Posts Tagged ‘Trump Organization’

États-Unis/Enquête sur la Trump Organization : Donald Trump coupable d’outrage au tribunal

avril 25, 2022
Donald Trump.

L’ancien président des États-Unis Donald Trump. Photo: Reuters/Cheriss May

Un juge de New York a reconnu l’ancien président Donald Trump coupable d’outrage au tribunal pour avoir refusé de se conformer à l’injonction de production de documents émise par la procureure générale de l’État, Letitia James.

Le juge Arthur Engoron, de la Cour suprême de l’État de New York, a imposé à l’homme d’affaires une amende de 10 000 $ par jour jusqu’à ce qu’il satisfasse aux exigences du tribunal.

M. Trump, je sais que vous prenez vos affaires au sérieux, et je prends les miennes au sérieux, a-t-il déclaré.

La procureure générale de l’État de New York avait présenté cette requête à la cour au début du mois, en lien avec son enquête au civil sur de possibles fraudes fiscales de la Trump Organization.

En janvier dernier, elle avait indiqué que l’enquête avait permis de mettre au jour des preuves semblant établir des pratiques « frauduleuses ou trompeuses », mais elle avait signalé son intention de poursuivre l’enquête avant de déterminer si son bureau déposerait des poursuites à l’endroit de Donald Trump ou de son entreprise familiale.

Les avocats de Donald Trump ont déjà indiqué qu’ils interjetteraient appel.

L’enquête au civil menée par la procureure générale Letitia James est distincte de l’enquête pénale du procureur du district de Manhattan, Alvin Bragg, sur la Trump Organization, à laquelle elle participe toutefois.

Radio-Canada par Sophie-Hélène Lebeuf

États-Unis: Trump et son groupe en justice pour publicité trompeuse

octobre 29, 2018

New York – Le président Donald Trump, trois de ses enfants et son entreprise ont été assignés lundi à New York pour avoir promu, contre rémunération, une société de marketing aux promesses trompeuses, selon les particuliers à l’origine de l’action en justice.

Les quatre auteurs de l’assignation, dont les noms n’ont pas été dévoilés, demandent au tribunal fédéral de Manhattan d’autoriser une action de groupe (class-action), qui permettrait à d’autres plaignants de s’y joindre, selon le document consulté par l’AFP.

Ils reprochent aux Trump et à la Trump Organization d’avoir promu la société de marketing direct ACN, faisant miroiter des revenus conséquents qui ne se sont jamais matérialisés.

Dans des messages promotionnels, Donald Trump incitait des particuliers à rejoindre le réseau de vendeurs individuels sur lequel repose la société.

Les quatre personnes qui attaquent aujourd’hui le président et la Trump Organization disent avoir elles-mêmes rejoint ce réseau, engageant des frais conséquents sans parvenir à tirer de cette activité les revenus annoncés.

Se reposant sur des vendeurs qui travaillent depuis leur domicile, ACN est l’intermédiaire de divers services, notamment de téléphonie et connexion internet.

Selon le document de l’assignation, même si Donald Trump avait assuré ne pas promouvoir ACN « pour l’argent », il aurait reçu, sous forme de « versements secrets », « des millions de dollars » pour ses services entre 2005 et 2015.

Pour les quatre demandeurs, les pratiques de Donald Trump, de ses trois enfants et de son groupe, sont « contraires à l’éthique, oppressantes et sans scrupules ».

Contactée par l’AFP, la Trump Organization n’a pas donné suite.

ACN a indiqué de son côté que Donald Trump avait été un ambassadeur de la marque, rémunéré, de 2006 jusqu’à l’annonce de sa candidature à la présidence des Etats-Unis, en 2015.

La société a également défendu son modèle qui, selon elle, fait travailler 18,6 millions de personnes aux Etats-Unis et a permis de réaliser 35 milliards de dollars de ventes annuelles.

L’ancien magnat de l’immobilier a déjà été mis en cause pour son implication, de 2009 à 2011, dans la Trump Network, une société de marketing direct qui vendait divers produits censés améliorer la santé des clients.

Il s’en est écarté en 2011, constatant que l’activité ralentissait.

Par ailleurs, le milliardaire a également été attaqué en justice pour sa gestion de la « Trump University », un programme de formation.

Accusé de marketing mensonger, il a conclu un accord amiable avec les victimes et accepté de verser 25 millions de dollars d’indemnisation.

Romandie.com avec(©AFP / 29 octobre 2018 22h23)                                                        

États-Unis: l’ex-chauffeur de Trump affirme avoir été « exploité » et attaque en justice

juillet 9, 2018

New York – L’ex-chauffeur de Donald Trump a assigné la Trump Organization en justice lundi, accusant le président américain de l’avoir « exploité » en le sous-payant pendant des années.

Dans l’assignation déposée lundi devant la Cour suprême de New York, l’ancien chauffeur du magnat de l’immobilier, Noel Cintron, qui dit travailler pour M. Trump et sa famille depuis plus de 25 ans, affirme n’avoir pas été payé pour « des milliers d’heures supplémentaires ».

« De façon insensible » et « sans le sens le plus élémentaire de noblesse », Donald Trump « a exploité et refusé des salaires substantiels à son chauffeur personnel de longue date », affirme l’assignation.

« L’insensibilité et la cupidité du président Trump sont démontrées aussi par le fait que ce soi-disant milliardaire n’a accordé à son chauffeur personnel aucune augmentation substantielle en plus de 12 ans », ajoute la plainte de onze pages.

M. Cintron, 59 ans, dit avoir travaillé toutes ces années à partir de sept heures du matin, cinq jours par semaine, pour un total de 50 à 55 heures hebdomadaires.

Il a été remplacé lorsque Donald Trump a été élu et placé sous la protection des agents du Secret Service, mais continue à travailler pour la sécurité de la Trump Organization, selon l’assignation.

M. Cintron dit avoir été augmenté une fois en 2006, son salaire annuel passant de 62.700 à 68.000 dollars.

En 2010, il aurait bénéficié d’une « soi-disant » augmentation annuelle de 7.000 dollars, mais cette augmentation ne lui aurait été accordée que pour compenser l’arrêt de sa couverture maladie, qui lui était fournie jusque-là par la Trump Organization moyennant 18.000 dollars par an, selon l’assignation.

« M. Cintron a toujours été généreusement rémunéré et conformément à la loi. Quand les faits seront exposés, nous pensons que la justice nous donnera pleinement raison », a rétorqué de son côté une porte-parole de la Trump Organization, Amanda Miller.

Outre le paiement au tarif légal de quelque 3.300 heures supplémentaires — correspondant à une somme estimée par son avocat à 178.487 dollars –, M. Cintron réclame des dommages et intérêts.

Lorsqu’il dirigeait la Trump Organization, Donald Trump était réputé pour mal payer ses fournisseurs, n’hésitant pas à revenir sur des engagements initiaux ou à allonger au maximum les délais de paiement.

Depuis son investiture, le président américain a cédé les rênes de son entreprise à ses deux fils, Don Junior et Eric, même s’il en a conservé la propriété, ce qui lui vaut des accusations récurrentes de conflits d’intérêts.

Romandie.com avec(©AFP / 09 juillet 2018 19h17)                                                        

États-Unis: Le fils aînée de Donald Trump, Donald Junior, va divorcer

mars 15, 2018

New York – Donald Trump Jr, fils aîné du président des États-Unis, et sa femme Vanessa, qui s’étaient mariés en 2005 et ont cinq enfants, vont divorcer, a confirmé jeudi la Trump Organization.

« Après 12 ans de mariage, nous avons décidé de nous séparer. Nous aurons toujours un énorme respect l’un pour l’autre et pour nos familles. Nous avons ensemble cinq beaux enfants et ils restent notre priorité. Nous vous demandons de respecter notre vie privée pendant cette période », ont indiqué les deux époux, âgé tous les deux de 40 ans, dans un communiqué transmis par une porte-parole de la Trump Organization, la société familiale qui chapeaute l’empire immobilier des Trump.

Les enfants sont âgés de trois à 10 ans.

La porte-parole, Amanda Miller, confirmait ainsi des informations de plusieurs médias américains, qui avaient rapporté que Vanessa Haydon –de son nom de naissance– avait déposé jeudi une demande de séparation « non contestée », procédure simplifiée qui indique généralement l’existence d’un accord amiable.

Le New York Post avait fait état il y a plusieurs semaines de problèmes conjugaux entre cette ex-mannequin et le fils du président, liés aux nombreux déplacements de Donald Jr ainsi qu’à son goût pour Twitter, spécialité familiale.

Donald Jr défend ainsi quasi-quotidiennement son père face aux multiples attaques dont le président fait l’objet sur son réseau social préféré.

Cette séparation intervient alors que la Trump Organization, que co-dirige Donald Jr et son frère Eric depuis l’arrivée de leur père à la Maison Blanche, est de plus en plus visée par l’enquête sur une possible collusion entre l’équipe de campagne de Trump et la Russie. Le procureur spécial Robert Mueller a ainsi réclamé à la Trump Organization tout document relatif à la Russie.

Mi-février, Vanessa Trump s’était par ailleurs retrouvée, malgré elle, dans la rubrique faits divers après avoir ouvert une lettre destinée à son mari et qui contenait une mystérieuse poudre blanche.

La poudre s’était révélée inoffensive, mais Vanessa Trump avait été hospitalisée à titre préventif, ainsi que sa mère qui se trouvait avec elle au moment d’ouvrir l’enveloppe.

Début mars, la police a interpellé, dans le Massachusetts, un jeune homme soupçonné d’être l’auteur de la lettre.

Romandie.com avec(©AFP / 16 mars 2018 01h22)