Posts Tagged ‘Tags’

Canada-Québec: Des graffiti pour encourager à dénoncer les agresseurs à Trois-Rivières

novembre 12, 2021

Au moins cinq graffiti dont l’inscription « Confronte ton pote violeur » incite à dénoncer un agresseur tapissent le pavé d’aires publiques trifluviennes depuis quelques semaines. Ils sont notamment apparus dans le parc linéaire et au centre-ville.

Cette phrase a été inscrite à quelques endroits sur la piste cyclable du parc linéaire ainsi que sur différents trottoirs du centre-ville de Trois-Rivières.

© Daniel Ricard/Radio-Canada Cette phrase a été inscrite à quelques endroits sur la piste cyclable du parc linéaire ainsi que sur différents trottoirs du centre-ville de Trois-Rivières.

En 2020, ce mouvement de dénonciations des crimes sexuels avait pris une importante proportion en France avec des manifestations qui s’étaient disséminées dans ce pays.

Avec les derniers mouvements qu’on a connus, il y a une conscience sociale, plus claire, plus éveillée par rapport à la problématique. On est en train de mettre des mots et des visages sur les statistiques qui parlent d’une femme sur trois qui au cours de sa vie sera victime d’une forme d’agression à caractère sexue. La population réalise de plus en plus que ces statistiques-là, c’est ma voisine, ma mère, ma sœur», affirme Marie-Soleil Desrosiers, intervenante au Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) de Trois-Rivières, un organisme qui accompagne les victimes et leur offre de l’aide psychosociale.

Celles qui veulent ouvrir la porte du processus judiciaire, si elles veulent qu’on les accompagne, on va le faire avec une expertise et une bienveillance. Si une femme ne désire pas porter plainte, c’est correct aussi. On va respecter son choix. Il y a d’autres façons de traiter les conséquences des agressions», assure-t-elle.

La direction de la police de la Ville de Trois-Rivières estime toutefois que la tribune est mal choisie malgré l’importance et la pertinence du message véhiculé. Son porte-parole rappelle que le graffiti s’agit d’un acte criminel.

Quiconque se fait prendre à faire un graffiti sur un bien de la ville va se voir imposer une accusation de méfaits. Sinon, il y a aussi l’émission d’un constat d’infraction si le méfait a lieu dans une aire écologique. L’amende est de 100 $ plus les frais», prévient Luc Mongrain.

Des employés municipaux vont effacer ces graffiti, indique la Ville de Trois-Rivières.

Par CBC/Radio-Canada avec les informations de Jonathan Roberge

France: Des églises de l’agglomération de Bordeaux cibles de tags injurieux

janvier 19, 2020

Une demi-douzaine d’églises ont été la cibles de tags injurieux envers l’Eglise dans la nuit de samedi à dimanche.

Une demi-douzaine d’églises de Bordeaux et de son agglomération ont été la cibles de tags injurieux envers l’Eglise, dans la nuit de samedi 18 à dimanche 19 janvier, des inscriptions sans doute liées à l’actualité.

Au moins cinq églises à Bordeaux, et une à Talence, ont été visées par ces graffitis insultants, découverts dimanche matin sur le portail ou sur les murs, et «sans doute de la même main», a indiqué le diocèse de Bordeaux.

Certains tags faisaient référence à la pédophilie, ou «de manière opportuniste» se voulaient «vraisemblablement liés à l’actualité», que ce soit le procès de l’ex-père Preynat ou les manifestations anti-PMA de dimanche à Paris, a estimé un porte-parole du diocèse.

Le vicaire général, le père Samuel Volta a dit le diocèse «attristé pour le sens du vivre-ensemble», et la communauté catholique «meurtrie par ces comportements, qui sont à l’opposé de la paix que nous recherchons pour notre ville».

Le maire LR de Bordeaux Nicolas Florian a, dans un tweet, «condamné ces actes avec la plus grande fermeté».

Le maire centriste de Talence Emmanuel Sallaberry a dénoncé des actes «odieux et méprisants». Tous deux ont indiqué qu’une plainte était ou allait être déposée. Les tags étaient en cours d’effacement, dimanche après-midi, par des entreprises de nettoyage.

Par Le Figaro avec AFP