Posts Tagged ‘Souvenirs’

Grande-Bretagne: Déjà des souvenirs dédiés à la princesse Charlotte

mai 6, 2015

Les premières tasses commémorant la naissance de la princesse Charlotte de Cambridge ont été livrées mercredi dans des magasins londoniens. L’afflux de souvenirs est attendu dans une semaine en provenance d’Asie: assiettes, cuillères et autres bavoirs.

Pour satisfaire les inconditionnels de la monarchie britannique, la PME « Prince William pottery » de Liverpool a produit en hâte des mugs garnis des portraits du prince William et de son épouse Kate, encadrés d’angelots, avec pour légende « En souvenir de la naissance de la princesse Charlotte ».

L’atelier du nord de l’Angleterre a largement recopié les tasses issues en été 2013, après la naissance de George, premier enfant du couple princier.

« Hip hip hip Hourra princesse Charlotte » est le slogan proposé par Emma Bridgewater, un des nombreux ateliers de poterie de Hanley (nord de l’Angleterre), qui entend produire 800 pièces par jour.

Le Centre pour le commerce de détail (Centre for Retail Research) estime que le « bébé royal numéro 2 » fera rentrer de 60 à 70 millions de livres (de 85 à 100 millions de francs) dans les caisses des commerçants.

Romandie.com

Mon cœur est fou de chagrin

août 9, 2013

À Connor et Noah

Mon cœur est fou de chagrin

Déjà sont passés des soirs et des matins

Ployés sous mon immense douleur

Chargés de leur immense douceur

Elle me coupe comme une lame me scie

Une lame d’une mer houleuse, en furie.

Elle me ballote, m’emporte comme une vague

Et me laisse échouée sur la plage, algue

Sans amarre, éperdue, déchiquetée

Perdue dans les flots violents et denses

D’un écho qui va et revient, va et revient

Écho ravageur de ma terrible souffrance :

Pourquoi, pourquoi, pourquoi, pourquoi?

O ciel! O ciel! O ciel mes deux trésors

Étouffés. Par un python, mis à mort?

Qui me rendra mes deux garçons?

Qui me rendra mes deux garçons?

Je tourne et retourne bouleversée

Les pourquoi qui résonnent lancinants

Dans le tsunami de mon cœur déboussolé.

Dieu toi qui règnes dans les cieux immenses

Pardonne, pardonne le tort qui est le mien

Pardonne à une mère affolée, aux abois,

Pardonne. O Dieu à tes pieds je me jette

Brisée, vaincue. Déboussolée je reste et guette

Leurs pas connus figés dans mon cœur. Leurs voix

Encore à mes oreilles résonnent, m’appellent

Leurs doux rires résonnent, m’interpellent

Et je réponds échevelée, courbée: je viens, tendres enfants…

Désormais une loque sur la terre des vivants

Je demeure. Mes os gémissent, craquent, rompus

À l’idée de votre longue, longue absence que trace, irrésolu

Le mystère inénarrable des vos dernières minutes.

Dieu, à tes pieds je me jette, mon cœur en miettes chute

De cette chute vertigineuse que plus rien n’arrêtera

À tes pieds, éperdue, je me brise tendant vers toi mes bras

Avides et remplis de leurs souvenirs, de la chaleur de leurs pas.

Dans ton palais céleste, Dieu de grâce infinie ne les oublie pas.

Marie-Léontine Tsibinda

A mes Chers lecteurs de World Vision

septembre 19, 2012

J’ai le plaisir de vous informer et de partager avec tous mes followers ainsi qu’aux nombreux lecteurs et visiteurs que j’ai obtenu aujourd’hui 500 likes pour le site de World Vision.

Hier lgyslaine.wordpress.com/2012/09/18/beautiful, un blog ami venait de décerner à World Vision une récompense d’Award de « Beautyfull Blogger » que je vous dédie aussi. Autant d’évènements heureux que le blog enregistre ces derniers temps faisant la fierté réciproque entre l’éditeur-administrateur et les lecteurs-visiteurs qui sont des agents précieux soutenant cette belle activité de l’esprit. Car tous vos passages dans mon blog laissent toujours d’excellents souvenirs dans mes statistiques.

beautifulblogger

likeable-blog-500-1x
likeable-blog-500-1x

Bernard NKOUNKOU

La fraîcheur de ton sein

août 19, 2012

Regarde la fraîcheur de ton sein

qui se flétrit à regret chaque matin

comme une belle fleur du jardin

dont la sève obéit à la loi du destin.

 

Ne retiens pas entre tes mains ta jeunesse

tirée par les chevaux de la vieillesse

qui traversent le chemin de l’espérance

loin de bons souvenirs de l’enfance.

 

Profite de la vie au soleil de la joie

comme l’oiseau qui rentre dans le bois.

Ne voyage pas avec des pensées sans âmes

Mais avec des idées pleines de baume.

Bernard NKOUNKOU

Sur le toit du Santorin

août 10, 2012

Sur le toit bleu du Santorin

Mon regard voyage chaque matin

Plongeant dans la douceur de la mer Égée

L’ombre rapide du soleil dans sa nichée

Décrivant sa grande trajectoire matinale

Depuis sa petite vieille ligne horizontale

Féru par mes croyances pleines d’éthique

Forgés par des Cyclades de la vie monastique

L’ange bleu du ciel continue de bien inspirer

Le touriste qui ramène des souvenirs des clochers

Bernard NKOUNKOU

Devant le Saint-Laurent

septembre 28, 2010

Mon regard traverse à la nage
Le Saint-Laurent
Et revient dans la lumière sauvage
De mon œil lentement
Apportant les images
De riches paysages
Que je cache dans ma mémoire
Comme des kilos de souvenirs
Déroulant le ruban de mon œil
Qui filme le panorama du ciel
Dans la beauté de la bande horizontale
Où le blanc se marie au vert végétal
Quand le souffle de mon désir
S’élance comme le tir
Dans la peau invisible du vent
Et plane à la surface du Saint-Laurent
Me donnant la confiance du trifluvien
Qui sait vivre avec les siens
Dans la randonnée de la croisière
Marque excellente de Trois-Rivières.

Bernard NKOUNKOU