Posts Tagged ‘Tanzanie’

Naufrage sur le lac Victoria: la Tanzanie commence à enterrer ses morts

septembre 23, 2018

Le cercueil d’une victime du naufrage du MV Nyerere est transporté sur la rive du lac Victoria, le 22 septembre 2018 en Tanzanie / © AFP / Casmir ODUOR

La Tanzanie endeuillée commence dimanche à enterrer ses morts, trois jours après le naufrage d’un ferry sur le lac Victoria, qui a fait 218 morts selon un bilan encore provisoire.

« Nous allons commencer à inhumer ici les corps qui n’auront pas encore été identifiés par des proches. La cérémonie sera présidée par le Premier ministre, Kassim Majaliwa, et les représentants des différentes confessions religieuses seront là », disait samedi le gouverneur de la région de Mwanza (nord-ouest), John Mongella, à la télévision publique TBC One.

Le travail de recherche des corps devrait se poursuivre dans le même temps.

Samedi soir encore, les plongeurs s’affairaient autour de la coque qui affleurait à quelques dizaines de mètres à peine de l’île d’Ukara, la destination finale du ferry, sous le regard de centaines d’habitants, a constaté un journaliste de l’AFP.

Des habitants attendent sur la rive du lac Victoria les sauveteurs qui reviennent avec les corps de victimes du naufrage du ferry MV Nyerere, le 22 septembre 2018 en Tanzanie / © AFP / Casmir ODUOR

Sur le rivage, des dizaines de cercueils en bois étaient alignés, attendant d’être récupérés par les proches des victimes.

Le gouverneur a annoncé qu’un « dispositif » permettant de « retourner » l’épave, et donc d’accélérer les recherches, était en chemin pour Ukara. « Nous attendons d’un moment à l’autre les spécialistes et le dispositif pour retourner le ferry. Ils ont promis de se mettre à l’oeuvre dès leur arrivée », a expliqué M. Mongella.

Le très lourd bilan de 218 morts dépasse largement la capacité théorique du MV Nyerere, qui n’était que de 101 passagers. Sans même compter les 41 rescapés.

La coque renversée du ferry MV Nyerere naufragé dans le lac Victoria, 21 september 2018. / © AFP / Stringer

L’enquête devra déterminer le nombre exact de personnes à bord du bateau au moment du drame, qui reste flou à ce stade.

Elle devra aussi faire la part entre les témoignages. Selon certains, des passagers se sont déplacés vers l’avant du navire à l’approche du débarcadère, et ce mouvement a déséquilibré le bateau. Selon d’autres, la personne à la barre, distraite par son téléphone portable, a raté la manœuvre d’approche et, souhaitant se rattraper, a effectué une manœuvre brutale qui a fait chavirer le ferry.

Vendredi soir, le président tanzanien, John Magufuli, avait révélé que le capitaine, absent, avait laissé à la manoeuvre un subordonné sans expérience.

Tanzanie / © AFP / Vincent LEFAI

La surcharge des embarcations est un facteur récurrent des catastrophes sur le plus grand lac d’Afrique, traversé par des navires vétustes, avec des autorités sont souvent peu regardantes sur la sécurité. En 1996, quelque 800 personnes, selon la Croix-Rouge, avaient trouvé la mort dans le naufrage du ferry Bukoba, surchargé de passagers, à quelques milles au large de Mwanza.

Pour aggraver les choses, très peu de gens ont l’occasion d’apprendre à nager dans cette région du monde.

L’espoir de voir évoluer le nombre de rescapés est désormais quasi nul. Contre toute attente cependant, le machiniste a été extrait vivant de l’épave samedi à la mi-journée, après avoir survécu pendant près de deux jours dans un compartiment du navire encore rempli d’air, a indiqué un député local.

Tanzanie: les familles des victimes de l’accident en deuil / © AFP /

« Ce qui s’est passé est horrible », soupire Ahmed Caleb, 27 ans, t-shirt noir sur les épaules. « J’ai perdu mon patron, des amis, des gens avec qui j’ai été à l’école ».

Évoquant une « négligence », le président tanzanien a ordonné vendredi soir que « toutes les personnes impliquées dans la gestion du ferry » soient arrêtées. « Les responsables seront absolument punis », a-t-il promis, décrétant également un deuil national de quatre jours.

Le ferry MV Nyerere, du nom du premier président tanzanien Julius Nyerere, assurait la liaison entre l’île d’Ukara et celle, située juste en face, d’Ukerewe, qui abrite la localité de Bugolora, où les habitants d’Ukara viennent régulièrement s’approvisionner.

Après le pape François vendredi, le secrétaire-général de l’ONU, Antonio Guterres, a présenté ses condoléances « aux familles des victimes, au gouvernement et au peuple de la république unie de Tanzanie ».

Romandie.com avec(©AFP / (23 septembre 2018 13h22)

Naufrage en Tanzanie: le bilan atteint 218 morts, un survivant extrait de l’épave

septembre 22, 2018

La coque renversée du ferry MV Nyerere naufragé dans le lac Victoria, 21 septembre 2018. / © AFP / Stringer

Deux cent dix-huit morts. Le bilan du naufrage du ferry MV Nyerere dans le sud du lac Victoria, en Tanzanie, ne cessait de s’alourdir samedi au troisième jour des opérations de recherches, même si, à la surprise générale, un survivant a été extrait de l’épave.

Les plongeurs des équipes de recherches continuaient samedi soir leur travail autour de la coque qui affleurait encore à quelques dizaines de mètres à peine de l’île d’Ukara, la destination finale du ferry, sous le regard de centaines d’habitants, a rapporté un journaliste de l’AFP.

« Nous déplorons au moment où nous parlons 218 morts et les opérations se poursuivent », a déclaré samedi soir John Mongella, le gouverneur de la région de Mwanza (nord-ouest), à la télévision publique TBC One.

Le gouverneur a par ailleurs assuré qu’un « dispositif » permettant de « retourner » l’épave ayant chaviré, et donc d’accélérer les recherches, était en chemin pour Ukara. « Nous attendons d’un moment à l’autre les spécialistes et le dispositif pour retourner le ferry. Ils ont promis de se mettre à l’oeuvre dès leur arrivée ».

Sur le rivage de l’île, des dizaines de cercueils en bois ont été alignés, attendant d’être récupérés par les proches des victimes, a rapporté un journaliste de l’AFP.

« Demain matin (dimanche), nous allons commencer à inhumer ici les corps qui n’auront pas encore été identifiés par des proches. La cérémonie sera présidée par le Premier ministre, Kassim Majaliwa, et les représentants des différentes confessions religieuses seront là », a souligné M. Mongella.

Des secouristes repêchent les victimes du naufrage du ferry MV Nyerere dans le lac Victoria, en Tanzanie, 21 septembre 2018.n / © STARTV/AFP / –

– Peu savent nager –

Le MV Nyerere a chaviré jeudi après-midi à quelques dizaines de mètres à peine d’Ukara, le bilan élevé étant attribué au fait que peu de gens savent nager dans cette région du monde.

Les témoins et les survivants ont donné deux versions de la catastrophe, mais la surcharge du navire semble d’ores et déjà en cause: le nombre de morts – 218 – additionné au nombre de rescapés – 41 – surpasse largement la capacité du bateau, établie à 101 personnes. Le nombre exact de personnes se trouvant à bord du bateau au moment du drame reste pour l’heure inconnu.

Selon certains, des passagers se sont déplacés vers l’avant du navire à l’approche du débarcadère, un mouvement qui pourrait avoir déséquilibré le bateau. Selon d’autres, la personne se trouvant à la barre, distraite par son téléphone portable, a raté la manœuvre d’approche et, souhaitant se rattraper, a effectué une manœuvre brutale qui a fait chavirer le ferry.

– Capitaine absent, un subordonné inexpérimenté à bord –

Tanzanie / © AFP / Vincent LEFAI

Le président tanzanien John Magufuli avait par ailleurs indiqué vendredi soir que les premiers éléments de l’enquête indiquaient que le capitaine du bateau ne se trouvait pas à bord, mais avait délégué ses fonctions à un subordonné sans expérience.

La navigation peut être difficile sur le plus grand lac d’Afrique, où elle se fait souvent sur des navires vétustes et trop chargés, les autorités sont souvent peu regardantes sur la sécurité. En 1996, quelque 800 personnes, selon la Croix-Rouge, avaient trouvé la mort dans le naufrage du ferry Bukoba, surchargé de passagers, à quelques milles au large de Mwanza.

L’espoir de voir évoluer le nombre de rescapés est désormais quasiment nul, même si, contre toute attente, l’ingénieur du ferry a été extrait vivant de l’épave à la mi-journée, après avoir survécu pendant près de deux jours dans un compartiment du navire encore rempli d’air, a indiqué un député local.

Evoquant une « négligence », le président tanzanien a ordonné vendredi soir que « toutes les personnes impliquées dans la gestion du ferry » soient arrêtées. « Les responsables seront absolument punis », a-t-il promis, décrétant également un deuil national de quatre jours.

Le ferry MV Nyerere, du nom du premier président tanzanien Julius Nyerere, assurait la liaison entre l’île d’Ukara et celle, située juste en face, d’Ukerewe, qui abrite la localité de Bugolora, où les habitants d’Ukara viennent régulièrement s’approvisionner.

Après le pape François vendredi, le secrétaire-général de l’ONU, Antonio Guterres, a présenté ses condoléances « aux familles des victimes, au gouvernement et au peuple de la république unie de Tanzanie ».

Romandie.com avec(©AFP / (22 septembre 2018 21h24)

Tanzanie: au moins 126 morts dans le naufrage d’un ferry sur le lac Victoria

septembre 21, 2018

Tanzanie / © AFP / Vincent LEFAI

Au moins 126 personnes ont péri dans le naufrage jeudi d’un ferry dans le sud du lac Victoria, en Tanzanie, un bilan qui n’a cessé de s’alourdir vendredi, au fur et à mesure du pénible et macabre travail des équipes de recherches sur place.

« Pour le moment, nous déplorons 126 morts (…) Les opérations se poursuivent », a déclaré le ministre tanzanien des Transports Isack Kamwele sur la chaîne de télévision publique TBC One. Un précédent bilan faisait état d’une centaine de victimes et de 40 rescapés.

On ignorait toujours vendredi après-midi combien de personnes se trouvaient à bord du MV Nyerere lorsque celui-ci a chaviré jeudi après-midi à quelques dizaines de mètres du débarcadère de l’île d’Ukara, sa destination finale.

Des témoins ont rapporté à la télévision publique qu’environ 200 passagers se trouvaient à bord du ferry, d’une capacité de 100 personnes, mais le gouverneur de la région de Mwanza, John Mongella, a indiqué à l’AFP ne pas être en mesure de confirmer ce nombre. Les registres des passagers sont le plus souvent lacunaires sur les navires sillonnant le plus grand lac d’Afrique.

« C’est un coup très dur. C’est une terrible nouvelle pour nous tous et pour la nation entière », a déclaré le gouverneur Mongella.

Dans un communiqué, le pape François a « exprimé sa solidarité la plus sincère envers ceux qui ont été endeuillés par la perte de leurs proches et ceux qui craignent pour la vie des personnes encore disparues ».

Les causes de l’accident n’étaient pas établies vendredi mais de précédentes tragédies dans cette région des Grands Lacs ont le plus souvent été imputées à des embarcations surchargées et au fait que la plupart des passagers ne savent pas nager.

De fait, plusieurs témoins interrogés par l’AFP au téléphone ont rapporté qu’à l’approche de l’île d’Ukara, des passagers se sont déplacés vers l’avant du navire pour se préparer à débarquer. Ce mouvement aurait déséquilibré le bateau, qui s’est alors retourné.

Outre ses passagers, le MV Nyerere, exploité par l’Agence tanzanienne des services électriques et mécaniques, transportait également des marchandises lorsqu’il a chaviré.

– Aucun espoir –

Vendredi, les équipes de secours ont travaillé toute la journée, sous le regard de centaines de personnes massées sur le littoral.

Sur place, d’après des témoins interrogés par l’AFP, la coque du navire affleurait à la surface de l’eau, à quelques dizaines de mètres de la côte.

« Mon fils se trouve parmi les corps repêchés sans vie. Il était parti avec sa femme mais son corps à elle n’a pas encore été retrouvé. Mon Dieu, qu’ai-je fait pour mériter ça? », a déclaré à l’AFP Dativa Ngenda, une dame âgée, en pleurs, jointe au téléphone à Ukara.

« Je n’ai pas encore de nouvelles de mon père et de mon petit frère qui étaient dans le ferry. Ils s’étaient rendus au marché à Bugolora pour acheter l’uniforme scolaire et d’autres fournitures scolaires pour mon frère car l’école reprend lundi prochain », a pour sa part témoigné Domina Maua, jointe par l’AFP au téléphone à Arusha (nord), où elle travaille.

« Je vais prendre le bus pour m’y rendre mais je sais qu’il n’y a aucun espoir de les retrouver vivants. Nous prions Dieu pour que leurs corps puissent être retrouvés afin que nous puissions leur dire adieu », a-t-elle ajouté.

Le ferry assurait la liaison entre l’île d’Ukara et celle, située juste en face, d’Ukerewe, qui abrite la localité de Bugolora, où les habitants d’Ukara viennent régulièrement s’approvisionner.

Le chef de l’opposition tanzanienne Freeman Mbowe a appelé vendredi le président John Magufuli à décréter « un deuil national » et à prendre des sanctions: « Nous avons déjà eu plusieurs accidents meurtriers, non seulement sur le lac Victoria, mais aussi dans l’océan Indien, sans qu’un seul responsable rende des comptes ».

La navigation peut être difficile sur le lac et elle se fait avec des navires vétustes ou mal entretenus. Les autorités sont par ailleurs souvent peu regardantes sur la sécurité.

En 1996, quelque 800 personnes, selon la Croix-Rouge, avaient trouvé la mort dans le naufrage du ferry Bukoba, surchargé de passagers, à quelques milles marins au large de Mwanza.

Romandie.com avec(©AFP / (21 septembre 2018 16h01)

Le président tanzanien « choqué » par la mort des Casques bleus en RDC

décembre 9, 2017

Nairobi – Le président tanzanien John Magufuli s’est dit « choqué » et « attristé » par l’attaque en République démocratique du Congo contre une base de Casques bleus tanzaniens qui a fait au moins 15 morts et 53 blessés, dans un communiqué publié dans la nuit de vendredi à samedi.

Le président « a reçu avec un grand choc et une profonde tristesse la nouvelle de la mort de 14 membres des Forces de défense du peuple tanzanien qui participaient à une opération de maintien de la paix en République démocratique du Congo », a indiqué ce communiqué en swahili. »En plus de ceux qui ont sont morts, 44 autres ont été blessés tandis qu’on est sans nouvelles de deux autres », a ajouté ce communiqué.

L’ONU avait d’abord évoqué un bilan de 14 morts, avant de le faire évoluer dans la nuit à au moins 15 morts et 53 blessés, en précisant que tous les morts étaient tanzaniens.

« Je suis très choqué et très attristé d’apprendre la mort de nos jeunes, de braves soldats et des héros qui ont perdu leur vie dans l’accomplissement de leur mission de paix chez nos voisins de la RDC », a insisté M. Magufuli, cité dans le communiqué.

La Tanzanie fêtait samedi le 56e anniversaire de son indépendance vis-à-vis du Royaume. Lors d’une cérémonie à Dodoma (centre), la capitale administrative du pays, le chef de l’État a demandé la tenue d’une minute de silence.

Cette attaque est la pire subie par des Casques bleus depuis 24 ans. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, s’est déclaré « indigné » face à ce « crime de guerre ».

D’après les archives de l’AFP, une force onusienne n’avait pas subi une opération aussi meurtrière depuis la mort de 24 Casques bleus pakistanais à Mogadiscio le 5 juin 1993.

Il s’agit aussi de l’attaque la plus meurtrière contre la force onusienne dans l’ex-Zaïre (Monusco) depuis son déploiement en 1999.

L’ONU attribue la responsabilité de l’attaque aux ADF (Allied Defense Forces, Forces démocratiques alliées), un groupe armé ougandais musulman actif dans le Nord-Kivu, un État de la RDC frontalier de l’Ouganda.

Les assaillants ont visé la base de la Monusco tenue par un contingent tanzanien jeudi à la tombée de la nuit à Semuliki, dans l’est de la RDC, selon des sources onusiennes.

Repliés en forêt, les ADF combattent depuis le Nord-Kivu le pouvoir du président ougandais Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 27 ans.

Romandie.com avec(©AFP / 09 décembre 2017 13h59)                                            

Onze morts dans l’accident d’un avion en Tanzanie (compagnie d’aviation)

novembre 15, 2017

Nairobi – Onze personnes ont été tuées mercredi en Tanzanie dans l’accident d’un avion d’une compagnie spécialisée dans les safaris, a annoncé celle-ci, Coastal Aviation.

« Nous sommes profondément attristés d’annoncer que onze personnes sont mortes dans un accident d’avion ce matin dans le nord de la Tanzanie », a déclaré la compagnie sur son site internet.

Coastal Aviation, qui effectue des vols pour des safaris en Afrique de l’Est, a précisé que l’avion de type Cessna Caravan, transportait dix passagers et le pilote.

Il s’est écrasé à proximité du cratère du volcan Empakaai, dans le nord de la Tanzanie, à 08H00 GMT, mais n’a été retrouvé que plusieurs heures après, en raison de la difficulté d’accéder au site, très isolé.

L’identité des victimes ne sera rendue publique qu’une fois leurs familles informées, a souligné la compagnie.

Un responsable du parc national voisin du Serengeti a raconté à l’AFP que tous les corps avaient été récupérés, à l’exception de celui du pilote. « Il y a quelques étrangers parmi les morts et aussi des Tanzaniens travaillant dans le tourisme », a-t-il ajouté.

« J’ai la plus grande confiance dans nos équipages et nos avions », a affirmé le directeur de Coastal, Julian Edmunds, qui s’est dit « effondré » par cet accident. Il promet que son entreprise « fera tous ce qu’elle peut pour aider à l’enquête en cours » afin de déterminer les causes de l’accident.

Romandie.com avec(©AFP / 15 novembre 2017 20h53)                                            

Qui était Wayne Lotter, le défenseur des éléphants assassiné en Tanzanie

août 20, 2017

 

Héros de la lutte contre le braconnage en Afrique, il avait mis au point une méthode redoutablement efficace pour démanteler les réseaux de trafiquants.

Le défenseur des éléphants Wayne Lotter a été assassiné dans la nuit de mercredi à jeudi 17 août à Dar-es-Salaam en Tanzanie. PAMS Foundation

Il savait qu’il faisait un métier dangereux, mais rien n’aurait pu l’en dissuader. Wayne Lotter, un Sud-Africain de 51 ans qui a consacré sa vie à lutter contre le braconnage des animaux sauvages en Afrique, est mort assassiné dans la nuit du 16 au 17 août.

Le meurtre a eu lieu dans le quartier huppé de Masaki, à Dar-es-Salaam, la capitale économique de Tanzanie. Wayne Lotter était à bord d’un taxi qui le conduisait de l’aéroport à son hôtel quand sa voiture a été arrêtée par un autre véhicule, peu avant minuit. Un homme en est sorti, a ouvert sa portière et l’a abattu de deux balles. La police, qui a ouvert une enquête, ne peut à ce stade établir de lien entre ce crime et le braconnage. Mais le militant avait reçu de nombreuses menaces de mort.

Wayne Lotter avait cofondé, en 2009, une association de protection de la nature, la Protected Area Management Solutions (PAMS) Foundation, à la pointe de la lutte contre les trafics d’espèces sauvages. Par un savant mélange de renseignement, de travail avec les communautés et de gestion des aires protégées, elle avait conduit à démanteler de vastes réseaux, contribuant à faire arrêter et condamner des centaines de braconniers.

« Il est mort courageusement, en se battant pour la cause qui le passionnait le plus », assure au Monde Krissie Clark, le « cœur brisé ». Celle qui a créé la PAMS Foundation à ses côtés le décrit comme quelqu’un de « passionné, déterminé, visionnaire », « un mentor incroyable, inspirant, qui avait une pensée tout sauf conventionnelle, avec un très grand sens de l’humour ».

Ranger en Afrique du Sud

Peu après l’annonce du décès, les hommages ont afflué au sein de la communauté internationale fédérée autour de la conservation des espèces. « Wayne était un héros pour moi, un héros pour beaucoup, quelqu’un qui a consacré sa vie à la protection de la faune d’Afrique, écrit la célèbre primatologue Jane Goodall,…

Lemonde.fr par Audrey Garric et Emile Costard

Comment Mohammed Dewji est devenu le plus jeune milliardaire africain

juillet 11, 2017

Le Tanzanien Mohammed Dewji est le plus jeune milliardaire africain selon Forbes. © Réussite/Capture d’écran

Après avoir étudié aux États-Unis et travaillé là-bas comme trader, c’est dans son pays natal, la Tanzanie, que Mohammed Dewji a choisi de s’installer pour reprendre l’entreprise familiale et devenir milliardaire. Retrouvez-le dans un entretien signé « Réussite », l’émission coproduite par le groupe Jeune Afrique, Canal + et Galaxie presse.

Présenté partout comme le plus jeune milliardaire africain, Mohammed Dewji aime à dire que « la vie ne tourne pas qu’autour de l’argent ». Rappelant ses débuts modestes dans sa petite ville natale, au sein de l’entreprise montée par son père, le businessman qui est désormais à la tête de Mohammed Entreprises Tanzanian Limited (Melt) préfère se définir comme un philanthrope plutôt qu’un entrepreneur riche à millions.

Néanmoins, en Afrique, son entreprise dispute des parts de marchés aux plus grands − Coca, Pepsi ou Unilever − grâce à une stratégie relativement simple. « Les firmes multinationales dépensent de grandes quantité d’argent dans le marketing. En proposant des produits analogues aux leurs, nous nous exemptons des frais de publicité puisque les consommateurs sont déjà familiers avec ses produits. Cette stratégie nous permet ainsi de faire baisser nos prix de vente. » Ainsi, Melt s’est fait une place dans des secteurs aussi variés que l’assurance, l’immobilier ou le pétrole.

Cela a demandé du temps au jeune entrepreneur, qui a néanmoins eu la chance de pouvoir marcher dans les traces de son père. Aux jeunes qui aimeraient se lancer dans les affaires, il adresse donc ce conseil : « Le succès s’atteint pas à pas, et il faut en gravir tous les échelons, patiemment. »

 

Jeuneafrique.com

 

La Tanzanie menace d’arrêter les défenseurs des droits des homosexuels

juin 26, 2017

John Magufuli, alors candidat à la présidentielle, s’exprime à un meeting à Dar es-Salaam le 23 octobre 2015 © Khalfan Said/AP/SIPA

Le ministre tanzanien de l’Intérieur veut « arrêter et traduire en justice » toutes les organisations qui défendent les droits des homosexuels. Mwigulu Nchemba a également menacé d’expulser « sans le moindre délai » tout étranger pris à mener des campagnes pour le compte de ces organisations.

« Je voudrais rappeler et avertir toutes les organisations et institutions qui font campagne et prétendent défendre les intérêts des homosexuels. Nous allons arrêter et traduire en justice tous ceux qui sont impliqués », a lancé dimanche 25 juin le ministre tanzanien de l’Intérieur, Mwigulu Nchemba. « Ceux qui veulent l’homosexualité devraient partir vivre dans les pays qui acceptent ce genre de pratiques », a-t-il ajouté dans un discours prononcé lors d’une cérémonie de levée de fonds pour la construction d’une église à Dodoma, dans le centre du pays.

Selon le quotidien gouvernemental Daily News, Mwigulu Nchemba a également prévenu que « s’il y a une organisation dans le pays qui soutient et plaide en faveur de l’homosexualité, elle perdra son enregistrement ». « Si nous trouvons un étranger menant cette campagne, il ou elle sera déporté(e) sans le moindre délai. Ils n’auront même pas le temps de retirer leur téléphone portable de la prise électrique », a-t-il par ailleurs menacé.

Ils nous ont apporté la drogue, les pratiques homosexuelles que même les vaches réprouvent

Un discours qui fait directement écho aux récents propos du président tanzanien, John Magufuli. Jeudi 22 juin, celui-ci s’en était pris déjà aux organisations qui défendent les droits des homosexuels – mais aussi le droit pour les mères adolescentes de continuer leur scolarité. « Ceux qui nous enseignent des choses pareilles ne nous aiment pas, mes frères. Ils nous ont apporté la drogue, les pratiques homosexuelles que même les vaches réprouvent », avait alors déclaré John Magufuli. Il avait également exhorté les Tanzaniens à ne pas « imiter ces pratiques indignes ».

L’homosexualité illégale en Tanzanie

Le président tanzanien balaye également les menaces d’une éventuelle suspension des aides par les bailleurs, qui voient d’un mauvais œil les atteintes aux droits des personnes homosexuelles. « Vous, vous élevez du bétail ; mais avez-vous jamais vu une chèvre ou un porc se livrer à ce jeu ? Et ces gens veulent que les Tanzaniens s’y adonnent », a-t-il lancé dans son discours de jeudi dernier, jugeant par ailleurs que les Occidentaux « brandissent l’aide, mais ce sont les ressources qu’ils nous volent ! ».

L’homosexualité est illégale en Tanzanie, et punie de lourdes peines de prison. En février dernier, le gouvernement tanzanien avait déjà menacé de publier des listes de noms de personnes présentées comme homosexuelles. Menace qui, finalement, n’avait pas été mise à exécution. Mais dans le même temps, les autorités avaient ordonné la fermeture de plusieurs centres de santé dédiés à la lutte contre le sida, les accusant de promouvoir l’homosexualité.

Jeuneafrique.om

Tanzanie : 29 enfants tués dans l’accident d’un car scolaire

mai 6, 2017

Fenêtre d’une école eà Kilolo, en Tanzanie, le 1er septembre 2008 / © AFP/Archives / TONY KARUMBA

Au moins 29 enfants sont morts samedi dans l’accident d’un car scolaire dans le nord de la Tanzanie, ainsi que deux professeurs et le chauffeur du car, a annoncé le directeur de l’école.

« Nous avons perdu 29 élèves, deux membres de notre personnel et le conducteur est mort aussi », a déclaré Innocent Mushi, directeur de l’école Lucky Vincent d’Arusha. Douze garçons et dix-sept filles sont morts, a-t-il précisé, déplorant « une grande tragédie ».

L’accident s’est produit samedi matin. Le bus est sorti de la route, et s’est écrasé dans la rivière Marera, dans le district de Karatu.

Les élèves, en dernière année de premier cycle, âgés de 12 à 14 ans, étaient en route pour passer des examens blancs, en vue de postuler à des écoles secondaires.

Le président John Magufuli a présenté ses condoléances aux familles.

« Cet accident anéantit le rêve de ces enfants qui se préparaient à servir la nation. C’est une douleur immense pour les familles et pour la nation entière », a déclaré le président tanzanien dans un communiqué.

Romandie.com avec(©AFP / 06 mai 2017 16h39)                

Huit policiers tués dans une attaque dans l’est de la Tanzanie

avril 14, 2017

Nairobi (Kenya) – Huit policiers tanzaniens ont été tués par balles jeudi soir par des inconnus dans l’est du pays, région frappée ces derniers mois par une série d’attaques contre des politiciens et des forces de l’ordre, a-t-on appris vendredi de source officielle.

« Le président John Pombe Magufuli a été surpris et très peiné d’apprendre la nouvelle de la mort de huit policiers tués hier soir par des personnes armées à Jaribu, dans le district de Kibiti », a indiqué la présidence dans un communiqué, sans donner d’indications sur l’identité des assaillants.

Les policiers rentraient d’une patrouille dans le district de Kibiti, à un peu plus de 100 km au sud de la capitale économique Dar es Salaam, lorsque leur véhicule a été attaqué, a précisé la présidence. La presse locale, citant des témoins, affirme que les assaillants se sont repliés dans une forêt une fois l’attaque terminée.

Ces policiers faisaient partie d’une unité spéciale de la police anti-émeute déployée pour pacifier cette région à la suite d’une série d’attaques ciblées contre des politiciens locaux et des forces de l’ordre.

Selon les autorités, neuf responsables locaux du parti au pouvoir, le Chama cha Mapinduzi (CCM), ont été tués par balles par des inconnus depuis octobre 2016 dans le district de Kibiti et dans celui de Rufiji, voisin. La dernière victime parmi ces responsables du CCM a été tué le 29 mars au soir à l’entrée de sa maison par des personnes non identifiées.

Le mois dernier, trois autres policiers avaient par ailleurs été tués lors d’une attaque dans le district de Kibiti.

Lors de ces attaques, les assaillants arrivent dans le plupart des cas à bord de motos-taxis, et repartent sans rien emporter, hormis les armes lorsque leurs victimes étaient des policiers.

Le président Magufuli a condamné ces attaques visant les forces de l’ordre et appelé « à la coopération de tous les Tanzaniens pour que cessent ces actes », selon le communiqué de la présidence.

Romandie.com avec(©AFP / 14 avril 2017 15h29)