Posts Tagged ‘Témoignage’

Côte d’Ivoire/Affaire moto à l’effigie de GBAGBO: l’homme qui était à coté du pro-Gbagbo tabassé à Abobo, parle

juin 16, 2021

Avec Ivoir Net TV

États-Unis: Trump justifie le limogeage d’un collaborateur ayant témoigné contre lui

février 8, 2020

 

Le président américain Donald Trump a justifié ce samedi le limogeage d’un membre de son administration ayant livré un témoignage embarrassant pour lui au cours de la procédure de destitution qui le visait.

Le lieutenant-colonel Alexander Vindman, conseiller sur les affaires européennes au sein du Conseil de sécurité nationale de la Maison-Blanche, a été démis vendredi de ses fonctions peu avant un diplomate ayant également témoigné lors de l’enquête parlementaire. Acquitté mercredi par le Sénat dans son procès en destitution, M. Trump se défend de vouloir mener depuis des «représailles» contre ceux n’ayant pas abondé dans son sens ces derniers mois. Il a affirmé sur Twitter ne pas connaître M. Vindman et ne lui avoir «jamais parlé».

Il avance que le militaire, né en Ukraine et arrivé aux Etats-Unis à l’âge de 3 ans, a été accusé par sa hiérarchie d’«insubordination», d’avoir des «problèmes de jugement» et d’avoir «fait fuiter des informations». Il lui reproche également d’avoir «rapporté de façon erronée» le contenu de son «appel parfait» en juillet avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, au cœur de la procédure qui a valu au milliardaire républicain une mise en accusation pour abus de pouvoir et entrave au travail du Congrès.

Donald Trump avait demandé lors de cet échange que Kiev annonce l’ouverture d’une enquête sur son adversaire démocrate Joe Biden. Une requête jugée «inappropriée» par Alexander Vindman, qui avait écouté l’appel en direct et décidé d’alerter les juristes de la présidence. Il était revenu sur cet épisode en novembre lors d’une audition au Congrès très embarrassante pour le président.

L’avocat de M. Vindman a dénoncé ce samedi dans un communiqué transmis aux médias américains les «déclarations manifestement inexactes» du président à l’encontre de son client, évoquant une «campagne d’intimidation» de la part de «l’homme le plus puissant du monde». Donald Trump a par ailleurs rappelé vendredi l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, Gordon Sondland, qui avait aussi livré devant les parlementaires un témoignage compromettant à son égard.

«L’ambassadeur Sondland et le lieutenant-colonel Alexander Vindman sont des fonctionnaires courageux, des héros et des patriotes», a réagi sur Twitter l’élu démocrate Mark DeSaulnier. «La vengeance de Trump contre eux pour avoir dit la vérité est une action digne de dictateurs et de criminels, pas du président de la plus grande démocratie du monde».

Par Le Figaro avec AFP

États-Unis/Destitution: Bolton invité à témoigner devant le Congrès

octobre 31, 2019

L’ancien conseiller à la Sécurité nationale de la Maison blanche, John Bolton, a été invité à témoigner devant les commissions de la Chambre des représentants qui enquêtent dans le cadre de la procédure de destitution («impeachment») engagée contre Donald Trump, a dit mercredi une source informée. John Bolton, limogé par le président républicain le 10 septembre dernier, pourrait être auditionné la semaine prochaine, a précisé la source.

La Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, doit voter ce jeudi sur la suite de la procédure de destitution engagée contre Donald Trump, en dépit du refus d’officiels en exercice ou passés par la Maison blanche de coopérer avec l’enquête. Trump et ses pairs républicains affirment depuis des semaines que l’enquête est illégitime parce qu’elle n’a pas été autorisée par un vote en séance plénière de la Chambre.

Les auditions devant les trois commissions impliquées dans l’enquête se sont poursuivies cette semaine avec notamment le témoignage d’un membre de haut rang du Conseil national de sécurité (NSC) qui s’est dit préoccupé par l’entretien téléphonique entre Donald Trump et son homologue ukrainien en juillet dernier – la conservation qui a provoqué le lancement de l’enquête.

Par Le Figaro avec Reuters

La vie et la mort dans les escaliers du World Center

octobre 1, 2018

Un pompier new-yorkais réclame un renfort de dix sauveteurs sur les ruines du World trade Center le 15 septembre 2001. / © US NAVY PHOTO/AFP / PRESTON KERES

Dans les escaliers de la tour en flammes, Ciara Linnane a croisé les premiers pompiers montant vers le brasier. Elle a compris qu’ils montaient vers la mort et, dans leurs yeux, a lu qu’ils le savaient aussi.

Les bureaux de cette journaliste de l’agence financière AFX, filiale de l’Agence France Presse, étaient au 52ème étage de la tour Un du World Trade Center. Mardi matin, quelques secondes après l’impact de l’avion au 90ème étage, elle se rue avec deux collègues dans l’issue de secours.

« Vers le 25ème étage, nous avons vu monter les premiers pompiers. Ces gars costauds, avec leurs grosses têtes d’Irlandais rougis par l’effort. Il nous disaient : +Tout va bien tout le monde, c’est bien. Vous allez pouvoir sortir. Quand vous arrivez en bas, suivez les flèches+. Cela nous a vraiment calmés ».

« Ils avaient l’air terrifiés, si effrayés. Jésus ! On lisait la peur dans leurs regards. Ils nous regardaient dans les yeux, disaient +OK, c’est bien+. L’un d’entre eux s’est arrêté quelques secondes, m’a fixée et a dit: +Vous vous en sortez très bien. Assurez-vous que tout le monde continue à descendre, restez sur la droite, allez aussi vite que possible. Vous parviendrez à sortir, ne vous retournez pas, descendez ! »

Des pompiers dans les décombres de l’effondrement d’une des tours du World Trade Center le 11 septembre 2001. / © AFP / STAN HONDA

Environ trois cents pompiers ont été ensevelis sous les décombres des deux tours de 110 étages, qui se sont effondrées en quelques secondes, une heure après avoir été percutées par deux avions de ligne détournés.

« Je savais depuis la première seconde que le building allait s’écrouler. Ils avaient si peur: je ne peux m’empêcher de penser qu’ils le savaient aussi. C’est ce que je lisais dans leurs yeux. Je n’arrêtais pas de leur dire +Merci ! Merci!+ et je ne pouvais m’empêcher de penser: +s’il vous plaît, ne faites pas çà ! S’il vous plaît, faites demi-tour, descendez avec nous+ Mais je n’ai rien dit, bien sûr ».

« Quand vous pensez à cette scène: nous qui marchions pour sortir du building, pour vivre, et ces gars qui montaient vers la mort. Les gens dans l’escalier les applaudissaient, les remerciaient, leur tapaient dans le dos, leur disaient: +Vous êtes nos héros+. On entendait crier: + Pompiers ! pompiers !+ et tout le monde se poussait vers la droite pour leur libérer le passage ».

Pompiers et sauveteurs à Ground zero le 14 septembre 2001. / © US NAVY PHOTO/AFP / PRESTON KERES

« J’en ai vu passer une cinquantaine. Certains partaient dans les étages, d’autres continuaient à monter. Ils étaient très chargés, en sueur, avec des haches, des tuyaux, des bouteilles d’oxygènes. Ils se criaient des ordres les uns aux autres. Ils n’étaient pas tous jeunes, il y avait des vieux aussi ».

« Ils sont au-delà de l’héroïsme. On devrait décréter un jour de deuil uniquement pour eux et un autre jour pour les autres victimes ».

Quatre jours après le drame, cette belle jeune femme brune de 38 ans sursaute à la moindre sirène dans la rue, allume ses cigarettes d’une main tremblante, interrompt son récit quand des jets de l’armée de l’air rugissent dans le ciel de New York.

Un pompier le 12 septembre 2001 sur les ruines du World Trade Center à New York. / © AFP / STAN HONDA

« J’étais arrivée au bureau à 07H00. J’étais en ligne avec Londres et soudain il y a eu un énorme bruit. Deux explosions. Ce n’était pas tellement le bruit, surtout l’impact: l’ensemble du bâtiment a tremblé. On a pensé que c’était une bombe. Des débris tombaient par les fenêtres, il y avait de la fumée. On s’est regardés, Laura a commencé à hurler et Rudy a dit: +Vite, l’escalier ! On a tout laissé ».

« Les escaliers étaient déjà pleins de monde, mais tout le monde était calme et très gentil. Il y avait des gens qui étaient là lors de l’attentat de 93, ils disaient: +Ca va, on connait la procédure, il faut juste descendre et sortir+. Laura a enlevé ses haut-talons. On marchait, il n’y avait pas moyen de courir. C’était OK, un flot calme et continu ».

Ils restent coincés, immobiles, pendant quinze interminables minutes vers le trentième étage. Soudain, un cri: « Blessés ! Blessés ! Tout le monde sur la droite. Trois femmes sont passées, brûlées. L’une d’elles avait un haut sans manches, la peau de son bras partait en lambeaux. Elle ne pleurait pas, était dans un profond état de choc ».

Marcy Borders, surnommée la « Dust Lady », recouverte de cendres et de poussières après avoir fui l’une des tours du World Trade Center où elle travaillait le 11 septembre 2001. / © AFP / STAN HONDA

« Pendant que nous descendions, nous n’avons pas entendu le deuxième avion frapper la deuxième tour, nous n’avions aucune idée. Heureusement, parce que cela nous aurait rendus fous ! Vers le trentième étage, un gars nous a dit qu’un avion avait heurté notre tour, alors bien sûr nous pensions que c’était un accident. On en parlait entre nous ».

« Les dix derniers étages étaient libres, on a pu courir. Quand on est sortis, il y avait des véhicules de secours partout: ambulances, pompiers, des gens partout, des blessés ».

Ils s’éloignent à grands pas et pour la première fois se retournent et découvrent la tour. « Par l’enfer ! Comment sommes-nous parvenus à sortir de là vivants ? Je pensais toujours qu’elles allaient tomber, nous étions trop près. Il fallait aller plus loin. Je voulais aller dans le New Jersey ! Des gens dans la rue nous ont dit que c’étaient deux avions, que le Pentagone avait été touché ».

Ils descendent la rue Fulton et, alors que ses deux collègues sont entrés dans un bar pour tenter d’appeler leurs familles, Ciara voit son cauchemar se réaliser: la première tour en huit secondes transformée en gravats.

Ils courent avec les autres pour échapper au nuage de poussière. Chinatown est au bout de la rue. Sauvés.

Romandie.com avec(©AFP / (01 octobre 2018 15h11)

Skripal: le témoignage des deux suspects moqué au Royaume-Uni

septembre 14, 2018

La cathédrale de Salisbury le 7 juillet 2018 / © AFP/Archives / NIKLAS HALLE’N

Le témoignage télévisé des deux hommes accusés par Londres d’avoir empoisonné un ex-espion russe et sa fille en Angleterre et se décrivant comme de simples touristes a suscité une vague de moqueries au Royaume-Uni, à commencer par le ministre des Affaires étrangères.

Sur la chaîne de télévision publique russe RT, Rouslan Bochirov et Alexandre Petrov ont nié être des agents des services de renseignement militaire russes (GRU), comme les en accusent les autorités britanniques qui doutent qu’il s’agisse de leur véritable identité.

Ils ont confirmé avoir visité, la veille et le jour de l’empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille, les 3 et 4 mars, la ville de Salisbury (sud-ouest), où vivait l’ex-agent double, tout en affirmant que leur présence relevait de la simple visite touristique.

« Nos amis nous avaient suggéré depuis longtemps de visiter cette ville fabuleuse », ont-ils dit. Et Rouslan Bachirov de préciser qu’ils voulaient découvrir « la célèbre cathédrale de Salisbury ».

« La dernière fois que l’armée russe a prétendu être en vacances, c’est quand elle a envahi l’Ukraine en 2014 », a raillé le ministre britannique des Affaires étrangères Jeremy Hunt sur Twitter.

La cathédrale de Salisbury a profité de l’occasion pour faire son autopromotion, publiant sur Twitter une photo de sa flèche, « la plus haute du Royaume-Uni ».

En une du Daily Telegraph vendredi, le caricaturiste Matt a dessiné trois espions sur un pont de Moscou avec ce commentaire: « Vous êtes allés à la cathédrale de Salisbury et vous ne nous avez pas ramené un porte-clés ou un marque-page? ».

Le twitto Kevin Osborne (@skinoverbone) a publié une photo de la nouvelle gamme de souvenirs proposés par la cathédrale de Salisbury: des poignées de porte, allusion à la poignée de la porte d’entrée de Sergueï Skripal qui, selon la police britannique, aurait été aspergée de Novitchok, un puissant agent innervant de conception soviétique.

Les deux « touristes » russes recherchés par le Royaume-Uni / © AFP / Laurence CHU

Richard Osman, un animateur de quiz à la télévision britannique, a publié un faux sondage sur Twitter. « Pouvez-vous aider mes deux amis? Ils se rendent au Royaume-Uni mais seulement pour deux jours (…). Quels sont les deux endroits qu’ils devraient visiter? ». Il offre le choix entre Londres et Edimbourg, Oxford et Cambridge, Manchester et Liverpool et… Salisbury et Salisbury.

Le gouvernement britannique a dénoncé jeudi les propos des deux hommes comme « une insulte à l’intelligence du public ».

Depuis le début, le Royaume-Uni accuse Moscou d’être à l’origine de l’attaque, qui a engendré une grave crise diplomatique entre le Kremlin d’une part, et Londres et ses alliés occidentaux de l’autre.

Le 5 septembre, les autorités britanniques ont annoncé avoir émis un mandat d’arrêt européen contre Rouslan Bochirov et Alexandre Petrov.

Hospitalisés pendant plusieurs semaines, les Skripal ont survécu à l’empoisonnement, ainsi que le policier contaminé en leur portant secours.

Romandie.com avec(©AFP / (14 septembre 2018 13h21)

L’ancienne cuisinière de Johnny Hallyday raconte comment Laeticia a isolé son mari

février 20, 2018

L’ancienne cuisinière de Johnny Hallyday raconte comment Laeticia a isolé son mari

capture d’écran BFMTV

Depuis que Laura Smet a publié sa lettre quant au testament de Johnny Hallyday, les réactions pleuvent. Les langues se délient et dévoilent la face cachée de Laeticia Hallyday. Face aux caméras de BFMTV, Jacqueline, l’ancienne cuisinière du rockeur livre un témoignage accablant.

Le 6 décembre dernier, lorsque Johnny Hallyday a cessé de vivre, on a bien vu combien la France était touchée. Son testament, le chaos qu’il sème au sein de sa famille, ne laisse pas non plus les Français insensibles. Lorsque Laura Smet, 34 ans, la fille du chanteur a expliqué avoir été évincée du testament de son père, nombreux ont été ceux qui, comme Dominique Besnehard, lui ont témoigné leur soutien, dévoilant au fur et à mesure un tableau familial que l’on n’imaginait pas. Laeticia Hallyday, tout de suite mise en cause, ne cesse d’être critiquée et dépeinte sous un nouveau jour.

Parmi ceux qui se sont laissés aller à quelques confidences sur la famille Hallyday, Jacqueline, l’ancienne cuisinière de l’Idole des jeunes. Chaleureuse, pleine d’une généreuse bonhomie, on devine facilement quelle place familière a pu prendre Jacqueline auprès du rockeur et de ses proches. Cela n’a pas duré pourtant. Au bout de 6 ans de bonheur, elle a été poussée vers la sortie par Laeticia Hallyday.

« Elle était particulière. Peut-être, petite enfant gâtée. Et pas si innocente que sa physionomie pouvait le laisser penser. Elle a réussi à me faire partir, comme beaucoup d’autres personnes également, qui étaient proches de Johnny(…) Tout le monde a été obligé de s’en aller. » Jacqueline n’y va pas par quatre chemins. Pour elle, les intentions de Laeticia Hallyday ont toujours été claires. « Tout ça c’était des manipulations (…) au profit de son petit bien à elle, comme le reste. C’était sa technique sans doute, de manipuler et d’arriver à ce qu’elle voulait. »

Car l’ancienne cuisinière, qui ne cache pas sa compassion pour Laura Smet, en est certaine, Johnny Hallyday n’aurait pas pû déshériter ses enfants. « Ce n’est pas possible. C’est incompréhensible. Il aimait beaucoup ses enfants. »

Femmeactuelle.fr

Un migrant rescapé: « J’ai vu des gars découper des morts pour les manger »

novembre 28, 2017

alt

Des migrants vendus comme des esclaves en Libye, l’affaire scandalise le monde depuis la diffusion d’une vidéo choc de CNN. Franceinfo a retrouvé un Camerounais victime de cette barbarie qui vit aujourd’hui en France. Un récit qui fait froid dans le dos.

« Il a jeté les trois enfants comme des pommes avant de les abattre »
Le migrant a réussi à acheter sa liberté pour gagner la France, où il vit depuis près d’un an. Il a accepté de témoigner pour France Télévisions et a dévoilé les dessous de ces pratiques insoutenables.

C’est en janvier 2015 que le jeune homme de 32 ans choisit de quitter le Cameroun pour aller en France avec sa soeur. Il passe par le Nigeria et le Niger, avant d’être stoppé à Debdeb, à la frontière entre l’Algérie et la Libye. Pour aller plus loin, sa soeur et lui sont obligés de payer un passeur 500 euros, ce qui leur permet de traverser le désert en pleine nuit.

Là, ils seront capturés par une milice libyenne. « Les messieurs sont arrivés. C’étaient des arabes et tout le monde était armé avec des Kalachnikov », explique l’homme qui souhaite rester anonyme.

Très vite, ils se rendent compte qu’ils ne sont pas seuls et qu’ils vont faire partie d’un gigantesque marché. « Il y avait des enfants avec nous qui pleuraient. Le chauffeur s’est garé, il est venu à l’arrière, il a sorti les trois enfants en les jetant au sol comme des pommes. Il a tiré dessus, il a abattu les trois enfants. »

Après une très longue route qui a duré toute une journée, le migrant et sa soeur seront mis dans un enclos. « On s’est retrouvés avec plus de 1.500 Noirs, hommes et femmes mélangés, avec des enfants et des femmes enceintes, dans un enclos. »

« Comme s’ils étaient là depuis des années »
Certains sont d’ailleurs très marqués par ce qu’ils subissent. « On voit des gens abandonnés comme s’ils étaient là depuis des mois ou des années. Ils nous ont fait descendre avec une brutalité extrême, tout en nous battant et en nous mettant le front contre le sol. Ils ont commencé à violer les femmes. » Après ce viol collectif, il n’a jamais revu sa soeur. Aujourd’hui, il ne sait toujours pas si elle est vivante.

Les miliciens vont alors décider de son sort, presque de semaine en semaine. « On peut passer peut-être une semaine ou deux dans un endroit. Il y en a un autre qui viendra nous prendre. »

Le camp où tous les migrants sont regroupés est un lieu où l’horreur est partout. Beaucoup sont tués. Et les plus chanceux restent sans nourriture pendant plusieurs jours. « On était affamés depuis trois jours et j’ai vu des gars, dont je ne vais pas citer la nationalité, qui ont découpé les cuisses de l’un des morts. Ils l’ont mangé devant mes yeux. »

Un passeur camerounais va finalement racheter sa liberté, ce qui va lui permettre de rejoindre Tripoli pour passer la Méditerranée en zodiac. C’est la vidéo de CNN qui l’a poussé à témoigner.

Abidjantv.net by Leking

Procès Gbagbo – Firmin Detoh Letoh: Mangou  » a donné des instructions sans passer par moi »

novembre 8, 2017
Le général Firmin Detoh Letoh, le mercredi 8 novembre 2017, lors de son audition devant la CPI. © DR / Capture d’écran CPI

Au premier jour de son témoignage au procès de Laurent Gbagbo et de son bras droit Charles Blé Goudé, à la Cour pénale internationale (CPI), ce mardi 7 novembre 2017, le général Firmin Detoh Letoh est revenu sur son rôle lors de la crise postélectorale, sur les instructions données par l’ex-chef d’État et sur ses relations avec le général Philippe Mangou, ex-chef d’état-major des armées.

Le général Firmin Detoh Letoh est le cinquième militaire ivoirien de ce grade à témoigner à la barre de la CPI dans le procès Gbagbo. Le général Philippe Mangou, ex-chef d’état-major de Laurent Gbagbo, dit de lui qu’il avait « l’entière responsabilité » des troupes déployées dans le quartier Abobo, à Abidjan, où plusieurs épisodes violents de la crise postélectorale se sont joués.

Son témoignage est donc attendu avec d’autant plus d’impatience. Voici le verbatim des principaux points qu’il a abordé ce mardi 7 novembre à La Haye :

• Son rôle pendant la crise postélectorale

Des soldats ivoiriens fidèles à Laurent Gbagbo, aux abords du quartier Abobo en mars 2011. © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

« En tant que commandant des Forces terrestres, je recevais mes ordres du chef d’état-major des armées, en l’occurrence, le général de corps d’armée Philippe Mangou, chef d’état-major général des armées. »

En tant que commandant des Forces terrestres, j’avais un état-major

« Je vais décrire mes tâches dans mes fonctions de commandant des Forces terrestres, en deux étapes, parce qu’il y a mon rôle en temps de paix et mon rôle en temps de crise. En temps de paix, comme dans toutes les armées, j’étais chargé d’entraîner mes éléments, de maintenir en état tout le matériel, d’organiser toutes les troupes, pour qu’elles soient opérationnelles au cas où une quelconque crise éclaterait. En temps de crise, sur instructions du chef d’état-major général, je mets mes troupes à sa disposition pour emploi. Si une crise éclate, c’est le chef d’état-major des armées qui prend tout le commandement en compte ».

« En tant que commandant des Forces terrestres, j’avais un état-major. Mon état-major était composé essentiellement de mon adjoint, d’un officier adjoint, d’un secrétariat. En plus, je commandais tous les bataillons de l’armée de terre. A savoir, le 1er Bataillon d’infanterie, le 2ème Bataillon d’infanterie, le 3ème Bataillon d’infanterie, le 1er Bataillon de commandos et de parachutistes (BCP), le 1er Bataillon du génie, le Bataillon d’artillerie sol-air (basa), l’Unité de commandement et du soutien (UCS). J’avais plus de huit bataillons à commander sur le terrain ».

• L’utilisation de mortiers à Abobo

Une foule observe une victime de tirs, en janvier 2011 dans le quartier d’Abobo, à Abidjan. © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

Je n’ai jamais été informé de ce que ces mortiers ont été tirés à Abidjan

« Je n’étais pas au courant de la quantité d’armes dont disposait le lieutenant-colonel Dadi Rigobert, commandant du Bataillon d’artillerie sal-air et sol-sol (Basa-Bass). Je le dis, parce qu’après le 11 avril, j’ai été maintenu comme Comterre, nous avons fait une visite terrain où j’ai découvert des mortiers B2 en quantité énorme. Et cela, je ne le savais pas avant. Parce que sur le terrain, nous en avions besoin, mais on n’en trouvait pas. Je ne maîtrisais pas en totalité le matériel que Dadi avait »

« Il y a eu une demande de mortier, mais c’était à l’ouest pour compléter les munitions et les servants qui s’y trouvaient. En dehors de cela, je n’ai jamais demandé l’autorisation d’utiliser de mortier, encore moins à Abobo. Je n’ai jamais été informé de ce que ces mortiers ont été tirés à Abidjan ».

• Ses relations avec Mangou

Philippe Mangou s’adressant à ses troupes à Abidjan, le 19 novembre 2004. © SCHALK VAN ZUYDAM/AP/SIPA

« Il est arrivé des moments où le général Philippe Mangou a conversé directement avec le chef qui était sur le terrain. J’ai reçu un ou deux rapports. Une fois, il s’est adressé à Niamkey Basile (commandant de la zone d’Abobo, NDLR), sans que je ne le sache. Il s’agit de la marche des femmes d’Abobo, le 03 mars. Il m’a appelé pour me demander si j’étais au courant d’une certaine marche des femmes. »

[Le général Mangou] a donné des instructions directement aux éléments sans passer par moi

« Je lui ai dit que je n’étais pas au courant. D’une part, parce qu’on n’en a pas parlé à la réunion de la veille et d’autre part, il n’y a jamais eu de message concernant cette marche. Donc, moi, je n’étais pas au courant d’une quelconque marche. Or bien avant, il avait déjà appelé Niamkey Basile. Je n’étais pas du tout content ce jour-là. J’ai remonté les bretelles au commandant Niamkey Basile pour lui dire qu’il a franchi la hiérarchie et que je ne voulais pas que cela se répète. »

« La deuxième fois, nos éléments étaient au camp d’Abobo et le commandant Williams Toualy m’a fait part de ses difficultés parce qu’ils étaient très menacés, que cela faisait une semaine que les soldats n’avaient pas à manger, enfin que c’était difficile de faire le ravitaillement. Il m’a présenté la situation. Avant de lui proposer de quitter les lieux, j’avais rendu compte au chef d’état-major des armées. Le général Philippe Mangou m’a recommandé de voir avec le commandant Toualy qui était sur le terrain. Quand je suis reparti vers Toualy, il m’a dit que le général (Mangou) lui avait donné l’ordre de rester sur place. Ce sont les deux cas que j’ai vécu. Où il a donné des instructions directement aux éléments sans passer par moi. »

• Instructions de Gbagbo

Laurent Gbagbo attend l’énonciation des charges pesant contre lui (Février 2013) © Michael Kooren/AP/SIPA

« Il y a eu deux ou trois réunions avec le président Gbagbo. Celle dont je me souviens, c’était le 22, 23 février. Ça s’est passé au palais présidentiel du Plateau. Et chaque fois que le besoin se faisait sentir, nous accompagnions le chef d’état-major à des comptes rendus qu’il faisait souvent au président. »

A chaque fois que nous rendions compte au président Gbagbo, il nous exhortait à reprendre le combat

« C’était pour faire le point au président parce que bien avant, nous avions une mission sur Abobo. Cette mission s’est mal passée. Ce jour-là, nous avions perdu deux policiers, deux véhicules endommagés et les éléments étaient obligés de faire demi-tour sur leur base. Donc, le lendemain, nous avons été convoqués par le président de la République pour qu’il sache ce qui s’est passé réellement. »

« La parole a été donnée au chef d’état-major qui a fait le point et à ce niveau, il y a eu des interventions du général Edouard Tiapé Kassaraté (commandant supérieur de la gendarmerie), du général Guiai Bi Poin (commandant du Centre de commandement des opérations de sécurité – Cecos) et moi-même. J’avais fait état de l’insuffisance de nos éléments, notamment à Anyama. »

« J’ai fait le point au président de la République. Il s’en est étonné parce que lui ne pensait pas que dans les bataillons, il n’y avait plus personne. Il faut dire que pendant la crise, il y avait eu beaucoup de défections. On n’avait pas assez d’hommes dans les bataillons. C’était rare d’atteindre des sections de 25 personnes quand on demandait des renforts. »

« Le 3ème bataillon venu de Bouaké était démuni, était en position très difficile. Or Anyama constituait une zone très dangereuse pour nos éléments. Donc, j’ai pris la parole et j’en ai fait cas. Le général Kassaraté a décidé de nous envoyer un peloton et ce peloton est venu de Dimbokro. 25 personnes sont venues de Dimbokro, elles avaient des armes qui dataient de 1949. Comme le général Mangou finissait de parler, il a proposé au président de la République de faire d’Abobo une zone de guerre. Ce que le président n’a pas accepté. Il ne l’a pas accepté ce jour-là, il n’a pas pris le décret. »

« Je suis intervenu pour dire que ce ne serait pas bien qu’on déclare la zone d’Abobo comme zone de guerre. On avait des difficultés certes à Abobo, mais l’armée n’est pas là pour tuer les populations. Notre rôle principal, c’est de défendre les populations, c’est de les protéger et si on déclarait Abobo comme zone de guerre, il allait y avoir des dégâts collatéraux. Surtout que ceux qui étaient en face de nous, c’était le Commando invisible (milice proche de l’ex-rébellion des Forces nouvelles, NDLR) qui combattait en tenue civile. »

« Vous voyez qu’un couvre-feu a été instauré pour que la population ne soit pas dehors la nuit. On avait même demandé à la population de sortir d’Abobo. Mais elles sont restées. On avait des difficultés pour manœuvrer comme il se doit. »

« A chaque fois que nous rendions compte au président Gbagbo, il nous exhortait à reprendre le combat, parce que notre mission était de sécuriser la population d’Abobo et d’Anyama, et à un degré moindre, Koumassi (commune d’Abidjan) qui était pris en otage par le Commando invisible. Notre rôle était donc de préserver les populations des attaques du Commando invisible. Des éléments des Forces de défense et de sécurité ont été tués aussi dans ces zones. Donc, nous sommes allés chez le président pour lui faire le compte rendu ».

Jeuneafrique.com par

CPI – Procès Gbagbo: les reproches du général Mangou envers l’Onuci pendant la crise postélectorale

septembre 28, 2017
Le général Philippe Mangou lors de l’audition du 27 septembre 2017. © Capture d’écran Youtube / DR

Au troisième jour de son témoignage devant la CPI, mercredi 27 septembre, dans le procès Laurent Gbagbo et de son bras droit Charles Blé Goudé, le général Philippe Mangou, ex-chef d’état-major des armées, est revenu sur l’attitude jugée par moments « inamicale » de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci) et sur les décrets signés par Laurent Gbagbo instaurant des couvre-feux sur l’étendue du territoire ivoirien.

La « provocation » de l’Onuci

« J’ai été très amer avec les forces onusiennes (Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire, Onuci) parce que j’estime que quand vous êtes en crise et qu’une force vient vous aider à aller à la paix, elle se doit d’avoir un certain comportement. Je ne vais pas jeter le discrédit sur l’ensemble des forces impartiales qui, il faut le reconnaître, ont fait un travail satisfaisant pour la Côte d’Ivoire, ont aidé la Côte d’Ivoire à aller à la paix. Je suis miliaire et je sais, quand on quitte sa famille, son pays pour aller se mettre au service d’un autre pays, ce n’est pas facile. Ils ont fait l’essentiel. Mais comme dans tout groupement, dans toute association de personnes, il y a des personnes qui, de par leur comportement, jettent le discrédit sur le travail satisfaisant fait par l’ensemble ».

« J’ai été très amer parce que dans la nuit du 11 au 12 janvier 2011, nos policiers qui étaient partis pour la sécurisation d’Abobo [commune d’Abidjan, fief du Rassemblement des républicains – RDR, parti d’Alassane Ouattara, NDLR] précisément au rond-point, ont été encerclés, puis tués, des véhicules ont été calcinés. Au même moment, est arrivé un convoi de dix véhicules des forces impartiales. Il y en avait qui agonisaient encore, qui n’étaient pas encore morts, couchés dans leur sang et qui cherchaient secours. Ils ont tourné les talons, ils se sont embarqués dans leurs véhicules et ils sont partis. Nous sommes ici dans une justice internationale. C’est une faute très grave, le refus de porter assistance à personne en danger. Entre miliaires, il y a une certaine solidarité au point que nous nous appelons frères d’armes. Et l’appellation ne se fait pas seulement du bout des lèvres, cela doit se ressentir également dans nos faits et gestes »

J’ai trouvé que c’était de la provocation et que c’était inamical de leur part

« Quand des forces agissent ainsi, vis-à-vis de nos forces, il y a de quoi être révolté. Cela m’a révolté. Et je n’ai pas été tendre avec eux. La deuxième raison pour laquelle je suis intervenu, c’est en rapport avec l’organisation des patrouilles. Même quand ce sont les éléments d’une même patrouille, nous évitons que ces éléments se retrouvent sur le même terrain parce que la nuit, tous les chats sont gris. Et en patrouille, vous prenez toutes les dispositions pour qu’au cas où vous tombez sur le camp ennemi, vous puissiez intervenir. En effet, il pouvait y avoir des méprises. Ma position était que si l’Onuci voulait participer à nos patrouilles, qu’elle nous le dise, on ne l’interdisait pas. Dans ce cas, nous nous serions répartis les secteurs pour faire les patrouilles. Mais on arrive à Abobo, on fait nos patrouilles et on les voit venir. Je précise que quand vous voyez les phares allumées, il est difficile de savoir qui vient en face. Je me suis plaint de ces deux faits. J’ai trouvé que c’était de la provocation et que c’était inamical de leur part ».

Les couvre-feux de Gbagbo

« Le 27 novembre 2010, veille du deuxième tour de l’élection présidentielle, a posé problème. Ce jour-là, le président Blaise Compaoré, facilitateur des Accords de Ouagadougou, est arrivé à Abidjan. Le président Laurent Gbagbo, le président Blaise Compaoré, le président Alassane Ouattara se sont retrouvés à la présidence de la République. Pour discuter de ce décret (portant instauration d’un couvre-feu sur l’étendue du territoire), le président Laurent Gbagbo nous a appelés, nous, différents chefs des différents commandements. Il y avait le chef d’état-major des armées, le général Kassaraté, le général Brédou M’Bia et le général Guai Bi Poin. Il voulait nous demander s’il était opportun de maintenir ou d’annuler le décret. Compte tenu de la présence de ces éminentes personnalités, nous étions gênés, on ne pouvait pas se prononcer, j’ai proposé que le président se prononce. Le président Gbagbo, en présence du président Blaise Compaoré, a dit qu’il n’allait pas décréter le couvre-feu ce jour-là. Mais au départ du président Blaise Compaoré, le président a signé d’autorité le décret pour qu’il y ait un couvre-feu. L’opposition a donc manifesté son mécontentement. Au niveau d’Abobo, il y a eu des manifestations qui ont dégénéré et occasionné trois morts. Voici concernant le décret du 27 novembre ».

Selon mon évaluation et les renseignements que je recevais, il y avait nécessité d’instaurer un couvre-feu parce qu’on était très proche du vote

« Concernant le décret du 28 novembre qui devrait intervenir tout juste à la fin du scrutin, personnellement, j’ai proposé au président qu’on le prenne. Avant de signer le décret, le président de la République nous a convoqués à sa résidence à Cocody. Mais, cette fois-ci, avec le premier ministre Guillaume Soro. Et quand il a posé la question de savoir s’il fallait signer ce décret ou pas, le premier à prendre la parole était le Premier ministre Soro qui a dit que les élections viennent d’avoir lieu et que c’est le moment de collecter les résultats, ce qui implique ramassage des urnes et collecte des résultats. De ce fait, les gens ne verraient pas d’un bon œil ce décret et pourraient penser que nous sommes en train d’opérer un bourrage d’urnes. Il a donc proposé au président de renoncer à ce décret. À la suite du Premier ministre, j’ai pris la parole pour dire : ‘Monsieur le président, c’est vrai que je vous ai proposé de prendre un décret pour des raisons sécuritaires. Mais compte tenu de ce que vient de dire monsieur le Premier ministre, je suis d’avis avec lui, cela pourrait prêter à interprétation. Donc, il sera souhaitable que le décret ne soit pas pris’. Mais le décret a été signé d’autorité par le président Laurent Gbagbo ».

« De fait, selon mon évaluation et les renseignements que je recevais, il y avait nécessité d’instaurer un couvre-feu parce qu’on était très proche du vote. Et si jamais les gens saccageaient le matériel du vote et les différents bureaux de vote, comprenez que le 28 novembre, la Commission électorale indépendante allait avoir beaucoup de problèmes, mais les arguments du Premier ministre Soro étaient convaincants ».

« Quant au couvre-feu du 26 novembre, nous l’avons proposé parce qu’il y avait eu un fait antérieur qui a occasionné pas mal de blessés. En effet, le 19 novembre 2011, un groupe de jeunes proches du FPI [Front populaire ivoirien, parti de Laurent Gbagbo, NDLR] s’est rendu au QG du RHDP [Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix, coalition de partis politiques ayant soutenu la candidature d’Alassane Ouattara au second tour de la présidentielle du 28 novembre 2010, NDLR] et a saccagé ce QG. Il s’en est suivi une bagarre de rue qui a fait près de vingt blessés. Les préparatifs de la période électorale s’approchant, nous avons donc proposé au président de la République qu’il prenne un décret, en vue de permettre à ceux qui sont en train d’installer le matériel électoral, de travailler. De sorte qu’une fois le matériel disposé de nuit, on n’aille pas le saboter. C’est donc au vu du premier incident que nous avons proposé au président qu’il prenne un décret, le 26 novembre (2010) ».

Jeuneafrique.com par

« J’étais parmi les cadavres »: après un massacre en Centrafrique, un survivant témoigne

août 16, 2017

Jonas Ngobo, membre de la Croix-Rouge centrafricaine et survivant d’un massacre à Gambo, dans le sud-est de la Centrafrique, photographié dans la chapelle Saint-André de Loungougba, le 14 août 2017 / © AFP / Alexis HUGUET

« J’étais parmi les cadavres et les blessés »: Jonas Ngobo, de la Croix-Rouge centrafricaine, a survécu à un massacre dans le sud-est de la Centrafrique, région isolée qui subit une flambée de violences depuis début mai, avec pour conséquence des milliers de réfugiés en RDC voisine.

Jonas Ngobo, 54 ans, a vu mourir plusieurs de ses collègues humanitaires dans la tuerie du 5 août à Gambo à environ 450 km à l’est de la capitale Bangui. Six au total, selon le bilan du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) publié le 9 août.

A un correspondant de l’AFP, il raconte cet épisode de violences envers les civils, emblématique du conflit entre groupes armés de l’ex-Séléka, prétendant défendre les musulmans, et anti-balaka, majoritairement chrétiens. La guerre porte aussi sur le contrôle des ressources naturelles, explique un récent rapport du think tank américain Enough Project.

A Gambo, la tuerie a commencé vers midi quand des ex-Séléka ont voulu reprendre la ville à des anti-balaka, après l’arrivée d’un contingent marocain de la Mission des Nations unies (Minusca), se souvient M. Ngobo qui travaillait au dispensaire.

« Tout le monde pensait que l’hôpital était le refuge. Les gens se sont agglutinés en pensant qu’ils étaient sous protection de la Croix-Rouge », raconte cet homme aux traits tirés rencontré lundi dans le village de Loungougba où il s’est réfugié après les combats, à 50 km vers l’est en direction de Bangassou.

« En arrivant, un des Séléka a pris son couteau pour déchirer le drapeau de la Croix-Rouge. Avec des armes, avec des machettes, ils ont égorgé des gens. Ils ont attaqué à l’intérieur, à l’extérieur, dans tous les bureaux. Ils ont cassé toutes les portes », poursuit l’ancien « major » (responsable d’un pavillon du dispensaire).

« Ils ont continué jusqu’à 16h00 avant se replier. On a retrouvé des morts et des blessés en ville. Le soir, la ville était déserte. Tout le monde a fui en brousse », selon M. Ngobo.

Il ajoute avoir été « pris en otage (par les assaillants) dans leur base pour soigner leurs blessés durant cinq heures ». « Après, ils m’ont ramené à l’hôpital et m’ont dit de ne pas bouger. J’étais parmi les cadavres et les blessés ».

« Vers 23h00, le samedi 5, je me suis enfui en brousse. J’aidais des blessés à partir vers Bangassou (à 75 km vers l’est). Certains ont mis une semaine pour arriver jusqu’ici, d’autres sont arrivés aujourd’hui même » (lundi dernier), confie M. Ngobo.

« Le bilan provisoire que j’avais fait samedi soir, c’était 32 morts dans les pavillons et dans la cour », dit-il.

– ‘Pourquoi nous haïssent-ils?’ –

En mai, ce sont des anti-balaka -d’après la Minusca- qui avaient attaqué Bangassou et sa région, tuant six Casques bleus. Ils contrôlent toujours la ville depuis, a constaté le correspondant de l’AFP, même si des contingents marocains, gabonais et bangladeshi de la Minusca y sont visibles.

A Bangassou, plusieurs centaines de musulmans sont toujours réfugiés à l’intérieur du petit séminaire Saint Louis à côté de la cathédrale. Ils craignent pour leur vie s’ils en sortent.

« Pourquoi ils nous haïssent, pourquoi ils nous font ça? Les femmes ont été attaquées, les enfants égorgés », se lamente l’un d’eux, Djamal Mahamat Salet, fils du grand imam de Bangassou. Il affirme que son père est mort le dimanche 14 mai lors de l’attaque des anti-balaka.

Contrôlé par les groupes d’auto-défense en civil, Bangassou est quasiment déserte, surtout le quartier administratif. L’activité au marché reprend peu à peu, selon l’évêque espagnol de Bangassou, Juan José Aguirre.

Dimanche dernier, ce dernier a traversé en pirogue la Mbomou pour aller dire la messe aux milliers de réfugiés centrafricains qui ont fui les violences de l’autre côté de la frontière, en République démocratique du Congo, dans le village reculé de Ndu.

Une fois passé le poste de douane, il a délivré son homélie en sango, la langue nationale de la Centrafrique, et donné aux réfugiés des nouvelles, en français cette fois, des derniers événements qui ravagent leur pays, de l’autre côté de la rivière, à Bangassou et Gambo.

Ils sont des « milliers dans des zones reculées de la RDC où très peu d’acteurs humanitaires sont présents », s’est inquiété mercredi le Haut commissariat de l’ONU aux réfugiés dans un communiqué.

« Le dernier grand mouvement a été signalé par les autorités dans la ville (congolaise) de Yakoma, où plus de 10.000 individus sont arrivés depuis la semaine dernière. Ils ont fui l’insécurité à Bema, situé en face de la ville congolaise de Yakoma », détaille le HCR.

Romandie.com avec(©AFP / 16 août 2017 13h38)