Posts Tagged ‘Transfert’

Avenir de Sadio Mané : le triple cauchemar des supporters anglais

mai 30, 2022

À l’issue d’une finale de la Ligue des Champions perdue, des propos attribués au footballeur sénégalais Sadio Mané ont alimenté la rumeur de son départ du Liverpool FC pour le Bayern de Munich.

© Damien Glez

Les Liverpuldiens ont dû finir le week-end avec la bière mauvaise et les Beatles tristes. Et avec eux, tous les Britanniques qui espéraient voir le Liverpool FC ramener un septième trophée de Champions League dans un Royaume-Uni “brexité”. Et comme si le but fatal du Brésilien madrilène Vinícius José Paixão de Oliveira Júnior ne suffisait pas, deux autres dimensions de la soirée ont infusé le goût amer de la défaite comme un sachet de Five o’clock Tea…

Avec un mouvement de grève sur la ligne B du RER parisien desservant le Stade de France qui accueillait la finale, un double filtrage contre-productif des spectateurs, d’énormes files d’attente mal gérées par une sécurité dépassée, le passage en force de nombreuses resquilleurs et la grogne de détenteurs de billets ayant payé parfois 550 euros, le match a débuté avec 36 minutes de retard. La pagaille s’est installée aux portes d’entrée, avec son lot de gaz lacrymogènes rappelant les manifestations caricaturales de gilets jaunes. Message malvenu envoyé par une capitale française encore groggy par la défaite de son Paris Saint-Germain, en huitièmes de finale, et organisatrice des Jeux Olympiques de 2024…

Porte dérobée

Les larmes de la débâcle et des irritations lacrymogènes à peine séchées, une rumeur aux airs d’annonce est venue, le même soir, réactiver les glandes lacrymales… Après la rencontre au Stade de France, certains affirment que le Sénégalais Sadio Mané aurait confié à ses coéquipiers : « Je veux remercier les fans pour tout et l’entraîneur aussi. Je souhaite à cette équipe tout le meilleur du monde ». Des remerciements et des vœux qui, certes, ne valent pas officialisation d’un départ… Sauf que le Sénégalais répondait, la veille et en ces termes, à une question sur ses ambitions pour l’année prochaine : « Je suis entièrement concentré sur le match de samedi, c’est la réponse que je dois donner avant la finale. Mais revenez me voir samedi et je vous donnerai la réponse. »

Aux réseaux dominicaux enflammés par la presque-info, le conseiller en communication du champion d’Afrique, Bacary Cissé, a tenu à afficher un démenti, affirmant que Mané était « sorti du stade par une porte dérobée » pour éviter, justement, « d’être interpellé par les journalistes sur son avenir à Liverpool ». Dont acte. L’entraîneur des Reds, Jürgen Klopp a, lui, refusé de commenter les rumeurs du possible départ de son joueur.

Buzz et trompe-l’œil

Les amateurs du football contemporain savent que les transferts de stars du ballon rond sont devenus d’interminables feuilletons truffés de fuites et de fausses fuites, d’indices en trompe-l’œil et d’actes manqués préfabriqués destinés à alimenter les buzz, voire les enchères. Il reste que Sadio Mané est courtisé par plusieurs clubs européens de grande facture, que Liverpool aurait fixé le prix du transfert – un peu plus de 41 millions d’euros selon le Daily Mail, 58 selon The Sun – et que le nom du Bayern de Munich est le plus cité, devant le Real Madrid, le FC Barcelone, l’AC Milan ou le Paris Saint-Germain de l’époque Leonardo. Les Allemands auraient proposé un contrat de 3 ans au joueur et l’agent du Sénégalais aurait rencontré Hasan Salihamidžić, le directeur sportif du Bayern…

En attendant les conclusions officielles de ce dossier, les Britanniques déprimés par les montagnes russes émotionnelles du week-end se consoleront, du 2 au 5 juin, avec les célébrations du Jubilé de platine de leur reine Elizabeth II, le 70e anniversaire de son accession au trône. God save the queen and Sadio Mané ?

Damien Glez

Avec Jeune Afrique par Damien Glez

Dessinateur et éditorialiste franco-burkinabè.

Canada: La difficile réalité du transfert des patients atteints de COVID-19

octobre 31, 2021

Ken Roth est l’un des 22 patients de la Saskatchewan transportés jusqu’ici dans un hôpital en Ontario pour y poursuivre des traitements contre la COVID-19. Son histoire rappelle la difficile réalité que peuvent vivre les patients transférés pour soulager la pression que la pandémie exerce sur le système de santé de la province.

Ken Roth s'est entretenu avec CBC de son lit d'hôpital à Ottawa, où il a été transféré vendredi sans avertissement.

© Bonnie Allen/Radio-Canada Ken Roth s’est entretenu avec CBC de son lit d’hôpital à Ottawa, où il a été transféré vendredi sans avertissement.

Ken Roth était traité à l’unité des soins intensifs de l’hôpital St. Paul à Saskatoon jusqu’à son transfert, vendredi matin.

Ce Métis qui est âgé de 66 ans est un chef pompier à la retraite de La Loche, une communauté située à plus de 500 km au nord-ouest de Saskatoon.

Il a contracté la COVID-19 au début du mois de juillet. Il n’était pas vacciné. Il a été intubé le 28 juillet et a été plongé dans le coma pendant des semaines.

Ce qui le bouleverse, ce n’est pas d’avoir été transféré en Ontario pour y recevoir des soins, c’est la façon dont ce transfert a été fait.

À l’hôpital de Saskatoon, raconte-t-il de son lit d’hôpital à Ottawa, il pouvait recevoir la visite de sa femme et de sa fille qui venaient le voir tous les jours.

Tout cela a changé en un clin d’œil. La façon dont ils m’ont traité, à Saskatoon, dit-il entre deux accès de toux. Ils sont juste entrés et m’ont dit : vous partez pour Ottawa.»

Il a tenté de protester, dit-il. Son départ s’est fait trop vite pour lui laisser le temps de prévenir sa femme et lui dire au revoir. Il a pleuré dans l’avion qui l’emmenait à Ottawa.

Il dit que cette expérience lui a rappelé le traumatisme vécu quand on l’a arraché à sa mère, à 6 ans, pour l’envoyer dans un pensionnat pour Autochtones.

Ils ont fait exactement la même chose que lorsque j’étais enfant. La douleur est vive», a-t-il raconté à CBC News.

Interrogé au sujet de ce transfert, vendredi, le président-directeur général de l’Autorité de santé de la Saskatchewan (SHA), Scott Livingstone, a offert ses excuses à Ken Roth.

Nous nous excusons très certainement pour la douleur et la souffrance de ce patient, a-t-il dit. Ça ne respecte pas le processus en place pour envoyer ces patients hors province.»

Les familles et les patients, quand ils sont conscients, sont censés être informés de leur transfert, a ajouté M. Livingstone.

Une fois que les autorités ont déterminé qu’un patient est suffisamment stable pour être transporté et qu’il y a manque de lit, ils procéderont au transfert. Il n’est pas possible de refuser un transfert, indique la province.

Cependant, la santé publique de la Saskatchewan n’est pas certaine qu’il sera nécessaire de transférer d’autres patients après la fin de semaine, étant donné qu’elle constate une réduction du nombre de patients atteints de COVID-19, y compris ceux qui sont aux soins intensifs.

Mais, si la province doit continuer à transférer des patients, Ken Roth espère qu’elle s’y prendra mieux et sera plus sensible aux besoins des gens, y compris les survivants des pensionnats pour Autochtones.

Le Saskatchewanais se dit très satisfait des soins qu’il reçoit à Ottawa. Et s’il souffre de solitude, il indique que sa famille prévoit faire le trajet en voiture pour venir le voir. Tous, cependant, ne pourront pas le visiter à l’hôpital, puisque pour ce faire, il leur faut être pleinement vaccinés, ce qui n’est pas le cas de la plupart d’entre eux.

Par Radio-Canada avec des informations de Alexander Quon et Bonnie Allen

COVID-19: des hôpitaux torontois débordés se préparent à des transferts de patients

janvier 8, 2021

TORONTO — Des hôpitaux de l’Ontario ont reçu l’ordre de se préparer à transférer des patients à l’extérieur de leur région, au moment où les hospitalisations liées à la COVID-19 continuent d’augmenter dans la province.

© Fournis par La Presse Canadienne

Une note de service de Santé Ontario aux PDG des hôpitaux, jeudi, indique que les projections actuelles montrent que plus de 500 patients gravement malades de la COVID-19 pourraient se trouver dans les hôpitaux de l’Ontario d’ici le 24 janvier.

L’agence ordonne aux hôpitaux dont les lits de soins intensifs pour adultes sont inoccupés de réserver un tiers de l’espace pour les transferts des hôpitaux dépassant leur capacité.

La note dit que tous les hôpitaux devront être prêts à accepter les transferts lorsqu’ils en auront la demande.

Les hôpitaux sont également invités à uniformiser leurs critères d’admission aux soins intensifs avec le Centre de commandement en soins intensifs chargé de lutter contre la COVID-19 de l’Ontario.

Les établissements médicaux situés dans les zones de transmission communautaire sont invités à poursuivre les soins non liés à la COVID-19 «sans délai» et à préparer des plans pour reporter les soins non urgents si nécessaire.

La note a été transmise au moment où des hôpitaux ont déjà dû reporter des opérations et commencer à transférer des patients en raison de flambées de COVID-19.

L’hôpital régional de Windsor a déclaré que plus de 50 patients avaient été transférés vers d’autres hôpitaux, jeudi.

Des hôpitaux de Toronto transfèrent également certains jeunes patients à l’hôpital SickKids pour faire de la place pour des patients adultes atteints de la COVID-19.

Le réseau Unity Health Toronto a déclaré que des patients pédiatriques du St. Joseph’s Health Centre pourraient être transférés au SickKids si leur médecin détermine qu’ils peuvent y recevoir les soins dont ils ont besoin.

Le réseau ajoute que St. Joseph’s, William Osler Health System et l’hôpital Humber River travaillent tous avec SickKids.

L’effort devrait se poursuivre jusqu’à ce que les volumes de patients atteints de la COVID-19 «reviennent à des niveaux plus raisonnables».

Unity Health indique que le système s’efforce de garantir que les patients reçoivent les soins dont ils ont besoin pendant la «période complexe» de la deuxième vague de la pandémie.

Avec La Presse Canadienne

Congo: Bruno Itoua empêché de transférer ses 34 millions de dollars volés du Panama à Hong Kong

juin 18, 2018


Avec une fortune estimée à 34 millions de dollars, cachée essentiellement dans les banques du Panama, l’actuel ministre du Congo Jean Bruno Richard Itoua, vient de souffrir un revers dans sa tentative de transférer ses avoirs du pays centre américain à Hong Kong en Chine. Les informations parues dans la presse et la découverte de ses biens immobiliers par les indignés ont pesé sur cette décision du riche Mbochis.

Il est très facile de placer ses avoirs dans les paradis fiscaux, mais aussi très difficile de les retirer, surtout quand les projecteurs des ONG sont fixés sur vous. Un congolais lambda ou un cadre normal, ne peut jamais en un temps record amassé une fortune aussi colossale que celle du ministre de la recherche scientifique.

Jean Bruno Richard Itoua a profité de son passage à la tête de la SNPC pour voler en toute impunité l’argent des congolais. Satisfait de ses prouesses, Denis Sassou Nguesso, le bombarde ministre de l’énergie avant de se retrouver à la recherche scientifique.
Selon, l’ONG transparancy qui traque les biens mal acquis des dirigeants africains, Jean Richard Bruno Itoua disposerait d’une fortune beaucoup plus importante que celle citée par les panama Papers.

Pendant son mandat à la tête de la SNPC, monsieur Itoua a crée un système de vol avec des sociétés off shores connues pour leur opacité.
Il y a quelques semaines, l’association des indignés 242 avec à leur tête l’activiste Roland Nytou ont diffusé sur les réseaux sociaux les images d’un domaine appartenant au ministre Jean Bruno Richard Itoua,dans la région parisienne.

Amoureux de la discrétion, Bruno Itoua qui s’est toujours fait passer pour un grand croyant se sent attaquer dans sa dignité. Comme tout bon voleur hypocrite, Jean Bruno Richard Itoua réfute toutes les accusations en public, mais en privé tente d’y remédier.

Il a tenté des dernières semaines en vain de retirer des banques du Panama ses avoirs pour les placer à Hong Kong, jugé lieu discret et sûr. Mais les banques du Panama ne sont pas prêtes à laisser autant d’argent sortir de leur coffre fort, bien conscientes des soupçons d’enrichissement pesant sur leur client.

Sacer-infos-com par Stany Franck

Transfert de l’ambassade du Guatemala à Jérusalem: « acte honteux » pour les Palestiniens

décembre 25, 2017

Ramallah (Territoires palestiniens) – Les Palestiniens ont qualifié lundi « d’acte honteux » et hostile la décision du Guatemala de transférer son ambassade à Jérusalem comme les Etats-Unis.

« C’est un acte honteux et illégal qui va totalement à l’encontre des sentiments des dirigeants des églises à Jérusalem » et de la récente résolution –non contraignante– de l’Assemblée générale de l’ONU condamnant la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d’Israël, a affirmé le ministère palestinien des Affaires étrangères dans un communiqué.

« L’Etat de Palestine considère ceci comme un acte flagrant d’hostilité contre les droits inaliénables du peuple palestinien et la loi internationale », a poursuivi le ministère.

« L’Etat de Palestine agira avec des partenaires régionaux et internationaux pour s’opposer à cette décision illégale », a-t-il prévenu jugeant que « le président Morales a entraîné son pays du mauvais côté de l’histoire ».

Les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l’Etat auquel ils aspirent. Israël occupe depuis 1967 cette partie de la ville sainte et l’a également annexée, une annexion que la communauté internationale n’a jamais reconnue.

La décision unilatérale prise le 6 décembre par le président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël a provoqué des manifestations quasi-quotidiennes dans les Territoires palestiniens.

Douze Palestiniens ont été tués dans les violences ayant éclaté après l’annonce de Donald Trump.

Romandie.com avec(©AFP / 25 décembre 2017 15h42)                                            

PSG s’offre de payer la clause de départ de Neymar de 222 M€ à Barcelone

août 2, 2017

Le Paris SG devrait officaliser l'arrivée de Neymar dans les prochaines heures.

Le Paris SG devrait officaliser l’arrivée de Neymar dans les prochaines heures. Crédits photo : BorjaB.Hojas/ALTERPHOTOS / PANORAMIC

Le club parisien a réfléchi à plusieurs montages financiers extrêmement complexes pour payer la clause de départ de 222 M€ de Neymar à Barcelone.

Mercredi matin, Neymar était bien présent au centre d’entraînement du FC Barcelone. Mais l’attaquant brésilien n’est pas venu pour jouer mais pour dire au-revoir à ses coéquipiers. Après 42 minutes précisément passées à la Ciutat Esportiva, le joueur a plié les gaules. Sa prochaine destination, Paris où il devrait s’engager contre une somme record de 222 M€. Une enveloppe qui effacera des tablettes la transaction jusqu’alors de référence de Paul Pogba l’été dernier à Manchester United pour 105 M€.

Les avocats fiscalistes du PSG ont retourné dans tous les sens le problème du paiement de la clause de départ du Sud-Américain car le club parisien ne peut pas inonder le marché des transferts sans limite. L’UEFA et le fair-play financier veillent au respect d’une règle d’or avec un principe simple: on ne peut dépenser plus d’argent qu’on en gagne.

Un premier montage très cher évalué entre 350 et 400 M€

Si le Paris SG décidait de financer l’opération de sa poche, il devra rajouter aux 222 M€ de la clause de départ l’équivalent de 40% de cette somme au fisc espagnol (soit 88 millions), une prime à la signature et le paiement de commissions aux intermédiaires «C’est une opération qui couterait entre 350 et 400 M€», analyse Thierry Granturco, avocat spécialisé dans le droit du sport. Ce montage, s’il n’est pas validé, exposerait le club parisien à une sanction de l’UEFA pouvant aller jusqu’à l’exclusion des coupes européennes.

Le Paris SG a aussi planché sur une opération très subtile pour s’affranchir des contraintes du fair-play et de certaines taxes. Le journal catalan Sport a même qualifié ce montage «d’œuvre d’art». Le Qatar, propriétaire du PSG, a eu l’idée de proposer à Neymar un contrat via un fonds d’investissement qatari. Un procédé qui change tout ou presque. «Neymar bénéficierait d’un contrat de prestation de service avec le Qatar pour vendre son droit à l’image. On s’oriente vers un montage atypique mais juridiquement pas si exotique que cela», explique l’avocat.

En passant par une tierce partie, le PSG économisera beaucoup d’argent

Crédits photo : Dennis Schneidler/Icon Sportswire/ICON SMI / PANORAMIC

Concrètement, le Brésilien deviendrait un ambassadeur de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar contre une somme colossale de plusieurs centaines de millions d’euros. Avec cet argent, l’attaquant paiera lui-même sa clause libératoire de 222 M€ en évitant les charges dues au fisc espagnol évoquées un peu plus haut, empochera au passage l’équivalent d’une prime de signature et rétribuera des intermédiaires après s’être engagé avec le Paris SG en tant que joueur libre. «Dans une opération où le Paris SG aurait avancé la somme à Neymar pour qu’il paie sa clause lui-même, le club aurait eu à payer des charges sur ce que le fisc français aurait pu considérer comme une avance sur salaire. Nous ne sommes plus du tout sur le territoire français. Ce montage avec une tierce partie échappera donc à toute imposition sociale et fiscale française», précise Thierry Granturco.

Le FC Barcelone furieux

Une opération diabolique qui a provoqué la colère du FC Barcelone depuis quelques jours. Dans leur communiqué, les Catalans n’ont d’ailleurs pas mentionné une seule fois le club français mercredi en annonçant qu’ils prenaient acte de la décision de Neymar de quitter le club en s’acquittant de sa clause de départ. Ils ont déjà fait savoir qu’ils allaient jouer de tout leur poids auprès du fair-play financier pour dénoncer cette dépense pharaonique qu’ils estiment déguisée. Car au final, le Paris SG recruterait Neymar sans avoir eu à dépenser un seul euro de sa poche et sans être entré non plus en négociations avec le Barça! Le joueur a tout géré, seul. Les vice-champions de France n’auraient plus qu’à assurer le salaire du joueur, estimé à 30 millions d’euros net par an. Une broutille dans un océan de liquidités.

 

Lefigaro.fr par

Football Leaks: la Fifa enquête sur le transfert de Pogba à Manchester

mai 9, 2017

La Fifa a ouvert une enquête sur le transfert de Paul Pogba de la Juventus Turin à Manchester United, selon Mediapart. Une transaction sur laquelle Mino Raiola, l’agent du joueur, aurait touché 49 millions d’euros.

La Fifa a «demandé des renseignements à Manchester United» sur le transfert de l’international français Paul Pogba vers le club anglais, a indiqué mardi à l’AFP une source proche de la Fifa. Ces renseignements sur le transfert le plus cher de l’histoire, supérieur à 100 millions d’euros, de Pogba entre la Juventus Turin et Manchester United, ont été demandés au club anglais «il y a plusieurs semaines», a ajouté cette source, confirmant une information donnée mardi par le site français Mediapart. Il n’a pas été précisé par cette source à quels aspects du transfert la Fifa s’intéresse.

Mais selon Mediapart, des documents Football Leaks révèlent que l’agent de l’international français, Mino Raiola, «a perçu 49 millions d’euros sur ce seul transfert, grâce à un conflit d’intérêts hors norme : il était à la fois l’agent de la Juventus, de Manchester et du joueur». Au total, toujours selon Mediapart, Pogba a coûté «en réalité 127 millions d’euros à Manchester United dont 49 millions ont atterri dans les poches de Raiola, et seulement 78 millions dans les caisses de la Juve». Selon le site d’investigation, Raiola «ne semble pas avoir déclaré à Manchester qu’il travaillait aussi pour la Juventus», ce qui est interdit par la réglementation anglaise.

Véritable star du football mondial, Pogba à 24 ans, fait déjà figure de cadre de l’équipe de France.Passé par le Havre avant de partir une première fois à Manchester United, le milieu de terrain a éclaté à la Juventus où il a remporté quatre fois le titre de champion d’Italie avant d’être transféré en août dernier à «Man U» pour 105 M EUR plus un bonus de 5 M EUR, devenant l’un des joueurs les plus chers de l’histoire.

Lefigaro.fr

Les Etats-Unis ont transféré six détenus de Guantanamo vers Oman

juin 13, 2015

Washington – Les Etats-Unis ont annoncé samedi qu’ils avaient transféré six prisonniers de la base de Guantanamo vers le sultanat d’Oman, dans le cadre des efforts du président Barack Obama pour fermer cette prison militaire située à Cuba.

Les Etats-Unis sont reconnaissants envers le gouvernement d’Oman pour son geste humanitaire et pour sa disposition à soutenir les efforts américains en vue de fermer l’unité de détention de la base de Guantanamo, a déclaré le département d’Etat dans un communiqué.

Les six prisonniers — qui sont tous Yéménites selon les médias américains — sont Idris Ahmad Abd Al Qadir Idris, Sharaf Ahmad Muhammad Masud, Jalal Salam Awad Awad, Saad Nasser Moqbil Al Azani, Emad Abdallah Hassan and Muhammad Ali Salem Al Zarnuki.

Le ministère des Affaires étrangères du sultanat d’Oman a indiqué dans un communiqué publié par l’agence de presse ONA que les Yéménites étaient arrivés samedi pour un séjour temporaire.

Désormais, les prisonniers de la base navale de Guantanamo sont au nombre de 116.

L’annonce faite samedi constitue la deuxième de ce type cette année: en janvier, le Pentagone avait annoncé que quatre prisonniers avaient été transférés à Oman et un autre en Estonie. Au total en 2014, 28 prisonniers avaient quitté Guantanamo et avaient été transférés.

La majorité républicaine au Congrès a voté des dispositions qui empêchent le président Barack Obama de fermer Guantanamo comme il en avait fait le voeu dès 2009.

Elles interdisent en particulier tout transfert de détenus sur le sol américain, même pour y être jugés, forçant l’administration Obama à trouver des pays d’accueil pour les détenus libérables et à garder à Guantanamo ceux qui doivent être jugés.

Romandie.com avec(©AFP / 13 juin 2015 10h22)

Depuis Washington/Alain Toussaint révèle: « Laurent Gbagbo sera transféré à la CPI le 15 novembre 2011 »

octobre 15, 2011

Le conseiller de l’ancien homme fort d’Abidjan, s’appuyant sur des sources diplomatiques convergentes, a dévoilé, depuis Washington, aux Etats-Unis, où il est actuellement, qu’ « il semblerait que Laurent Gbagbo soit sur le point d’être transféré à la Cour pénale internationale (CPI), et ceci aux alentours du 15 novembre 2011 ». Une sortie qui ne laisse pas les observateurs avisés indifférents. Car, elle survient au moment où Luis Moreno-Ocampo, procureur de la Cour pénale internationale est depuis hier vendredi 14 octobre 2011, sur les bords de la lagune Ebrié pour enquêter sur les tuéries survenues lors de la crise postélectorale. Pourquoi, c’est en ce moment que Toussaint Alain fait-il une telle déclaration ?

Le conseiller de l’ancien Chef de l’Etat est-il dans le secret de la justice internationale ou prêche-t-il du faux pour avoir le vrai ? Dans tous les cas, cette révélation de Toussaint Alain n’est pas fortuite.

L’Intelligent d’Abidjan par R.D

Côte d’Ivoire: Le transfert de Laurent Gbagbo facilitera la réconciliation nationale(ministre)

septembre 30, 2011

PARIS, Le transfèrement de l`ancien président Laurent Gbagbo devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye « faciliterait le
processus de réconciliation » en Côte d`Ivoire, a jugé vendredi le ministre ivoirien des droits de l`Homme, Gnénéma Coulibaly.

Le nouveau président ivoirien, Alassane Ouattara, a demandé à la CPI d`ouvrir une enquête visant notamment M. Gbagbo, accusé de crimes contre l`humanité et de crimes de guerre pour avoir refusé d`accepter sa défaite à la présidentielle de 2010, déclenchant une sanglante crise post-électorale qui a fait au moins 3.000 morts selon les nouvelles autorités du pays.

« J`ai expliqué au président de la CPI l`importance pour la réconciliation nationale de cette procédure. Si l`ex-président n`était plus sous notre responsabilité, sur le territoire de la République, cela faciliterait le processus de réconciliation et contribuerait à dépassionner la suite du débat, notamment les élections législatives » prévues le 11 décembre, a déclaré à la presse à Paris M. Coulibaly, après avoir rencontré les responsables de la CPI aux Pays-Bas.

« La présence de Laurent Gbagbo (en Côte d`Ivoire) freine le développement du processus de réconciliation », a-t-il souligné. Selon le ministre, les responsables de la CPI « se sont montrés sensibles à nos arguments ».

La CPI pourrait aussi décider de poursuivre d`autres personnalités ivoiriennes pour leur responsabilité dans les violences post-électorales, y compris dans le camp Ouattara.

« Nous exécuterons tout mandat d`arrêt de la CPI, quels que soient les noms qu`ils nous soumettront », a assuré Gnénéma Coulibaly, qui est aussi revenu sur la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR) intronisée mercredi en Côte d`Ivoire.

La période qu`elle examinera remontera selon lui jusqu`à l`indépendance : « Si le mandat de la Commission ne portait que sur la période postérieure à 2000, on ne connaîtrait pas les fondements de la division nationale », a-t-il dit.

« Si à cette occasion on découvre des faits non prescrits, ils seront présentés à une juridiction nationale. La réconciliation nationale n`exclut pas la justice, elle se fonde sur la justice », a assuré le ministre.

« Il serait souhaitable de déboucher sur cette forme de pardon légal qu`est l`amnistie. Mais l`amnistie suppose l`existence d`une infraction dont elle efface les conséquences. Chacun doit avoir la possibilité de revêtir son manteau de coupable », a-t-il estimé.

AFP