Posts Tagged ‘Toronto’

Canada: attaque à la bombe contre un restaurant indien, 15 blessés

mai 25, 2018

Ottawa – La police canadienne recherchait activement vendredi deux hommes soupçonnés d’avoir lancé une bombe la veille au soir dans un restaurant indien de la banlieue de Toronto, faisant 15 blessés dont trois graves.

A ce stade, il n’y a « aucun signe qu’il s’agisse d’un acte terroriste », a déclaré lors d’une conférence de presse la cheffe de la police locale Jennifer Evans, tout en notant que l’enquête ne faisait que débuter.

Un engin explosif improvisé a explosé jeudi soir dans un établissement de Mississauga, à l’ouest de la capitale économique du Canada, au moment où deux fêtes d’anniversaire s’y tenaient, selon la police.

« Deux hommes portant des capuches ont été vus entrant dans le restaurant avec un engin explosif improvisé, puis prenant la fuite immédiatement après l’explosion », a décrit Jennifer Evans vendredi matin.

Les deux hommes n’ont rien dit et ont seulement jeté la bombe dans le restaurant, d’après la police.

« Toutes les ressources de la police sont mobilisées en ce moment afin de retrouver les gens responsables de cet acte horrible », a dit Mme Evans.

Trois des 15 blessés –un homme de 35 ans et deux femmes de 48 et 62 ans– ont été hospitalisés dans un état critique. Ils étaient dans un état stable vendredi matin, a précisé la police.

Les autres victimes ont été traitées pour des blessures bénignes.

« C’est un crime haineux », s’est insurgée la mairesse de Mississauga, Bonnie Crombie.

La métropole de Toronto, la troisième d’Amérique du Nord, accueille une très importante communauté d’origine indienne.

Le consulat d’Inde à Toronto a proposé son aide, sans toutefois préciser la nationalité des blessés.

Romandie.com avec (©AFP / 25 mai 2018 13h20)                                                        

Publicités

Toronto: le chauffeur de la camionnette inculpé de dix meurtres avec préméditation

avril 24, 2018

Toronto (Canada) – Le chauffeur de la camionnette qui a foncé dans la foule lundi à Toronto, a été formellement inculpé mardi au tribunal de 10 meurtres avec préméditation pour autant de morts dénombrés sur les trottoirs de la métropole canadienne.

La comparution d’Alek Minassian, 25 ans, a duré quelques minutes dans un petit tribunal du quartier North York de Toronto. Elle n’a pas apporté d’élément pouvant expliquer le geste du jeune homme.

Debout dans le box des accusés les mains menottées, la tête rasée et vêtu d’une combinaison blanche, Alek Minassian s’est également vu signifier 13 chefs d’inculpation de tentative de meurtre par le procureur Joe Callaghan.

Il a ensuite été escorté par un important cordon de police, sans protestation, en dehors de la petite salle d’audience du palais de justice. Sa prochaine comparution a été fixée au 10 mai par le procureur.

Au volant d’une camionnette de location, Alek Minassian a fauché « délibérément » des piétons sur une des artères les plus fréquentées de Toronto, avait souligné le chef de la police Mark Saunders lundi soir quelques heures après le drame.

Sur près d’un kilomètre, il a heurté des dizaines de personnes, faisant 10 morts et 15 blessés au total, passant à vive allure sur les trottoirs et empruntant même à contresens les voies de circulation de la rue Yonge.

Les chefs d’inculpation de meurtre avec préméditation n’identifient pas les personnes décédées. Deux Coréens et une Canadienne employée de la société d’investissements Invesco Canada sont parmi les morts.

En revanche, Alek Minassian est accusé de tentative de meurtre de 13 personnes identifiées, dont une majorité d’origine étrangère.

Alek Minassian était jusqu’ici inconnu des services de police et absent des fichiers des services de renseignement ce qui permet, à priori selon le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale, d’écarter la piste d’un acte de terrorisme comme cela a pu être le cas dans le même type d’attaque à la voiture-bélier comme à Londres ou à Nice.

« Les informations disponibles à ce stade indiquent que cet événement ne semble aucunement lié à la sécurité nationale », a assuré Ralph Goodale.

Romandie.com avec(©AFP / 24 avril 2018 15h01)                                            

Une camionnette fonce sur la foule à Toronto, 9 morts et 16 blessés

avril 23, 2018

Un corps gît sous un drap à Toronto le 23 avril 2018 après qu’une camionnette a fauché une dizaine de piétons / © AFP / Lars Hagberg

Un homme fonçant au volant d’une camionnette a fait neuf morts et 16 blessés lundi en plein centre-ville de Toronto, la capitale financière du Canada, a annoncé la police de la métropole canadienne qui a interpellé le suspect quelques centaines de mètres plus loin.

Quelques heures après le drame, les autorités n’avaient donné aucun motif permettant d’expliquer le geste du chauffeur.

Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique, a évoqué « une horrible attaque » sur son compte Twitter. « A ce stade, aucune conclusion ne peut être tirée. La police mène son enquête », avait-il déclaré auparavant.

« Nous pouvons confirmer que neuf personnes sont mortes et 16 ont été blessées », a déclaré Peter Yuen, chef adjoint de la police de Toronto lors d’une conférence de presse.

« La camionnette qui a renversé plusieurs piétons autour des rues Yonge et Finch de Toronto a été localisée et le chauffeur a été arrêté », avaient annoncé les forces de l’ordre un peu plus tôt.

Dix personnes ont été admises aux urgences de l’hôpital Sunnybrook, « deux ont été prononcées mortes » à leur arrivée, a indiqué le Dr Dan Cass. « Cinq personnes sont dans un état critique », a ajouté ce responsable hospitalier.

C’est vers 13H27 locales (17H27 GMT) qu’une camionnette blanche de location a soudainement emprunté de larges trottoirs de la rue Yonge, artère commerçante fréquentée de la plus grande ville canadienne, où de nombreux piétons flânaient à l’heure du déjeuner sous un soleil radieux.

Le véhicule bélier a ensanglanté la rue Yonge sur deux kilomètres: « Le conducteur faisait des zigzags, sur le trottoir, sur la chaussée, il continuait à rouler », a décrit à l’AFP Rocco Cignielli.

La camionnette s’est finalement immobilisée, l’avant de la carrosserie endommagé. Son conducteur, un homme corpulent apparaît sur des images diffusées sur les réseaux sociaux, debout, au côté de la camionnette, faisant face avec agressivité à un policier armé.

« Il y avait un policier et l’homme avait une arme à la main, les deux pointant leur arme sur l’autre », a raconté Carlos, un témoin, sur la chaîne CTV News.

Le conducteur relâche finalement ce qu’il tient en main puis est maîtrisé et menotté sur le capot de la voiture de police, avant d’être emmené.

– ‘L’enquête sera longue’ –

« J’ai d’abord pensé à une livraison, mais il allait très vite, sur le trottoir », raconte Nana Agyeman-Badu, un chauffeur de 56 ans. Il voit alors une femme se faire projeter contre un abribus, dont « les vitres éclatent en morceaux et s’effondrent » sur la victime, inconsciente, continue cet homme qui se porte ensuite à son secours.

Mais la camionnette poursuit sa course, « encore, encore et encore ».

Elle renverse une bouche à incendie, des distributeurs de journaux. Plus loin, au milieu de la rue, une paire de baskets sont encore à même le sol, à quelques mètres d’un corps recouvert d’une couverture. « Elles appartiennent à la victime », glisse un policier.

Des ambulances et des véhicules de police ont rapidement été déployées et le secteur a été bouclé par les forces de l’ordre.

Cette partie de la capitale économique canadienne « va être fermée pour plusieurs jours (car) l’enquête sera longue avec plusieurs témoins à entendre et beaucoup d’images de caméras de surveillance à regarder », a averti Peter Yuen.

« Nos pensées sont avec tous ceux affectés », a déclaré le Premier ministre Justin Trudeau devant la Chambre des Communes avant de connaître le bilan.

« Pour le moment, nous n’avons pas connaissance de ce qui s’est passé ou de ce qu’il y a derrière. (…) Mes pensées sont avec ceux qui ont été frappés par cet évènement et avec les secouristes », a déclaré le maire de la plus grande ville canadienne, John Tory.

Cet accident intervient alors que Toronto accueille une réunion des ministres de la Sécurité publique du G7, après avoir été l’hôte ce week-end de la rencontre des ministres des Affaires étrangères des sept pays les plus industrialisés (Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie et Canada).

Ces faits rappellent les modes opératoires d’attaques à la voiture bélier dans plusieurs grandes villes, comme à New York, Barcelone, Londres, Nice, Paris, Berlin ou Stockholm, où des éléments radicaux à bord de véhicules ont fauché mortellement des piétons.

La police n’a toutefois pas précisé jusqu’à présent les motivations du conducteur de la camionnette blanche de Toronto.

Comme d’autres pays, le Canada a été la cible d’attaques à caractère jihadiste même si le nombre de victimes y a été moins important.

En octobre dernier, un homme avait agressé à l’arme blanche un policier avant de renverser et de blesser quatre piétons avec une camionnette à Edmonton, dans l’Ouest canadien.

Au Québec, en octobre 2014, un Canadien avait renversé avec son véhicule deux militaires sur un parking, dont un avait été tué. L’homme avait ensuite été abattu par des policiers alors qu’il cherchait à les attaquer avec un couteau.

Romandie.com avec (©AFP / 24 avril 2018 00h56)

Réunion du G7 sur fond de confrontation avec Moscou, Téhéran et Pyongyang

avril 22, 2018

Les ministres des Affaires étrangères du G7 (Etats-Unis, France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Japon et Canada) lors d’une réunion de deux jours à Toronto, au Canada le avril 2018 / © AFP / Lars Hagberg

Les ministres des Affaires étrangères du G7 ont entamé lundi une réunion de deux jours à Toronto, au Canada, pour confirmer leur front uni face à la Russie et sonder les Etats-Unis avant des échéances cruciales sur l’Iran et la Corée du Nord.

Avant le sommet des sept pays les plus industrialisés (Etats-Unis, France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Japon et Canada) les 8 et 9 juin au Québec, cette rencontre sera suivie lundi et mardi d’une réunion des ministres de l’Intérieur et de la Sécurité toujours sur le même thème: « Construire un monde plus pacifique et plus sûr ».

Les chefs de la diplomatie du G7 avaient déjà apporté mi-avril leur soutien au Royaume-Uni après l’empoisonnement, sur son sol, d’un ex-agent russe, imputé à la Russie.

A Toronto, la confrontation des Occidentaux avec Moscou, qui atteint des niveaux inégalés depuis la fin de la Guerre froide, est à l’ordre du jour de nombreuses sessions de travail, qu’elles portent sur le conflit en Ukraine ou le « renforcement de la démocratie contre les ingérences étrangères » — une allusion claire au rôle attribué à la Russie de Vladimir Poutine lors des dernières élections aux Etats-Unis ou ailleurs en Europe.

« Nous ne devrions jamais nous montrer faibles face au président Poutine », a estimé le chef de l’Etat français Emmanuel Macron depuis Paris, avant de s’envoler pour Washington à la rencontre de son homologue américain Donald Trump. « C’est un homme très fort », « quand vous êtes faibles, il s’en sert » pour « fragiliser nos démocraties », a-t-il ajouté dans un entretien diffusé dimanche sur la chaîne américaine Fox News, tout en assurant « respecter » le maître du Kremlin.

Un peu plus d’une semaine après les frappes menées par Washington, Paris et Londres contre le régime syrien en réponse à une attaque chimique présumée près de Damas, la Syrie est aussi au coeur des débats avec toujours, en toile de fond, la relation avec les Russes.

Les Occidentaux tentent de conjuguer mises en garde contre le Kremlin pour son soutien à Bachar al-Assad et tentatives de relance d’un processus diplomatique après sept années de conflit, qui passent forcément par un dialogue avec Moscou. Mais la stratégie des Etats-Unis inquiète aussi leurs alliés depuis que Donald Trump a annoncé son intention de retirer les troupes américaines dès que possible.

– Point d’étape sur l’Iran –

Deux autres grands dossiers diplomatiques devraient faire l’objet de discussions intenses.

D’abord la Corée du Nord, à l’approche d’un sommet historique, d’ici début juin en théorie, entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, censés parler, après des mois d’escalade, d’une « dénucléarisation » de la péninsule coréenne.

Ensuite l’Iran, alors que le président américain doit aussi décider, d’ici le 12 mai, s’il « déchire » ou pas l’accord de 2015 conclu par les grandes puissances avec Téhéran pour l’empêcher de se doter de la bombe atomique.

Une menace à laquelle le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a riposté samedi depuis New York en avertissant que Téhéran reprendra « vigoureusement » l’enrichissement d’uranium en cas de rupture de l’accord et adoptera des « mesures drastiques ».

Donald Trump réclame, pour le préserver, que la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, signataires européens de ce texte jugé historique à l’époque mais que lui considère laxiste, proposent des solutions pour le durcir.

Les tractations vont bon train et devaient se poursuivre à Toronto lors d’une réunion dimanche des ministres français Jean-Yves Le Drian, britannique Boris Johnson et allemand Heiko Maas avec le secrétaire d’Etat américain par intérim John Sullivan.

« Nous avons beaucoup progressé mais le compte n’y est pas encore », a prévenu, avant ce point d’étape, un haut responsable américain interrogé par des journalistes.

Le sujet sera aussi sur la table lors de la visite d’Etat d’Emmanuel Macron de lundi à mercredi à Washington, où il demandera à Donald Trump de rester dans l’accord iranien tant qu’il n’a pas de « meilleure option pour le nucléaire ». A ce stade, il n’y a « pas de plan B », a-t-il mis en garde sur Fox News.

Romandie.com avec(©AFP / 22 avril 2018 19h20)                

Canada: des synagogues cibles de messages antisémites

décembre 19, 2017

Montréal – Des synagogues de plusieurs villes canadiennes, dont Montréal et Toronto, ont reçu des lettres de menaces à caractère antisémite au moment de la fête juive d’Hanoucca, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Le Premier ministre Justin Trudeau a apporté mardi sur Twitter son « soutien à la communauté juive du Canada » en assurant que « ces gestes haineux et antisémites » ne seront pas tolérés.

A Montréal, « deux synagogues ont porté plainte pour des menaces » proférées dans des lettres, a indiqué Benoit Boisselle, porte-parole de la police de l’agglomération québécoise.

Une enquête a été ouverte pour « crime haineux », a-t-il ajouté.

Outre Montréal, sept autres synagogues ont également reçu les mêmes messages antisémites, quatre à Toronto, ainsi que les édifices de Kingston et Hamilton, également en Ontario (centre) et d’Edmonton (Alberta, ouest), a indiqué la branche canadienne de l’organisation juive B’nai Brith.

Le message « +la communauté juive doit périr+ était accompagné d’une étoile de David ensanglantée avec une croix gammée en son centre », selon la même source.

« Il est impératif aujourd’hui plus que jamais de condamner ce symbole de racisme et de haine », a estimé Michael Mostryn, président de B’nai Brith Canada en déplorant que depuis quelques mois des messages antisémites fleurissent sur les murs « des écoles, des universités ou des bâtiments publics ».

Pendant ces fêtes d’Hanoucca et de Noël, « temps sacré pour les juifs et les chrétiens », le rabbin Alan Bright a souligné la nécessité pour toutes les communautés de lutter « pour préserver la vérité et la liberté ».

Des mosquées ont récemment été profanées au Canada et des groupuscules d’extrême droite au Québec ont multiplié des défilés contre les flux migratoires.

Romandie.com avec(©AFP / 20 décembre 2017 02h21)                                            

Canada: les époux Sherman morts par strangulation au cou

décembre 17, 2017

Image d’une vidéo promotionnelle de Barry Sherman réalisée par Apotex / © APOTEX/AFP/Archives / HO

Le milliardaire canadien Barry Sherman, fondateur du groupe pharmaceutique Apotex, et son épouse Honey, sont morts par étranglement, a révélé dimanche soir la police de Toronto (centre), qui évoque des « décès suspects ».

Aux termes des autopsies, le médecin légiste a conclu que la mort des deux victimes avait été causée par « strangulation au niveau du cou », selon le communiqué de la police, sans autre précision sur les circonstances du drame.

C’est « le service homicides de la police de Toronto qui est chargé de l’enquête sur les décès suspects ».

La police a indiqué dans son communiqué avoir été alertée vendredi à 11h44 (16H44 GMT) par un appel donné depuis le domicile du fondateur du groupe Apotex dans un quartier cossu de Toronto.

Une fois sur place, elle a découvert les corps des deux décédés et identifiés comme étant « Barry Sherman, 75 ans, et Honey Sherman, 70 ans ».

Selon les médias locaux, citant une source policière, les deux corps étaient pendus à une balustrade entourant la piscine intérieure.

La même source policière citée par les médias a avancé la thèse d’un homicide suivi d’un suicide, un scénario que les enfants du couple de milliardaires ont contesté avec fermeté samedi.

Romandie.com avec(©AFP / 18 décembre 2017 02h59)

Canada: le milliardaire Barry Sherman et son épouse retrouvés morts à Toronto

décembre 16, 2017

Le milliardaire canadien Barry Sherman, fondateur du groupe pharmaceutique Apotex et une des personnes les plus riches du Canada, a été retrouvé mort avec son épouse dans leur luxueux appartement de Toronto, a confirmé l’entreprise, après que la police eut annoncé deux décès «suspects».

Les corps de M. Sherman et de sa femme Honey avaient été découverts vendredi vers midi par la police dans leur maison du quartier de Bayview Avenue et Old Colony Road, après un appel pour une urgence médicale. La police avait qualifié les décès de «suspects» mais n’avait pas divulgué l’identité des victimes.

Les médias ont toutefois affirmé qu’aucun suspect n’était recherché dans le cadre de l’enquête.

«Nous avons reçu l’information tragique du décès inattendu de Barry et Honey Sherman», a tweeté Apotex.

Cette entreprise, qui s’est fait un nom grâce à la production de médicaments génériques et emploie plus de 11 000 personnes dans le monde, avait été fondée en 1974 par Barry Sherman.

L’élite politique canadienne a exprimé sa tristesse après l’annonce de la mort de ces deux personnalités. Le premier ministre Justin Trudeau s’est dit «attristé» et a salué sur Twitter «leur vision et leur esprit». Le couple était connu pour sa philanthropie.

La sénatrice Linda Frum s’est dite «anéantie», deux semaines après avoir remis la médaille du Sénat au couple, «un des plus aimables et appréciés de la communauté juive du Canada.»

C’étaient «des gens remarquables», a déclaré Bob Rae, ancien premier ministre de la province de l’Ontario, où se trouve Toronto. «Toujours sous le choc de cette terrible nouvelle», a-t-il écrit sur Twitter.

Selon les médias canadiens, les Sherman avaient récemment mis leur maison en vente, pour un prix avoisinant les sept millions de dollars canadiens.

D’après le magazine Forbes, Barry Sherman était un des hommes les plus riches du Canada, avec une fortune de trois milliards de dollars.

Lapresse.ca

Canada: une fausse docteure de 19 ans aurait effectué des chirurgies plastiques bâclées

octobre 17, 2017
shutterstock
 

La police de Toronto a accusé une femme pour voies de faits graves pendant la fin de semaine après qu’elle se soit fait prendre à diriger une clinique de chirurgie plastique sans licence dans un sous-sol.

Jingyi Wang, 19 ans, a été arrêtée vendredi et a comparu en cour dimanche. Elle utilisait le pseudonyme Dr. Kitty et ses installations étaient situées dans le coin de Bayview Avenue et Sheppard Avenue East.

La police a été avertie de la situation lorsqu’une femme est venue la dénoncer après avoir développé une infection requérant une opération corrective par un autre chirurgien à la suite d’une opération faite par Wang.

La porte-parole de la police de Toronto, Allyson Douglas-Cook, a dit au Toronto Star que la victime avait à peu près le même âge que Wang.

La police cherche davantage de victimes

La victime a dit que les services de Wang avaient été annoncés dans un restaurant en avril 2017.

La police croit qu’il pourrait y avoir d’autres victimes. Un communiqué de presse demande à quiconque ayant de l’information à propos de la clinique sans licence à communiquer avec la police de Toronto.

Les gens peuvent appeler la police de Toronto à 416-808-3200. Ceux qui préfèrent dévoiler de l’information sous le couvert de l’anonymat peuvent appeler Crime Stoppers à 416-222-TIPS, texter TOR et leurs messages à CRIMES, ou rapporter l’information en ligne.

Huffington Post Québec par Lili Monette-Crépô

Le prince Harry et Melania Trump, vedettes des Invectus Games à Toronto

septembre 23, 2017

Le Prince Harry en copilote de Daimy Gommers, 5 ans, en marge des Invictus Games de Toronto, le 23 septembre 2017 / © Getty/AFP / Chris Jackson

Le Prince Harry, Melania Trump et Justin Trudeau devaient lancer samedi soir à Toronto, avec quelques stars de la pop, la troisième édition des Invictus Games, des compétitions ouvertes aux blessés et invalides des guerres ou conflits armés récents.

Tout en posant pour les photographes, la première dame des Etats-Unis — dans un ensemble pantalon à damiers –, et l’héritier de la famille royale britannique ont devisé quelques minutes en début d’après-midi avant que le prince file remettre les premières médailles de ces jeux dont il est à l’initiative.

Après avoir servi deux fois en Afghanistan, le petit-fils de la reine Elizabeth II a aidé par sa renommée au lancement de ces rencontres sportives organisées sur le modèle des jeux paralympiques et dont la première édition a eu lieu en septembre 2014 à Londres.

Après Orlando l’an dernier, la troisième édition se déroule au Canada qui fête les 150 ans de la fondation de sa confédération et surtout le centenaire de la bataille de Vimy (nord de la France) où, lors de la Première Guerre mondiale, de nombreux Canadiens sont tombés au combat.

Les Invictus sont une bonne façon « de rendre hommage à ceux qui ont tant sacrifié au nom de leur pays », a souligné le Premier ministre canadien Justin Trudeau samedi avant l’ouverture.

Chemise au-dessus du pantalon et manches remontées, le prince Harry a assisté à une épreuve d’habileté au volant de véhicules tout terrain, embarquant même à bord d’un véhicule d’un des concurrents ou recroquevillé dans un modèle réduit piloté par une petite fille.

– Comme la princesse Diana –

Le prince Harry a consacré le début de journée à un autre sujet auquel lui et son frère aîné le prince William sont sensibles : la santé mentale des jeunes.

Il est allé visiter le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) de Toronto, là même où sa mère, la princesse Diana, était venue il y a 26 ans.

Le prince a échangé avec les personnels soignants et rencontré de jeunes malades avant de saluer quelques fans venus nombreux sous un chaud soleil au centre ville de Toronto, tout heureux d’immortaliser l’instant avec leur téléphone portable.

Mais ces fans étaient également venus dans l’espoir d’apercevoir l’amie de coeur du prince, l’actrice américaine Meghan Markle.

Depuis ses confidences au magazine Vanity Fair au début du mois, elle est guettée à chaque sortie officielle du prince pour ce qui serait l’officialisation de leur relation pour et par la famille royale britannique.

« Nous sommes un couple. Nous sommes amoureux. (…) Nous sommes heureux. Personnellement, j’adore les grandes histoires d’amour », avait alors déclaré la native de Los Angeles, 36 ans, de trois ans l’aînée du prince.

Fille d’une mère Afro-américaine et d’un père blanc, la brune étale facilement sur les réseaux sociaux sa vie privée, publie ses rencontres avec Justin Trudeau et a même affiché l’an dernier sa préférence pour Hillary Clinton.

Les Torontois ont aussi leur curiosité aiguisée car Meghan Markle est ici chez elle. L’actrice a acheté une maison à Toronto après son divorce d’avec un producteur américain en 2013, et pour les besoins du tournage de la série « Suits: avocats sur mesure » dont elle est l’une des vedettes.

Samedi soir dans un complexe sportif, le Prince Harry et Melania Trump –à la tête de l’équipe américaine aux Invictus Games–, devaient officiellement ouvrir ces jeux réunissant plus de 550 militaires et anciens combattants blessés de 17 pays qui, jusqu’au 30 septembre, vont s’affronter dans 12 disciplines.

Un concert devait aussi agrémenter la cérémonie avec la chanteuse de pop country Sarah McLachlan, sa compatriote Alessia Cara ou la soprano britannique Laura Wright.

Romandie.com avec(©AFP / 23 septembre 2017 23h33)                

Canada: La police de Toronto inculpe un homme pour «sorcellerie»

mars 30, 2017

 

BBz489d
© Police de Toronto Murali Muthyalu
La police de Toronto a inculpé un homme pour sorcellerie après qu’il eut facturé 101 000 $ à un «client» qui voulait se débarrasser d’un esprit démoniaque.Murali Muthyalu, le soi-disant médium et astrologue, aurait annoncé à un homme qu’un membre de sa famille était possédé par un démon. Il lui aurait demandé de payer le prix exorbitant pour chasser l’esprit.
 

En visite au Canada, l’Indien a été arrêté mercredi et est accusé de sorcellerie, de fraude de plus de 5000 $ et de chantage.

L’enquête est toujours en cour.

Huffington Post Québecrs.