Posts Tagged ‘Tendance’

COVID-19 : la tendance à la hausse se maintient dans la région de la capitale nationale

mars 22, 2021

Après avoir franchi la barre symbolique des 100 nouveaux cas samedi, la tendance à la hausse se confirme à Ottawa, avec 81 nouvelles infections et deux nouveaux décès, rapportés ce lundi. En Outaouais, ce sont 37 nouveaux cas et un mort qui se sont ajoutés au dernier bilan des autorités de santé.

On rapporte, ce lundi, 81 nouveaux cas et 2 décès à Ottawa, et 37 nouvelles infections et un mort en Outaouais.

© David Richard/Radio-Canada On rapporte, ce lundi, 81 nouveaux cas et 2 décès à Ottawa, et 37 nouvelles infections et un mort en Outaouais.

Le passage au palier rouge vendredi n’a pas encore eu d’effet, à Ottawa, alors que la santé publique rapporte 81 nouveaux cas et deux décès de plus, dans son rapport, lundi.

Au total, 16 188 cas confirmés de COVID-19 et 456 morts ont été recensés dans la capitale fédérale depuis le début de la pandémie.

En ce moment. 759 cas demeurent actifs, tandis que 28 personnes sont hospitalisées dont quatre se trouvent aux soins intensifs.

Santé publique Ottawa (SPO) indique une nouvelle éclosion à l’école catholique Franco-Cité où trois étudiants ont été testés positifs au coronavirus. Actuellement, 38 éclosions sont en cours à Ottawa.

Le palier «rouge-contrôler» ne fait que se confirmer dans la capitale fédérale, alors que le taux de positivité est monté à 3,9 % et que l’on compte 55,2 cas pour 100 000 habitants.

Un décès de plus en Outaouais

En Outaouais aussi, la tendance demeure à la hausse avec 37 nouvelles infections et un nouveau décès rapportés par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais.

La dernière victime est un résident d’un CHSLD, selon les autorités de santé.

Depuis le printemps dernier, 6 917 personnes ont contracté le virus de la COVID-19 et 171 en sont mortes en Outaouais.

Le CISSS de l’Outaouais indique que le bris d’équipement dans son laboratoire de Gatineau est dorénavant réparé, mais les délais pour obtenir un résultat de test restent encore élevés en raison d’une «plus grande demande de dépistage», écrit le CISSS.

Avec CBC/Radio-Canada 

France/Covid-19 : «la tendance est préoccupante», s’inquiète Jérôme Salomon

janvier 3, 2021

Le directeur général de la Santé s’inquiète notamment du brassage d’élèves avec la rentrée : «Les enfants reviennent de différents endroits, en France ou à l’étranger, ça peut rebattre les cartes de la situation épidémiologique».

Le Conseil scientifique disait craindre un rebond «incontrôlé» de l’épidémie dans les prochaines semaines. En cette rentrée, les autorités sanitaires ont donc les yeux rivés sur les données épidémiologiques, alors que le Covid-19 a déjà causé la mort de 64.921 personnes en France. Dans les hôpitaux, l’impact réel des fêtes de fin d’année devrait être connu la semaine prochaine, l’état des malades pouvant se dégrader au bout de plusieurs jours après l’apparition des symptômes. Mais certains signaux ne sont pas de bon augure: le nombre de patients hospitalisés et en réanimation a légèrement augmenté samedi 2 janvier, après plusieurs jours de baisse, selon les données de Santé Publique France.

Le taux de positivité des tests est passé de 3,8% à 4,6% samedi, celui d’incidence remonte aussi doucement à 132 cas positifs pour 100.000 habitants sur une semaine glissante (le seuil d’alerte étant fixé à 50). Dans les colonnes du Journal du Dimanche, le directeur général de la santé Jérôme Salomon admet ainsi que «la tendance est déjà préoccupante», avec une incidence «de nouveau en hausse après un plateau assez long».

L’ombre des variants plus contagieux

Selon le site de collecte des données Covidtracker, 24 départements voient en effet leur incidence augmenter. La France reste coupée en deux : on recense par exemple un peu moins de 50 cas pour 100.000 habitants en Charente-Maritime, contre près de 325 dans les Alpes-Maritimes. Une situation qui a poussé le gouvernement à renforcer dès samedi le couvre-feu dans 15 départements de l’est du pays, où quelque six millions de Français doivent désormais rester cloîtrés dès 18h.

«Si la situation était amenée à se dégrader davantage dans certains territoires, on prendra les décisions qui s’imposent», a prévenu le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, vendredi sur TF1. Le reste du pays – déjà sous le coup d’un couvre-feu à 20h – est donc en sursis. La perspective de voir les bars et les restaurants rouvrir le 20 janvier s’éloigne, celle de retrouver les lieux culturels le 7 janvier est déjà définitivement écartée.

Dans Le JDD, le professeur Jérôme Salomon fait aussi part de ses craintes vis-à-vis de la rentrée scolaire. «Les enfants reviennent de différents endroits, en France ou à l’étranger, ça peut rebattre les cartes de la situation épidémiologique», explique-t-il.

Outre les conséquences des vacances, il s’inquiète du froid qui favorise les transmissions, mais aussi des deux variantes du virus identifiées en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud, et déjà détectées en France. Elles «ne sont pas forcément plus dangereuses mais elles sont nettement plus contagieuses. Elles toucheraient aussi davantage les jeunes (…) Il faut donc qu’on soit très attentif au milieu scolaire et universitaire», précise Jérôme Salomon. Après plus de deux mois de «distanciel», les universités doivent en principe accueillir quelques élèves dès lundi. Beaucoup attendront toutefois.

L’épidémie pèsera «au moins jusqu’au printemps», avait prévenu Emmanuel Macron lors de ses vœux le 31 décembre. Pour le DGS, «on a encore quatre mois d’efforts collectifs à faire».

Par Anne-Laure Frémont et Nicolas Daguin