Posts Tagged ‘Soudanais’

Niger : un millier de demandeurs d’asile soudanais manifestent à Agadez

décembre 17, 2019

 

Un millier de demandeurs d’asile soudanais d’un camp de l’ONU ont manifesté mardi à Agadez, dans le nord du Niger, pour exiger l’accélération du traitement de leurs demandes du statut de réfugié et leur acheminement vers l’Europe.

«Ils sont un millier de réfugiés soudanais qui ont marché depuis leur camp, situé à une dizaine de kms de la ville d’Agadez, jusqu’au bureau du Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), où ils ont entamé un sit-in», a rapporté à l’AFP un habitant d’Agadez, la grande ville du nord désertique du Niger. «Les dossiers des Soudanais d’Agadez sont en train d’être traités dans la célérité. A ce jour nous totalisons 435 dossiers qui sont tous pris en charge», a affirmé à l’AFP une source au ministère nigérien de l’Intérieur. Sur «198 dossiers examinés en juillet 2019», «162 statuts (de réfugié) ont été accordés, 33 dossiers ont été rejetés et 3 ajournés. Les 162 ont déjà reçus leurs cartes de réfugié», a assuré cette source. En outre, «237 dossiers seront examinés» du 20 au 31 décembre 2019 «avec une priorité» pour les demandeurs d’asile soudanais vivant à Agadez, a-t-elle relevé.

En septembre, une centaine de ces demandeurs d’asile d’Agadez avaient manifesté pour les mêmes raisons. En mars 2019, les autorités d’Agadez avaient mis en garde ces demandeurs d’asile qui avaient violemment manifesté dans leur camp en insultant et jetant des pierres sur une équipe locale du HCR. «Le Niger n’acceptera d’aucune manière qu’on lui mette la pression», avait prévenu Sadou Soloké, le gouverneur d’Agadez qui s’était rendu dans le camp où vivent quelque 1.400 Soudanais ayant fui depuis 2017 l’insécurité et l’esclavage en Libye.

Mi-décembre 2018, des Soudanais évacués de Libye avaient manifesté pendant plusieurs jours devant le HCR à Niamey pour exiger une accélération de leur installation dans des pays d’accueil, notamment en Europe. Des centaines de réfugiés, en particulier des Ethiopiens et des Erythréens vivant à Niamey, ont pu être réinstallés en France, en Suisse, aux Pays-Bas, en Suède et en Finlande et d’autres attendent un pays d’accueil. Le président nigérien Mahamadou Issoufou avait promis que le Niger continuerait à accueillir des demandeurs d’asile mais avait souhaité qu’ils «ne restent pas longtemps» dans son pays.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Congo: Sassou a renforcé sa sécurité avec 60 mercenaires burundo-soudanais

mai 11, 2018

  

60 mercenaires originaires du Burundi et Soudan ont atterri à l’aéroport d’Ollombo jeudi 10 mai, à bord d’un vol spécial, affrété par la présidence de la république. Ce contingent, dont les éléments sont formés à la protection dans les conditions adverses des hommes politiques, débarque à Oyo quand à Brazzaville, l’ex chef d’état major des forces armées congolaises a été jugé et condamné à 20 ans de prison, pour atteinte à la sûreté intérieure.

Denis Sassou Nguesso a toujours redouté être victime d’un putsch, et pour ce faire, il a consacré depuis son retour aux affaires, un budget colossale à sa sécurité. Après les explosions de Mpila, le numéro un congolais avait fait appel à un contingent des forces spéciales angolaises pour assurer sa sécurité.

La débandade de ses éléments pendant les explosions, lui faisait craindre une intervention d’une partie de l’armée pour le renverser. Il a eu recours aux mercenaires de différents pays dans la traque stérile du pasteur Ntumi. Alors que s’est déroulé à Brazzaville le procès du général Jean Marie Michel Moukoko, ex chef d’état major et candidat à la présidentielle de mars 2016, Denis Sassou Nguesso qui se trouve hors de Brazzaville, comme à chaque événement, a fait venir une soixantaine de mercenaires originaires du Burundi et Soudanais pour renforcer sa sécurité.

Un bruit de mécontentement court au sein des forces armées congolaises sur le traitement infligé au général Jean Marie Michel Moukoko, ainsi qu’à Norbert Dabira et probablement prochainement Nianga Mbouala. Ces 60 mercenaires devraient rejoindre prochainement la capitale Brazzaville et prendre discrètement position autour du palais présidentiel.

Sacer-infos-com par Stany Franck

Israël ordonne aux migrants illégaux africains de partir

février 4, 2018

Des migrants africains protestent contre le plan du gouvernement israélien exigeant leur départ « volontaire » sous peine d’emprisonnement, le 22 janvier dans la ville d’Herzliya. / © AFP/Archives / JACK GUEZ

Les autorités israéliennes ont commencé dimanche à distribuer des lettres à des milliers de migrants africains en situation irrégulière, leur ordonnant de partir d’ici la fin du mois de mars sous peine d’être emprisonnés, selon une porte-parole du service de l’Immigration.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé début janvier la mise en place d’un plan de départ d’environ 38.000 immigrés clandestins, principalement des Érythréens et des Soudanais.

Selon ce plan controversé, le gouvernement leur propose de partir « volontairement » avec un pécule de 3.500 dollars (2.800 euros) d’ici fin mars sous peine d’être arrêtés et détenus jusqu’à ce qu’ils acceptent de quitter le pays.

Pour l’instant les lettres n’ont été adressées qu’à des hommes seuls, selon des responsables.

Le ministère de l’Intérieur a assuré que les mineurs, les femmes et les parents de mineurs ne seront pas concernés par le plan du gouvernement. Selon les chiffres de l’Autorité et de l’Émigration du ministère de l’Intérieur, 4.000 enfants sont également en situation irrégulière en plus des 38.000 adultes.

Le quotidien israélien Haaretz a affirmé de son côté « que toute personne reconnue victime de trafic de personne ou d’esclavage » serait aussi exemptée pour le moment, estimant qu’entre 15.000 à 20.000 sont concernés par un départ à court terme.

Les migrants visés sont pour la plupart entrés illégalement en Israël via le Sinaï égyptien à compter de 2007. Ce flux a été stoppé avec la construction par l’Etat hébreu d’une clôture électronique le long de la frontière avec l’Egypte.

Le Premier ministre n’a pas précisé vers quel pays ces personnes pourraient être expulsées, sachant qu’Israël reconnaît tacitement qu’elles ne peuvent être renvoyées au Soudan ou en Erythrée sans mettre leur vie en danger.

L’Ouganda et le Rwanda ont été cités par des organisations israéliennes d’aide aux migrants, mais ces deux pays ont démenti.

Selon des chiffres officiels, 4.012 migrants en situation irrégulière ont déjà quitté Israël en 2017, dont 3.332 originaires d’Afrique subsaharienne.

Selon l’Organisation d’aide aux réfugiés et demandeurs d’asile en Israël, sept Érythréens ont obtenu le droit d’asile, sur environ 10.000 demandeurs de ce pays, et un seul Soudanais, sur un nombre de demandeurs non précisé. Le ministère de l’Intérieur a fait état de 11 demandes d’asiles acceptées entre 2009 et 2017.

Des manifestations se tiennent depuis quelques semaines à travers le pays pour protester contre cette mesure. Des pétitions ont été signées récemment par des pilotes, des universitaires, des rescapés de la Shoah et des enseignants afin d’arrêter cette politique d’expulsions.

Romandie.com avec(©AFP / 04 février 2018 16h42)                

Israël lance un ultimatum à 38000 migrants Érythréens et Soudanais

janvier 3, 2018

 

Des Érythréennes à Tel Aviv lors des funérailles de Habtom Zerhom, tué en octobre 2015 pour avoir été pris – par erreur – pour un agresseur palestinien. © Ariel Schalit/AP/SIPA

Les autorités israéliennes ont annoncé que les étrangers en situation irrégulière, majoritairement des Érythréens et des Soudanais, ont jusqu’à la fin mars pour quitter le pays. Passé ce délai, ils s’exposent à un emprisonnement à durée indéterminée.

Israël a annoncé mercredi le lancement d’un programme destiné à imposer aux migrants en situation irrégulière de choisir entre leur expulsion ou leur incarcération. Ceux-ci ont jusqu’à la fin mars pour quitter Israël, faute de quoi ils seront emprisonnés pour une durée indéterminée.

Les migrants qui accepteront de partir se verront pour leur part remettre un billet d’avion et près de 3 000 euros. Après la date du 1er mars, il sera encore possible pour ces personnes de quitter volontairement Israël, mais la prime au départ sera dégressive… Et ceux qui refuseront seront emprisonnés, a prévenu le ministère de l’Intérieur.

38 000 personnes concernées

S’exprimant au début d’une réunion de son cabinet, le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est félicité de la mise en place de ce projet destiné à « faire partir les migrants entrés illégalement ».

Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, 38 000 personnes sont concernées, en majorité des Érythréens et des Soudanais. Le régime érythréen a été accusé par l’ONU de crimes contre l’humanité « généralisés et systématiques ». Quant au Soudan, son président Omar el-Béchir fait l’objet de mandats d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide.

Dans le cadre de son programme d’expulsion, le gouvernement israélien reconnaît pourtant tacitement que les ressortissants de ces deux pays ne peuvent pas retourner chez eux.

Selon des ONG israéliennes soutenant les migrants, Israël a ainsi signé des accords avec des pays tiers, en l’occurrence le Rwanda et l’Ouganda, qui doivent accueillir les migrants volontaires.

Fermeture des centres de rétention

Ces migrants sont pour la plupart entrés illégalement en Israël via le Sinaï égyptien à compter de 2007. Ce flux a été stoppé par la construction par l’État hébreu d’une clôture électronique le long de la frontière avec l’Égypte.

Israël a ouvert des centres de rétention dans le sud, où près de 1 500 migrants sont soumis un régime de semi-liberté, mais ces établissements vont fermer leurs portes et les migrants qui refuseront de partir seront envoyés en prison.

Fin août, Benjamin Netanyahu s’était rendu dans le sud de Tel-Aviv, où résident des milliers de migrants africains, et s’était engagé à « rendre » ce secteur aux « citoyens israéliens ».

Le HCR inquiet

Selon des chiffres officiels, 4 012 migrants en situation irrégulière ont déjà quitté Israël en 2017, dont 3 332 originaires d’Afrique subsaharienne. Dans un communiqué, le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a exprimé son inquiétude, en rappelant notamment qu’Israël avait « des obligations légales s’agissant de la protection des réfugiés ».

Or, depuis que les autorités israéliennes ont pris en 2009 la responsabilité de déterminer qui entre dans cette catégorie, seuls huit Érythréens et deux Soudanais ont obtenu le statut, poursuit le HCR. Deux cents ressortissants soudanais originaires du Darfour (ouest) ont eux obtenu un « statut humanitaire en Israël ».

Par Jeune Afrique avec AFP

Belgique: tensions au gouvernement autour des expulsions de Soudanais

décembre 22, 2017

Bruxelles – Le bouillant secrétaire d’Etat belge à la Migration, le nationaliste flamand Theo Francken, a présenté vendredi ses « excuses » au Premier ministre Charles Michel, après avoir critiqué ses propos sur la gestion controversée du rapatriement des migrants soudanais en situation irrégulière.

Cette controverse, sur fond d’accusations de tortures que des migrants auraient subies à leur retour à Khartoum, suscite de vives tensions au sein même de la coalition au pouvoir, composée de libéraux, chrétiens-démocrates et nationalistes flamands de la N-VA.

Vendredi après-midi, elle a aussi donné lieu à un incident à la Chambre des députés après une demande de l’opposition (PS et Ecolo), restée sans suite, d’entendre « en urgence » Theo Francken, accusé de « mensonges ». La séance a été suspendue et une conférence des présidents de groupe a été convoquée, a rapporté l’agence Belga.

Au coeur de la polémique: une invitation lancée à la fin de l’été par Theo Francken, coutumier des positionnements clivants, pour que des officiels du régime de Khartoum viennent aider les autorités belges, sur leur sol, à identifier les Soudanais voués à être expulsés car non candidats à l’asile en Belgique. Cette nationalité est très représentée parmi les migrants en errance dans Bruxelles, en transit vers la Grande-Bretagne.

Trois fonctionnaires du ministère soudanais de l’Intérieur ont effectivement passé quelques jours en Belgique en septembre, visitant leurs ressortissants dans des centres fermés avant de délivrer leur feu vert à l’expulsion. Le gouvernement a alors été accusé par l’opposition de « collaborer avec une dictature ».

La controverse a rebondi cette semaine avec la publication dans la presse de témoignages –compilées par une ONG libérale– faisant état d’arrestations et de violences subies par plusieurs jeunes Soudanais à leur atterrissage, peu après la visite de cette « mission d’identification ».

Jeudi, devant les députés, le Premier ministre Charles Michel a décrété la suspension des expulsions vers le Soudan le temps qu' »une enquête indépendante », avec l’aide de l’ONU, fasse « la clarté » sur ces accusations.

Il avait dans un premier temps évoqué un moratoire « en tout cas jusqu’à la fin janvier », ce que Theo Francken avait qualifié d' »absurde » puisqu’aucun nouveau rapatriement n’était selon lui programmé avant cette échéance.

« Je me suis excusé », a écrit le secrétaire d’Etat vendredi matin sur son compte Twitter.

Mais en s’en prenant ainsi au Premier ministre, M. Francken aurait « menti » car il savait qu’au moins un vol vers Kharthoum était prévu, a ensuite accusé l’opposition. « Les expulsions vers le Soudan de janvier n’ont été annulées qu’hier (jeudi) », a assuré le député Ecolo Benoît Hellings dans un tweet.

Une figure de l’Open-VLD (parti libéral flamand, associé au gouvernement), l’ancien chef de la diplomatie belge Karel De Gucht, a estimé vendredi dans un journal flamand que Theo Francken (N-VA) « ne peut plus rester secrétaire d’Etat à la Migration, il est politiquement, idéologiquement et humainement inapte à cela ».

Une perspective de démission que le Conseil des ministres a toutefois écartée dans la matinée.

Romandie.com avec(©AFP / 22 décembre 2017 17h05)                                            

Un Soudanais a franchi à pied le tunnel sous la Manche

août 7, 2015

Un Soudanais a parcouru à pied les 50 kilomètres du tunnel sous la Manche entre la France et la Grande-Bretagne. il s’est toutefois fait interpeller à proximité de l’entrée britannique du site, près de Folkestone, a annoncé vendredi la police britannique.

L’incident s’est produit mardi soir. D’après la police britannique, l’homme, âgé de 40 ans, a réussi à déjouer les gardes déployés côté français pour entrer dans le tunnel. Il a été inculpé pour « obstacle à engin utilisant la voie ferrée » et comparaîtra en justice.

Le groupe Eurotunnel a ouvert une enquête. « Une intrusion criminelle dans le tunnel sous la Manche est un incident extrêmement rare. C’est à la fois illégal et hautement dangereux », a déclaré une porte-parole de l’opérateur dans un communiqué.

Plusieurs milliers de candidats à l’émigration vivent dans le plus grand dénuement dans la région de Calais, essayant de rallier la Grande-Bretagne par le tunnel sous la Manche. Dix d’entre eux ont trouvé la mort depuis le 1er juin.

Romandie.com