© Getty

En réponse aux inquiétudes de la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers quant au taux élevé d’infection à la COVID-19 chez ses membres, l’Agence de la santé publique du Canada affirme qu’assurer la sécurité de tous les employés du système de santé demeure une priorité pour elle.

La Fédération avait notamment décrié au début de la semaine le manque de protection du personnel soignant dans le contexte de la pandémie. Jusqu’à 19 % des cas d’infection à la COVID-19 au pays, soit 16 000 personnes, sont des travailleurs de la santé. Une enquête nationale pour démontrer que le Canada a échoué dans sa mission de protéger les travailleurs de la santé depuis le début de la pandémie a d’ailleurs été lancée par la Fédération.

L’Agence de la santé publique du Canada désire, elle aussi, déterminer les circonstances qui ont pu mener à un taux d’infection aussi élevé. Selon le Dr Howard Njoo, administrateur en chef adjoint de la santé publique du Canada, il est «très important de faire une analyse plus en profondeur pour regarder [ce qui] peut être les facteurs. C’est ce qui se passe dans les lieux de travail, mais des fois, c’est aussi possible que les travailleurs des soins de santé comme tous les autres individus dans la population générale. »

Le Dr Njoo ajoute que l’Agence continue d’analyser les meilleures façons de protéger les travailleurs de la santé à la lumière des nouvelles données et études sur le coronavirus qui sont rendues disponibles.

Pas de cas d’infection pour les travailleurs d’Horizon

Le Réseau de santé Horizon, au Nouveau-Brunswick, a déclaré jeudi lors de son assemblée générale qu’aucun membre de son personnel n’avait contracté le virus dans son milieu de travail, une information qui contraste avec la situation du côté du Réseau de santé Vitalité. Des employés de l’Hôpital régional de Campbellton, qui relève de Vitalité, ont contracté la COVID-19.

CBC/Radio-Canada avec les informations de Wildinette Paul