la périlleuse opération de sauvetage dont le succès a provoqué la liesse dans le pays.

Les cinq derniers rescapés ont été extirpés mardi de la grotte de Tham Luang, dans le nord de la Thaïlande, où ils avaient été piégés le 23 juin par la montée des eaux. Une vidéo rendue publique par les autorités les montre apparaissant en bonne santé à l’hôpital où ils ont été admis.

L’opération, qualifiée de « mission impossible » par le chef de la cellule de crise, a parfaitement réussi et a laissé place mercredi à l’exultation dans le pays, où l’exclamation « Hooyah », héritée de la marine américaine et destinée à renforcer le moral, faisait florès sur les réseaux sociaux.

Les autorités thaïlandaises ont longtemps été peu disertes sur le déroulement de l’évacuation. Comment 12 garçons de 11 à 16 ans dont aucun ne pratique la plongée et certains ne savent pas nager ont-ils pu s’extraire d’une grotte aux étroits passages, ponctuée de boyaux inondés à la visibilité nulle?

Photo fournie par la Marine thaïlandaise le 11 juillet 2018 montrant le système mis en place pour lever le brancard et le sortir de la grotte inondée. / © ROYAL THAI NAVY/AFP / Handout

Un plongeur thaïlandais, à court d’air, est notamment mort au cours des préparatifs à l’évacuation.

Quelques premiers éléments de réponse ont été apportés par une vidéo rendue publique mercredi par les secouristes montrant des enfants sous sédatif, sortis de la grotte enveloppés dans des couvertures de survie dans un brancard souple, qui leur sert de cocon. Ils sont équipés d’une combinaison et d’un équipement de plongée.

La vidéo montre des secouristes thaïlandais et étrangers porter ou faire progresser un brancard soutenu par un système de cordages et de poulies. De multiples tuyaux en caoutchouc ou en plastique courent le long de boyaux étroits.

Le commandant Chaiyananta Peeranarong, ancien commando de marine thaïlandais, qui a pris part à l’évacuation des 12 enfants et de leur entraîneur de foot bloqués dans une cave inondée, lors d’un entretien avec l’AFP le 11 juillet 2018. / © AFP / TANG CHHIN Sothy

Certains des enfants sont en effet sortis « endormis », a affirmé à l’AFP un secouriste, ancien commando de marine thaïlandais, qui a participé à l’opération.

« Certains d’entre eux étaient endormis, d’autres remuaient les doigts, (comme s’ils) étaient groggy. Mais ils respiraient », a expliqué le commandant Chaiyananta Peeranarong, qui a été le dernier plongeur à sortir de la grotte.

Des médecins avaient été positionnés le long du parcours et vérifiaient leur état et leur pouls.

Thaïlande : opération de secours réussie / © AFP / Gal ROMA

– Les pompes lâchent –

Le chef de la junte au pouvoir Prayut Chan-O-Cha avait affirmé mardi que les secouristes avaient donné un « tranquillisant léger » aux enfants pour éviter de paniquer mais qu’en aucun cas il n’avaient été assommés de médicaments.

Pour cette opération, la Thaïlande a fait appel à des spécialistes étrangers pour appuyer ses propres plongeurs.

Photo tirée d’une vidéo rendue publique par les autorités thaïlandaises montrant les rescapés de la grotte à l’hôpital de Chiang Rai le 11 juillet 2018. AFP PHOTO / The government public relations department (PRD) and Government spokesman bureau / © Thai government public relations department (PRD)/AFP / Handout

Treize plongeurs « de classe mondiale », dont l’Australien Richard « Harry » Harris, anesthésiste et plongeur, ont participé au sauvetage, a expliqué mercredi le chef de la cellule de crise Narongsak Osottanakorn, selon qui l’opération n’aurait pu avoir lieu sans ce médecin australien.

Les secouristes avaient repoussé l’évacuation, le temps de pomper l’eau, jusqu’à avoir un minimum de portions sous-marines à parcourir en plongée. Mais ils étaient sous la menace de nouvelles pluies.

Mardi, alors que les derniers secouristes sortaient de la grotte, des pompes ont fini par lâcher, rendant impraticable un passage où ils pouvaient auparavant marcher.

Des écoliers thaïlandais fêtent l’évacuation des jeunes gens bloqués 18 jours dans une grotte inonée, le 11 juillet 2018 à Chiang Rai / © AFP / TANG CHHIN Sothy

« Si l’on ne pompait pas l’eau à cet endroit, on ne pouvait sortir qu’avec une bouteille d’oxygène », a confié l’ex-commando de marine. La vingtaine de secouristes qui restait à l’intérieur a juste eu le temps de sortir avant que ce passage soit submergé.

– « On lui chantera une chanson » –

Les 12 enfants et l’entraîneur, émaciés après deux semaines perchés sur un promontoire à quatre kilomètre de l’entrée de la grotte, récupèrent désormais à l’hôpital de Chiang Rai.

Thaïlande: les garçons pris en charge à l’hôpital / © PRD / Gvt spokesman bureau/AFP / –

Dans la vidéo rendue publique par les autorités, les enfants, maintenus en quarantaine derrière une vitre, portent des masques sur le visage, font un signe de la tête et des mains en direction des personnes venues les voir.

S’ils s’en sont sortis, « c’est peut-être parce qu’ils étaient ensemble, comme une équipe, s’aidant les uns les autres », a estimé l’inspecteur général du ministère de la Santé Thongchai Lertwilairatanapong, mettant en avant le rôle de l’entraîneur de 25 ans.

Quelques centaines d’écoliers se sont rassemblés mercredi devant l’établissement où vont séjourner encore plusieurs jours les rescapés.

Sous la houlette d’un enseignant, les élèves chantent pour remercier « tous ceux qui ont contribué à la réussite de la mission », témoignage modeste de la reconnaissance envers les spécialistes étrangers qui ont contribué aux opérations.

L’un des jeunes de la grotte, Pheeraphat « Night » Sompiengjai, fêtait ses 16 ans le jour où ils se sont retrouvés piégés. Il aura son gâteau d’anniversaire quand il reviendra à l’école, a confié un de ses camarades de classe, Duangduen Sittiwongsa. « On lui chantera une chanson », a-t-il ajouté.

Le grand-père de l’entraîneur Ekkapol Chantawong, Khamluh Guntawong, s’est lui dit « très heureux et soulagé. « Je n’ai pas pu dormir pendant des jours. Je suis heureux que les garçons soient sortis aussi », a-t-il lancé.

L’entraîneur commence à faire figure de héros dans le pays bien qu’il ait été le seul adulte en compagnie des enfants quand ils ont décidé, après leur entraînement de football, de visiter la grotte, inondable en saison de mousson comme l’indique un panneau placé à l’entrée.

Romandie.com avec(©AFP / 11 juillet 2018 17h30)

Otis Johnson découvre le monde actuel après 44 ans de prison

novembre 30, 2015

 

Placé en prison dans les années 70, cet homme a passé des décennies derrière les barreaux sans rien connaitre du monde moderne.

À sa sortie, il a eu un choc… Inculpé au début des années 70 pour tentative de meurtre sur un policier, Otis Johnson a passé la moitié de sa vie en prison.

Incarcéré à l’âge de 25 ans, cet homme n’est sorti de sa cellule que des années plus tard.44 ans à l’ombre Aujourd’hui âgé de 69 ans, Otis Johnson sera resté en tout 44 ans en prison.

Coupé du monde extérieur, il n’a bien sûr rien pu suivre des avancées technologiques qui ont peu à peu transformé notre monde.D’autant que depuis 1998, sa propre famille a pris la décision de ne plus lui rendre visite. Isolé de la société jusqu’à sa libération en 2014, Otis a donc eu un véritable choc à sa sortie L’impression de vivre dans un monde de science-fiction.

Plongé en pleine ville, il a peu a peu dû se réadapter à notre société, mais non sans difficultés. Incapable de reconnaître le monde qu’il avait connu autrefois, il avoue qu’il se sent comme dans un film de science-fiction où « tout le monde est devenu un agent secret avec des fils ». Communication sans fil, omniprésence des images, personnes accrochées à leurs smartphones dans la rue…

Otis Johnson a comme l’impression d’avoir fait un bond dans le temps. À la fois ébahi et un peu effrayé, il sait maintenant qu’il lui faut apprendre à vivre avec toutes ces nouvelles technologies.
Gentside.com par Guichaoua Virginie, le 26 novembre 2015

L’ex-Premier ministre portugais José Socrates sort de prison

septembre 4, 2015

L’ancien Premier ministre portugais José Socrates, en détention provisoire depuis novembre 2014 dans le cadre d’une enquête pour corruption, a été autorisé à sortir de prison, a annoncé vendredi le parquet général. Il est désormais assigné à résidence.

Sur décision du tribunal d’instruction, José Socrates est « assigné à résidence sans obligation de port d’un bracelet électronique », a précisé le ministère public dans un communiqué, mettant en avant « une diminution des risques de perturbations de l’enquête ».

Selon les images retransmises par la télévision portugaise, l’ancien dirigeant socialiste, âgé de 57 ans, a quitté la prison d’Evora (sud-est) à bord d’un véhicule de l’administration pénitentiaire et a regagné son domicile à Lisbonne. Souriant, en jean et T-shirt gris, José Socrates a refusé de répondre aux questions des journalistes à son arrivée.

Chef du gouvernement de 2005 à 2011, José Socrates avait été arrêté le 21 novembre dernier puis mis en examen trois jours plus tard pour corruption, blanchiment d’argent et fraude fiscale aggravée, avant d’être placé en détention provisoire à Evora. Après son incarcération, la justice portugaise avait rejeté de nombreuses demandes de libération de l’ex-Premier ministre.

En juin, l’ancien dirigeant socialiste, qui a toujours clamé son innocence, se déclarant « prisonnier politique », avait refusé une proposition du ministère public de l’assigner à résidence sous surveillance électronique.

Accusations rejetées
Plusieurs autres personnes, dont l’entrepreneur Carlos Santos Silva et l’ancien ministre socialiste Armando Vara, ont été mises en examen dans le cadre de cette affaire, très encombrante pour l’opposition socialiste à l’approche des élections législatives, prévues le 4 octobre.

Carlos Santos Silva, son homme de paille présumé, avait été assigné à résidence sous surveillance électronique en mai dernier, après avoir passé six mois en détention provisoire.

Selon la presse portugaise, la justice soupçonne l’entrepreneur d’avoir reçu des sommes importantes pour le compte de José Socrates, en contrepartie d’un traitement de faveur accordé au groupe de construction Lena, durant le mandat de l’ex-Premier ministre.

Des accusations que M. Socrates a toujours rejetées catégoriquement: « je n’ai jamais reçu de contreparties pour avoir favorisé qui que ce soit à l’occasion d’appels d’offres » organisés par l’Etat, a-t-il assuré dans une des nombreuses lettres adressées depuis sa prison à la presse.

Complot politique
José Socrates a accusé la justice à plusieurs reprises de le maintenir en prison pour empêcher une victoire de son parti aux élections législatives.

« J’ai de bonnes raisons de croire que la véritable intention derrière mon arrestation abusive et mon incarcération sans fondement n’était pas de poursuivre un crime, mais d’empêcher le PS de gagner les prochaines élections législatives », avait-il écrit en juin.

A un mois des élections législatives, l’avantage de l’opposition socialiste face à la coalition gouvernementale de centre droit continue de se réduire, selon un sondage paru vendredi.

Donné favori depuis l’automne 2012, le Parti socialiste emmené par l’ancien maire de Lisbonne, Antonio Costa, recueille 36% des intentions de vote, contre 35% pour la coalition formée par le Parti social-démocrate (PSD, centre droit) du Premier ministre Pedro Passos Coelho et le CDS (droite), au pouvoir depuis juin 2011.

Romandie.com

Giulia Sarkozy : première sortie avec papa à La lanterne

novembre 1, 2011

Nicolas, Carla et la petite Giulia

Nicolas, Carla et la petite Giulia

Pause tendresse à trois

Nicolas Sarkozy n’avait pas pu assister à la naissance de sa petite dernière Giulia. Il a décidé de rattraper le temps perdu en passant quelques jours de repos auprès de sa femme et de leur bébé à La Lanterne, une propriété présidentielle.

Plantée en plein milieu du Parc du Château de Versailles, la Lanterne est un endroit cher au cœur du président de La République. Ancienne résidence secondaire des premiers ministres, cette splendide demeure du XVIIIe est devenue un des repères préférés du chef de l’État.

C’est là qu’il a par exemple organisé son dîner de mariage avec Carla Bruni et qu’a eu lieu leur nuit de noces.

Un bon souvenir visiblement puisqu’il a tenu à y emmener les deux femmes de sa vie pour leur premier long week-end à trois.

Le président a profité du beau soleil de cette fin d’octobre pour s’adonner à l’un de ses sports favoris : le jogging entouré de gardes du corps maouss costauds. Le reste du temps, entre deux dossiers à potasser, Nicolas Sarkozy s’est baladé dans les allées de la propriété, un bras protecteur autour de Carla qui portait bien emmaillotée sur son cœur la petite Giulia.

Une trêve de quelques jours dans un agenda qu’on imagine surchargé, aussi bien pour le président que pour Carla qui a prévu de sortir son quatrième album au cours de l’année 2012.

Voici.fr par P.S.B