Posts Tagged ‘Superman’

États-Unis: Une levée de fonds pour les obsèques du Superman d’Hollywood Boulevard

novembre 21, 2019

Sup

Icône tragique du Walk of Fame de Los Angeles, où il a incarné Superman pendant presque trente ans, Christopher Dennis est mort dans la rue à 52 ans.

Christopher Dennis n’y avait pas son étoile, mais son nom y restera attaché. À force d’arpenter depuis près de trente ans le Walk of Fame de Los Angeles dans son costume de Superman, il en était devenu un élément du paysage aussi emblématique que les stars scellées pour la postérité dans les pavé d’Hollywood Boulevard. Suivant son exemple, des dizaines d’autres se sont mis à revêtir chaque jour un costume de super-héros pour poser aux côtés de touristes en échange de quelques dollars. L’attraction figure aujourd’hui dans les guides touristiques. Elle continuera sans lui. À 52 ans, il a été retrouvé mort le 2 novembre dans un bac de vêtements à donner de Los Angeles. D’après la police américaine, Christopher Dennis, sans logis depuis la perte de sa caravane trois ans plus tôt, se serait retrouvé coincé dans un conteneur en y cherchant des habits.

Plusieurs fois victime de la violence des rues, il avait été grièvement blessé lors d’une agression. «J’étais comme mort, je n’avais plus de quoi gagner ma vie, j’avais perdu ma dignité et ma fierté», racontait-il en 2017 à un journaliste du Guardian. Émus par son sort, des habitants de Los Angeles s’étaient cotisés pour lui offrir de quoi s’acheter un nouveau costume et trouver un logement. Un répit temporaire. En proie à des problèmes d’argent, dépendant à la méthamphétamine, Christopher Dennis était de nouveau à la rue en 2018, selon des témoignages recueillis alors par Le Figaro.

C’est au début des années 1990 que Christopher Dennis a commencé à porter le costume de Superman sur le Walk of Fame, après que plusieurs personnes lui aient fait remarquer combien il ressemblait à l’acteur Christopher Reeve, qui incarna l’Homme d’acier au cinéma en 1978. Devenu au fil des ans une attraction locale, il était l’invité régulier du Jimmy Kimmel Live!, une émission de divertissement dont les studios se trouvent sur le Hollywood Boulevard.

Le mendiant le plus célèbre de Los Angeles

«Beaucoup de personnes l’ont imité et se déguisent sur Hollywood Boulevard pour gagner un peu d’argent, mais Chris était différent, sa passion pour Superman était totale, confie au Figaro le réalisateur Matthew Ogens, réalisateur de Confessions of a Superhero, un documentaire au sujet des héros costumés du Walk of Fame. Il portait des T-shirts Superman sous son costume, il s’y identifiait vraiment.»

De sa rencontre avec Christopher Dennis en 2006 lors de la Superman Celebration organisée chaque année par la petite ville de Metropolis, dans l’Illinois, le journaliste du Point Pop et spécialiste de la bande dessinée américaine Philippe Guedj garde le souvenir d’un «fan depuis l’enfance», un «prêtre en mission» candide et sincère, prêchant entre deux photos les valeurs incarnées par le super-héros : «truth, justice, and the American way». Hors champ, dans l’intimité de la chambre d’hôtel où s’entassaient ses panoplies, il racontait son quotidien difficile, fait de cachets au lance-pierres et de rares défraiments. Il ne se départissait pas pourtant de la haute idée qu’il se faisait de ce métier.

Auteur d’un film documentaire consacré plus spécifiquement à Christopher Dennis, et qui doit être diffusé au printemps 2020, le réalisateur russe Vlad Kozlov a lancé une collecte en ligne pour payer les obsèques de cet homme singulier dont il était devenu proche, et qui lui a confié son histoire : sa mère alcoolique, son placement en orphelinat à six ans, son arrivée à Hollywood à 18 ans dans l’espoir d’y devenir acteur reconnu. Faute de mieux, il avait endossé sur le Walk of Fame le rôle paradoxal du mendiant le plus célèbre de Los Angeles.

«C’était un homme malheureux, il a cherché toute sa vie l’amour qu’il n’a pas reçu dans sa jeunesse», raconte Vlad Kozlov, «Superman a été une figure paternelle pour lui. Ce n’est que quand il était déguisé qu’il parvenait enfin à se tourner vers les autres, c’était sa protection. Quand il était en habits normal, il redevenait un enfant perdu.»

Le Figaro.fr par Pierre Sautreuil

Enrique Iglesias: « J’ai le plus petit pénis du monde »

juillet 30, 2011

Vous saurez tout sur son zizi

Enrique Iglesias est un homme pas comme les autres. Alors que le jeu préféré de la gent masculine est « Qui a la plus grosse ? », le chanteur espagnol a déclaré forfait : « J’ai le plus petit pénis du monde. Et je suis sérieux », a-t-il affirmé lors d’un concert australien. Une étrange révélation qui a rapidement donné lieu à d’autres épanchements, relate le Sun.

Le fils de Julio le séducteur a avoué avoir perdu sa virginité à 17 ans et demi, au cours d’une partie de jambes en l’air qui a duré… 10 secondes chrono. Le Superman de l’amour, quoi (mais sans le super service trois pièces). Depuis, il s’est amélioré. Enrique a aujourd’hui 36 ans et ses ébats durent huit minutes. Sans commentaire. Quoique dans ces moments-là, on se demande si le proverbe « tel père, tel fils » se vérifie tout le temps.

On reste ébahis devant une telle sincérité. Même si on ne sait pas trop si toutes ces confessions ne sont pas le fruit d’un esprit perturbé : Enrique a ensuite soutenu qu’il était sous antibiotiques et qu’il n’aurait pas dû boire d’alcool. Ce genre de cocktail pousse-t-il à dire la vérité ou à affabuler ? On ne sait plus trop quoi penser de ces confidences génitales. Anna Kournikova, sa compagne, pourrait nous éclairer…

Vooici.fr par J.M