Posts Tagged ‘tennis de table’

Le Congo remporte deux médailles d’or en compétitions africaines de tennis de table à Oyo

juillet 7, 2013
Trophée de l'équipe congolaise de tennis de table à Oyo

Trophée de l’équipe congolaise de tennis de table à Oyo

Les pongistes congolais ont su défendre les couleurs de la Nation lors de la 21ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) et des championnats des clubs de tennis de table, disputés du 2 au 5 juillet dernier Oyo, dans le département de la Cuvette. Mademoiselle Han Xing et le Club Avenir sont montés sur la plus haute marche du podium.

Le Congo a remporté deux médailles d’or, dont une dans la catégorie senior dame simple de la CAN, grâce à Han Xing, et l’autre en compétions des clubs, grâce au Club Avenir. Mademoiselle Han Xing, Congolaise d’origine chinoise, a réalisé un parcours impeccable en gagnant tous ses cinq matches. Même les Egyptiennes qui avaient les faveurs des pronostics n’ont pas pu la terrasser. Elle vient ainsi de gagner sa deuxième médaille d’or, après celle remportée lors de la 20ème édition disputée en Égypte, face à l’Égyptienne Farah Abdelaziz.

Le Club Avenir version masculine, qui a permis au Congo d’obtenir sa deuxième médaille d’or, a réalisé aussi un travail impressionnant, face au club NSCDC du Nigeria.

Outre ces médailles en or, le Congo a obtenu une en argent grâce au Clubs Avenir version féminine, et deux en bronze grâce à Saka Suraju en simple homme et le Club Avenir.

Pour la première fois, le Congo a obtenu deux médailles d’or aux compétitions africaines de tennis de table.

Mais, c’est l’Egypte qui est arrivée entête avec six médailles, dont deux en or remportées par Lashin El-Sayed en simple homme et le Club Ahly en version féminine ; deux en argent gagnées par Saleh Ahmed en simple homme et par Abdelaziz Farah en simple dame ; deux bronzes remportés par Dian Meshref en simple dame et le Club Ahly version masculine.

La troisième place est revenue au Nigeria qui a obtenu quatre médailles, dont une en argent gagnée par le Club NSCDC, et trois en bronze grâce à Edem Offiong, Aruna Quadri et au Club Canaan.

Au total, huit clubs en hommes ont pris part à ces compétions, notamment Avenir et Lumumba du Congo, Al Ahly d’Egypte, Spin de la RDC, Canon Kpa Kum du Cameroun, Wahda de la Libye, NSCD du Nigeria et Fratacci de Djibouti ; et cinq clubs en dames : Ahly d’Egypte, Avenir et Lumumba du Congo, Spin de la RDC et Canaan Queen du Nigeria.

En ce qui concerne les récompenses, les premiers (médailles d’or) ont reçu chacun un trophée et un chèque de 750.000 francs CFA (soit 1.500 dollars US). Les deuxièmes, 700 dollars US, et les troisièmes et quatrièmes, 300 dollars US.

Au terme des compétitions, le président de la Fédération congolaise de tennis de table, Henri Djombo, a dit satisfaction : «Nous sommes comblés parce que nous avons atteint nos objectifs. Les deux compétitions se sont bien déroulées, ici à Oyo. Le Congo a obtenu deux médailles d’or. Il va donc représenter l’Afrique à la Coupe du monde en version féminine».

Congo-site.com par Gaspard Lenckonov

Congo: Le complexe sportif d’Oyo ouvert officiellement au public

juillet 4, 2013
Complexe sportif d'Oyo

Complexe sportif d’Oyo

Le complexe sportif d’Oyo, dans le département de la Cuvette, a été officiellement ouvert au public le 3 juillet 2013 au cours d’une cérémonie patronnée par le ministre à la Présidence de la République, chargé de l’aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux, Jean-Jacques Bouya.

La cérémonie s’est déroulée en présence de ses collègues Léon-Alfred Opimbat et Henri Djombpo, respectivement ministre des sports et de l’éducation physique et ministre de l’économie forestière et du développement durable, mais présent en sa qualité de président de la Fédération congolaise de tennis de table (FCTT).

L’armature sportive construite à Oyo comprend un gymnase de 1890 places assises, 18 salles pour magasins de commerce, une salle technique, une salle VIP, des cabines de presse, une salle d’annonce, une salle de rédaction, une salle d’impression, une salle de repos, une salle pour interview, une salle antidopage, une salle de secours, un bureau pour le gestionnaire, un bureau pour le directeur, une salle de musculation, une salle de traitement de données, une salle d’émission et une salle de contrôle de son.

Les travaux ont duré cinq ans (avril 2008 à juin 2O13), pour un coût global de 9 milliards 103 millions francs CFA. Ils ont été réalisés par la société chinoise Zhengwei Technique Congo, sur une superficie de 7.280m². L’ouvrage a consommé 6.000m3 de béton, 4.500 tonnes de ciment et 5.000 tonnes d’aciers. Quelque 510 personnes ont été employées dont 110 Chinois et 400 Congolais.
Dans ce gymnase on peut pratiquer différentes disciplines sportives : tennis de table, handball, volleyball, basketball, etc. Dehors, se trouvent un terrain de football de 1629 places assises, ainsi que d’autres installations sportives.

Le gymnase d’Oyo a été donc construit pour abriter non seulement les compétitions locales, départementales et nationales, mais aussi africaines et internationales. Ce bâtiment de 16 mètres de hauteur, complètement couvert avec une structure métallique triangulée, offre une aire de jeu multidisciplinaire bordé des gradins à l’intérieur de l’édifice.

Les délégations venues d’autres pays africains dans le cadre de la coupe d’Afrique des nations (CAN) de tennis de table seniors simples et des championnats des clubs ont admiré la qualité de l’édifice.

Jean-Jacques Bouya a remis les clés de ce complexe à Léon-Alfred Opimbat, qui les a aussitôt transmises au directeur général des sports. Le ministre des sports et de l’éducation physique a pris l’engagement d’instruire ses services afin que ces installations sportives soient jalousement conservées.

«Oyo devient la première ville de notre pays qui permet actuellement le déroulement des compétitions en salle (…). Nous avons l’honneur de prendre l’engagement que nos services devraient tout mettre en œuvre en vue de l’entretien de ces installations. Nous espérons que ces installations donneront à la jeunesse congolaise et à la jeunesse africaine les opportunités de compétition», a dit M. Opimbat.

Congo-site.com par Gaspard Lenckonov