Posts Tagged ‘Suède’

Après sa partie de campagne, le Conseil de sécurité va de l’avant sur la Syrie

avril 22, 2018

Les membres du Conseil de sécurité de l’ONU à Backåkra, dans le sud de la Suéde, le 21 avril 2018 / © AFP / Jonathan NACKSTRAND

Le temps de sa retraite dans la campagne suédoise, le Conseil de sécurité des Nations unies s’est engagé à redoubler d’efforts pour surmonter ses divisions sur le conflit syrien, a indiqué dimanche la Suède.

« Il y a un accord pour revenir sérieusement à un solution politique sous la houlette du processus de Genève des Nations unies », a annoncé Olof Skoog, ambassadeur de la Suède auprès de l’ONU.

« Nous sommes d’accord pour dire c’est maintenant le moment de récréer et approfondir le dialogue et trouver une dynamique constructive au sein du Conseil », a déclaré le président du Conseil de sécurité, l’ambassadeur péruvien Gustavo Meza-Cuadra.

« Une solution politique doit être conforme à la résolution 2254 », a-t-il dit.

Les membres du Conseil de sécurité, arrivés la veille à Backåkra, la résidence de campagne de Dag Hammarskjöld, second secrétaire général de l’histoire de l’ONU, se sont également accordés sur les efforts humanitaires et les armes chimiques.

Le secrétaire-général de l’ONU Antonio Guterres était également présent. Son envoyé spécial sur la Syrie Staffan de Mistura a participé dimanche aux discussions.

« Nous allons travailler dur maintenant et dans les jours qui suivent pour nous mettre d’accord sur un mécanisme sérieux pour établir si ces armes sont utilisées, qui est responsable », a ajouté M. Skoog.

« Nous avons été très inquiets d’une escalade du conflit dans la région, a-t-il rappelé.

« Le fait que la Russie avec mon collègue Vassili (Nebenzia) et l’ambassadrice américaine Nikki (Haley) s’assoient autour d’une table une journée et demie (…) cela créée une confiance dont le Conseil de sécurité a besoin pour prendre ses responsabilités ».

Cette retraite dans une bâtisse blanche avec vue sur la mer Baltique a eu un « effet cathartique, en permettant aux membres du Conseil de débrancher leur pilotage automatique et d’engager une vraie discussion de substance », a indiqué à l’AFP l’ambassadeur de France, François Delattre.

« Nous avons essayé de commencer à établir des zones de convergence possibles », s’est-il notamment félicité.

Romandie.com avec(©AFP / 22 avril 2018 15h42)                

Publicités

Explosion près d’une bouche de métro à Stockholm, un mort

janvier 7, 2018

La police a bouclé la zone près de la station de métro Varby Gard au sud de Stockholm où deux personnes ont été blessées dans une explosion le 7 janvier 2018 / © TT News Agency/AFP / Henrik MONTGOMERY

Une explosion d’origine indéterminée a fait un mort et un blessé dimanche matin près d’une bouche de métro dans l’agglomération de Stockholm, a annoncé la police en écartant dans l’immédiat la piste d’un acte terroriste.

L’explosion s’est produite vers 11H00 (10H00 GMT) sur une place près de la station de Vårby gård, sur la commune de Huddinge, dans la banlieue sud de la capitale suédoise

Un sexagénaire grièvement blessé et hospitalisé dans un état critique a succombé à ses blessures, a annoncé la police en début d’après-midi sur son site internet.

Une femme de 45 ans qui l’accompagnait a été plus légèrement blessée au visage.

« Selon des témoins, l’homme a ramassé un objet au sol qui a aussitôt explosé », a précisé à l’AFP Sven-Erik Olsson, porte-parole de la police de Stockholm.

Les quotidiens à grand tirage Expressen et Aftonbladet croient savoir que l’engin est une grenade à main. « Il est trop tôt pour le dire. Les techniciens sont toujours à pied d’oeuvre. Rien n’indique que le couple ait été visé », a indiqué Sven-Erik Olsson.

Aucun élément n’accrédite non plus la piste d’un acte terroriste, a souligné le porte-parole. Une enquête a été ouverte pour meurtre.

La station de métro et la place ont été fermées pour permettre aux démineurs de sécuriser les lieux.

Romandie.com avec(©AFP / 07 janvier 2018 14h45)                

Près de 200 musiciens suédois dénoncent des abus sexuels

novembre 17, 2017

Stockholm – « Quand on est violée par un musicien de talent, on perd beaucoup d’amis »: 1.993 artistes suédoises ont dénoncé vendredi dans une tribune les agressions, les viols et le harcèlement dans le milieu de la musique.

Les signataires, dont les stars de la chanson Zara Larsson et Robyn, s’insurgent contre la « culture du silence » dans une industrie où le harcèlement et les agressions sont « plus la règle que l’exception ».

« Dirigeants dans le milieu de la musique, c’est votre responsabilité que personne ne soit victime de harcèlement sexuel et vous avez échoué », écrivent-elles dans le quotidien Dagens Nyheter.

Cette tribune est publiée un peu plus d’une semaine après celle de 456 comédiennes dénonçant le harcèlement, les agressions et la culture du silence dans le cinéma et le théâtre dans le pays scandinave.

Certaines de ces actrices doivent se retrouver les 19 et 20 novembre pour lire leurs témoignages sur scène.

Rassemblés sous le mot-dièze #quandlamusiquesarrete (#närmusikentystnar), des récits anonymes, dont plusieurs font état de viols, visent — sans les nommer — des artistes, producteurs et agents réputés en Suède et à l’étranger.

« Je fais semblant, comme dans un film. Je le trouve laid, il laisse un goût répugnant dans ma bouche. Il m’a enlevé la joie d’avoir enfin fait un album. Il a abusé de ma confiance », témoigne ainsi une chanteuse.

« J’ai été agressée par un musicien (…) sur scène quand on jouait », se souvient une autre artiste.

Par ailleurs 1.300 responsables politiques femmes de droite et de gauche, dont plusieurs députées, ont dénoncé vendredi les mêmes pratiques sous le mot-dièze #danslescoulissesdupouvoir.

« Nous nous sommes lancées en politique pour changer le monde et bâtir un monde meilleur. Nous avons rapidement réalisé que nous devions d’abord changer le monde politique », écrivent les signataires du manifeste.

« J’avais 15 ans », raconte l’une d’elles. « J’ai été violée par un garçon qui siégeait au bureau national du mouvement de jeunes. Il m’a envoyé des fleurs pour s’excuser. Quand j’ai écrit que ce qu’il avait fait était illégal et que j’envisageais de porter plainte il s’est tourné vers le bureau national et s’est ouvert à ses membres. Ils lui ont ensuite exprimé leur entier soutien ».

Romandie.com avec(©AFP / 17 novembre 2017 17h40)                                            

Mort de la journaliste suédoise portée disparue à bord d’un sous-marin au Danemark

août 21, 2017

La journaliste suédoise Kim Wall, dans une photo diffusée le 12 août 2017 par sa famillenn / © TT News Agency/AFP/Archives / Tom WALL

L’inventeur danois d’un sous-marin artisanal a révélé que la journaliste suédoise portée disparue depuis le 11 août était morte accidentellement à bord de son navire et qu’il avait jeté son corps à la mer, a annoncé la police danoise lundi.

L’inventeur Peter Madsen avait dans un premier temps affirmé avoir laissé la journaliste Kim Wall, qui réalisait un reportage à bord de l’appareil, sur la pointe de l’île de Refshaleøen, à Copenhague, dans la soirée du 10 août.

Mais Peter Madsen, accusé d’homicide involontaire par négligence, a finalement « déclaré à la police et au tribunal qu’il y a eu un accident à bord du sous-marin qui a conduit à la mort de Kim Wall et qu’il l’a ensuite jetée à la mer dans un lieu encore indéterminé dans la baie de Køge », à environ 50 kilomètres au sud de Copenhague, a indiqué la police dans un communiqué.

Peter Madsen, 46 ans, avait été présenté devant un juge le 12 août, au lendemain de la disparition de la journaliste de 30 ans. Les audiences se sont depuis déroulées à huit clos et la date de ses révélations reste inconnue.

Le 11 août, la défense danoise avait annoncé chercher le sous-marin Nautilus (18 m). L’appareil avait disparu la veille au soir dans le détroit d’Öresund, entre Danemark et Suède, avec les deux personnes à son bord.

Le propriétaire M. Madsen avait été secouru, mais les autorités étaient à la recherche de Kim Wall.

Le sous-marin avait été localisé dans la journée du 11 août dans la baie de Køge. Il avait été renfloué et fouillé, sans que les autorités parviennent à trouver la trace de la journaliste.

Pour la police danoise, le sous-marin a été délibérément coulé.

Peter Madsen avait alors été soupçonné d’homicide involontaire par la police.

– Journaliste indépendante –

Le quotidien suédois Aftonbladet a cité vendredi une lettre de la famille de la journaliste qui « en appelait à l’aide du public » sur son sort.

« Nous n’espérons rien que le retour en vie de notre fille, mais nous réalisons que les chances sont extrêmement minces », poursuit la famille.

Kim Wall, journaliste indépendante, avait collaboré avec les titres The Guardian et le New York Times. Diplômée de l’Ecole supérieure de journalisme de Columbia, elle était basée à New York et en Chine.

Ses amis la décrivent comme « invincible », « ambitieuse » et « voyant toujours quelque chose de bon chez une personne », d’après les médias suédois.

Peter Madsen et Kim Wall avaient été aperçus par plusieurs personnes à bord du sous-marin, le soir du 10 août.

Des photos d’eux, où ils apparaissent debout, Kim Wall souriante, en haut de la tour du sous-marin, ont circulé sur internet.

La chaîne danoise TV2 a diffusé des images de Peter Madsen, interrogé par la police, après son sauvetage. Lorsque le journaliste lui avait demandé des renseignements sur la journaliste disparue, il avait répondu: « Je sais juste que son prénom est Kim ».

« Je ne regarde pas les antécédents des journalistes qui m’appellent et me demandent +est-ce que je peux vous interviewer+ », avait ajouté Peter Madsen, alors qu’il entrait dans une voiture de police.

Le sous-marin Nautilus était le plus grand submersible artisanal du monde (18 m) au moment de son lancement, il y a neuf ans.

Romandie.com avec(©AFP / 21 août 2017 13h55)                

Un ex-otage suédois au Mali critique le paiement des rançons

août 10, 2017

L’ex otage suédois au Mali Johan Gustafsson, lors d’une conférence de presse à Stockholm, le 10 août 2017 / © TT News Agency/AFP / Vilhelm STOCKSTAD

Un ex-otage suédois, détenu par Al-Qaïda au Mali pendant plus de cinq ans avant d’être libéré en juin, a dénoncé jeudi le versement de rançons dans les affaires d’enlèvement.

Johan Gustafsson, 42 ans, a déclaré ignorer les raisons pour lesquelles ses ravisseurs avaient décidé de le libérer après cinq ans et sept mois de détention, mais espérer que le gouvernement suédois dise vrai quand il affirme son refus de payer des rançons pour libérer des otages.

« Personnellement, je pense que c’est pas bien (de payer une rançon, NDLR). Cela met d’autres personnes en danger (…) Ce sont d’importantes sommes qui (…) ont un impact énorme sur la guerre. (Les groupes jihadistes) peuvent utiliser cet argent dans leur machinerie de guerre », a déclaré l’ex-otage lors de sa première conférence de presse depuis son retour en Suède, le 26 juin.

Le 25 novembre 2011, Johan Gustafsson avait été enlevé à Tombouctou par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) en même temps que le Sud-Africain Stephen McGown et un Néerlandais, Sjaak Rijke. Un quatrième homme – un Allemand – avait été tué en tentant de résister à ses ravisseurs.

Le Néerlandais avait été libéré par les forces françaises en 2015.

Le Sud-Africain a quant à lui été libéré le 29 juillet dernier. Interrogé sur les conditions de la libération de Stephen McGown, le ministre sud-africain de la Sécurité intérieure David Mahlobo avait assuré que son gouvernement n’avait payé « aucune rançon ».

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Les jihadistes ont été en grande partie chassés de cette région par une intervention militaire internationale lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, qui se poursuit actuellement.

Aqmi publie régulièrement des vidéos de ses otages, sans revendications claires de la part des ravisseurs.

Peu de détails sont connus sur la façon dont Stockholm a assuré la libération de M. Gustafsson.

La ministre suédoise des Affaires étrangères, Margot Wallström, a déclaré le 26 juin que cette libération était le résultat de « plusieurs années d’efforts » de la part de la police, des politiciens, des diplomates et des autorités suédoises et internationales.

De son côté, M. Gustafsson a simplement dit avoir été chassé du désert par ses ravisseurs pour être remis à des policiers suédois qui avaient « les larmes aux yeux » et l’ont ensuite accompagné en Suède.

Romandie.com avec(©AFP / 10 août 2017 13h28)                

En Somalie, la première fromagère du pays a du pain sur la planche

juin 13, 2017

 

Samira Mohamed Abdirahman avait fui la guerre civile il y a vingt ans en se réfugiant en Suède. Mais, nostalgique des rues de Mogadiscio, elle y a ouvert une crémerie.

somalie

Samira Mohamed Abdirahman. Crédits : Muse Mohammed pour TEDx Mogadishu

Mais que lui est-il donc passé par la tête ? Samira Mohamed Abdirahman, confortablement installée en Suède depuis vingt ans, avait une situation plus qu’enviable : un emploi stable, un mari, trois enfants, profitant à plein d’un pays égalitaire au modèle social admiré dans le monde entier. Pourquoi alors a-t-elle eu l’envie subite de retourner en Somalie, sa terre natale certes, mais aussi pays le plus corrompu de la planète, en proie à la sécheresse et à la guerre civile ?

Elle a pourtant franchi le pas en ouvrant en mars une crémerie à Mogadiscio et en devenant ainsi officiellement la première fromagère de l’histoire de la Somalie. Un parcours inédit, salué lors d’une conférence TEDx organisée dans la capitale somalienne en avril et dont elle fut l’une des révélations. Jointe par téléphone, cette femme rayonnante et coquette conte sa vie d’un trait comme si tout était écrit d’avance. Elle a pourtant subi, comme tant d’autres, les innombrables circonvolutions de l’histoire somalienne.

Un échiquier sanglant

Mogadiscio, Samira y est née il y a trente-cinq ans. Dans les années 1980, la ville vit sous la férule du dictateur de Siad Barré (1969-1991). Elle est dure mais paisible. « On se baladait sans peur. Il y avait de la musique dans les rues, des cinémas et même des touristes sur la plage du Lido ! », se souvient-elle. L’année 1991 sonne la fin de l’enfance. La Somalie sombre alors dans la guerre civile et Mogadiscio se transforme en un échiquier sanglant, ravagé par les affrontements entre clans rivaux. « On entendait tous les jours le bruit des explosions et des tirs. On n’osait plus sortir de chez soi », explique la jeune femme, qui devra jouer à cache-cache six longues années avec les bombes avant de rejoindre ses parents, déjà réfugiés en Suède.

somalievert

Dans la crémerie de Samira Mohamed Abdirahman à Mogadiscio. Crédits : TEDxMogadishu

L’ado de « Moga » s’habitue vite à la vie suédoise, en apprend la langue, se marie, étudie l’économie et travaille comme pâtissière. Mais le « pays de Pount » (nom mythique de la Somalie) lui manque. En 2015, malgré des réticences, elle s’envole pour deux semaines de vacances à Mogadiscio. « J’ai retrouvé ce sens incroyable de la solidarité, mes lieux d’enfance, mes amis, raconte-t-elle. Au moment de retourner en Suède, je ne voulais plus partir. »

En Somalie, pourtant, Samira la Suédoise est frustrée. « Au petit déjeuner, j’ai l’habitude de manger du pain avec du fromage. Mais impossible d’en trouver à Mogadiscio ! » A son retour, ni une ni deux, la jeune femme apprend sur le tas l’art de la fromagerie, achète quelques machines et s’envole à nouveau pour Mogadiscio. « J’ai vu un espace à prendre : je suis entrepreneuse, pas humanitaire ! Je veux que ce business devienne une entreprise rentable », clame-t-elle sans fausse pudeur.

Les plus grands buveurs de lait au monde

Le choc culturel est violent. « La Suède est si organisée… En Somalie, avec la bureaucratie chaotique, la corruption, les coupures d’électricité, tout est plus compliqué ! », se plaint-elle. Mais Samira tient bon, parcourt la capitale en quête de clients et fait tester ses premiers fromages au public sur les plages de la capitale.

La matière première est abondante. Car les Somaliens sont les plus grands buveurs de lait au monde : un Somalien moyen en consommerait près d’un litre par jour selon l’ONU ! « La Somalie, c’est le lait !, revendique Samira, qui se fournit sans difficulté auprès de fermiers locaux. Le nom même du pays vient de Soo maal, qui veut signifie “traire” en langue somali ! »

Somaliebaton

La fabrique de fromages Samira Soomaal. Crédits : Samira Mohamed Abdirahman

Trois mois après son ouverture, la crémerie, baptisée Samira Soomaaal, fournit chaque jour quatre hôtels renommés de la capitale en fromage, mais aussi en lait, crème, beurre et quelques pâtisseries suédoises à la cannelle. Sur le plateau, au choix : pâte dure ou molle, vache, chèvre mais aussi dromadaire ! « C’est délicieux quand c’est frais ! », assure Samira.

« M. Cheese »

Elle n’est pas la seule de la diaspora somalienne – 2 millions de personnes à travers le monde – à être revenue faire des affaires dans un pays sans Etat où l’on manque encore de tout. Mais, pour une femme, la tâche est plus ardue encore. « Les gens ici me demandent parfois ce que je fais là, pourquoi je ne reste pas à la maison à m’occuper des enfants et de mon mari, s’exaspère Samira. Je ne supporte pas ça ! Venant de Suède, il est naturel pour moi de travailler, même enceinte ! » Pour montrer l’exemple, la fromagère a déjà recruté trois femmes apprenties.

Samira Soomaal ne livre pour le moment qu’un nombre restreint d’hôtels de luxe de Mogadiscio qui vivent en vase clos, où défilent officiels et diplomates étrangers, à des années-lumière du peuple somalien. Mais la fromagère, qui partage aujourd’hui sa vie entre la Suède et la Somalie, croit en sa bonne étoile. Coïncidence ou destin ? En février, à la veille de l’ouverture de sa crémerie, était élu président en Somalie Mohamed Abdullahi Mohamed, dit « Farmajo ». Un surnom, venu de l’italien formaggio… et du latin formaticus qui ont donné notre mot fromage !

Piledefromage

Tommes de fromages au lait de dromadaire. Crédits : TEDxMogadishu

« “M. Cheese serait un grand amateur de produits laitiers ! », s’enthousiasme Samira, qui aimerait par-dessus tout attirer son président dans sa fromagerie. « Cela nous ferait une publicité extraordinaire », s’amuse-t-elle. Entrepreneuse, toujours.

Lemonde.fr par Bruno Meyerfeld (contributeur Le Monde Afrique, Nairobi)

Cannes: un Suédois rafle la Palme d’or à la surprise générale

mai 28, 2017

Le réalisateur suédois Ruben Ostlund Palme d’or du 70e Festival de Cannes avec « The Square », le 28 mai 2017 / © AFP / Valery HACHE

Enorme surprise à Cannes: la Palme d’or a été attribuée dimanche au film suédois « The Square », réalisé par Ruben Ostlund, une comédie féroce qui tourne en dérision le monde de l’art et de la bonne société.

Ostlund apporte à la Suède sa troisième Palme, après les deux récompenses glanées par Bille August, pour « Pelle le conquérant » en 1988 et « Les meilleures intentions » en 1992.

Dans « The Square », l’acteur danois Claes Bang incarne un conservateur d’un musée d’art contemporain, qui prépare une exposition sur la tolérance et la solidarité. Son univers bascule soudainement avec le vol de son portable et de son portefeuille alors qu’il porte secours à une femme. Un subterfuge des voleurs.

« C’est un film formidable et une équipe formidable », s’est exclamé sur la scène du Palais des festivals Ruben Ostlund, qui a reçu son prix des mains du président du jury Pedro Almodovar et de Juliette Binoche. Son film avait été ajouté à la dernière minute à la compétition.

Dans son film, un des rares à avoir fait rire aux éclats les spectateurs, notamment avec une scène de préservatif, Ruben Ostlund a voulu dénoncer par le sarcasme les petites et grandes lâchetés des nantis cultivés face aux migrants, réfugiés et SDF.

Alors que « 120 battements par minute » du Français Robin Campillo et « Faute d’amour » du Russe Andreî Zviaguintsev faisaient figure de favoris, « The Square » s’est démarqué dans une sélection où la noirceur a prédominé.

– Grand prix pour ‘120 battements par minute’ –

Robin Campillo a tout de même récolté le Grand Prix pour son film coup de poing sur les combats de l’association Act Up dans les années Sida.

Dans ce film, il restitue les opérations spectaculaires d’Act Up, des jets de poches de faux sang aux débats pour décider des actions à mener… Mais il montre aussi le sexe, l’amour, les gay prides et les soirées exutoires au son de la house musique, qui donne son titre au film.

Autre surprise: alors que son film avait été accueilli tièdement, la réalisatrice américaine Sofia Coppola a remporté le Prix de la mise en scène pour « Les Proies », son remake du film éponyme de Don Siegel (1971), qui raconte l’irruption d’un soldat blessé (Colin Farrell) dans un pensionnat de jeunes filles dirigé par Nicole Kidman dans l’Amérique de la guerre de Sécession.

Reine de Cannes cette année avec deux films en compétition, Nicole Kidman a reçu un Prix spécial pour la 70e édition du Festival.

« Faute d’amour » d’Andreï Zviaguintsev a obtenu le Prix du Jury, pour son histoire sur la disparition d’un enfant qui ne supporte plus les disputes de ses parents qui se battent pour ne pas le garder.

Dans ce film âpre, le cinéaste, déjà récompensé du Prix du jury en 2011 pour « Elena » et du scénario en 2014 pour « Léviathan », dépeint une société russe individualiste et déshumanisée.

Auteur d’une performance époustouflante dans « You Were Never Really Here » de Lynne Ramsay, l’acteur Américain Joaquin Phoenix décroche le Prix d’inteprétation masculine. A 42 ans, il est consacré pour sa partition tout en intensité dans le rôle d’un vétéran de l’Irak, traumatisé, mutique et ultra-violent, qui doit exfiltrer une adolescente d’un réseau de prostitution.

« C’est un prix tout à fait inattendu. J’ai renvoyé mes souliers vernis », a déclaré un Joaquin Phoenix visiblement surpris, chaussé de baskets en toile sur la scène. « Je reste sans voix. »

– Neflix bredouille –

L’Allemande Diane Kruger a remporté le Prix d’inteprétation féminine pour sa performance dans « In The Fade » du Germano-Turc Fatih Akin. Elle y incarne Katja, une femme allemande qui décide de se venger de terroristes néo-nazis qui ont tué dans un attentat son mari, un ancien trafiquant de drogue d’origine turque, et son fils de six ans.

Lynne Ramsay, réalisatrice britannique de « You were never really here », a elle partagé le Prix du scénario avec le Grec Yorgos Lanthimos (« La mise à mort du cerf sacré »).

Dans son thriller horrifique, le réalisateur grec met en scène Steven (Colin Farrell), un brillant chirurgien qui prend sous son aile un adolescent perturbé, dont le père est mort des années plus tôt sur sa table d’opération.

A noter parmi les grands perdants Netflix, pour la première fois en lice pour la Palme avec deux films, et dont la présence avait créé la polémique.

Romandie.com avec(©AFP / 28 mai 2017 21h09)

La Suède renonce aux poursuites contre Julian Assange pour viol

mai 19, 2017

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, réfugié à l’ambassade d’Equateur, le 5 février 2016 à Londres / © AFP/Archives / BEN STANSALL

Il criait au complot: la justice suédoise a classé vendredi l’enquête pour viol visant Julian Assange, qui devra pourtant patienter avant de sortir de l’ambassade d’Equateur à Londres où il s’est réfugié en 2012.

Si le mandat d’arrêt européen est levé, la police britannique a prévenu qu’elle serait « obligée » d’arrêter Julian Assange s’il sortait de l’ambassade, au motif qu’il avait enfreint en 2012 les conditions de sa liberté sous caution au Royaume-Uni.

Pour ce qui concerne le volet suédois, « l’affaire Assange » se conclut sur un fiasco judiciaire et valide la stratégie de l’obstruction systématique mise en oeuvre par ses nombreux avocats pour lui éviter de comparaître devant un tribunal.

À trois ans de la prescription, la procureure suédoise Marianne Ny a donc annoncé avoir classé l’enquête et requis la levée du mandat d’arrêt européen que Julian Assange tentait de faire annuler depuis 2010.

« Toutes les possibilités de faire avancer l’enquête ont été épuisées (…) et il n’apparaît plus proportionné de maintenir la demande de placement en détention provisoire par défaut de Julian Assange ni le mandat d’arrêt européen », a-t-elle fait valoir.

L’abandon des poursuites « ne résulte pas d’un examen complet des éléments de preuve » et la justice suédoise « ne se prononce pas sur la question de la culpabilité », a remarqué la procureure.

Génie persécuté pour les uns, manipulateur paranoïaque pour les autres, Julian Assange a toujours récusé les accusations de viol. Sauf coup de théâtre, il restera à jamais présumé innocent.

Victoire totale

Malgré son soulagement manifeste, l’Australien a lancé sur Twitter qu’il « n’oublie pas et ne pardonne pas » d’avoir été « détenu pendant sept ans », dont cinq dans des conditions spartiates à l’ambassade d’Équateur à Londres.

« Détenu pendant sept ans sans charges pendant que mes enfants grandissaient et que mon nom était traîné dans la boue. Je ne pardonne pas et n’oublie pas », a-t-il tweeté.

Julian Assange dénonce une manœuvre pour le faire extrader vers les Etats-Unis, où il risque d’être poursuivi pour la publication de documents militaires et diplomatiques confidentiels.

L’administration de Donald Trump a affirmé en avril que son arrestation était une « priorité » et selon des médias locaux, les États-Unis sont en train de monter un dossier d’accusation.

En février 2016 déjà, un groupe de travail de l’ONU critiquait la lenteur de l’enquête et appelait la Suède et le Royaume-Uni à indemniser l’ex-hacker pour « détention arbitraire ».

« C’est une victoire totale pour Julian Assange », s’est pour sa part réjoui son avocat suédois, Per Samuelsson. Son client, a-t-il indiqué à l’AFP, souhaite recevoir l’asile en Equateur. « C’est le seul endroit où il est en sécurité ».

Quito a salué la décision de la justice suédoise et appelé le Royaume-Uni à laisser Julian Assange quitter son territoire sans être inquiété.

« Le mandat d’arrêt européen n’est plus valide. Le Royaume-Uni doit fournir une sortie sûre à M. Julian Assange », a affirmé sur Twitter le ministre équatorien des Affaires étrangères, Guillaume Long.

Prescription

Mais la menace d’une arrestation a tempéré les ardeurs de son entourage. « La Grande-Bretagne annonce qu’elle arrêtera Assange quoi qu’il arrive et refuse de confirmer ou de démentir qu’elle a déjà reçu une demande d’extradition des Etats-Unis », a tweeté WikiLeaks.

A Stockholm, l’accusatrice de l’Australien, « choquée », a dénoncé un « scandale » et maintenu sa version.

« Aucune décision pour classer l’affaire ne peut changer le fait qu’Assange a commis sur elle un viol », a déclaré son avocate, Elisabeth Fritz, dans un mail à l’AFP.

Âgée d’une trentaine d’années à l’époque des faits, elle a porté plainte le 20 août 2010 contre Julian Assange, qu’elle avait rencontré au cours d’une conférence de WikiLeaks à Stockholm quelques jours auparavant. Elle l’accuse d’avoir engagé un rapport sexuel non protégé pendant qu’elle dormait dans la nuit du 16 au 17 août.

Julian Assange soutient qu’elle était consentante et avait accepté de ne pas utiliser de préservatif. C’est ce qu’il a redit à un procureur équatorien, en présence d’une magistrate suédoise, lors de son audition à l’ambassade d’Equateur en novembre.

Cet interrogatoire, négocié des mois durant par les deux parties, n’aura finalement pas changé la donne.

L’instruction suédoise, notamment retardée par le refus de M. Assange d’être entendu en Suède, aura pris près de sept ans. La plainte d’une autre jeune Suédoise pour une agression sexuelle à la même époque à Stockholm a été frappée par la prescription en 2015.

Romandie.com avec(©AFP / 19 mai 2017 16h27)                

Suède: une mosquée ravagée par un incendie probablement criminel

mai 1, 2017

Des musulmans prient dans une mosquée de Stockholm en Suède, le 12 septembre 2003 / © SCANPIX SWEDEN/AFP / JONAS EKSTROMER

La plus grande mosquée chiite en Suède, située dans la banlieue de Stockholm, a été ravagée dans la nuit de dimanche à lundi par un incendie vraisemblablement d’origine criminelle, selon la police suédoise.

Les pompiers ont été alertés peu avant 00H30 (22H30 GMT) de ce feu dans le quartier de Jakobsberg à Järfälla. « Cela brûlait violemment au niveau de la façade, à l’extérieur du bâtiment », a précisé la police dans un communiqué.

Une enquête pour incendie criminel a été ouverte. « Cela semble avoir été allumé depuis l’extérieur », a déclaré à l’agence de presse TT un porte-parole de la police de Stockholm, Lars Byström.

Aucun blessé n’est à déplorer. Les services de sécurité (Säpo) ont été associés à l’enquête en raison de l’éventualité d’un motif politique, a ajouté ce porte-parole.

« C’est la plus grande mosquée chiite en Suède, avec des milliers de fidèles (…) Ils sont vraiment inquiets », a affirmé à la chaîne de télévision publique SVT un porte-parole de l’association qui gère la mosquée, Akil Zahiri.

Plusieurs mosquées ou locaux d’associations musulmanes en Suède ont été visés ces dernières années par des incendies d’origine criminelle, dont les auteurs le plus souvent ne sont pas retrouvés.

En avril 2016, un homme de 31 ans ayant professé sa xénophobie avait été condamné à trois ans de prison pour avoir mis le feu avec un bidon d’essence à une mosquée de Borås (sud-ouest).

Le 7 avril dernier, cinq personnes avaient été tuées en Suède dans un attentat au camion bélier dans le centre de Stockholm. L’auteur de l’attaque est un Ouzbek en situation irrégulière sur le territoire suédois, qui ne cachait pas ses « sympathies jihadistes » sur les réseaux sociaux selon la police.

Romandie.com avec(©AFP / 01 mai 2017 11h42)                

Attentat de Stockholm: le suspect est un Ouzbek de 39 ans

avril 8, 2017

 

Une policière marche sur le site d’un attentat dans le centre de Stockholm le 8 avril 2017 / © AFP / Jonathan NACKSTRAND

Le suspect de l’attentat au camion-bélier qui a fait quatre morts vendredi à Stockholm est un Ouzbek de 39 ans connu des services de renseignement, ont annoncé les autorités suédoises samedi.

« C’est un homme de 39 ans d’Ouzbékistan », a déclaré lors d’une conférence de presse le responsable de la police suédoise, Dan Eliasson, au sujet d’un homme arrêté et placé en garde à vue après l’attaque. L’individu était connu des services de renseignement, a précisé un responsable de ces derniers, Anders Thornberg.

Romandie.com avec(©AFP / 08 avril 2017 14h09)