Posts Tagged ‘Train’

Canada: Le projet de train à grande fréquence Québec-Toronto démarre

juillet 6, 2021

Les Québécois devraient pouvoir monter à bord d’un train à grande fréquence plus rapide en direction de Toronto d’ici 2030, promet le gouvernement fédéral. Le ministre des Transports a annoncé mardi le début de consultations et le lancement d’un appel d’offres cet automne, en vue de construire une toute nouvelle ligne ferroviaire qui reliera Québec et Montréal à la Ville Reine.

Le ministre des Transports, Omar Alghabra, a déclaré que le processus d’appel d’offres se mettrait en branle prochainement.

© David Kawai Archives La Presse canadienne

Le ministre des Transports, Omar Alghabra, a déclaré que le processus d’appel d’offres se mettrait en branle prochainement.

Le gouvernement de Justin Trudeau avait annoncé un investissement de près de 500 millions de dollars pour faire avancer ce projet, dans son budget du printemps dernier. Le ministre des Transports, Omar Alghabra, a déclaré de passage à la Gare du Palais de Québec mardi que le processus d’appel d’offres se mettrait en branle prochainement.

Le fédéral entamera cet été des consultations avec 36 communautés autochtones dont le territoire sera traversé par le tracé prévu du projet. Une évaluation environnementale sera également menée. Et le gouvernement consultera en outre le secteur privé ainsi que les compagnies ferroviaires qui contrôlent les rails des centres-villes qui seront desservis par ce futur train à grande fréquence.

Aux Québécois et aux Canadiens qui se font promettre ce train rapide depuis des années sans encore l’avoir vu circuler sur les voies ferrées du pays, le ministre Alghabra a assuré que son gouvernement irait bel et bien de l’avant. « Un demi-milliard de dollars [promis dans le dernier budget] en dit beaucoup sur notre engagement envers ce projet », a-t-il insisté, en point de presse aux côtés du maire de Québec Régis Labeaume. Les ministres québécois François-Philippe Champagne et Jean-Yves Duclos de même que l’élu de Québec Joël Lightbound les accompagnaient pour cette conférence aux airs d’annonce préélectorale.

Un départ attendu dans 9 ans

Les consultations et le lancement de l’appel d’offres annoncés mardi ne sont que les premières étapes de cet important projet, dont la construction ne devrait être terminée que d’ici 2030. La facture finale pourrait atteindre entre 6 à 12 milliards de dollars, selon le projet final qui sera retenu a indiqué le ministre Alghabra.

Des voies ferrées dédiées au train à grande fréquence doivent être construites, pour permettre d’éviter de partager les voies existantes avec les trains de marchandise comme à l’heure actuelle. Ce nouveau tracé permettrait de réduire le temps de trajet de 30 minutes entre Québec et Montréal et jusqu’à 90 minutes entre Québec et Toronto, car les trains pourraient ainsi atteindre des vitesses de 177 à 200 km/h ont promis les ministres fédéraux.

L’augmentation de l’offre de trajets au quotidien devrait en outre permettre d’attirer quatre fois plus de voyageurs d’ici 30 ans — l’achalandage de cette ligne de train passant de 4,8 millions de passagers par année à 17 millions en 2059, selon les projections d’Ottawa. Outre Québec, Montréal, Ottawa et Toronto, la nouvelle ligne s’arrêterait en outre à Laval, à Trois-Rivières et Peterborough en Ontario, de même qu’à l’aéroport Jean-Lesage de Québec où une nouvelle gare sera construite.

Un TGV ne serait pas plus rapide

Si le gouvernement fédéral a privilégié une nouvelle ligne de train à grande fréquence, plutôt qu’un train à grande vitesse comme en Europe, c’est qu’un TGV aurait coûté plus cher et aurait mis plus de temps à construire sans pour autant offrir un transport plus rapide. Les distances entre les gares étant relativement courtes, un TGV n’aurait pas eu le temps de rouler à grande vitesse très longtemps avant de devoir ralentir à nouveau à l’approche d’un centre-ville, a expliqué le ministre Alghabra. « Un train à grande fréquence est la meilleure option pour les voyageurs, car il offre une fiabilité, il pourra tout de même rouler jusqu’à 200 km/h et offrira les trajets fréquents dont les Québécois et les Canadiens ont besoin », a-t-il fait valoir, avant de se rendre à Trois-Rivières pour y répéter son annonce. Le ministre reprendra en outre l’exercice mercredi, à la Gare Centrale de Montréal.

Les nouveaux trains seront électriques sur à peu près 90 % du trajet, puis à propulsion diesel dans les espaces urbains puisqu’ils devront y emprunter les voies existantes des compagnies ferroviaires privées qui ne pourront pas fournir l’infrastructure électrique.

Le Parti conservateur n’a pas perdu de temps pour critiquer cette annonce du gouvernement Trudeau, rappelant qu’elle figurait dans le dernier budget. « L’annonce libérale d’aujourd’hui n’était qu’une répétition de l’annonce du processus d’engagement préliminaire pour construire la ligne ferroviaire à grande fréquence décrite dans le budget libéral de 2021 — sans calendrier établi et sans progrès réel vers la fourniture de ce service si nécessaire », a reproché la députée Stephanie Kusie, dans une déclaration écrite fournie par son parti.

Par Marie Vastel avec La Presse canadienne

Canada/Train à grande fréquence : une annonce attendue avec impatience à Trois-Rivières

juillet 6, 2021

Après un premier arrêt à Québec ce matin pour parler du projet de train à grande fréquence (TGF), le ministre des Transports du Canada sera de passage à Trois-Rivières, venant ainsi concrétiser la possibilité que ce nouveau train effectue un arrêt dans la ville.

Archives

© Shaun Best/Reuters Archives

Le ministre des Transports, Omar Alghabra, tiendra une conférence de presse à 14 h à la gare patrimoniale de Trois-Rivières, sur la rue Champflour, pour parler de ce TGF qui effectuerait le trajet entre Québec et Toronto.

Il sera accompagné du ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, l’honorable François-Philippe Champagne, du maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, ainsi que de la présidente et chef de la direction de VIA Rail Canada, Cynthia Garneau.

La présidente de la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières, Me Cassy Bernier, espère que l’annonce d’aujourd’hui permettra d’avoir plus de détails sur l’échéancier du projet et sur les étapes à venir.

On veut des nouvelles plus concrètes», a-t-elle déclaré en entrevue à l’émission Toujours le matin. Pour la chambre, c’est une priorité depuis plusieurs années», rappelle-t-elle.

Selon elle, le train à grande fréquence entraînerait des retombées économiques à Trois-Rivières. Elle croit aussi que la présence d’un arrêt dans la ville aura un bon impact sur l’industrie touristique.

On va être très attentif [à cette annonce]», a déclaré le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec, Jean Boulet, qui est aussi le député caquiste dans la circonscription de Trois-Rivières.

Ça fait tellement longtemps qu’on en parle», souligne-t-il. Il espère, lui aussi, que du concret » sera annoncé aujourd’hui.

Dans le dernier budget fédéral, le Parti libéral du Canada avait annoncé une enveloppe de près de 500 millions de dollars pour aider VIA Rail à adapter ses infrastructures au projet de TGF.

Avec CBC/Radio-Canada 

Corée du Nord : un train spécial pouvant appartenir à Kim Jong Un repéré dans une station balnéaire

avril 25, 2020

 

L’état de santé du dirigeant nord-coréen fait l’objet de spéculations depuis plusieurs jours.

Special train station servicing North Korean leader Kim Jong Un's Wonsan complex is seen in a satellite image

Les images satellites du programme 38 North de surveillance des activités en Corée du Nord, montrent que ce train est resté entre le 21 et le 23 avril dans une gare de Wonsan réservée à Kim et sa famille. HANDOUT / via REUTERS

Un train spécial appartenant peut-être à Kim Jong-un a été repéré cette semaine dans le port de Wonsan, où se trouve une station balnéaire sur la côte est de la Corée du Nord, selon des images satellites, alors que l’état de santé du dirigeant nord-coréen fait l’objet de spéculations. Selon le programme «38 North» de surveillance des activités en Corée du Nord, ce train est resté entre le 21 et le 23 avril dans une gare de Wonsan réservée à Kim et sa famille.

«La présence de ce train ne prouve pas que le dirigeant s’y est bien rendu ni n’indique quoi que ce soit concernant son état de santé mais ajoute du poids aux informations selon lesquelles Kim réside dans une zone réservée à l’élite sur la côte est du pays», écrit 38 North.

Plusieurs médias américains et sud-coréens ont rapporté mardi que Kim Jong-un se trouvait dans un état grave suite à une opération cardiovasculaire, des informations mises en doute dans les cercles officiels à Pékin et à Séoul. Les médias nord-coréens sont restés silencieux sur la question.

Selon trois sources informées, la Chine a envoyé en Corée du Nord une équipe de responsables chargés de conseiller Kim Jong-un, dont des experts médicaux.

La presse officielle à Pyongyang a communiqué pour la dernière fois sur les déplacements de Kim Jong-un le 11 avril. Elle n’a pas fait état de sa présence aux cérémonies organisées le 15 avril pour l’anniversaire de son grand-père Kim Il-sung, fondateur de la République populaire démocratique de Corée, ce qui a alimenté les spéculations.

Par Le Figaro avec Reuters

Japon: assis près des rails d’un train lancé à 300 km/h, un exercice contesté

août 27, 2018

La compagnie ferroviaire japonaise JR West a justifié lundi le bien-fondé d’un exercice de sécurité qui oblige les employés à s’asseoir près des rails au passage d’un train rapide Shinkansen roulant à 300 kilomètres heure, malgré les plaintes de certains salariés.

« Cet entraînement, qui a lieu dans un tunnel, vise à enseigner à nos équipes de maintenance l’importance de chacun des aspects de leur travail », a expliqué à l’AFP un porte-parole de JR West qui ne compte pas arrêter l’expérience.

Environ 190 membres du personnel ont participé à l’exercice qui a été mis en place en 2016 après un incident en août 2015 dans lequel une pièce du train s’était détachée.

« Nous faisons très attention à la sécurité quand nous réalisons l’exercice », a assuré le représentant de la compagnie, tout en reconnaissant avoir reçu des récriminations de syndicalistes.

« C’était une expérience horrible », a confié un salarié cité par le journal Tokyo Shimbun. Un autre, interrogé par le Mainichi, a qualifié l’initiative de « flagellation publique ».

Le Shinkansen, train à grande vitesse né en 1964, transporte des centaines de milliers de passagers par jour avec une ponctualité exceptionnelle et une sécurité sans faille: aucun accident grave n’a été constaté en plus d’un demi-siècle d’existence.

Romandie.com avec(©AFP / (27 août 2018 12h02)                                                        

Autriche: il monte dans le train avec son cheval

août 22, 2018

Vienne – Un passager est monté à bord d’un train autrichien accompagné d’un cheval, selon des photos prises par des voyageurs et relayées sur les réseaux sociaux par la compagnie nationale de chemins de fer ÖBB.

Les images montrent un jeune homme coiffé d’un chapeau à large bord tenant par la bride un cheval bai, sur la plateforme d’entrée d’une voiture de voyageurs, parmi des passagers hilares.

Elles ont été prises en gare de Bad Mitterndorf (centre), sur une ligne des Alpes autrichiennes, a indiqué l’ÖBB, qui dans un premier temps avait évoqué la localité voisine de Bad Goisern.

Le couple insolite a été identifié par le médias autrichiens: le cheval, une jument nommée Frieda, était conduite par un certain Benni.

L’ÖBB a précisé que le cavalier et sa monture ont été immédiatement priés de sortir du train par le conducteur, qui a refusé de démarrer tant qu’ils étaient à bord. Ils avaient auparavant essayé d’embarquer dans deux autres trains.

La compagnie a pris la chose avec humour, multipliant sur Twitter les jeux de mots équins. Elle a toutefois précisé souhaiter que cet incident ne se répète pas.

Seuls les animaux « de petite taille et sans dangerosité » sont autorisés à bord des trains autrichiens, les chiens devant notamment être munis d’une muselière et d’un ticket, a rappelé l’ÖBB.

Romanmdie.com avec(©AFP / 22 août 2018 16h04)                                                        

Dix morts, 73 blessés dans le déraillement d’un train en Turquie

juillet 8, 2018

Plus de 100 ambulances et des hélicoptères de l’armée ont été envoyées pour transporter les blessés de l’accident de train en Turquie le 8 juillet 2018. / © DHA/AFP / DHA

Dix personnes ont été tuées et 73 blessées dimanche dans le déraillement d’un train de passagers dans la région de Tekirdag, dans le nord-ouest de la Turquie, a annoncé le ministère de la Santé.

Le train transportant 360 passagers provenait de Kapikule, à la frontière bulgare, et se rendait à Istanbul quand six de ses voitures ont déraillé, à proximité du village de Sarilar.

« L’accident s’est produit en raison de mauvaises conditions climatiques », a expliqué le gouverneur de la région Mehmet Ceylan.

Le ministère des Transports a confirmé, dans un communiqué, que le sol s’était dérobé sous les rails en raison d’abondantes pluies récentes, provoquant le déraillement.

Plus de 100 ambulances ont été dépêchées sur les lieux, selon un responsable du ministère de la Santé, Eyup Gumus, s’exprimant sur la télévision publique TRT Haber.

Turquie / © AFP /

L’armée turque a de son côté indiqué dans un communiqué avoir envoyé plusieurs hélicoptères sur le site de l’accident.

Les images télévisées montraient plusieurs voitures couchées sur le côté et des victimes emmenées sur des brancards.

Le président Recep Tayyip Erdogan, qui entame lundi un nouveau mandat de cinq ans avec des pouvoirs élargis, a fait part de ses condoléances aux victimes et annoncé qu’une enquête serait menée sur « cet accident tragique ».

Plus tard, l’autorité du Haut-conseil turc de la radio et de la télévision (RTÜK)a annoncé que le Premier ministre avait décrété une interdiction temporaire de diffusion.

Six voitures du train ont déraillé dans la province turque de Tekirdag, faisant 10 morts et 73 blessés le 8 juillet 2018. / © DHA/AFP / DHA

La Turquie a entrepris ces dernières années de moderniser son réseau ferroviaire, construisant plusieurs lignes à grande vitesse pour ramener vers le rail des voyageurs préférant l’avion ou le transport par autocar.

Le train accidenté semblait circuler sur une des vieilles lignes ferroviaires à voie unique.

Plusieurs accidents mortels se sont produits sur le réseau ferré turc ces dernières années.

En janvier 2008, neuf personnes sont mortes dans un déraillement provoqué par des rails défectueux dans la région de Kutaha, au sud d’Istanbul.

En juillet 2004, 41 personnes avaient été tuées et 80 blessées dans le déraillement d’un train à grande vitesse dans la province de Sakarya, dans le nord-ouest du pays.

Romandie.com avec(©AFP / 08 juillet 2018 21h41)

États-Unis: deux morts dans une collision entre deux trains en Caroline du Sud

février 4, 2018

Photo distribuée par le bureau du shérif du comté de Lexington montrant les secours autour du lieu de la collision de trains en Caroline du Sud, le 4 février 2018 / © Lexington County Sheriff’s Department/AFP / Handout

Deux personnes sont mortes et plus de 100 autres ont été blessées aux Etats-Unis lorsqu’un train de passagers a percuté un train de marchandises dimanche en Caroline du Sud, quatre jours après un autre accident de train qui avait fait un mort.

Le train de passagers de la compagnie ferroviaire publique Amtrak, qui allait de New York à Miami, a percuté un train de fret de la compagnie CSX et a déraillé à Cayce, près de Columbia, la capitale de la Caroline du Sud, dimanche à environ 02h30 heure locale (07h30 GMT), a déclaré la police, précisant que tous les passagers avaient été évacués.

Deux personnes ont trouvé la mort, a précisé le bureau du shérif, sans donner plus de détails. Tous les passagers ont été évacués du train et 116 personnes ont été conduites à l’hôpital.

Le train de fret était vide et à l’arrêt, a annoncé le gouverneur Henry McMaster lors d’une conférence de presse. « Il semblerait que le train d’Amtrak se trouvait sur la mauvaise voie. Le train de CSX se trouvait sur sa voie de chargement », a-t-il ajouté. Le train de passagers « est à peine reconnaissable » à cause de la violence du choc, a-t-il précisé.

Les autorités locales ont également fait état d’une fuite de près de 20.000 litres de carburant provoquée par l’accident qui avait été colmatée en début de matinée.

« L’accident a eu lieu près du marché de produits de la ferme et d’autres zones d’habitation », a expliqué un responsable des services de secours de l’Etat de Caroline du Sud.

Amtrak a expliqué dans un communiqué que la locomotive ainsi que des wagons de passagers avaient déraillé. Au total, 139 passagers étaient à bord, ainsi que huit employés de la compagnie.

« Je dormais quand j’ai été réveillé par l’impact. Le personnel est venu très rapidement et a fait sortir tout le monde du train dans le calme. Les premiers secours sont arrivés après 10-20 minutes », a témoigné sur la chaîne de télévision CNN Derek Pettaway, un des passagers. « Personne ne paniquait », a-t-il ajouté.

Les passagers en état de se déplacer ont été acheminés à destination, en car. Le Conseil national de la sécurité des transports (NTSB), agence fédérale, a ouvert une enquête, alors que le président Donald Trump a été informé de l’accident, selon la Maison Blanche.

Cette collision survient quatre jours seulement après un accident de train dans lequel voyageaient des élus républicains, dont le président de la Chambre des représentants, Paul Ryan.

Une personne avait été tuée et six autres blessées, dont un élu au Congrès, dans cet accident entre un train et un camion en Virginie (sud-est).

En décembre, trois personnes sont mortes dans un déraillement dans l’Etat de Washington (nord-ouest), près de Tacoma, qui avait fait basculer plusieurs wagons d’un pont sur une autoroute.

« Il faudra que nous ayons un débat national » sur la sécurité ferroviaire, a prévenu le gouverneur de Caroline du Sud Henry McMaster dimanche. Le président Trump a promis un grand programme de rénovation des infrastructures de transport aux Etats-Unis, dont le réseau ferré.

Romandie.com avec(©AFP / 04 février 2018 17h24)                

Canada: acquittement des trois cheminots de la tragédie de Lac-Mégantic

janvier 19, 2018

Montréal – Les trois cheminots inculpés pour négligence dans une des pires tragédies ferroviaires de l’histoire du Canada, qui avait fait 47 morts à Lac-Mégantic au Québec en juillet 2013, ont été acquittés vendredi par un jury au terme de plus de trois mois de procès.

L’ancien conducteur du train de la société Montréal, Maine & Atlantic (MMA), Thomas Harding, le contrôleur Richard Labrie et leur supérieur Jean Demaître avaient plaidé non coupable des 47 chefs d’accusation auxquels ils faisaient face chacun pour « négligence criminelle » ayant causé la mort.

Les accusés étaient passibles, au maximum, d’une peine d’emprisonnement à perpétuité.

Le verdict de non culpabilité est tombé au neuvième jour des délibérations des douze jurés, qui avaient demandé de nombreux éclaircissements au juge.

A l’arrêt au haut d’une colline, le convoi de 72 wagons-citernes remplis de pétrole s’était progressivement mis en branle dans la nuit du 6 juillet 2013 avant de prendre de la vitesse et de dérailler au coeur de Lac-Mégantic.

Presque tous les wagons avaient explosé, soufflant également une trentaine de bâtiments et forçant l’évacuation du tiers des 6.000 habitants de cette localité des Appalaches, située à 250 km à l’est de Montréal.

Principal inculpé, le conducteur du train, Thomas Harding, n’a pas immédiatement réagi au verdict. « Je pense qu’il doit se sentir libéré », a déclaré à la presse l’un de ses avocats, Thomas Walsh, au tribunal de Sherbrooke (Québec).

« Cela fait quatre ans et demi qu’il porte ça sur ses épaules. Il est très soulagé. Il est content de tourner la page », a-t-il dit.

« C’est un verdict juste », a souligné Me Walsh en insistant sur le fait que le ministère public n’avait pas pris « une approche plus globale » pour examiner « tous les facteurs qui ont contribué à cette tragédie ».

Dans le box des accusés tout au long du procès, Jean Demaître s’est dit « soulagé » à la sortie du tribunal.

« A tous les gens de Lac-Mégantic, j’espère que vous avez eu les réponses que vous demandiez avec ce procès », a commenté Richard Labrie, le troisième acquitté en éclatant en sanglots.

« Je n’avais pas prévu de pleurer, mais cela a été dur, ça a été long. Mais maintenant, c’est terminé. J’espère juste qu’on puisse facilement tourner la page », a-t-il ajouté en espérant « retourner dans l’anonymat ».

A l’inverse, le ministère public n’a pas caché sa déception face au verdict. « Vous comprendrez que ce n’est pas nécessairement la décision qu’on attendait », a déclaré l’avocate Véronique Beauchamp.

Un autre procès, tout aussi attendu, doit débuter en avril pour déterminer la responsabilité de la société américaine MMA, qui s’est déclarée en faillite juste après la catastrophe.

L’enquête du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) avait permis d’établir que le conducteur, Thomas Harding, n’avait actionné les freins que sur cinq locomotives et deux wagons lorsqu’il avait stationné le convoi à une dizaine de kilomètres de la ville.

Les enquêteurs avaient aussi pointé du doigt le laxisme du ministère canadien des Transports dans sa surveillance de la société ferroviaire.

La MMA avait « une faible culture de sécurité et n’avait pas de système de gestion de la sécurité fonctionnel pour gérer les risques », selon le rapport des enquêteurs. De plus, les systèmes de freinage de quatre des cinq locomotives n’étaient pas conformes à la réglementation.

Romandie.com avec(©AFP / 19 janvier 2018 21h40)                                            

Afrique du Sud: au moins 14 morts dans un accident de train

janvier 4, 2018

Johannesburg – Au moins quatorze personnes ont été tuées et 180 blessées jeudi lors d’une collision entre un train et un camion survenue dans le centre de l’Afrique du Sud, selon un bilan provisoire communiqué par un responsable local.

« Le bilan est désormais de 14 morts », a déclaré à l’AFP un porte-parole du ministère provincial de la Santé, Mondli Mvambi, prévenant que le nombre de victimes pourrait encore augmenter.

Selon des témoins, le train a déraillé et a pris feu après avoir percuté, dans des circonstances qui restent à éclaircir, un camion à Kroonstad, à 200 km au sud-ouest de Johannesburg.

« On craint qu’il n’y ait d’autres corps » dans les wagons accidentés, a ajouté Mondli Mvambi, précisant que les opérations de secours se poursuivaient.

« Il y a encore des personnes dans les wagons, ceux qui étaient en feu », a déclaré à l’AFP un responsable de la compagnie ferroviaire, Leboho Mokhalipha, alors que de la fumée noire continuait à s’échapper des wagons qui ont déraillé.

Des blessés étaient soignés sur place et d’autres hospitalisés.

Le train, qui transportait plusieurs centaines de passagers, effectuait la liaison entre Port Elizabeth (sud) et Johannesburg.

Les causes du drame n’ont pas encore été déterminées. Le chauffeur du camion a été hospitalisé et des tests d’alcoolémie vont être effectués.

Cet accident intervient pendant la période des grandes vacances scolaires en Afrique du Sud.

Le dernier grave accident de train en Afrique du Sud, en 2015, avait fait 15 morts : un minibus était tombé sur une voie ferrée et avait percuté un train.

En 1994, 64 personnes avaient été tuées lors du déraillement d’un train près de Durban (nord-est).

Romandie.com avec(©AFP / 04 janvier 2018 13h35)

Trois morts dans un accident de train spectaculaire aux États-Unis

décembre 18, 2017

Vue du train qui a déraillé le 18 décembre 2017 près du pont, dans le nord-ouest des Etats-Unis / © AFP / Kathryn ELSESSER

Trois personnes sont mortes et une centaine d’autres ont été blessées lundi dans l’accident spectaculaire d’un train de passagers qui a terminé sa course sur une portion d’autoroute dans le nord-ouest des Etats-Unis.

Le train 501, qui assurait la liaison entre Seattle et Portland, a déraillé vers 07H40 locales (15H40 GMT) juste avant de passer sur un pont ferroviaire surplombant l’autoroute, au nord d’Olympia, la capitale de l’Etat de Washington.

Les images spectaculaires des rames froissées et couchées en plein milieu de l’autoroute tandis que le reste du train tenait encore miraculeusement sur les rails surplombant l' »interstate 5″ ont choqué l’Amérique et réveillé les douloureux souvenirs de précédents tragiques dans un passé encore récent.

« On nous a informé qu’il y a trois victimes à ce stade » après l’accident, a déclaré Brooke Bova, porte-parole de la police de l’Etat de Washington lors d’une conférence de presse. « Environ 100 » autres personnes ont été transportées à l’hôpital, a-t-elle ajouté.

A l’arrivée des secours sur la scène « vraiment horrible » de l’accident, « il était évident qu’il y avait des morts et des blessés et que des gens ont pu s’extraire du train », avait assuré plus tôt Ed Troyer, du bureau du shérif du comté de Pierce.

– Infrastructures ‘en ruine’ –

Au total, 77 passagers et sept membres d’équipage se trouvaient à bord du train, selon le nouveau décompte des autorités locales.

Le convoi de 12 voitures et deux locomotives s’est désagrégé sous l’impact et plusieurs compartiments sont tombés de part et d’autre du pont, tandis que d’autres ont terminé leur course en travers des rails.

Les médias locaux ont diffusé le message audio d’alerte du conducteur: « on arrivait au virage pour passer le pont sur la I5 et juste au nord de Nisqually on est allés à terre ».

Cinq véhicules et deux camions qui roulaient sur l’autoroute ont également été endommagés. Les secouristes ont « fouillé toutes les voitures » et certaines personnes étaient « très grièvement blessées », a ajouté Brooke Bova, laissant entendre que le bilan pouvait encore évoluer.

Sur Twitter, le président américain Donald Trump a évoqué l’accident qui montre selon lui la nécessité pour le Congrès d’approuver un plan national de modernisation des infrastructures. « Nos routes, nos ponts, nos tunnels, nos chemins de fer (et d’autres) tombent en ruine! Plus pour longtemps! », a-t-il écrit.

Cette voie avait été en partie rénovée pour augmenter la fréquence des trains et c’était le voyage inaugural de ce convoi parti à 06H00 de Seattle. Le département des transports de l’Etat (WSDOT) a assuré dans un communiqué que les voies avaient subi « des semaines d’inspection et d’essais ».

Le train était équipé de la technologie pendulaire, qui permet d’atteindre une plus grande vitesse. Selon Amtrak, le train était aussi équipé du Positive Train Control (PTC), un système de limitation de vitesse ou d’arrêt automatique en cas de situation dangereuse. Mais celui-ci ne fonctionne pas encore sur tout le tronçon.

Plusieurs responsables locaux s’étaient inquiétés de la vitesse de ces trains dans des zones d’habitations denses.

– ‘Les gens hurlaient’ –

« Nous venions de passer la ville de DuPont et je pense qu’on arrivait dans une courbe », a témoigné Chris Karnes à la télévision locale KIRO-TV. « Tout d’un coup, on a entendu des grincements et on s’est sentis descendre une colline. Puis on a été propulsés sur le siège devant nous, les fenêtres ont explosé, on s’est arrêtés, de l’eau coulait du train et les gens hurlaient ».

« Les voies sur cette ligne devaient être modernisées pour supporter les grandes vitesses », a-t-il ajouté.

Le bureau d’enquête fédéral NTSB a envoyé une équipe sur les lieux de l’accident, a indiqué une porte-parole.

Le dernier accident ferroviaire grave aux Etats-Unis remonte au 12 mai 2015 quand huit passagers avaient été tués et plus de 200 blessés dans le déraillement d’un train lancé à grande vitesse entre Washington et New York.

Selon les experts, le déraillement aurait pu être évité très simplement si le système PTC avait été installé sur ce tronçon.

Ce système de contrôle permet de surveiller où se trouve le train et la vitesse à laquelle il circule, grâce à des capteurs GPS placés à la fois dans les trains et le long des voies.

Romandie.com avec(©AFP / 19 décembre 2017 03h52)