Posts Tagged ‘TAS’

Fifa : le prince Ali perd la bataille des isoloirs transparents

février 24, 2016

ARCHIVE. Avec Gianni Infantino, le cheikh Salman, Tokyo Sexwale et Jérôme Champagne, le prince Ali est l'un des cinq candidats à la présidence de la Fifa.

ARCHIVE. Avec Gianni Infantino, le cheikh Salman, Tokyo Sexwale et Jérôme Champagne, le prince Ali est l’un des cinq candidats à la présidence de la Fifa. Reuters / Pierre Albouy
L’élection du successeur de Joseph Blatter à la tête de la Fédération internationale de football (Fifa) aura bien lieu vendredi comme prévu, c’est-à-dire sans isoloirs transparents.
Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a décidé ce mercredi de rejeter la demande du prince Ali, l’un des cinq candidats à la présidence, qui demandait l’installation de tels isoloirs. «La décision complète, avec les motifs, sera communiquée dans quelques jours», a indiqué le TAS dans un communiqué.

Alors que ses chances d’être élu vendredi à Zurich (Suisse) paraissent infimes, le prince Ali, qui a dit «regretter» la décision du TAS, faisait de la mise en place d’isoloirs transparents son cheval de bataille procédural. Après le refus de la Fifa de faire installer ces isoloirs transparents, comme il l’avait demandé dans un premier recours, le prince Ali avait saisi le TAS via ses avocats parisiens Mes Szpiner et Semerdjian. Il avait été rejoint dans ce combat par un autre «petit» candidat à la présidence de la Fifa, le Français Jérôme Champagne, qui lui avait apporté son soutien mardi en fin de journée.

Eviter que les bulletins soient pris en photo

«Seul un isoloir transparent permettrait de prouver (…) qu’il n’y pas de vote forcé, en empêchant les votants de photographier leur bulletin pour prouver qu’ils auraient suivi une éventuelle consigne de vote», avait expliqué Me Semerdjian. Interrogée sur la demande de mise en place d’isoloirs transparents, une porte-parole de la Fifa déclarait samedi que «les votants pourront avoir avec eux leur téléphone mobile dans la salle du congrès mais devront le laisser au moment où ils iront voter».

«Cette attitude est incompréhensible, sauf à vouloir s’obstiner à ne pas garantir la transparence des opérations de vote et la sincérité du scrutin», répliquait mardi les avocats du prince Ali, alors que la Fifa est embourbée depuis mai dernier dans un vaste scandale de corruption et se trouve dans le collimateur des justices américaine et suisse.

L’élection de vendredi sera la conclusion, au moins provisoire, d’une saga judiciaire de neuf mois. Les membres du Comité exécutif de la Fifa (surnommé «ExCo») sont à Zurich, où ils se réunissent ce mercredi à huis clos. Ils ont pris leurs quartiers au luxueux hôtel Baur au Lac, où avaient eu lieu deux vagues d’interpellations de responsables du foot mondial le 27 mai et le 3 décembre. Les représentants des 209 fédérations votantes, eux, arriveront à Zurich d’ici vendredi matin.

INTERACTIF. Nous vous proposons de découvrir les portraits de ces cinq candidats grâce à notre animation animée.

Leparisien.fr

Fifa: Blatter et Platini suspendus 8 ans de toute activité liée au football

décembre 21, 2015

Zurich – Joseph Blatter, président de la Fifa depuis 1998, et Michel Platini, président de l’UEFA depuis 2007, ont été suspendus 8 ans de toute activité liée au football, a indiqué lundi la justice interne de la Fifa dans son verdict pour l’affaire du paiement controversé de 1,8 million d’euros liant les deux dirigeants.

Les deux hommes, jusqu’ici les plus puissants de la planète football, peuvent faire appel devant la Fifa, puis devant le Tribunal arbitral du sport (TAS). Mais le calendrier des recours risque d’empêcher Platini de se présenter à la présidence de la Fifa le 26 février.

La justice interne de la Fifa estime que les deux hommes ont « abusé » de leur position. Platini écope par ailleurs d’une amende de 80.000 francs suisses (74.000 euros) plus élevée que Blatter, 50.000 francs suisses (46.295 euros).

L’ex-triple Ballon d’Or, 60 ans, pourrait saisir le TAS directement, mais il lui faudrait pour cela l’accord de la Fifa, ce qui paraît peu probable, selon des sources proches de l’instance du foot mondial.

Au cœur du dossier, il y a le versement contesté de 1,8 million d’euros en 2011 par Blatter à Platini, sans contrat écrit, pour un travail de conseiller achevé en 2002. Les deux hommes étaient pour cela déjà suspendus provisoirement jusqu’au 5 janvier, en attendant le jugement sur le fond ce lundi.

Les conséquences de ce jugement de la justice interne de la Fifa sont plus lourdes pour le Français que pour le Suisse. Ce dernier, 79 ans, n’aspirait qu’à présider son instance jusqu’à l’élection de son successeur, puis passer la main à cette date, contraint et forcé par l’accumulation des scandales autour de son instance.

Avec ce verdict, c’est une page de 40 ans d’histoire de la Fifa qui se tourne. Blatter y était entré en 1975 avant d’en gravir les échelons pour accéder au sommet depuis 17 ans. Réélu pour un 5e mandat le 29 mai, il avait annoncé le 2 juin sa démission future avec prise d’effet le 26 février. La pression était devenue trop forte en raison des enquêtes des justices suisse et américaine sur fond de corruption présumée à grande échelle autour de son instance.

Romandie.com avec (AWP / 21.12.2015 10h03)

La CAF autorise le Maroc à participer aux prochaines CAN

avril 5, 2015

La CAF autorise le Maroc à participer aux prochaines CAN.
La CAF autorise le Maroc à participer aux prochaines CAN. © AFP

La Confédération africaine de football (CAF) a autorisé dimanche le Maroc à participer aux éliminatoires de la Coupe des Nations 2017 et 2019, entérinant la décision du Tribunal arbitral du sport (TAS).

« La CAF, qui a adhéré à l’autorité de la juridiction du TAS, s’est engagé à en appliquer les décisions et se conformera à cet engagement, malgré les contradictions observées dans la décision rendue », selon un communiqué publié à l’issue d’une réunion du comité exécutif de la CAF au Caire.

Le TAS a décidé jeudi « d’annuler partiellement les sanctions prises », précise le texte.

Au lendemain de la décision du tribunal arbitral de Lausanne, un porte-parole de la CAF n’avait pas confirmé la participation du Maroc mercredi au tirage au sort des éliminatoires pour cette compétition phare du continent africain.

Le Maroc avait été initialement suspendu par la CAF pour avoir refusé d’organiser la CAN-2015 par crainte d’Ebola, la Guinée équatoriale accueillant alors au dernier moment cette édition. Le royaume chérifien avait également été exclu des éditions 2017 et 2019.

Financièrement, la CAF réclamait une amende d’1 million de dollars (919. 000 euros environ), réduite à 50. 000 dollars (45. 976 euros environs) par le TAS, ce qui correspond au montant maximum prévu par le règlement de la CAF en vigueur au moment des faits.

Concernant les dommages et intérêts estimées à 8,75 millions de dollars (8,05 millions d’euros), le TAS a estimé jeudi « qu’aucune disposition réglementaire » ne permettait à la CAF d’obliger le versement de cette indemnité, laissant cependant le droit à l’instance africaine d’obtenir réparation.

Jeuneafrique.com