Posts Tagged ‘Treichville’

Côte d’Ivoire : l’opposition appelle à une « marche de la colère »

juin 16, 2017

Des partisans de Pascal Affi N’Guessan, le 23 octobre 2015 à Arrah. © Nicolas Garriga/AP/SIPA

Alors que la grogne sociale est forte depuis le début de l’année en Côte d’Ivoire, le président d’une des franges du Front populaire ivoirien (FPI) a appelé « tous les mécontents » à défiler ce samedi dans les rues d’Abidjan. Un rendez-vous qui ressemble à un test pour Pascal Affi N’Guessan, contesté par une partie des pro-Gbagbo.

C’est un véritable test pour l’opposition ivoirienne. Ce samedi 17 juin, le président du FPI, Pascal Affi N’Guessan, contesté par une partie des membres de son parti, espère rassembler le plus largement possible. « Nous appelons les commerçants, les transporteurs, les planteurs de cacao, qui ont été durement touchés ces derniers mois à marcher avec nous », déclare-t-il au téléphone à Jeune Afrique.

« Nous voulons démontrer que les Ivoiriens sont nombreux à avoir été meurtris par la situation depuis le début de l’année, par les mutineries qui ont mis à mal l’autorité de l’État », poursuit-il. Principaux responsables selon le chef du parti fondé par Laurent Gbagbo : le Président et le gouvernement, qu’il juge défaillants. Ses partisans sont invités à se retrouver dès l’aube à Treichville, une des communes de la capitale économique.

Un climat social dégradé

Pascal Affi N’Guessan entend ainsi tirer profit du climat social. Depuis le début de l’année, la grogne se fait en effet entendre dans le pays. D’une part, les anciens rebelles des Forces Nouvelles intégrés dans l’armée à la fin de la crise post-électorale de 2011 se sont mutinés à deux reprises, contraignant le gouvernement à verser à 8 400 d’entre eux 12 millions de F CFA. D’autre part, après plusieurs semaines de grève, les fonctionnaires sont toujours en négociations pour obtenir le versement de stocks d’arriérés de paiement. Enfin, les planteurs ont subi de plein fouet la forte baisse du prix du cacao – il a chuté de plus de 40% depuis juillet 2016.

« Bien sûr, cette marche est aussi un moyen d’essayer de remobiliser », reconnaît Pascal Affi N’Guessan. « Depuis le début de la crise, les Ivoiriens se sont repliés sur eux-mêmes et beaucoup refusent de participer à la vie politique », estime-t-il.

Une opposition divisée et affaiblie

Depuis l’arrestation de Laurent Gbagbo en 2011 et son transfert à La Haye où il est en ce moment jugé par la Cour pénale internationale, le président du Front populaire ivoirien peine à rassembler les partisans de l’ancien chef d’État. Contesté par de nombreux cadres de son partie entrés en dissidence, il n’est parvenu qu’à remporter trois sièges de députés lors des législatives de décembre 2016.

« Cette marche ne nous concerne pas. C’est de la rigolade. Pascal Affi N’Guessan n’est de toute façon pas qualifié à nous appeler à manifester, car il n’est pas une voix crédible », réagit ainsi au téléphone Boubacar Koné, le porte-parole de l’aile « frondeuse » du FPI. L’ampleur du rassemblement de samedi sera donc particulièrement scrutée.

Jeunefrique.com par

Côte d’Ivoire/Chu de Treichville : Un vaste réseau de trafic de sang découvert, Un vigile et des médecins arrêtés.

août 12, 2016

 

Chu de Treichville : Un vaste réseau de trafic de sang découvert, Un vigile et des médecins arrêtés.

 

Un scandale secoue actuellement, à Abidjan, en Côte d’Ivoire, le centre hospitalier universitaire (Chu) de Treichville et le centre national de transfusion sanguine (Cnts). C’est qu’un trafic de poches et de produits sanguins longtemps dissimilés, vient d’être découvert.Un vigile et des médecins arrêtés.

De sources sécuritaires, tout serait parti d’un employé du chu, cerveau de l’opération, Tah Lucien, vigile de son état (le nom a été changé pour les besoins de l’enquête).

Cette énième opération qui a permis de mettre le grappin sur le vigile, remonte à fin juillet 2016. Elle est donc bien ficelée par le vigile qui surveille pratiquement les parents de patients ayant besoin de sang ou de produits sanguins. Il leur propose de leur trouver ce dont ils ont besoin. D’ailleurs, il sort l’argument selon lequel, les parents ne doivent plus se rendre au Cnts pour l’acquisition de sang, et que seule une ambulance en a le droit. Toute cette péripétie et son coût qu’il évoque, finissent par convaincre les parents en détresse qui tombent dans le piège du vigile. Dès lors, il actionne ses complices médecins ou agents de santé. Ils réussissent à détourner plusieurs poches de sang, qu’ils mettent à la disposition de leurs « clients ».

Ce trafic qui dure depuis quelques mois, est découvert par le nouveau responsable des vigiles, qui exerce également à la Direction générale. Il mène ses enquêtes, et tombe nez à nez avec le vigile en question, qui ne dément pas le trafic illicite. D’ailleurs, il propose vingt mille (20.000) Francs Cfa à « son chef hiérarchique », afin qu’il ferme les yeux sur ledit trafic. La raison qu’il avance, ce sont des arriérés de salaire de plusieurs mois, et que c’est la seule alternative pour lui, de subvenir au besoin de sa famille. Son chef reste inflexible, et le dénonce.

Les forces de l’ordre sont alertées. Il est arrêté. Très prolixe, il cite ses complices que sont des médecins qui sont, à leur tour, interpellés par les forces de l’ordre. La dernière poche détournée en sa possession au Chu de Treichville, est censée servir un patient à l’hôpital général de Koumassi, qui a attendu en vain, croyant avoir affaire à une rupture de stock.

Jusqu’au vendredi 5 août 2016, le vigile était encore entre les mains des éléments de la Police, qui tentent de remonter toute la « filière » qui semble impliquer de grands bonnets.


 linfodrome.com

Côte d’Ivoire: Abidjan rend hommage à Papa Wemba

avril 27, 2016

 

 

Le cercueil blanc de Papa Wemba, roi de la rumba congolaise décédé sur scène à Abidjan, est apparu aujourd’hui sous des applaudissements et une mélodie de l’artiste lors d’une cérémonie d’hommage dans la capitale ivoirienne, avant le rapatriement demain de la dépouille à Kinshasa. La veuve du chanteur, Marie Rose dit maman Amazone, inconsolable, était soutenue par ses proches et de nombreux anonymes surtout des Congolais vivant à Abidjan qui ont pris d’assaut la salle de l' »Ivosep (Pompes funèbres) de Treichville, un quartier populaire d’Abidjan. Le premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, a assisté à la cérémonie, entouré de nombreux membres de son gouvernement.

L’ancien président ivoirien (1993-1999) Henri Konan Bédié, « parrain » du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua) était également présent, aux côtés de Salif Traoré, dit A’Salfo, leader de Magic System et organisateur du festival. « Un artiste ne meurt pas. Un artiste meurt pour être encore plus grand. Papa Wemba mort, est désormais plus grand que vivant », a déclaré le ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman.  Papa Wemba est décédé à 66 ans dans la nuit de samedi à dimanche après un malaise sur scène à Abidjan, où il participait au festival à Anoumabo, quartier populaire d’Abidjan qui a vu naître Magic System, groupe star de la musique ivoirienne.

La cérémonie devait se poursuivre jusque tard dans la soirée avec un concert d’hommages à Treichville. Les hommages se sont multipliés pour saluer un des chanteurs africains les plus populaires d’Afrique et le prince de la SAPE (Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes), mouvement dont il a été l’un des initiateurs au Zaïre dans les années 70 et qui se caractérise par les plus grandes audaces vestimentaires.

 

Par Lefigaro.fr avec AFP

Côte d’Ivoire/Lancement du MASA 2016: Manu Dibango, Bassékou Kouyaté et Josey «enflamment» le palais de la culture

janvier 24, 2016

     

Le concert dénommé « retour en Côte d’Ivoire » en prélude à la 9è édition du Marché des arts et du spectacle africain (MASA) a tenu dans la nuit de samedià dimanche, toutes ses promesses avec sur cette scène trois générations d’artistes Manu Dibango, la tête d’affiche, Bassékou Kouyaté et Josey qui ont « enflammé » le public qui a effectué le déplacement, a constaté l’Agence de presse africaine (APA) sur place dans la capitale économique.

Très attendu sur cette scène du palais de la culture de Treichville (Sud d’Abidjan), Manu Dibango a durant environ une heure de temps tenu en haleine les nombreux convives qui ont effectué le déplacement pour « ce prélude 1 » du MASA.

Avec son saxophone en main utilisé durant toute la durée de son passage, l’ex-Directeur de l’Orchestre de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (ORTI) a été très ovationné par un public riche et diversifié.

Malgré son âge, 82 ans, la star camerounaise fait Commandeur de l’Ordre national ivoirien, accompagné de son orchestre, a su tenir en haleine son public avec la même ferveur comme par le passé. « Est-ce que tu peux avoir ce souffle du vieux (Manu) ? », lance un spectateur à l’endroit de son voisin étonné par cette prestation.

Auparavant, le malien Bassékou Kouyaté, promoteur du « Ngoni » sorte de guitare à l’africaine avec 4 cordes et l’artiste ivoirienne Josey, la cadette de cette scène ont égaillé le public. « C’est à nous de montrer ce qu’on a ici en Afrique. Personne ne peut le faire à notre place », a exhorté la star malienne qui a, à son actif 180 spectacles à travers le monde en 2015.

Cette affiche Manu-Bassékou-Josey « est une sorte de complémentarité » à en croire le Directeur général du MASA, Pr Yacouba Konaté. « Nous sommes ouvert à la diversité (…).Le MASA, c’est notre affaire, notre fétiche, il est domicilié à Abidjan », a insisté le Directeur général de ce marché culturel dont la 9è édition est prévue du 05 au 12 mars prochain à Abidjan, sous le thème, « réinventer les arts de la scène ».

Apanews.net