Posts Tagged ‘Thomas Thabane’

Lesotho : le Premier ministre part en Afrique du Sud à la veille de son inculpation pour meurtre

février 21, 2020

Un officier et le commissaire de police adjoint Paseka Mokete, au centre, avec des gardes de sécurité à l'extérieur de la Cour de justice de Maseru, le 21 février 202.

Un officier et le commissaire de police adjoint Paseka Mokete, au centre, avec des gardes de sécurité à l’extérieur de la Cour de justice de Maseru, le 21 février 202. © AP / Sipa 

Le Premier ministre Thomas Thabane, sur le point d’être inculpé vendredi du meurtre de sa précédente épouse, est « parti » pour l’Afrique du Sud voisine. Ses proches invoquent des « raisons médicales ».

« S’il est établi qu’il a en réalité essayé d’éviter l’inculpation, nous lancerons un mandat d’arrêt » contre le Premier ministre, a prévenu le numéro 2 de la police du Lesotho, Paseka Mokete.

Thomas Thabane devait être officiellement accusé vendredi du meurtre de sa précédente épouse, Lipolelo Thabane, assassinée le 14 juin 2017 alors qu’elle rentrait chez elle en voiture dans la capitale Maseru.

Ce crime est intervenu deux jours seulement avant la prestation de serment de Thomas Thabane au poste de Premier ministre. Le couple était alors en instance de divorce.

Après avoir piétiné pendant plus de deux ans, l’enquête s’est accélérée ces dernières semaines.

« Contrôle médical »

La nouvelle épouse de Thomas Thabane, Maesaiah, âgée de 43 ans, a été inculpée début février du meurtre de sa rivale. Elle est actuellement en liberté sous caution.

Vendredi, le Premier ministre lui-même était convoqué devant un tribunal de Maseru pour se voir notifier formellement son inculpation pour meurtre dans cette même affaire.

« Il ne vient pas au tribunal, il est parti pour un contrôle médical en Afrique du Sud », a cependant annoncé à son secrétaire, Thabo Thakalekoala, précisant que Thomas Thabane, âgé de 80 ans, était arrivé jeudi en Afrique du Sud voisine.

« C’est un contrôle de routine. Il va régulièrement en Afrique du Sud », a ajouté Thabo Thakalekoala. « Quand les médecins estimeront qu’il va bien, ils le laisseront partir », a-t-il encore dit.

« Nous avons été informés qu’il est parti pour un contrôle médical de routine », a confirmé le numéro 2 de la police, Paseka Mokete. « Selon des sources, il est en Afrique du Sud. On attend de parler avec son avocat qui doit nous dire où il se trouve exactement », a-t-il ajouté.

Appel téléphonique suspect

La police a assuré avoir « beaucoup d’éléments contre le Premier ministre ». « Son téléphone n’est pas la seule preuve que vous avons. Il y a beaucoup d’autres preuves », a affirmé Paseka Mokete sans plus de détails.

Un appel téléphonique suspect, passé depuis le téléphone portable du Premier ministre, a été localisé à l’endroit du meurtre le jour du crime, selon la police.

« La réalité est qu’à mon âge, j’ai perdu l’essentiel de mon énergie », a-t-il expliqué.

Avant de prendre ses fonctions de chef de gouvernement en juin 2017, Thomas Thabane avait déjà occupé ce poste de 2012 à 2015. Il avait été contraint momentanément à l’exil en Afrique du Sud après une tentative de coup d’Etat militaire en 2014.

Lors de sa dernière investiture, le 16 juin 2017, deux jours seulement après le meurtre de Lipolelo Thabane, Thomas Thabane avait prêté serment aux côtés de celle qui allait devenir sa nouvelle épouse, Maesaiah.

Le couple a ensuite assisté aux obsèques de Lipolelo Thabane, avant de convoler en justes noces deux mois plus tard.

Par Jeuneafrique avec AFP

Au Lesotho, l’épouse du nouveau premier ministre assassinée

juin 15, 2017

 

Lipolelo Thabane a été tuée par balles alors que son époux, Thomas Thabane, doit être investi à la tête d’un gouvernement de coalition.

L’ex-premier ministre du Lesotho, Thomas Thabane, à Maseru, le 27 février 2015. En juin 2017, il a été de nouveau élu à la tête du gouvernement. Crédits : SIPHIWE SIBEKO/REUTERS

L’épouse de Thomas Thabane, le récent vainqueur des élections législatives au Lesotho, a été tuée par balles, mercredi 14 juin au soir, plongeant le petit royaume africain dans la confusion à la veille de l’investiture du nouveau premier ministre.

Selon une source policière, Lipolelo Thabane, 58 ans, en instance de divorce depuis des années avec M. Thabane, a été abattue alors qu’elle circulait en voiture, accompagnée d’une autre femme, dans le village de Ha-Masana, à environ 35 km au sud de la capitale, Maseru.

« Morte sur le coup »

« Les deux femmes venaient juste de quitter la route principale pour entrer dans le village lorsqu’un homme a sorti une arme et ouvert le feu sur elles, a déclaré à l’AFP cette source. Lipolelo Thabane est morte sur le coup, alors que l’autre femme lutte toujours contre la mort dans un hôpital. »

Le porte-parole de la police du pays, le commissaire Clifford Molefe, a confirmé le meurtre mais s’est refusé à identifier la victime. « Je peux juste confirmer qu’une femme de 58 ans a été abattue la nuit dernière à Ha-Masana, mais il est trop tôt pour dévoiler son nom et à qui elle est liée », a-t-il déclaré.

Cet assassinat intervient alors que Thomas Thabane doit être investi vendredi à Maseru dans ses fonctions de premier ministre à la tête d’un gouvernement de coalition. Son parti, la Convention des Basotho (ABC), s’est imposé lors du scrutin du 3 juin en emportant 48 des 120 sièges du Parlement local, devant celui du premier ministre sortant, Pakalitha Mosisili, qui n’en a décroché que 30.

Coup d’Etat manqué

Agé de 78 ans, M. Thabane doit retrouver la tête du gouvernement trois ans après en avoir été chassé par un coup d’Etat manqué de l’armée, très influente dans le pays. En exil en Afrique du Sud, il était brièvement revenu dans son pays en 2015 pour des élections législatives lors desquelles il avait été battu par M. Mosisili. Ce n’est qu’en février dernier qu’il s’est réinstallé au Lesotho.

Aucune information n’était disponible jeudi matin sur un éventuel report de la cérémonie d’investiture du nouveau premier ministre.

Lemonde.fr avec AFP

Lesotho: le Premier ministre de retour après le coup de force de l’armée

septembre 3, 2014

Lesotho: le Premier ministre de retour après le coup de force de l'armée
Lesotho: le Premier ministre de retour après le coup de force de l’armée © AFP

Le Premier ministre du Lesotho a pu rentrer sain et sauf dans son pays mercredi et regagner sa résidence, quatre jours après un coup de force de l’armée qui a déstabilisé ce petit pays enclavé dans l’Afrique du Sud, a indiqué un conseiller.

« Il a passé la frontière et est rentré en toute sécurité », a indiqué à l’AFP au téléphone Samonyane Ntsekele, un conseiller qui avait accompagné Thomas Thabane accompagné dans sa fuite en Afrique du Sud juste avant le coup de force. « Nous sommes maintenant dans sa résidence officielle », a-t-il ajouté.

Coup d’État au Lesotho : un ministre affirme être le nouveau chef du gouvernement

septembre 1, 2014

Des soldats en patrouille à Maseru, le 30 août 2014 au Lesotho.
Des soldats en patrouille à Maseru, le 30 août 2014 au Lesotho. © AFP

Le ministre de la Fonction publique du Lesotho, Motloheloa Phooko, a affirmé lundi être le Premier ministre en exercice. L’actuel chef du gouvernement Thomas Thabane s’est réfugié en Afrique du sud à la suite d’un coup de force de l’armée survenu samedi.

Deux jours après la fuite du chef du gouvernement du Lesotho, à la suite d’un coup de force de l’armée, le ministre de la Fonction publique a affirmé lundi être le « Premier ministre en exercice ».

Motloheloa Phooko, membre du Lesotho Congress for Democraty (LCD), hostile au Premier ministre Thomas Thabane réfugié en Afrique du Sud, affirme que le protocole lui octroie cette fonction en l’absence du Premier ministre et du vice-Premier ministre, tous deux à Pretoria.

Jeuneafrique.com avec AAFP

 

L’armée du Lesotho dément avoir mené un coup d’Etat

août 30, 2014

Johannesburg – L’armée du Lesotho a formellement démenti avoir perpétré un coup d’Etat samedi, contrairement à ce qu’a affirmé le Premier ministre Thomas Thabane, réfugié en Afrique du Sud.

Selon un porte-parole militaire, l’opération militaire de samedi avait pour seul but de désarmer la police, accusée de vouloir livrer des armes à des partis politiques.

Il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais un coup d’Etat au Lesotho perpétré par l’armée, a déclaré le major Ntele Ntoi sur la chaîne de télévision sud-africaine ANN7.

L’armée s’est lancée dans une opération pour désarmer la police qui, selon des renseignements collectés par ses services, s’apprêtait à armer certains partis politiques au Lesotho, a ajouté ce porte-parole.

Pour éviter un bain de sang, le commandement des Forces Armées du Lesotho a pris en toute conscience la décision de faire intervenir l’armée, en particulier dans deux commissariats de police de la capitale Maseru, a-t-il poursuivi.

Toutes les armes qui y étaient stockées sont été confisquées. Actuellement, les militaires sont rentrés dans leurs casernes et tout va bien au Lesotho au moment où je vous parle.

Cette déclaration de l’armée contredit les propos du Premier ministre Thomas Thabane, qui a fui en Afrique du Sud dans la matinée pour protéger sa vie. J’ai été évincé non par le peuple mais par les forces armées et c’est illégal, a-t-il affirmé.

L’organisation du Commonwealth, à laquelle appartient le Lesotho, a réagi en affirmant dans un communiqué: Il est impératif que l’armée prenne des mesures urgentes et immédiates pour rentre le pouvoir à un gouvernement civil et rentre dans ses casernes.

Romandie.com avec(©AFP / 30 août 2014 15h52)