Posts Tagged ‘tentative de meurtre’

États-Unis: Le présumé agresseur de Salman Rushdie accusé de tentative de meurtre

août 13, 2022
Un policier devant une résidence.

De nombreux policiers surveillent le domicile d’Hadi Matar au New Jersey, alors que plusieurs curieux tentent d’y accéder. Photo : Reuters/Eduardo Munoz

L’homme suspecté d’avoir attaqué l’écrivain britannique Salman Rushdie, qui est toujours placé sous respirateur à l’hôpital, est accusé de tentative de meurtre au second degré.

« L’individu responsable de l’attaque de vendredi, Hadi Matar, est officiellement accusé de tentative de meurtre et de voies de fait », a confirmé samedi le procureur de Chautauqua, Jason Schmidt.

L’homme de 24 ans a été arrêté vendredi et est détenu, sans possibilité de libération sous caution.

Hadi Matar, de Fairview au New Jersey, est né aux États-Unis de parents libanais. La police s’interroge toujours sur ses motifs.

Quelques personnes sur les escaliers extérieurs d'une maison.

Plusieurs curieux se sont rassemblés devant la maison d’Hadi Matar pendant que les agents du FBI y menaient leur enquête. Photo : Reuters/Eduardo Munoz

Hadi Matar est né 10 ans après la publication des Versets sataniques, le livre de Salman Rushdie qui lui a valu une fatwa demandant son assassinat en 1989, commandée par l’ayatollah iranien Rouhollah Khomeiny.

Les enquêteurs cherchent aussi à déterminer si l’assaillant a agi seul. Son avocat, Nathaniel Barone, dit être en train de rassembler des renseignements et a refusé de commenter. L’accès au domicile de Matar est bloqué par la police.

Salman Rushdie a été poignardé au cou et à l’abdomen vendredi sur scène juste avant de prendre la parole au centre culturel à Chautauqua, dans le nord-ouest de l’État de New York. Il a été transporté à l’hôpital en hélicoptère, où il est placé sous respirateur.

Les nouvelles ne sont pas bonnes, a déclaré vendredi soir au New York Times l’agent de l’écrivain britannique de 75 ans, Andrew Wylie : Salman va probablement perdre un œil, les nerfs de son bras ont été sectionnés et il a été poignardé au niveau du foie.

Cinq hommes transportent Salman Rushdie sur une civière vers l'hélicoptère, stationné sur ce qui semble être un terrain de baseball.

L’écrivain Salman Rushdie a été transporté par hélicoptère à l’hôpital le plus proche. Il était toujours en vie lors du transport. Photo : Reuters/Twitter@Horatiogates3

En Iran, samedi, le principal quotidien ultraconservateur Kayhan a félicité l’agresseur. Bravo à cet homme courageux et conscient de son devoir qui a attaqué l’apostat et le vicieux Salman Rushdie, écrit le journal. Baisons la main de celui qui a déchiré le cou de l’ennemi de Dieu avec un couteau.

Au marché aux livres de Téhéran, tout le monde est au courant de l’attaque, mais seuls ceux qui la soutiennent s’expriment: J’étais très heureux d’apprendre la nouvelle. Quel que soit l’auteur [de l’attaque], je lui baise la main. […] Que Dieu maudisse Salman Rushdie, assure Mehrab Bigdeli, qui se présente comme un religieux chiite.

Avec Radio-Canada

Égypte: 12 pro-Morsi condamnés à mort pour meurtre ou tentative

juin 18, 2014

Le Caire – Douze partisans de l’ex-président islamiste Mohamed Morsi destitué par l’armée ont été condamnés à mort mercredi en Égypte pour le meurtre d’un général de police ou des violences lors d’un raid des forces de sécurité dans un fief islamiste au Caire en 2013.

Vingt-trois personnes –dont 11 sont en fuite– étaient jugées au Caire notamment pour appartenance à une organisation jihadiste et pour avoir participé à une riposte contre des commandos de policiers et militaires ayant investi un quartier de la capitale le 19 septembre 2013, dans le cadre de la sanglante répression visant les partisans de M. Morsi.

Un général de la police avait été tué par balle et d’autres policiers et soldats avaient essuyé des tirs.

Huit des condamnés à mort, dont celui qui était accusé du meurtre du général, sont détenus et quatre en fuite. Les 12 étaient également poursuivis pour tentative de meurtre sur les membres des forces de sécurité, selon un journaliste de l’AFP présent au tribunal qui les jugeait. Le verdict doit être confirmé ou infirmé le 6 août après l’avis du mufti d’Égypte, qui n’est pas contraignant.

Ces nouvelles peines capitale –des centaines ont déjà été prononcées contre des islamistes– surviennent dix jours après qu’Abdel Fattah al-Sissi, l’ex-chef de l’armée qui avait destitué et fait emprisonner M. Morsi le 3 juillet 2013, eut prêté son serment comme président. Il a été élu fin mai avec 96,9% des voix mais après avoir éliminé toute opposition de la scène politique, islamiste ou laïque et libérale.

A l’énoncé des peines par le président de ce tribunal situé à l’intérieur de l’académie de police et de la prison de Tora, au Caire, les condamnés ont scandé Allah u akbar (Dieu est le plus grand) dans la cage grillagée qui servait de box des accusés.

Le 19 septembre 2013, en pleine vague extrêmement sanglante de répression contre les manifestants pro-Morsi menée par le pouvoir dirigé de facto par le général Sissi –promu maréchal plus tard–, un raid de policiers et soldats avait été mené à Kerdassa, un quartier populaire proche des pyramides de Guizeh, considéré comme un bastion des Frères musulmans, la confrérie islamiste de M. Morsi.

Le général Nabil Farrah, l’un des officiers supérieurs dirigeant l’opération, avait été tué d’une balle.

Parmi les condamnés à mort figurent aussi deux détenus reconnus coupables d’avoir fondé et dirigé une organisation jihadiste takfirie en vue de s’attaquer à la police et l’armée ainsi qu’aux chrétiens, et cinq autres arrêtés, selon l’accusation, en possession d’armes et d’explosifs.

C’est un verdict très dur qui ne reflète pas la réalité, il n’y a aucune preuve contre les condamnés a déclaré à l’AFP l’un des avocats de la défense, Ali Abdel Fattah.

Depuis la destitution de M. Morsi, premier président élu démocratiquement en Égypte, plus de 1.400 de ses partisans ont été tués dans des manifestations, plus de 15.000 Frères musulmans ont été emprisonnés et des centaines condamnés à mort dans des procès de masse expédiés en quelques minutes et qualifiés de sans précédent dans l’Histoire de l’Humanité par l’ONU.

Mais plus de 500 policiers et soldats ont péri dans le même temps dans des attentats et attaques revendiquées par des groupes d’insurgés jihadistes disant s’inspirer d’Al-Qaïda. Le régime de M. Sissi en accuse pourtant depuis le début les Frères musulmans, qui ont été décrétés organisation terroriste.

Romandie.com avec(©AFP / 18 juin 2014 14h46)