Posts Tagged ‘stratégie offensive’

Air Côte d’Ivoire pour le « rayonnement » de Air France en Afrique de l’ouest

février 23, 2012

La nouvelle compagnie Air Côte d’Ivoire, née du partenariat  entre l’Etat ivoirien et Air France après la faillite d’Air Ivoire, est « un  projet important », pour le rayonnement ouest-africain de la compagnie française,  a affirmé jeudi à Abidjan, son directeur Alexandre de Juniac.

La compagnie dont Air France détiendra « le tiers du capital, est un projet  très important, embryon d’un hub régional qui sera ancré à Abidjan », a déclaré  M.  Juniac, lors d’une conférence de presse.

« Abidjan a une position géographique très privilégiée dans la zone.  Elle est  le point d’ancrage et le point de développement de nos activités pour l’ensemble  de la zone », a-t-il poursuivi.

Interrogé sur ce partenariat, au moment où Air-France est confrontée à des  difficultés financières, il a répondu: « c’est raisonnable (. . . ) les  investissements en cause sont tout de même en rapport avec la capacité  financière d’Air France, même dans une situation difficile ».

« A l’inverse, il serait risqué de ne pas le faire.  A la base de ce projet,  il y a une stratégie offensive qui consiste à développer un partenariat à partir  d’Abidjan, pour arroser la zone », a-t-il souligné.

Le porte-parole du gouvernement ivoirien, Bruno Koné avait annoncé début  février que « Air Côte d’Ivoire va démarrer ses activités fin avril ».

« L’Etat de Côte d’Ivoire aura 51% du capital, donc restera l’actionnaire  majoritaire », Air France détiendra 35% et 14% iront à des investisseurs privés,  a ajouté le porte-parole.

Le capital de cette compagnie qui remplace Air Ivoire est d’environ 25  milliards FCFA (quelque 38 millions d’euros), avait-il précisé.

« On est bien avancé sur le sujet (. . . ) ce sera avril ou début mai.  Nous  sommes moins concernés par le délai que par la qualité et la fiabilité qu’on  veut donner à la nouvelle compagnie », a souligné un proche de M.  Juniac.

Il y a environ deux ans, Air Ivoire a cessé ses vols, plombée par une dette  gigantesque et des effectifs pléthoriques.  Elle était détenue à 49,5% par  l’Etat et à 50,5% par CFI Aérien, filiale du groupe Atlantique, propriété de  l’homme d’affaires Bernard Koné Dossongui, considéré comme un soutien de  l’ex-président Laurent Gbagbo.

Jeuneafrique.com