Posts Tagged ‘Texas’

États-Unis: Le Texas attend Hanna, le premier ouragan de la saison dans l’Atlantique

juillet 25, 2020

 

Le Texas se préparait samedi 25 juillet à l’arrivée du premier ouragan de la saison 2020 dans l’océan Atlantique, Hanna, qui pourrait provoquer d’importantes inondations, ont mis en garde les services météorologiques.

Charriant des vents soufflant jusqu’à 120 km/h, l’ouragan de catégorie 1 (sur 5) devrait encore se renforcer avant de toucher les côtes texanes dans l’après-midi ou en début de soirée, selon le Centre national des ouragans (NHC).

Le niveau de la mer pourrait s’élever de plus de 1,5 m par endroits et jusqu’à 45 cm de pluie pourraient s’abattre localement dans le sud du Texas, Etat déjà actuellement touché par une recrudescence importante du nombre d’infections au nouveau coronavirus.

Les services météorologiques encourageaient les populations se trouvant sur sa trajectoire à «prendre toutes les dispositions nécessaires pour se protéger» et à suivre les éventuels «ordres d’évacuation et autres consignes des autorités locales».

Dans l’océan Pacifique, l’ouragan Douglas, qui a atteint vendredi la catégorie 4 sur l’échelle de Saffir-Simpson, devrait progressivement s’affaiblir en se rapprochant de l’archipel américain d’Hawaï.

Par Le Figaro avec AFP

COVID-19 : la Californie, le Texas et la Floride enregistrent des taux de mortalité record

juillet 10, 2020
Le personnel médical s'occupe d'un patient souffrant de la COVID-19 dans l'unité de soins intensifs du Scripps Mercy Hospital à Chula Vista, en Californie.
© Lucy Nicholson/Reuters Le personnel médical s’occupe d’un patient souffrant de la COVID-19 dans l’unité de soins intensifs du Scripps Mercy Hospital à Chula Vista, en Californie.
Trois des États du sud du pays qui forment le nouvel épicentre de la pandémie ont chacun fait état, jeudi, d’une centaine de décès dus à la COVID-19 en une seule journée, atteignant de nouveaux sommets.

Les autorités de la santé publique du Texas ont ainsi recensé 105 morts, celles de la Floride 120 et celles de la Californie 149. Avec ce nouveau bilan quotidien, le Texas totalise près de 3000 morts, la Floride plus de 4000 et la Californie plus de 6700.

Depuis quelques semaines, ces États, mais aussi l’Arizona, ont vu bondir le nombre de nouveaux cas quotidiens de COVID-19 rapportés.

À l’échelle nationale, les États-Unis ont enregistré quelque 60 000 nouveaux cas jeudi, leur deuxième bilan le plus important après leur sommet avoisinant les 62 000 cas, la veille, selon les données recensées par le site Worldometers.

La hausse du nombre de cas quotidien se répercute par ailleurs sur les hospitalisations. Selon le COVID Tracking Project de la revue The Atlantic, il y avait jeudi sur le territoire américain près de 44 000 personnes hospitalisées en raison du coronavirus. Un chiffre loin du sommet de quelque 60 000 hospitalisations atteint à la mi-avril, mais en hausse constante depuis environ trois semaines.

Au premier rang des cas recensés, le pays, qui déplore désormais près de 136 000 morts, a franchi le cap des 3 millions de cas recensés plus tôt cette semaine.

En entrevue au site FiveThirtyEight, le directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, le Dr Anthony Fauci, a convenu que la situation des États-Unis n’était pas enviable.

«Quand on se compare à d’autres pays, je ne pense pas qu’on puisse dire que nous nous en sortons merveilleusement bien. Je veux dire, ce n’est tout simplement pas le cas», a-t-il admis.

En début de semaine, la porte-parole de la Maison-Blanche, Kayleigh McEnany, avait pourtant érigé les États-Unis en modèle. «Je pense que le monde nous voit comme un leader sur la question de la COVID-19», avait-elle soutenu.

Une ouverture trop rapide

Le Dr Anthony Fauci, qui avait multiplié les mises en garde contre une levée prématurée des restrictions, a par ailleurs affirmé que certains États avaient procédé trop rapidement à la réouverture de l’économie.

«Il y a des gouverneurs et des maires qui l’ont fait parfaitement correctement, a soutenu le scientifique. Ils voulaient ouvrir, alors ils ont suivi les recommandations pour l’ouverture de leur État.»

Certains États ont toutefois sauté des étapes, a-t-il ajouté, évoquant la Floride.

Une compilation du New York Times indique que la nouvelle flambée épidémique à laquelle assistent les États-Unis est largement attribuable à des États ayant amorcé leur processus de déconfinement les premiers.

Selon le quotidien, la Floride a vu sa moyenne de nouveaux cas quotidiens plus que décupler depuis sa réouverture, au début mai. Le nombre de cas en Arizona a augmenté de 858 % depuis le début du déconfinement, alors qu’il a connu une hausse de 680 % au Texas.

L’Arizona, la Floride et le Texas ont d’ailleurs tous fait marche arrière en imposant des restrictions qui avaient été levées.

La Caroline du Sud, qui a pour sa part mis en veilleuse son processus de déconfinement, a vu le nombre moyen de nouveaux cas quotidiens exploser de 999 % depuis la fin avril.

La Californie fait figure d’exception. Malgré la mise en place de restrictions sévères, l’État a connu une hausse de 275 % depuis la fin mai, d’après le New York Times.

Le président Donald Trump et le Dr Anthony Fauci en conférence de presse

© Tom Brenner/Reuters Le président Donald Trump et le Dr Anthony Fauci en conférence de presse
Un débat partisan qui nuit
Interrogé sur la partisanerie qui entoure le débat sur la COVID-19, le Dr Fauci a reconnu qu’elle nuit à la gestion de la pandémie.
«Il faut avoir les yeux bandés et se couvrir les oreilles pour penser que nous ne vivons pas dans une société très divisée aujourd’hui, d’un point de vue politique», a souligné l’immunologiste en chef de la Maison-Blanche, toujours à FiveThirtyEight.

Les gouverneurs s’étant montrés les plus empressés de rouvrir les commerces sont républicains. Les sondages montrent d’ailleurs un clivage important au sein de l’électorat, les démocrates s’affichant davantage du côté d’une plus grande prudence. Invoquant leurs libertés individuelles, plusieurs électeurs républicains ont pour leur part affiché avec véhémence leur opposition au port du masque et négligé certaines recommandations.

Faisant fi de l’avis des experts gouvernementaux en santé publique, le président Trump a lui-même tenu des rassemblements partisans où le port du masque et la distanciation n’étaient pas requis, par exemple à Tulsa, en Oklahoma, le mois dernier, ou encore lors de son discours au mont Rushmore, la veille de la fête nationale du 4 juillet.

Il a rabroué les experts de son administration à quelques reprises, notamment, en mai dernier, le Dr Fauci, quand celui-ci a mis en garde contre une levée trop rapide des restrictions et une réouverture prématurée des écoles.

Mercredi, il a en outre ouvertement exprimé son désaccord, sur Twitter, quant aux «recommandations très strictes et coûteuses» des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) à l’endroit des établissements scolaires, les jugeant «très peu pratiques».

Avec Radio-Canada par Sophie-Hélène Lebeuf

États-Unis/Covid-19: nouveau record au Texas avec plus de 10.000 cas en 24 heures

juillet 7, 2020

 

Le Texas, en proie à une flambée des infections au coronavirus sur son territoire, est devenu mardi le troisième Etat américain à dépasser les 10.000 nouveaux cas en 24 heures. Le grand Etat du Sud des Etats-Unis a enregistré 10.028 tests positifs mardi, un seuil quotidien que seuls New York et la Floride ont rapporté avant lui.

Le Texas est l’un des premiers Etats américains à avoir relancé son économie, en mai, quand les restaurants, centres commerciaux et magasins avaient pu rouvrir à capacité réduite. Les bars, salons de coiffure et d’esthétique leur avaient emboîté le pas dans les semaines suivantes.

Un processus de réouverture jugé prématuré par certains et mis en «pause» le 25 juin par le gouverneur républicain Greg Abbott, qui a fait fermer les bars le lendemain. La semaine dernière, le responsable a également ordonné le port du masque dans les lieux publics.

Le nombre d’hospitalisations liées au Covid-19 a plus que doublé en deux semaines, passant de 4.092 à 9.286. Au total, le Texas a recensé 210.585 cas depuis le début de la pandémie, et 2.715 décès.

Par Le Figaro avec AFP

États-Unis: Deux morts, un blessé grave dans une fusillade dans une église texane

décembre 29, 2019

Le tireur a été maîtrisé par des paroissiens, il serait mort dans le transport à l’hôpital.

La fusillade a eu lieu dans une église située dans les environs de la ville texane de Fort Worth.
La fusillade a eu lieu dans une église située dans les environs de la ville texane de Fort Worth. theaphotography – stock.adobe.com

Deux personnes sont mortes et une troisième a été grièvement blessée lors d’une attaque par arme à feu dimanche 29 décembre contre une église près de Fort Worth, au Texas, selon les autorités locales qui ont précisé que l’assaillant faisait partie des morts.

«À environ 09h57 heure locale, la police et les pompiers de White Settlement ont été prévenus de coups de feu à l’église West Freeway Church of Christ», a déclaré à Mike Drivdahl, porte-parole de la caserne de pompiers de Forth Worth. «Quand ils sont arrivés, ils ont constaté que des coups avaient été tirés», a-t-il ajouté. D’après le communiqué du gouverneur Greg Abbott, ce sont des paroissiens qui ont maîtrisé le tireur.

Trois personnes dont l’assaillant ont été hospitalisées en urgence. «Elles étaient toutes les trois dans un état critique au moment de leur hospitalisation» a précisé Mike Drivdahl. «Nous avons traité cinq patients dont trois avaient été touchés par une arme à feu», a détaillé la porte-parole du service d’ambulances dépêché sur les lieux, Macara Trusty.

Le gouverneur du Texas a présenté ses condoléances aux familles. «Les lieux de culte sont sacrés et je suis reconnaissant au personnel de l’église qui a agi rapidement pour neutraliser l’assaillant et empêcher que d’autres vies ne soient perdues», a-t-il écrit.

La fusillade a eu lieu plus de deux ans après une celle de Sutherland Springs au Texas qui avait fait 26 morts. Environ 40.000 personnes ont été tuées par une arme à feu en 2017 aux États-Unis.

Par Le Figaro.fr avec AFP et Reuters

États-Unis: Une ex-policière condamnée pour avoir tué son voisin noir

octobre 1, 2019
© Jeremy Lock
 

Une Blanche, ex-policière de Dallas, au Texas, qui affirme avoir tué par erreur son voisin noir après s’être trompée d’appartement, a été reconnue coupable du meurtre de l’homme en question, mardi.

Le jury est ainsi parvenu à un verdict dans le cadre du procès très médiatisé d’Amber Guyger pour le meurtre de Botham Jean, après six jours de témoignages, mais seulement quelques heures de délibérations.

Des cris de victoire ont éclaté dans la salle d’audience à l’annonce du verdict. À l’extérieur de la salle, la foule a célébré et a scandé « black lives matter » (la vie des Noirs est importante, en français). Lorsque les procureurs sont arrivés dans le couloir, le public qui s’y trouvait a laissé transparaître sa joie.

Mme Guyger, de son côté, était assise seule, en pleurs, à la table réservée à la défense.

Au Texas, la peine pour meurtre varie entre 5 et 99 ans de prison. Le jury devrait revenir en cour, mardi après-midi, pour la phase de détermination de la peine.

Les faits liés à cette mort inhabituelle n’ont pas été contestés durant le procès. En septembre 2018, l’accusée s’est rendue au logement de la victime, situé directement au-dessus du sien, et elle a constaté que la porte était déverrouillée.

La femme n’était plus en service, mais portait toujours son uniforme, après un long quart de travail, lorsqu’elle a abattu M. Jean avec son arme de service. L’homme de 26 ans mangeait de la crème glacée avant que l’ex-policière n’entre dans son logement.

M. Jean, qui a grandi dans le pays caribéen de Sainte-Lucie, est arrivé aux États-Unis pour y fréquenter l’université et a débuté sa carrière comme comptable.

Sa mort par balle a suscité un fort intérêt en raison des circonstances étranges de l’événement, mais aussi parce qu’il s’agissait d’un nouveau cas d’hommes noirs sans armes abattus par des policiers blancs.

Un homme noir de 26 ans ayant été à l’université, qui a reçu sa formation de comptable, et qui travaillait pour l’une des trois plus grandes firmes comptables du monde… Tout cela ne devrait pas être nécessaire pour que les Américains noirs et basanés obtiennent justice dans ce pays, a déclaré Benjamin Crump, l’un des avocats de la famille Jean.

Me Crump affirme que, désormais, les policiers ne peuvent pas se cacher derrière leur badge, mais devront plutôt faire face à la justice pour leurs gestes illégaux.

Le jury qui a présenté un verdict de culpabilité était largement composé de femmes et de gens provenant des minorités culturelles.

Mme Guyger a été arrêtée trois jours après les faits. Elle a par après été congédiée et accusée de meurtre, mais n’a pris publiquement la parole à ce sujet que lors de son témoignage, vendredi dernier.

Tensions importantes

La tension était particulièrement élevée à Dallas, pendant le procès; il s’agit de la même ville où une attaque, il y a trois ans, avait fait cinq morts chez les forces de l’ordre.

La femme de 31 ans s’est excusée en pleurant d’avoir tué son voisin, et a confié aux jurés avoir craint pour sa vie lorsqu’elle a découvert que la porte de ce qu’elle pensait être son logement était débarrée.

Selon elle, la victime a rapidement marché vers elle lorsqu’elle est entrée avec son arme au poing, mais les procureurs ont plutôt suggéré que M. Jean ne faisait que se lever d’un divan situé dans le fond de la pièce lorsqu’il a été abattu.

Lors d’un appel passé au 9-1-1 après le drame, elle a répété à une vingtaine de reprises qu’elle pensait se trouver dans son appartement. Ses avocats ont argué que l’apparence identique de l’immeuble à logements, d’étage en étage, faisait en sorte que des locataires se trompaient régulièrement de porte.

La poursuite a toutefois cherché à savoir comment l’ex-policière avait pu manquer les nombreuses indications qu’elle n’était pas au bon endroit, et a évoqué qu’elle était distraite par des messages sexuellement explicites reçus sur son téléphone, en provenance de son partenaire au sein de la police.

Les procureurs ont aussi voulu déterminer pourquoi Mme Guyger n’avait pas utilisé sa radio pour appeler à l’aide lorsqu’elle a pensé qu’un cambrioleur s’était introduit chez elle. L’accusée a répondu qu’entrer avec le pistolet braqué devant soi était la seule option qui m’est passée par la tête.

Avec CBC/Radio-Canada

États-Unis: dernier hommage à Barbara Bush à Huston

avril 21, 2018

Des fidèles se recueillent devant le cercueil de l’ex-Première dame Barbara Bush, décédée mardi à l’âge de 92 ans, dans l’église Saint-Martin de Houston (Texas, sud), le 20 avril 2018n / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP / SCOTT OLSON

Plus d’un millier de personnes, dont quatre anciens présidents, ont assisté samedi à Houston (Texas) aux obsèques de Barbara Bush, ancienne Première dame des Etats-Unis décédée mardi à l’âge de 92 ans et qui fut le pilier d’une des plus grandes familles politiques du pays.

Elle laisse derrière elle son mari, George H. W. Bush, 93 ans et président de 1989 à 1993, cinq enfants dont George W. Bush président de 2001 à 2009, dix-sept petits-enfants et sept arrière-petits-enfants.

Les anciens couples présidentiels démocrates Barack et Michelle Obama et Bill et Hillary Clinton, assistaient à la cérémonie dans l’église Saint-Martin de Houston, au Texas, retransmise en direct par les grandes chaînes de télévision.

L’actuelle Première dame Melania Trump était aussi présente aux côtés des Obama pour représenter Donald Trump. Celui-ci a souhaité éviter des « perturbations » causées par les mesures de sécurité supplémentaires et par respect pour la famille Bush, selon la Maison Blanche.

Il a toutefois assuré samedi sur Twitter être « en pensées et en prières avec toute la famille Bush ».

M. Trump a plusieurs fois critiqué les Bush, qui ne l’avaient pas soutenu alors qu’il était candidat à la présidentielle de 2016.

Souffrante depuis plusieurs années de la thyroïde, la santé de Barbara Bush s’était récemment détériorée. Elle s’est éteinte mardi dans la maison familiale de Houston.

L’ancienne Première dame incarnait la pudeur et l’élégance, par ses manières douces, ses cheveux blancs, son collier de perles et son style très guindé. Elle était également appréciée dans tous les camps politiques.

Barbara Bush avait créé une fondation portant son nom qui lutte contre l’analphabétisme.

Barbara Pierce est née en juin 1925 dans l’Etat de New York. Elle a rencontré George H. W. Bush à 16 ans avant de l’épouser en 1945 et s’installer au Texas, terre d’adoption de la famille Bush.

Son mariage de 73 ans est la plus longue union présidentielle de l’histoire américaine.

L’ancien président républicain et vice-président de Ronald Reagan est atteint de la maladie de Parkinson, ce qui le contraint depuis plusieurs années à se déplacer en fauteuil roulant.

Le convoi funéraire devait ensuite rallier College Station, à 140 km de Houston, où Barbara Bush sera enterrée sur le site de la Bibliothèque présidentielle de son époux.

Romandie.com avec(©AFP / 21 avril 2018 18h53)                

États-Unis: le fils dévoyé d’un père miséricordieux échappe in extremis à la peine de mort au Texas

février 22, 2018

Kent Whitaker, un Texan, se bat contre l’exécution de son fils, qui a pourtant tenté de le supprimer et qui a tué son épouse et son second fils. Photo non datée / © AFP/Archives / FAMILY HANDOUT

Bart Whitaker, un Américain qui avait planifié le meurtre de toute sa famille, a échappé de peu à la peine de mort jeudi soir, le gouverneur du Texas ayant commué sa peine capitale en prison à perpétuité peu avant son exécution programmée.

Son père, un fervent chrétien, militait pour un sursis de dernière minute. Il a été entendu: pour la première fois, le gouverneur du Texas Gregg Abbott a commué une peine de mort.

« M. Whitaker doit passer le reste de sa vie derrière des barreaux, en punition pour son crime atroce », a-t-il indiqué dans un communiqué pour justifier sa décision. Le détenu de 38 ans ne bénéficiera d’aucune possibilité de libération conditionnelle.

Ce drame familial rencontre un écho notable aux Etats-Unis en raison de son intensité: d’un côté se trouve un fils qui n’a pas hésité à commanditer l’assassinat en 2003 de ses parents et de son frère, et de l’autre un père grièvement blessé, rescapé de l’attaque, qui a choisi le pardon et croit en la rédemption.

De façon très exceptionnelle, la commission des grâces et libérations conditionnelles du Texas avait recommandé mardi la clémence pour Bart Whitaker.

« Je suis reconnaissant pour cette décision, pas pour moi mais pour mon père. Toute punition que j’ai reçue ou que je pourrai recevoir sera juste », a déclaré ce dernier en apprenant qu’il échappait à la mort trente minutes avant l’heure fatidique.

– Tuer le dernier fils? –

Bart avait engagé un tireur, lui donnant pour instruction de le débarrasser de ses parents et de son frère, contre lesquels il avait accumulé sa haine.

Il avait mis en scène un faux cambriolage, prétendant avoir été lui-même victime d’un tir lors de l’attaque sanglante. Sa mère Tricia, 51 ans, et son frère Kevin, 19 ans, avaient été fatalement touchés.

Sur son lit d’hôpital, le thorax perforé par une balle de 9 mm, Kent Whitaker s’était étonnamment senti prêt à offrir un « pardon miraculeux » au meurtrier de sa femme et de son fils.

« J’endure leur absence chaque jour et je peux vous dire combien cela me coûte. Et je suis pleinement conscient que ces pertes ont été provoquées par mon fils », a confié à l’AFP le Texan de 69 ans.

« Mais Dieu m’a aidé à parvenir à ce pardon intégral. Je pense qu’Il l’a fait pour m’aider à retisser ma relation avec mon fils ».

– Mort injectée par le pied –

Dans une rare coïncidence temporelle, deux autres Etats américains devaient exécuter chacun un prisonnier jeudi.

En Floride, la sentence d’Eric Branch, condamné à la peine capitale pour le meurtre d’une étudiante en 1993, a ainsi été appliquée à 19h05 locales (00h05 GMT).

Ses avocats avaient lancé d’ultimes recours, faisant valoir qu’il n’était âgé que de 21 ans à l’époque des faits et qu’un jury non unanime avait rendu le verdict de sa peine capitale.

Et l’Etat de l’Alabama a prévu d’exécuter Doyle Hamm, qui a passé trois décennies dans le couloir de la mort. Il a été condamné en 1987 pour le meurtre de l’employé d’un motel au cours d’un vol à main armée.

M. Hamm souffrant d’un double cancer du cerveau et du système lymphatique, ses avocats redoutent que son exécution par injection létale ne se transforme en séance de torture. Ils affirment qu’il ne dispose pas d’un réseau veineux permettant la perfusion.

Saisi de la question, un tribunal a finalement tranché mardi, estimant que l’état de santé de Doyle Hamm ne l’empêchait pas d’être exécuté, à la condition que le cathéter de perfusion soit inséré dans une veine de ses jambes ou de ses pieds.

Les condamnés à mort aux Etats-Unis sont d’ordinaire perfusés dans les bras ou les mains.

Dans l’histoire américaine moderne, le record du nombre d’exécutions en un jour a été enregistré le 9 décembre 1999, quand l’Oklahoma, l’Indiana, le Texas et la Virginie avaient chacun exécuté un prisonnier.

Mais le nombre le plus élevé dans l’histoire du pays a été atteint le 26 décembre 1862 dans le Minnesota, quand les autorités fédérales ont exécuté par pendaison 38 membres de la tribu indienne des Dakota.

Romandie.com avec(©AFP / 23 février 2018 02h07)                

États-Unis: une fusillade fait « environ » 25 morts dans une église du Texas

novembre 5, 2017

Un véhicule de police bloque la route après une fusillade à proximité, le 5 novembre 2017 à Sutherland Springs (Texas) / © AFP / SUZANNE CORDEIRO

Un homme a ouvert le feu dimanche dans une église du Texas, tuant « environ 25 personnes » en plein service religieux dans cet Etat du sud des Etats-Unis, encore sous le choc de la pire fusillade de leur histoire en octobre à Las Vegas.

Albert Gamez Jr, un responsable du comté de Wilson où se trouve la First Baptist Church de Sutherland Springs, a dit à l’AFP avoir été informé d’un bilan de « 27 morts et plus de vingt blessés », tout en précisant attendre une confirmation formelle.

Le shérif du comté de Wilson Joe Tackitt a indiqué à la chaine NBC qu' »environ 25 personnes » ont été tuées et au moins dix blessées.

« Le tireur est mort », a déclaré à l’AFP un porte-parole du bureau du shérif du comté voisin de Guadalupe, précisant qu’il n’y avait pas eu de poursuite entre lui et la police. « Il était dans son véhicule », a-t-il ajouté.

« Que Dieu soit avec les gens de Sutherland Springs, Texas », a tweeté le président américain Donald Trump, actuellement en tournée en Asie. « Je surveille la situation depuis le Japon », a-t-il poursuivi, soulignant que les enquêteurs, dont la police fédérale, se trouvaient sur place.

Le sénateur du Texas Ted Cruz et le gouverneur de l’Etat Greg Abbott ont aussi adressé sur Twitter leurs « prières » aux victimes et remercié les « courageux premiers secours » et les forces de l’ordre.

Une porte-parole du Connally Memorial Medical Center, à Floresville, chef-lieu du comté de Wilson, a dit à l’AFP que l’établissement avait reçu « huit patients blessés par balles », dont trois ont ensuite dû être « transférés à l’hôpital universitaire de San Antonio », une des grandes villes du Texas située à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest.

Selon le site internet du Dallas Morning News, un enfant de deux ans fait partie des blessés.

– Débat sur les armes –

Les tirs ont commencé vers 11H30 locales (17H30 GMT) dans la First Baptist Church de Sutherland Springs, a rapporté la chaîne locale KSAT12 sur son site internet.

Selon cette chaîne, un témoin a expliqué avoir vu un homme entrer dans l’église qui a ensuite commencé à tirer sur les paroissiens réunis pour un service religieux. Selon les médias, une cinquantaine de personnes y assistent en général.

Le 1er octobre, les Etats-Unis ont connu la pire fusillade de leur histoire, avec 58 morts et près de 550 blessés parmi le public d’un concert en plein air à Las Vegas (Nevada). Cette tuerie a été perpetrée par Stephen Paddock, un riche comptable à la retraite de 64 ans, mais l’enquête n’a à ce stade pas permis d’élucider ses motivations.

Paddock, qui s’est suicidé après le carnage, avait transporté un véritable arsenal dans sa chambre au 32e étage de l’hôtel Mandalay Bay, dans cette capitale du jeu, d’où il a tiré sur une foule de 22.000 personnes venues assister à un concert de musique country. Une revendication du groupe jihadiste Etat islamique n’a été étayée par aucun élément concret.

En juin 2015, Dylann Roof, un partisan de la suprématie blanche, a tué neuf paroissiens dans l’église de l’Emanuel à Charleston, en Caroline du Sud, symbole de la lutte des Noirs contre l’esclavage. Il a été condamné à la peine capitale en janvier.

Chaque année, plus de 33.000 décès liés aux armes à feu sont recensés aux Etats-Unis –dont 22.000 suicides–, selon une récente étude. Le débat sur la réglementation des armes, particulièrement conciliante, est relancé à chaque fusillade d’ampleur.

Malgré cela, peu de mesures concrètes ont été prises pour tenter d’endiguer ce phénomène, principalement en raison du poids du puissant lobby en faveur des armes, la National rifle association (NRA).

Romandie.com avec(©AFP / 05 novembre 2017 23h38)                

Harvey: les Dell donnent 18 millions de dollars et lancent un fonds

septembre 1, 2017

Michael Dell, fondateur de Dell Technologies, le 13 juillet 2017 à Sun Valley, Idaho / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives / Drew Angerer

Michael Dell, un Texan qui a fait fortune dans l’informatique, et son épouse Susan ont annoncé vendredi un don personnel immédiat de 18 millions de dollars pour lancer un Fonds de reconstruction du Texas, Etat ravagé par la tempête Harvey.

Le couple espère lever 100 millions de dollars par le biais de la fondation Susan et Michael Dell.

Pour inciter d’autres à suivre leur exemple, ils ont promis qu’en plus des 18 millions de dollars, ils donneraient un dollar supplémentaire pour chaque deux dollars récoltés pendant le long week-end de Labour day, qui marque la fin de l’été aux Etats-Unis.

Michael Dell, fondateur de l’entreprise Dell, est originaire de la ville de Houston. Son quartier de Meyerland a été submergé par les eaux, comme de nombreuses parties d’Houston.

C’est en voyant les images à la télévision de ces rues noyées « et d’une rue que je prenais tous les jours à vélo pour aller à l’école », qu’il a décidé de s’engager, a-t-il raconté à la chaîne de télévision américaine ABC vendredi matin.

Sa femme Susan a expliqué que petite, elle partait en vacances avec sa famille sur la côte texane, dans des villes qui ont été ravagées comme Corpus Christi et Rockport.

Selon le magazine Forbes, Michael Dell, est la 37e personne la plus riche du monde, avec une fortune de près de 23 milliards de dollars.

Au total, plus de 41 trillions de litres d’eau sont tombés sur le Texas depuis que Harvey a touché terre vendredi dernier.

Romandie.com avec(©AFP / 01 septembre 2017 17h51)                

Texas: explosions dans une usine chimique frappée par Harvey

août 31, 2017

Des véhicules avancent sur une route inondée conduisant à l’usine du groupe chimique français Arkema, le 30 août 2017 à Crosbyj, après le passage de la tempête Harvey, au Texas / © AFP / Brendan Smialowski

Deux explosions ont été signalées jeudi dans une usine chimique du Texas, dont les émanations pourraient causer des problèmes de santé, après le passage de la tempête Harvey qui a causé des dégâts très importants et fait au moins 33 morts.

Inondée et privée d’électricité donc de capacité de réfrigération de ses matériaux hautement inflammables, l’usine du groupe chimique français Arkema à Crosby au nord-est de Houston représentait un risque depuis plusieurs jours, qui avait entraîné la mise en place d’un périmètre d’évacuation de trois kilomètres.

Les services de secours ont signalé deux explosions et des fumées noires vendredi vers 02H00 locales (05H00 GMT), a annoncé Arkema dans un communiqué. Ce site fabrique des peroxydes organiques, un composé entrant dans la fabrication de plastiques et de produits pharmaceutiques.

« Les peroxydes organiques sont extrêmement inflammables et, en accord avec les autorités, la meilleure chose à faire est de laisser l’incendie s’éteindre de lui-même », a expliqué Arkema, invitant la population à rester loin de l’usine par crainte de nouvelles explosions.

Un peu plus tard, le groupe a pressé les personnes restées dans le périmètre de couper leur air conditionné « pour éviter une possible exposition aux fumées ». Car les émanations peuvent notamment provoquer « des irritations oculaires, de la peau et/ou respiratoires » ainsi que nausées et somnolence, a-t-il prévenu, soulignant de nouveau que d’autres explosions pourraient survenir.

– Famille décimée –

Le Texas, déjà meurtri par la découverte des corps de six membres d’une même famille, craint que la décrue ne révèle davantage de morts et des dégâts qui prendront des années et des milliards de dollars à réparer. Après le sud-est du Texas, la tempête continuait vendredi de frapper la Louisiane.

Au moins trente-trois personnes ont trouvé la mort depuis que le sud du Texas a été atteint vendredi soir par l’ouragan alors de catégorie 4, chargé de pluies « catastrophiques », qui ont provoqué l’évacuation de dizaines de milliers de personnes. Il a été rétrogradé en dépression tropicale mercredi soir.

Le décès de dix personnes a été confirmé dans plusieurs comtés du sud-est du Texas, tandis que 23 décès supplémentaires « sont potentiellement liés à Harvey », a annoncé le service médico-légal du comté de Harris, où se trouve Houston.

L’Amérique a été ébranlée par la macabre découverte de six membres d’une même famille, portés disparus depuis dimanche, et retrouvés morts dans leur camionnette submergée mercredi: quatre enfants, âgés de 6 à 16 ans, avec leurs arrière-grands-parents.

Alors que l’eau commence à se retirer à Houston, après que 41 trillions de litres se sont abattus en cinq jours sur sa région, les autorités craignent de trouver d’autres corps de personnes coincées par la montée des eaux.

Le vice-président Mike Pence doit se rendre jeudi dans le deuxième Etat le plus peuplé du pays pour rencontrer des personnes évacuées, ce que le président Donald Trump n’a pas fait lors de sa visite mardi.

Outre les pertes humaines, l’Etat s’inquiète des dégâts matériels, qui pourraient atteindre entre 30 et 100 milliards de dollars, selon l’agence Bloomberg.

Le Texas, importante région pétrolière, craint de voir son économie handicapée: quinze raffineries de la région représentant 20,9% des capacités totales de raffinage aux Etats-Unis, étaient fermées ou en cours de fermeture mercredi.

La métropole de Houston, quatrième ville américaine, tentait de restaurer une certaine normalité avec la reprise de plusieurs services municipaux, comme le métro et la collecte des ordures, dans plusieurs quartiers jeudi.

Certains résidents ont commencé à quitter les abris pour rentrer chez eux, et le nombre de personnes privées d’électricité a également été réduit à 59.000.

– ‘Aller de l’avant’ –

Plusieurs autoroutes ont également rouvert à la circulation, tout comme les deux principaux aéroports de la ville.

« J’espère que malgré la puissance de cette tempête, la ville de Houston va vite pouvoir redevenir comme elle était et aller de l’avant », a martelé le maire démocrate Sylvester Turner mercredi soir lors d’une conférence de presse.

Beaucoup de Texans, qui multiplient les actes de solidarité envers leurs voisins, partageaient son optimisme.

« Ici, si vous voyez quelqu’un, vous allez le voir et vous faites ce que vous pouvez pour aider », a raconté à l’AFP Cynthia Guillory, 51 ans, une conductrice de camions originaire de Louisiane, qui s’est retrouvée coincée dans les inondations alors qu’elle rentrait de vacances.

« C’est normal au Texas. Tout le monde se rassemble autour d’une cause commune », a expliqué Bernard Redeo, un conducteur de train de 58 ans.

Des élans de solidarité similaires ont été observés à La Nouvelle Orléans, ville frappée par Katrina en 2005 et désormais sous les nuages pluvieux de Harvey. Le service météo de la ville indiquait jeudi matin que la tempête « s’éloigne très lentement » avec des risques de précipitation pour la journée. La Louisiane a reçu jusqu’à 56 cm d’eau.

Romandie.com avec(©AFP / 31 août 2017 14h41)