Posts Tagged ‘spectacle’

Interdiction d’un spectacle clandestin de Dieudonné à Bruxelles

mai 17, 2015

Le maire de Bruxelles a fait interdire dimanche un spectacle non annoncé du polémiste français Dieudonné à Bruxelles, a indiqué l’agence de presse Belga. Des forces de police ont été déployées pour empêcher tout incident.

L’annonce du spectacle avait uniquement été publiée sur le site internet de Dieudonné. Les personnes souhaitant venir étaient invitées à communiquer leur adresse mail pour connaître l’heure et le lieu du spectacle.

Les renseignements ont été communiqués aux intéressés dimanche peu après 15h00: 18h00 dans une salle d’un ancien site industriel près du centre de Bruxelles, selon les indications fournies à l’agence Belga.

Fausse marque
Le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur a immédiatement pris un arrêté pour faire interdire ce spectacle et a annoncé sa décision à l’agence de presse. Il a fondé sa décision sur le risque élevé de troubles à l’ordre public et a pour cette raison également décidé d’interdire toute manifestation de soutien ou contre la venue de Dieudonné sur l’ensemble du territoire de la ville de Bruxelles.

Des forces de police ont été déployées aux abords de la salle, louée officiellement pour un défilé d’une marque de sport qui n’existe pas, a indiqué le maire.

Les autorités belges avaient fait interdire début mai un congrès antisémite à Bruxelles, où était invité Dieudonné.

Romandie.com

Au monde ingrat et injuste

septembre 11, 2013

Fusillée pour ma liberté
Dans ce monde divisé
A cause de ma jambe en l’air
Qui saluait l’atmosphère
Du spectacle de la chorégraphie
Loin d’imaginer dans mon pays
Que je serais une victime expiatoire
Facilement conduite à l’abattoir
Car la simple expression de ma danse
Causait du tort à la conscience
Ô sale monde de salauds
Au visage de premiers badauds
Aux survivants du fil de l’existence
Vivez toujours dans la méfiance
De ces politiques qui nous bercent jours et nuits
Et nous tuent sans pitié dans le nid
Naïve j’ai chanté pour leur gloire
Une gloire de mauvais goût de mon histoire
Après avoir séduit un homme sans mémoire.

Bernard NKOUNKOU

Congo: Il déverse de l’acide sur la dépouille de son défunt frère

août 13, 2013

Déverser de l’acide sulfurique sur les dépouilles des parents disparus. Telle est la nouvelle trouvaille de certaines familles congolaises, pour décourager les déterreurs qui s’adonnent, de plus en plus, au sordide commerce des organes et ossements humains. Ce phénomène prend de l’ampleur, à Brazzaville et dans certains départements du Congo et serait même transfrontalier.

L’on raconte que des organes humains seraient transportés dans des bidons en plastique contenant de l’huile de palme. Un témoin nous a rapporté une scène horrible qui s’est passée, vendredi 2 août dernier, au cimetière privé Bouka.

En effet, décédé à Brazzaville, des suites d’une maladie, un jeune de 19 ans est conduit à sa dernière demeure. Pendant que le cercueil se trouvait dans le caveau, un jeune d’une trentaine d’années, frère du défunt, s’y est introduit et après avoir ouvert le couvercle de la bière, il s’est mis à déverser de l’acide sur le corps du défunt qui a commencé à fondre comme du beurre au soleil. Un spectacle ahurissant que certains parents, amis et connaissances du disparu, n’ont pu supporter de voir.

Y aura-t-il un jour au Congo l’incinération des corps, pour échapper aux déterreurs? En tout cas, le phénomène des déterreurs inquiète, de plus en plus, des familles dont certaines n’hésitent plus à utiliser l’acide sulfurique, pour dissoudre les restes mortels.

Lasemaineafricaine.net

Nigeria : 42 morts dans l’attaque d’un lycée attribuée à Boko Haram

juillet 6, 2013

KANO (Nigeria) – Quarante-deux personnes, des élèves pour la plupart, ont été tuées dans l’attaque d’un lycée de l’Etat de Yobe, dans le nord-est du Nigeria, par des hommes armés présentés comme des islamistes de Boko Haram, a-t-on appris samedi de source médicale.

Nous avons reçu les cadavres de 42 élèves et membres du personnel de l’établissement public d’enseignement secondaire de Mamudo, la nuit dernière. Certains avaient des blessures par balle et beaucoup des marques de brûlures, a déclaré à l’AFP Haliru Aliyu, de l’hôpital général de la ville de Potsikum (nord-est).

Mamudo est situé à quelque cinq km de Potsikum, grand centre commercial de l’Etat de Yobe, qui est l’un des foyers de l’insurrection de Boko Haram ces derniers mois.

D’après les témoignages des professeurs et des élèves qui ont survécu à l’attaque, les hommes armés ont rassemblé leurs victimes dans un dortoir, ont jeté des explosifs et ouvert le feu, faisant 42 victimes, a expliqué Aliyu.

Il a déclaré que le personnel de sécurité fouillait les buissons autour de l’école, à la recherche d’élèves blessés ayant fui l’attaque.

Jusqu’ici, six étudiants ont été trouvés et sont maintenant traités à l’hôpital pour leurs blessures par balle, a-t-il ajouté.

Un habitant, qui a souhaité rester anonyme, a confirmé le bilan de l’attaque attribuée à Boko Haram.

C’était un spectacle sanglant. Les gens qui se sont rendus à l’hôpital et ont vu les corps ont fondu en larmes. Il y avait 42 corps, des élèves pour la plupart Certaines dépouilles étaient déchiquetées, d’autres étaient sévèrement brûlées et portaient des impacts de balles, a-t-il dit.

Il a expliqué que l’attaque était imputée à la secte islamiste Boko Haram en représailles à la perte de 22 de ses membres au cours d’un raid militaire jeudi dans la ville de Dogon Kuka.

L’armée nigériane mène depuis la mi-mai une offensive de très grande envergure contre Boko Haram dans trois Etats du nord-est –Borno, Yobe et Adamawa– où l’état d’urgence a été décrété.

Les attentats de Boko Haram et la répression menée par les forces de sécurité ont fait au moins 3.600 morts depuis le début de l’insurrection en 2009, selon l’ONG Human Rights Watch.

Boko Haram, dont le nom signifie l’éducation occidentale est un pêché, a déjà mené de nombreuses attaques contre des écoles du nord-est du Nigeria par le passé.

Romandie.com avec (©AFP / 06 juillet 2013 16h04)

Les Anges 5 : Thomas et Nabilla mariés par Elvis

mai 16, 2013

Une belle cérémonie (on plaisante)

Les Anges de la téléréalité 5 : Thomas et Nabilla unis par ElvisLes Anges de la téléréalité 5 : Thomas et Nabilla unis par ElvisLes Anges de la téléréalité 5 : Thomas et Nabilla unis par ElvisLes Anges de la téléréalité 5 : Thomas et Nabilla unis par Elvis

Aujourd’hui dans Les Anges de la téléréalité 5 : Alban réussit son casting, Thomas et Nabilla se marient, et Vanessa roule Samir dans la farine.

Grosse tension dans les bureaux de David Saxe, le producteur de comédies musicales. L’audition d’Alban est sur le point de commencer. Pour le jeune chanteur, ce sera Sex Bomb de Tom Jones. Problème : il ne connaît pas les paroles de la chanson. Après un premier essai pas très prometteur, Alban s’attaque à Can you feel the love tonight ? d’Elton John. « Je fais du mieux que je peux », assure-t-il. Sa prestation plaît au producteur, qui lui confie – à notre grande surprise – un des rôles principaux de son nouveau show. On va dire que c’est la magie de Las Vegas. Mais il y a de quoi déchanter très vite : le spectacle commence dès le lendemain, et il y a encore beaucoup de travail à accomplir.

Après le sport, c’est l’heure du réconfort à Miami, où la plupart des Anges passent le reste de la matinée à bronzer sur les chaises longues. Mais Vanessa, elle, n’a pas le temps de buller : elle doit filer faire les courses en vue de préparer un repas pour Samir. Au menu, une escalope de dinde au roquefort, des pommes de terre sautées et un fondant au chocolat. On est loin de Top Chef, mais vu le niveau de cuisine de la bimbo, ça risque d’être suffisamment compliqué à gérer. D’ailleurs, Vanessa abandonne vite et fait semblant de préparer ses plats en attendant la commande qu’elle a passée auprès d’un traiteur. Une technique qui fonctionne à merveille : une fois à table, Samir ne se rend compte de rien.

Retour à Vegas, où Alban et Marie amènent Thomas et Nabilla sur les lieux de leur mariage surprise. En comprenant qu’elle va passer sur l’autel avec un sosie d’Elvis pour maître de cérémonie, Nabilla est sous le choc : « ALLÔ !!! Le mariage, c’est comme les enfants, c’est… bizarre ! C’est pas du tout mon truc. Même si c’est délire, ça reste un mariage, donc malgré tout je le prends au sérieux. » Après de nombreuses hésitations, la bimbo finit par oui, acceptant solennellement de devenir Mme Vergara. Le temps de l’émission sans doute.  http://bcove.me/755105rn

Voici.fr par M.A.

Le Salon du livre de Trois-Rivières: spectacle admirable

mars 20, 2013

 

Chers lecteurs!

J’aimerais partager avec vous un article sur le Salon du livre de Trois-Rivières, qui aura lieu du 21 au 24 mars 2013, publié à l’actualitte.com en France, puis repris par Globedia.com

http://www.actualitte.com/salons/25e-edition-du-salon-du-livre-de-trois-rivieres-spectacle-admirable-41100.htm

http://fr.globedia.com/25e-edition-salon-livre-trois-rivieres-spectacle-admirable

Bonne lecture et bien cordialement!

Bernard NKOUNKOU

Immolé pour du travail

mars 2, 2013

Immolé devant votre portail

Pour une difficulté de travail

Mes yeux éclatés à vos fenêtres

Ultime expression de mon être

 

Quand arrivent les pompiers de la ville

Comme une viande boucanée sur la grille

J’ai fini de consumer les dents dehors

A cause de mon dossier traité à tort

 

A la surprise du triste spectacle

Quand mes entrailles sans table

Regardent le costume du personnel

J’attends d’être drapé d’un linceul

 

Mon visage calciné et méconnaissable

Devient une simple curiosité détestable

Dans l’ingratitude de votre embauche

A la conscience souvent louche.

Bernard NKOUNKOU

CPI: L’article ‘’125’’ jette l’émoi dans la salle

février 21, 2013
CPI
© AFP par DR
CPI : l’ex Président Laurent Gbagbo devant les juges
Mardi 19 février 2013. La Haye. L’ancien président ivoirien comparait à la Cour pénale internationale (CPI), pour crime contre l’humanité.

«Un homme arrêté par les miliciens pro-Gbagbo à Abidjan, interrogé sur son appartenance ethnique et jeté dans les flammes du fameux ‘’article 125’’. Il se débat évidemment et de toutes ses forces pour sortir du feu. Mais les coups de bâton de ses bourreaux ne lui en laissent aucune chance et il est totalement consumé par les flammes». Ce n’est pas une scène fictive tirée tout droit d’un film d’horreur. Ce qui est ainsi décrit est bien la réalité du drame ivoirien, tel que Laurent Gbagbo et les siens l’ont infligé à la Côte d’Ivoire et aux Ivoiriens. Ce spectacle barbare, sauvage et ignoble qui dépasse l’entendement humain projeté hier en vidéo par l’accusation pour étayer ses arguments et surtout répondre à la défense qui a soutenu que le réquisitoire ne reposait sur aucune preuve probante, a jeté l’émoi dans la salle d’audience. Impossible pour les magistrats de supporter la cruauté, la bestialité, la sauvagerie extrême dont les miliciens de Gbagbo ont fait preuve lors de la crise postélectorale.

La présidente de la Cour, la juge sylvia Fernendez de Gurnendi, presque foudroyée par la cruauté de telles images, a suspendu la séance pour une demi-heure. Seulement un tout petit bout de preuve a suffi pour bouleverser le tribunal, qui a du coup mesuré toute l’horreur (à venir), en termes de preuves, que ce procès va dévoiler, lorsqu’il sera véritablement lancé. Celui qu’on surnomme le Machiavel des Lagunes va être découvert par le monde entier.

Dire qu’il existe 3500 éléments de preuves qui révèlent les pires crimes commis par les forces de Laurent Gbagbo ! La confirmation des charges dans ses conditions se précise et l’ancien président est bien parti pour subir un procès. Difficile, pourrait-on dire, de défendre l’indéfendable.

Le chef de l’équipe de Défense de Laurent Gbagbo, Me Altit, de toute évidence, a compris que le dossier en béton de la procureure Fatou Bensouda est pratiquement inattaquable.

Le Patriote par Lacina Ouattara

Johnny veut fêter ses 70 ans sur scène

novembre 5, 2012
 
Johnny Hallyday souhaiterait souffler ses 70 bougies l’an prochain sur scène, confie-t-il à RTL. « Je ne sais pas encore qui je vais inviter, mais j’aimerais bien avoir des gens que j’aime bien. Je n’ai pas l’impression d’avoir 70 ans, j’ai l’impression d’avoir, peut-être pas 20 ans, mais en tout cas pas plus de 40. »

Le chanteur a également dévoilé son agenda pour les prochains mois. « Là je m’arrête en décembre, je vais mon film avec Claude Lelouch, ensuite je répète avec mes musiciens, on va retravailler en mai-juin … Bercy puis quelques dates également en province .. Ce sera le spectacle que l’on fait actuellement, mais avec les nouvelles chansons de l’album ».

 
Lefigaro.fr

Mali – Tombouctou : 100 coups de fouet pour avoir conçu un enfant hors mariage

juin 20, 2012

À Tombouctou, le groupe islamiste Ansar Eddine fait régner la charia dans le fondamentalisme le plus strict. Un homme et une femme qui avaient conçu un enfant hors mariage en ont fait les frais : 100 coups de fouet chacun, en place publique.

Est-ce Roméo et Juliette, version « tombouctoussienne » ? Se sont-ils aimés ? Est-ce au contraire une histoire des plus banales ? Pour les islamistes, peu importe. C’est – comme toujours – beaucoup plus simple, en l’occurence « haram » (interdit). Et en d’autres termes, c’est un péché qui doit être puni. Pour avoir eu un enfant hors mariage, donc, un homme et une femme ont reçu mercredi cent coups de fouet chacun à Tombouctou (Nord-Mali), de la part de membres du groupe islamiste armé Ansar Eddine. Des châtiments corporels tout droit sortis d’un autre âge.

Mais c’est aussi pour le groupe islamiste, dont une délégation est à Ouagadougou afin de discuter avec le médiateur burkinabè, le moyen d’envoyer à Blaise Compaoré un message politique en réaffirmant son objectif principal : l’application de la charia, interprétée de manière radicale, obtuse et fondamentaliste.

Voir l’interview de Hamadoun Touré, porte-parole du gouvernement malien de transition :

 

« Comme un spectacle »

« Sur la place Sankoré de Tombouctou (centre), un homme et une femme ont reçu cent coups de fouet chacun pour avoir eu un enfant hors mariage », a rapporté Mohamed Ould Baby, un élu de la ville, ainsi que d’autres témoins. Ould Babny a précisé que c’était la première fois qu’un couple était ainsi puni depuis la prise de Tombouctou par les islamistes début avril.

« C’était comme un spectacle, les gens ont regardé ça. J’ai vu les jeunes descendre d’un véhicule sur la place, puis les coups de fouet. C’est la première fois que je vois ça », a affirmé Ould Baby. Selon une source hospitalière, les deux jeunes sont ensuite allés se faire soigner à l’hôpital de Tombouctou.

La police islamique de Ansar Eddine ne compte pas s’arrêter là : un de ses responsables a affirmé que six autres femmes ayant eu des enfants hors mariage seront prochainement sanctionnées par la charia à Tombouctou. La semaine dernière, c’étaient des membres du Mujao qui avaient brûlé des cartons de cigarettes et fouetté des fumeurs à Bourem, une ville du nord du Mali qu’ils occupent et contrôlent. En mai à Gao, ils avaient empêché des jeunes de jouer au football et de regarder la télévision, ce qui avait provoqué de violentes manifestations anti-islamistes.

Jeuneafrique.com avec AFP