Posts Tagged ‘thierry herzog’

France : l’avocat de l’ex-président Nicolas Sarkozy inculpé

juillet 1, 2014

Paris – L’avocat de l’ex-président français Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog, a été inculpé mardi soir dans une enquête ouverte notamment pour trafic d’influence, a annoncé son avocat.

L’ancien chef de l’État devait également être présenté aux juges dans la soirée en vue d’une possible inculpation (mise en examen).

Me Herzog est mis en examen pour les faits que vous connaissez et que nous contestons. Aucun élément matériel ne vient en appui de ces accusations, a déclaré à la presse Me Paul-Albert Iweins, sans expliciter les chefs de poursuites retenus.

Ces faits ne reposent que sur des écoutes que nous contestons et dont la légalité sera fortement combattue, a encore déclaré l’avocat.

Je crois que c’est la première fois en France certainement, et peut-être dans le monde, qu’on essaie d’utiliser une écoute entre un avocat et son confesseur naturel (…) Nous allons nous battre!, a-t-il lancé.

Thierry Herzog est libre. Il reste l’avocat de Nicolas Sarkozy avec lequel il n’a aucune interdiction de correspondre, a également précisé Me Iweins.

L’avocat général à la Cour de cassation, Gilbert Azibert, a, lui aussi, été inculpé mardi soir , notamment pour trafic d’influence, a indiqué à l’AFP son avocat Me José Allegrini.

Les juges d’instruction cherchent à établir si l’ancien chef de l’État (2007-2012) a essayé d’obtenir des informations couvertes par le secret auprès de M. Azibert sur une décision de justice le concernant, en échange de la promesse d’une intervention pour un poste de prestige à Monaco.

La Cour de cassation devait alors se prononcer sur la saisie dans l’affaire de la milliardaire Liliane Bettencourt des agendas de Nicolas Sarkozy, susceptibles d’intéresser les juges enquêtant sur d’autres dossiers. Dans le dossier Bettencourt, Nicolas Sarkozy avait été inculpé avant de bénéficier d’un non-lieu.

Autre soupçon qui pèse sur Nicolas Sarkozy: avoir été informé de manière illicite de son placement sur écoute par des juges enquêtant sur les accusations, pour l’heure non étayées, d’un financement par la Libye de Mouammar Kadhafi de sa campagne victorieuse de 2007.

Romandie.com avec(©AFP / 01 juillet 2014 23h16)

Sarkozy et son avocat écoutés, l’émoi parmi les avocats français

mars 8, 2014

Plusieurs centaines d’avocats français s’indignent, dans une lettre dont l’AFP a eu connaissance samedi, des « atteintes graves et répétées » au secret professionnel. Une enquête a été ouverte après l’interception d’une conversation entre l’ex-président Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog.

« Que le secret professionnel, socle de la défense, garantie fondamentale des libertés individuelles dans un Etat de droit, fasse l’objet d’atteintes graves et répétées, menace l’essence même de notre profession d’avocat et son indépendance », dénoncent dans la lettre les avocats signataires qui apportent leur soutien à Me Herzog.

Vendredi, le quotidien « Le Monde » avait révélé que M. Sarkozy avait été mis sur écoute en 2013 à la demande de juges enquêtant sur des accusations de financement de sa campagne électorale de 2007 par le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi tué en octobre 2011.

Dans ce cadre, des discussions téléphoniques entre M. Sarkozy et son avocat avaient été interceptées menant, selon « Le Monde », à l’ouverture d’une information judiciaire.

Pour ce faire, deux juges financières ont diligenté une série de perquisitions le 4 mars dernier, visant Me Herzog et un haut magistrat de la Cour de cassation, Gilbert Azibert.
Centaines de signataires

Selon la présidente de l’Association de défense des avocats pénalistes (Adap), Corinne Dreyfus-Schmidt, le texte avait été signé par plusieurs centaines d’avocats samedi à la mi-journée. Ce chiffre est appelé à augmenter, a poursuivi l’avocate, qui figure parmi les premiers signataires avec d’autres grands noms du barreau.

Romandie.com

Le juge français qui a inculpé Sarkozy reçoit des menaces de mort

mars 28, 2013

BORDEAUX – Une lettre menaçante, accompagnée de munitions, visant notamment le juge d’instruction français Jean-Michel Gentil qui vient d’inculper l’ex-président Nicolas Sarkozy dans l’affaire Bettencourt, a été reçue mercredi au parquet de Bordeaux, a-t-on appris de sources concordantes.

L’affaire a été révélée par le Syndicat de la magistrature (SM), dont plusieurs membres étaient visés par ce courrier, et confirmée par d’autres sources.

Dans un communiqué intitulé Sérénité!, le SM annonce qu’après les déclarations indignées voire injurieuses de certains politiques suite à la mise en examen (inculpation) de Nicolas Sarkozy, après la mise en cause de l’impartialité d’un des magistrats (M. Gentil, ndlr) en charge du dossier par Thierry Herzog, avocat de Nicolas Sarkozy, ce magistrat est aujourd’hui destinataire d’un courrier, auquel étaient jointes des cartouches à blanc, le menaçant clairement de mort, lui, ses proches, et les membres du Syndicat de la magistrature dont il ferait partie.

Un proche de M. Gentil a précisé que ce courrier contenant des menaces caractérisées et visant M. Gentil et d’autres magistrats, était arrivé au parquet de Bordeaux, qui a dû diligenter une enquête préliminaire, et a saisi la police, a indiqué une autre source. Cette lettre était accompagnée de munitions d’arme de guerre, selon ces sources.

Le parquet de Bordeaux n’était pas joignable pour un commentaire, mercredi soir.

La lettre, a expliqué cette autre source à l’AFP, était adressée à M. Gentil du Syndicat de la Magistrature, alors qu’il n’en fait pas partie, et on l’y accuse d’avoir franchi l’irréparable.

Le syndicat lui-même, qui se classe à gauche, y est qualifié de groupuscule de juges rouges révolutionnaires, totalitaires, enragés et engagés politiquement.

Vous êtes physiquement bien protégé, lance l’auteur au juge, mais l’un des vôtres va disparaître. Il est précisé que les cartouches jointes sont à blanc, en attendant de monter nos interventions, et il est précisé que les laboratoires d’expertise ne parviendront pas à trouver trace des auteurs de ces lettres.

Selon Sud Ouest.fr, les deux collègues du juges, Cécile Ramonatxo et Valérie Noël, ont également reçu des lettres de menace, mais cela n’était pas confirmé mercredi soir.

Dans son communiqué, le SM remarque que la violence des propos de la +garde rapprochée+ de l’ancien président et l’oeuvre de décrédibilisation de la justice à laquelle elle s’est livrée ne peuvent que susciter l’incompréhension des citoyens, la perte de confiance en l’institution judiciaire et, pour finir, l’insupportable déchaînement de haine envers les magistrats chargés de rendre la justice.

M. Gentil et ses deux collègues ont mis M. Sarkozy en examen pour abus de faiblesse à l’encontre de Liliane Bettencourt, jeudi dernier.

Une décision qui a suscité des commentaires particulièrement virulents de la part d’une grande partie de l’opposition, et notamment de l’ancien conseiller spécial de l’ancien président Henri Guaino, que M. Gentil a décidé de poursuivre pour ses propos.

Romandie avec (©AFP / 28 mars 2013 00h43)

Bettencourt : Sarkozy bientôt entendu

novembre 5, 2012
Selon Europe 1.fr, Nicolas Sarkozy doit être entendu cette semaine dans le cadre de l’affaire Bettencourt. L’ex-chef de l’Etat est convoqué à Bordeaux pour répondre, en qualité de témoin, aux questions du juge Jean-Michel Gentil, en charge du dossier. Une première audition était prévue vendredi, mais, selon Europe 1, Nicolas Sarkozy était alors indisponible.

Les enquêteurs cherchent à savoir si Liliane Bettencourt a contribué au financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Plusieurs retraits réalisés en 2007 sur les comptes suisses de la milliardaire intriguent le juge. Ils coïncident avec une rencontre entre Patrice De Maistre, le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt et Eric Woerth, et avec une possible visite de Sarkozy chez les Bettencourt à Neuilly.

Plusieurs proches de Nicolas Sarkozy ont déjà été entendus dans ce volet de l’affaire : son avocat Thierry Herzog, l’ex-secrétaire général de l’Elysée Xavier Musca et son ex-conseiller pour la justice Patrick Ouart.

 
Figaro.fr