Posts Tagged ‘territoires palestiniens’

États-Unis: Trump se rendra à Bethléem, dans les Territoires palestiniens

mai 16, 2017

Washington – Donald Trump se rendra à Bethléem, dans les Territoires palestiniens occupés, au cours de son premier voyage à l’étranger durant lequel il doit également faire escale en Arabie saoudite, en Israël et au Vatican, a affirmé mardi son conseiller à la sécurité nationale.

A l’issue de la première partie de ce voyage, le président américain participera à ses premiers sommets: celui de l’Otan, à Bruxelles le 25 mai, et du G7, en Sicile les 26 et 27.

Son conseiller, le général H.R. McMaster, a confirmé que M. Trump rencontrera à cette occasion le nouveau président français Emmanuel Macron pour un déjeuner de travail le 25 mai à Bruxelles. Ce sera la première rencontre entre les deux dirigeants.

Le président républicain doit entamer son voyage ce vendredi. Après sa visite en Arabie saoudite, il se rendra en Israël où il sera reçu lundi 22 mai par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Ce voyage en Israël survient dans un contexte en pleine évolution sur un dossier dans lequel les Etats-Unis ont toujours joué un rôle unique de médiateur.

Le lendemain, mardi, il se rendra à Bethléem où « il va appuyer la nécessité de faciliter un accord pour mettre fin au conflit (israélo-palestinien) et il appellera les dirigeants à prendre des mesures qui aideront à conduire à la paix », a précisé M. McMaster.

M. Trump a reçu mi-février son « ami » Benjamin Netanyahu, avant d’accueillir au début du mois le président palestinien Mahmoud Abbas. A cette occasion il a affirmé qu’il « voul(ait) créer la paix entre Israël et les Palestiniens ».

« Nous y arriverons! », avait lancé le milliardaire, qui se targue d’être un « faiseur d’accords », affirmant qu’un traité de paix serait « peut-être moins difficile que ce que les gens pensent depuis des années ».

Il n’a cependant rien dit de la manière dont il s’y prendrait pour régler l’un des plus vieux conflits de la planète pour lequel les positions ont rarement été aussi éloignées et sur lequel tous les présidents américains se sont cassé les dents.

Le lendemain de son passage dans les Territoires palestiniens, Donald Trump sera reçu par le pape au Vatican, le 24 mai.

Romandie.com avec(©AFP / 16 mai 2017 18h53)                                            

Le Hamas condamne l’attaque contre Charlie Hebdo

janvier 10, 2015

Gaza (Territoires palestiniens) – Le mouvement islamiste palestinien Hamas a condamné samedi l’attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo qui a fait 12 morts à Paris, dans un communiqué publié pour l’occasion en français.

Le Hamas condamne les agressions contre le magazine Charlie Hebdo et insiste sur le fait que la différence d’opinions et de pensées ne saurait justifier le meurtre.

Le mouvement répond en outre aux accusations du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a récemment affirmé que la France, Israël et les pays civilisés faisaient face à la même menace. Ces terroristes abattent des journalistes à Paris, ils (…) lancent des roquettes sur des civils depuis Gaza, avait assuré M. Netanyahu, qui associe depuis des mois le Hamas aux mouvements jihadistes les plus radicaux, notamment l’organisation Etat islamique qui sévit en Irak et en Syrie.

Le Hamas condamne les tentatives désespérées du Premier ministre israélien Netanyahu de faire le lien entre d’un côté notre mouvement et la résistance de notre peuple, et le terrorisme à travers le monde de l’autre côté (…) Ces misérables tentatives sont condamnées à échouer, affirme le communiqué.

De son côté, le président palestinien Mahmoud Abbas a appelé son homologue français François Hollande pour lui présenter ses condoléances, a indiqué son ministre des Affaires étrangères Ryiad al-Malki. M. Abbas l’a assuré de la solidarité du peuple et des dirigeants palestiniens avec la France après cet attentat terroriste et souligné que le sermon de la prière du vendredi avait été consacré à sa ferme condamnation dans les mosquées palestiniennes.

M. Malki a ajouté qu’une délégation de dignitaires chrétiens et musulmans se rendrait dans les jours à venir en France pour exprimer leur solidarité contre le terrorisme.

L’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a, elle, appelé à des manifestations dimanche à la mi-journée à travers les Territoires palestiniens occupés.

Romandie.com avec(©AFP / 10 janvier 2015 15h30)

Les Palestiniens pas éligibles à la CPI car ne forment pas un Etat souverain

janvier 7, 2015

Washington – Les Palestiniens ne sont pas éligibles pour adhérer à la Cour pénale internationale (CPI) parce qu’ils ne forment pas un Etat souverain, a estimé mercredi la diplomatie américaine.

Les Etats-Unis ne pensent pas que l’Etat de Palestine remplisse les conditions d’un Etat souverain et ne le reconnaissent pas comme tel, a affirmé la porte-parole du département d’Etat Jennifer Psaki lors de son point de presse quotidien.

Et Washington ne pense pas qu’il (l’Etat palestinien, ndlr) soit éligible pour accéder au Statut de Rome régissant la CPI, a insisté la responsable américain, dont le pays n’est pas membre de la Cour pénale internationale.

Peu avant, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon avait accepté la demande des Palestiniens d’adhérer à cette CPI, laquelle va ainsi pouvoir enquêter à partir du 1er avril sur les allégations de crimes commis dans les Territoires palestiniens.

L’ONU est dépositaire du Statut de Rome qui a créé la CPI.

L’objectif de la démarche d’adhésion palestinienne, entamée vendredi aux Nations unies, est de pouvoir demander des comptes devant cette cour aux dirigeants israéliens pour des opérations militaires futures à Gaza ou pour l’occupation par Israël des territoires palestiniens.

Les Etats-Unis sont vent debout contre les démarches palestiniennes à l’ONU et ont voté contre une résolution palestinienne la semaine dernière au Conseil de sécurité.

Washington défend depuis toujours le principe d’une solution à deux Etats, israélien et palestinien, qui sortirait de négociations directes entre les deux parties, sous médiation américaine.

Mais la dernière tentative du secrétaire d’Etat John Kerry a échoué en avril 2014 après neuf mois d’efforts infructueux.

Mme Psaki a répété que son ministre n’abandonnerait jamais lidée d’une éventuelle relance, mais qu’il revenait à Israël et aux Palestiniens d’en prendre la décision.

Romandie.com avec(©AFP / 07 janvier 2015 20h36)

10 Palestiniens tués dans des raids israéliens sur Gaza

août 3, 2014

Gaza (Territoires palestiniens) – Dix Palestiniens ont été tués dans des raids israéliens lundi dans la bande de Gaza, selon les services de secours, portant le bilan à 1.822 morts palestiniens en quatre semaines de conflit entre l’armée israélienne et le Hamas.

Cinq personnes ont été tuées à Jabalya (nord), trois (bien trois) dans les quartiers de Zeitun et Sheikh Radwan à Gaza, un à Nuseirat dans le centre de Gaza et un enfant à Rafah (sud), a précisé le chef des services de secours Achraf al-Qoudra.

Depuis le début du conflit, le 8 juillet, l’armée israélienne a procédé à 4.686 frappes dans la bande de Gaza.

Sur la même période, 2.560 roquettes et tirs de mortiers provenant de militants palestiniens ont frappé l’État juif, dont 556 ont été interceptés par le système de défense anti-missiles Iron Dome, a indiqué une porte-parole de l’armée.

Romandie.com avec(©AFP / 04 août 2014 03h39)

Gaza: 514 Palestiniens tués au 14e jour du conflit

juillet 21, 2014

Gaza (Territoires palestiniens) – Au moins 514 Palestiniens ont été tués et plus de 3.000 blessés en 14 jours d’offensive israélienne sur la bande de Gaza, un bilan qui continue de s’alourdir au lendemain d’un dimanche noir marqué par le pilonnage de Chajaya.

Plus de 20 Palestiniens ont été tués lundi dans différentes frappes israéliennes sur l’enclave palestinienne et 45 cadavres ont été extirpés des décombres, notamment dans la banlieue de de Chajaya, à l’est de la ville de Gaza, que l’armée israélienne a pilonné dimanche faisant au moins 73 morts, a indiqué le porte-parole des services de secours, Achraf al-Qoudra.

Par ailleurs, l’armée israélienne affirme avoir tué lundi plus de dix terroristes, qui tentaient de s’infiltrer en territoire israélien via un tunnel.

Parmi les victimes des bombardements de lundi sur la bande de Gaza figure une famille de neuf personnes, dont sept enfants, tous tués dans une frappe près de Rafah (sud), selon M. al-Qoudra.

Cinq personnes sont mortes lundi après-midi dans une frappe qui a touché l’hôpital des Martyrs d’Al-Aqsa à Deir el-Balah, au centre de l’enclave palestinienne.

Quatre autres Palestiniens ont été tués dans des frappes sur le sud de la bande de Gaza, et un Palestinien dans un raid au nord, près de la ville de Beit Hanoun.

En outre, 45 dépouilles ont été retrouvées dans des décombres, dont 11 à Chajaya.

De nombreuses victimes de ce qui a été dénoncé par le gouvernement palestinien comme le massacre de Chajaya étaient des femmes et des enfants. L’armée israélienne affirme avoir ciblé cette zone car elle servait de base arrière aux activistes du Hamas.

Côté israélien, les pertes sont essentiellement dans les rangs de l’armée, désormais déployée à l’intérieur et autour de la bande de Gaza: 18 soldats ont été tués depuis le 17 juillet.

Deux civils ont également été mortellement touchés par des tirs de roquette sur le sud du territoire israélien.

Depuis le début de l’opération israélienne Bordure protectrice, près de 1.465 roquettes et obus se sont abattus sur Israël, et 387 ont été interceptés en vol par le système Iron Dome.

Quarante projectiles ont touché plusieurs régions d’Israël lundi, dont le secteur de Tel-Aviv.

Romandie.com avec(©AFP / 21 juillet 2014 15h08)

La branche armée du Hamas revendique l’enlèvement d’un soldat israélien

juillet 20, 2014

Gaza (Territoires palestiniens) – La branche armée du mouvement palestinien Hamas a revendiqué dimanche soir l’enlèvement d’un soldat israélien, déclenchant des manifestations de joie dans les rues de la ville de Gaza.

Le soldat israélien Shaul Aaron est entre les mains des Brigades Ezzedine al-Qassam, le bras militaire du mouvement islamiste, a déclaré leur porte-parole Abou Obeida dans une allocution télévisée.

Au même moment des scènes de liesse ont éclaté dans les rues de la ville de Gaza aux cris d’Allah Akbar (Dieu est Grand).

Interrogée, l’armée israélienne a répondu qu’elle vérifiait les allégations du groupe armé palestinien.

Un commando de Gaza, dont des combattants du Hamas, avait kidnappé en juin 2006 en Israël le soldat franco-israélien Gilad Shalit, qui avait été libéré en novembre 2011 contre plus de 1.000 prisonniers palestiniens.

Romandie.com avec(©AFP / 20 juillet 2014 22h30)

Les Palestiniens menacent de dissoudre l’Autorité en cas d’échec des pourparlers

avril 20, 2014

Ramallah (Territoires palestiniens) – Les Palestiniens n’excluent pas de dissoudre l’Autorité palestinienne en cas d’échec des négociations de paix avec Israël, a indiqué dimanche un haut responsable palestinien.

L’équipe de négociateurs palestiniens a fait savoir au médiateur américain Martin Indyk que les Palestiniens pourraient décider de démanteler l’Autorité dirigée par le président Mahmoud Abbas afin de faire porter à Israël la responsabilité de la gestion de leur territoire en tant que puissance occupante, a précisé ce responsable.

Les Palestiniens ont déjà évoqué ces dernières années la possibilité de dissoudre l’Autorité, créée à la suite des Accords d’Oslo (1993) pour administrer les zones autonomes des Territoires, mais c’est la première fois que la menace est brandie depuis la reprise des pourparlers de paix israélo-palestiniens sous l’égide du secrétaire d’Etat américain John Kerry en juillet dernier.

Ces négociations sont complètement bloquées et l’initiative de M. Kerry apparaît de plus en plus compromise.

Les Palestiniens ont informé Indyk que si l’intransigeance israélienne continuait, ils ont plusieurs options, a expliqué à l’AFP le responsable palestinien sous couvert de l’anonymat, en faisant référence à la dernière rencontre entre l’émissaire américain et les négociateurs palestiniens vendredi.

D’abord, il y a l’option de rendre les clés de l’Autorité aux Nations unis afin qu’elles prennent en charge le peuple palestinien et l’Etat de Palestine, qui est sous occupation – ou bien qu’Israël assume à nouveau l’entière responsabilité de son occupation, a-t-il souligné.

L’Autorité du président Abbas, soutenue par la communauté internationale, est confrontée en permanence à d’importantes difficultés financières et dépend, pour survivre, de l’aide étrangère.

Une importante réunion du Conseil central de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) est prévue samedi et dimanche prochains à Ramallah afin de débattre de l’avenir du processus de paix et des diverses options sur la table en cas d’échec de l’initiative Kerry, notamment l’adhésion à diverses conventions et organisations internationales.

Abou Mazen (le surnom de Mahmoud Abbas) encourage la terreur contre Israël à la tête de l’Autorité palestinienne puis nous menace de démissionner de son poste, a réagi un ministre israélien d’extrême droite, Naftali Bennett.

S’il veut partir nous ne le retiendrons pas. On ne négocie pas avec Israël avec un pistolet sur sa tempe, a affirmé M. Bennett, chef du parti nationaliste religieux Foyer juif, proche des colons.

Israéliens et Palestiniens multiplient les gestes d’hostilité depuis qu’Israël a refusé de libérer comme prévu le 29 mars un dernier contingent de prisonniers en réclamant une prolongation des négociations de paix au-delà de l’échéance prévue du 29 avril.

Les Etats-Unis tentent d’obtenir des deux parties un accord qui permettrait de prolonger les pourparlers au-delà de cette date butoir mais leurs efforts n’ont pour le moment pas abouti.

Le président Abbas s’est dit disposé à prolonger les pourparlers jusqu’à la fin de l’année, comme le réclament Israël et la diplomatie américaine. Mais il a exigé pour cela que le gouvernement israélien relâche, comme il s’y était engagé, le dernier groupe de détenus, qu’il gèle la colonisation et qu’il accepte de consacrer les trois premiers mois des nouvelles négociations à une discussion sérieuse sur les frontières.

Les Palestiniens veulent un Etat sur les lignes d’avant l’occupation israélienne de la bande de Gaza et de la Cisjordanie conquises durant la guerre des Six Jours en juin 1967. Depuis leur relance le 29 juillet 2013, les pourparlers de paix piétinent sur l’ensemble des questions au coeur du conflit: les frontières, les colonies, la sécurité, le statut de Jérusalem et les réfugiés palestiniens.

Romandie.com avec(©AFP / 20 avril 2014 21h18)

Le Premier ministre palestinien revient sur sa démission

juin 21, 2013

RAMALLAH (Territoires palestiniens) – Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne Rami Hamdallah est revenu vendredi sur sa démission, à l’issue d’une rencontre avec le président Mahmoud Abbas, a affirmé à l’AFP un haut responsable palestinien.

M. Hamdallah a rencontré le président Abbas pendant deux heures au siège de la présidence à Ramallah et l’a informé de sa décision de retirer sa démission, a dit ce responsable sous le couvert de l’anonymat.

M. Hamdallah veut des compétences claires et définies pour lui en tant que chef du gouvernement et pour ses vice-Premiers ministres conformément à la loi afin d’éviter les conflits et les empiètements sur les prérogatives de chacun, a–t-on expliqué.

M. Hamdallah, un universitaire nommé le 2 juin, avait présenté jeudi sa démission, frustré de partager ses pouvoirs avec deux vice-Premiers ministres imposés par M. Abbas, le député Ziad Abou Amr et Mohammad Moustapha, président du Fonds d’investissement de Palestine (FIP) et conseiller économique du président, en charge des questions économiques.

La rencontre de vendredi a été précédée par une conversation téléphonique la veille entre MM. Abbas et Hamdallah qui a atténué les tensions, a précisé le responsable.

Un membre du l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Ghassan Chakaa, a réussi dans sa médiation qui a conduit à la rencontre, a–t-il ajouté.

M. Hamdallah a quitté le siège de la présidence en convoi officiel, a constaté un correspondant de l’AFP alors qu’il était parti la veille avec sa voiture personnelle juste après avoir remis sa lettre de démission.

Ce qui a mis le feu aux poudres est le mandat donné à Mohammad Moustapha par le président Abbas pour signer des accords avec la Banque mondiale, alors que cela faisait partie des prérogatives du prédécesseur de M. Hamdallah, Salam Fayyad, économiste plébiscité par la communauté internationale, avait indiqué auparavant un proche de M. Hamdallah.

Romandie.com avec (©AFP / 21 juin 2013 19h57)