Posts Tagged ‘Souleymane Kamagaté’

Côte d’Ivoire: depuis la prison de la Maca, « Soul to Soul » accuse directement Alassane Ouattara

octobre 11, 2017
Souleymane Kamagaté, alias Soul to soul, le directeur de protocole de Guillaume Soro. © DR /

Accusé de « complot contre l’autorité de l’État » et placé sous mandat de dépôt lundi, Souleymane Kamagaté – alias « Soul to Soul » -, le chef du protocole de Guillaume Soro, s’en prend dans une lettre ouverte le chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara, qu’il accuse de viser le président de l’Assemblée nationale à travers lui.

Cette lettre ouverte a été publiée mercredi 11 octobre sur le site internet de Guillaume Soro. « Elle a été en partie dictée par Soul to Soul à l’un de ses proches lundi alors qu’il attendait d’être présenté à un juge d’instruction au palais de justice d’Abidjan », raconte l’un de ses proches à Jeune Afrique.

« Aujourd’hui, à cause de mon patron Guillaume Soro, je suis en prison. Parce que ce n’est pas moi qu’on vise ! (…) C’est mon patron qu’on cherche », écrit notamment le chef du protocole du président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Souleymane Kamagaté de son vrai nom. « Est-ce c’est parce qu’on estime qu’il (Soro) serait un obstacle au troisième mandat d’Alassane Ouattara à la tête de la Côte d’Ivoire en 2020 ? », poursuit-il.

Cache d’armes

Lundi, le procureur de la République, Richard-Christophe Adou, a annoncé qu’une information judiciaire -asortie d’un mandat de dépôt – avait été ouverte contre lui « pour complot contre l’autorité de l’État ». Soul to Soul est dans le viseur de la justice depuis la découverte, dans la nuit du 14 au 15 mai dernier, d’une cache d’armes dans une villa lui appartenant à Bouaké. La deuxième ville du pays était alors l’épicentre des mutineries menées par d’ex-rebelles.

Je suis mis en prison à cause des armes qui ont mis Alassane Ouattara au pouvoir

« Des armes de guerre neuves dissimulées ont été découvertes dans une villa de Bouaké (…). Les enquêtes ont permis d’établir que la villa est la propriété de M. Koné », a indiqué le procureur, avant de détailler l’arsenal retrouvé : « Lance-roquettes RPG7, mitrailleuses lourdes, fusils d’assaut AK47, bombes, mortiers. »

« Les enquêtes ont également révélé que des personnes avaient été informées de l’existence de ces armes dans la villa de M. Koné et invitées à se servir. Leur mise à disposition visait la déstabilisation de l’État », a souligné le procureur.

Dans la lettre, Soul to Soul reprend la ligne de défense exprimée par les proches de Guillaume Soro depuis la découverte de la cache d’armes : ce stock fait partie d’armes acquises lors de la crise post-électorale et qui avaient alors été réparties à plusieurs endroits. « Quelle est aberrante cette histoire d’armes dont on veut me faire à tout prix le détenteur exclusif ? Où aurais-je pu trouver l’argent pour les acquérir ? Comment tout seul, j’aurais pu les entreposer dans ma maison ? (…) J’aurais dû dire non. Et refuser de céder ma maison pour que les militaires s’en serve comme base logistique pour leurs opérations quand nous étions reclus au Golf », explique-t-il.

Et de poursuivre : « Je suis mis en prison à cause des armes qui ont mis Alassane Ouattara au pouvoir. »

Jeuneafrique.com par

Côte d’Ivoire : le chef du protocole de Guillaume Soro sera de nouveau entendu mercredi par les enquêteurs

mai 30, 2017

Guillaume Soro quitte le palais présidentiel après une rencontre avec Alassane Ouattara, le 13 mars 2012. © Emanuel Ekra/AP/SIPA

Souleymane Kamagaté, chef du protocole du président de l’Assemblée nationale ivoirienne Guillaume Soro, a de nouveau été entendu lundi à Abidjan suite à la découverte d’une cache d’armes à Bouaké lors de la mutinerie de mai. Il a regagné son domicile mais sera convoqué une troisième fois mercredi par le procureur, a-t-on appris auprès de son entourage.

Après plusieurs heures d’audition, Souleymane Kamagaté − surnommé « Soul To Soul »−, a regagné son domicile abidjanais lundi 29 mai en fin d’après-midi. Convoqué dans la matinée, le chef du protocole du président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro était de nouveau entendu à la brigade de recherches de la gendarmerie nationale d’Abidjan, après une première convocation le 26 mai.

Au cœur de cette seconde audition : la découverte, par des mutins dans la nuit du dimanche 14 au lundi 15 mai à Bouaké, d’une supposée cache d’armes dans une villa cambriolée et présentée comme l’un de ses domiciles. Selon des médias ivoiriens, l’arsenal volé se serait ensuite retrouvé entre les mains de certains soldats ayant pris part aux mutineries à Bouaké, épicentre du dernier mouvement de contestation dans les casernes ivoiriennes.

Une nouvelle audition prévue mercredi

« Souleymane Kamagaté sera de nouveau entendu mercredi matin à la brigade de recherches de la gendarmerie nationale. Cette troisième audition permettra au procureur Souleymane Meïté de déterminer des charges en vue d’une éventuelle poursuite, ou bien de classer le dossier sans suite », explique un proche de Guillaume Soro ne tenant pas à être cité.

Nous espérons que le procureur décidera de classer l’affaire sans suite

« Bien sûr, nous espérons que le procureur décidera de classer l’affaire sans suite : aucune arme n’a été retrouvée au domicile de Bouaké qui servait de base arrière lors de la crise post-électorale et qu’il n’occupait d’ailleurs plus, donc le dossier est vide. Soul To Soul a également affirmé lors de sa première audition qu’il n’était ni le propriétaire ni l’acquéreur de ces armes, et qu’il n’en connaissait pas la provenance », a poursuivi cette source.

Guillaume Soro avait appelé Souleymane Kamagaté à se mettre à « la disposition des enquêteurs » dans une vidéo diffusée sur son compte Facebook le 18 mai. « Je lui ai demandé de dire sur l’honneur et sa conscience ce qu’il sait pour contribuer à aider les enquêteurs à conclure ce dossier. Chacun assumera sa responsabilité », avait-il déclaré.

Jeuneafrique.com par – à Abidjan