Posts Tagged ‘Tuerie’

Le Canada lance un examen indépendant sur la pire tuerie de son histoire

juillet 23, 2020

 

Le Canada a annoncé jeudi le lancement d’un examen indépendant de la pire tuerie de son histoire, notamment pour déterminer pourquoi la police a mis plus de 12 heures avant d’abattre l’homme qui a tué 22 personnes en avril dernier. Cet examen sera confié à un comité composé de trois experts indépendants qui devra rendre un premier rapport en février 2021 avec des propositions pour éviter qu’une telle tragédie ne se reproduise, a annoncé le ministre de la Sécurité publique Bill Blair.

Déguisé en policier et circulant à bord d’une fausse voiture de police, Gabriel Wortman, un prothésiste dentaire de 51 ans, avait semé la mort les 18 et 19 avril dernier dans une région tranquille de Nouvelle-Ecosse (est) après une violente dispute avec sa conjointe. Il avait été abattu le dimanche 19 par la police à l’issue d’une chasse à l’homme de plus de 12 heures, sur environ 150 km, au cours de laquelle il a tué par balle 22 personnes, dont une policière, entre le samedi soir et le dimanche en milieu de journée. La police fédérale avait été critiquée pour avoir utilisé Twitter afin de prévenir la population de cette zone rurale qu’un homme armé écumait les environs.

«Je suis persuadé que cet examen nous donnera une bien meilleure compréhension des événements survenus lors de cette journée tragique, des circonstances qui y ont mené, de toutes les réponses qui ont été apportées», a assuré Bill Blair lors d’un point presse. Le rapport qui suivra devrait «nous fournir des recommandations concrètes pour que nous puissions éviter de telles tragédies à l’avenir», a-t-il ajouté. Le comité se penchera notamment sur la façon dont l’intervention policière a été menée, et la décision de ne pas utiliser le système d’alerte publique pour mettre en garde la population. Il étudiera également le contexte de la tuerie, «y compris le rôle de la violence fondée sur le sexe et de la violence conjugale», selon le gouvernement.

Les experts examineront par ailleurs l’accès aux armes à feu du tireur, fasciné selon son entourage par les armes et la police en général. Le tueur, dont les motivations restent à ce jour un mystère, possédait plusieurs armes à feu, une réplique d’une voiture de police ainsi qu’un uniforme qu’il avait utilisés lors de son équipée meurtrière. Le rapport final doit être rendu en août 2021.

Par Le Figaro avec AFP

États-Unis: face aux larmes des rescapés de Floride, Trump promet des mesures fortes

février 21, 2018

Donald Trump reçoit des rescapés de la tuerie de Parkland à la Maison Blanche le 21 février 2018 / © AFP / MANDEL NGAN

Des voix brisées, des larmes, de la colère aussi: face aux témoignages des rescapés de la fusillade de Floride, Donald Trump a promis mercredi des mesures « fortes », évoquant la possibilité, extrêmement controversée, d’autoriser le port d’armes pour certains enseignants.

Une semaine après le carnage perpétré dans un lycée de Parkland, où 17 personnes ont perdu la vie, le président américain s’est posé en homme à l’écoute de toutes les suggestions. Mais celui qui a promis aux membres de la National Rifle Association (NRA), puissant lobby des armes, qu’ils avaient « un vrai ami à la Maison Blanche » joue une partition délicate.

Tour à tour, des étudiants de différentes écoles endeuillées par les armes et des parents de victimes, assis en cercle autour de lui dans un vaste salon de la Maison Blanche, ont dit leur douleur, raconté leur détresse. Mais aussi avancé des propositions, très variées. La plus polémique d’entre toutes? Armer une partie du corps enseignant.

Les professeurs concernés porteraient leur arme de façon dissimulée et suivraient une formation spéciale préalable, a précisé le président, sans annoncer de décision tranchée mais indiquant que cette piste méritait véritablement d’être étudiée.

« Evidemment, cela s’appliquerait uniquement aux enseignants sachant manier une arme », a-t-il concédé, en suggérant d’armer 20% des effectifs des équipes pédagogiques.

« Beaucoup de gens ne vont pas aimer », a-t-il reconnu, après avoir organisé un rapide vote à mains levées. Environ une moitié des personnes présentes étaient pour, l’autre contre.

– ‘Combien d’enfants doivent tomber?’ –

Le locataire de la Maison Blanche a critiqué le concept de lieux sanctuaires où aucune arme n’est tolérée, en estimant que de tels sites jouaient un rôle d’aimant pour les « maniaques », qu’il a assimilés à des « lâches » qui privilégieraient les cibles où ils risquent de ne pas se faire tirer dessus en réponse.

M. Trump a par ailleurs promis de prendre des mesures « fortes » sur les vérifications des antécédents judiciaires et psychiatriques des acheteurs d’armes.

Le président septuagénaire a aussi promis, sans autres précisions, la « fermeté » sur l’âge légal pour acheter une arme à feu.

De nombreuses personnes ont relevé que Nikolas Cruz, le tueur de Floride, avait pu acquérir à 18 ans un fusil semi-automatique, alors qu’il faut avoir au moins 21 ans pour acheter de l’alcool ou des cigarettes.

« S’il vous plait M. Trump, il faut du bon sens », avait plaidé peu avant le père d’une victime, appelant à imposer sans tarder cette limite des 21 ans.

Le long témoignage d’Andrew Pollack, dont la fille de 18 ans, Meadow, a été tuée au lycée Marjory Stoneman Douglas il y a une semaine, a plongé la salle dans un silence total.

« Je ne reverrai jamais ma magnifique fille », a-t-il lancé, les mâchoires serrées de douleur, entourés de ses fils retenant leurs larmes. « Elle n’est pas là. Elle est à North Lauderdale, au cimetière King David, c’est là qu’aujourd’hui je vais pour voir mon enfant ».

« Combien d’écoles? Combien d’enfants doivent-ils tomber sous les balles? », a-t-il tonné, élevant la voix. « En tant que pays, nous avons échoué à protéger nos enfants. Cela ne devrait pas se produire. Je suis très en colère ».

Quelques heures plus tôt, beaucoup plus au sud, des jeunes de Parkland avaient investi mercredi la petite capitale de la Floride, Tallahassee, pour tenter d’arracher un durcissement de la législation sur les armes aux élus de Floride au son de « Plus jamais ça », mot d’ordre répercuté sur les réseaux sociaux.

« Que ces vies puissent être volées sans changement serait un acte de trahison à l’égard de notre grand pays », a déclaré Lorenzo Prado, un des nombreux orateurs à lancer des appels poignants au micro.

– ‘Cela ne va pas faiblir’ –

Sweat-shirt de son école et cheveux joliment tressés, Rachel Catania assurait sur CNN que le mouvement était solide. « Cela ne va pas faiblir, pas cette fois. Il va y avoir un changement », a-t-elle dit.

M. Trump a demandé mardi à son administration de prendre des mesures pour interdire la vente de dispositifs permettant de transformer des fusils semi-automatiques en mitraillettes. Ces « bump stocks » sont des systèmes amovibles fixés à la crosse d’un fusil et qui avaient été utilisés par le tueur de Las Vegas. Cinquante-huit personnes ont péri le 1er octobre 2017.

Ces évolutions potentielles de la règlementation sont très modestes à l’échelle d’un pays où environ 300 millions d’armes à feu sont disséminées dans la population. Mais elles témoignent d’une inflexion pour un président qui a juré fidélité à la NRA.

La fusillade de Parkland est la pire dans un établissement scolaire aux Etats-Unis depuis la tuerie de Sandy Hook, qui a fait 26 morts fin 2012.

Les lycéens de Stoneman Douglas, qui prévoient un grand rassemblement le 24 mars à Washington, devaient participer mercredi soir à un débat organisé par CNN. Ils doivent notamment y retrouver une représentante de la NRA, la très médiatique militante Dana Loesch.

Ce groupe de jeunes gens, qui vient d’acquérir une soudaine notoriété, est aussi confronté à des théories conspirationnistes, notamment sur les réseaux sociaux. Le collaborateur d’un élu de Floride a dû quitter son emploi après avoir qualifié certains d’entre eux de comédiens.

Romandie.com avec(©AFP / 22 février 2018 01h22)                

Congo: Entre humour et balle assassine à l’État-major

juillet 6, 2017

 

Ya Maurel le maire de Makélékélé a encore frappé.
Journaliste: Mr le maire, toutes mes félicitations! Quelles sont vos impressions suite à l’inauguration de cette nouvelle morgue de Makélékélé?
Maurel: « J’en suis très content, car nous venons d’améliorer les conditions de vie des morts. »


Journaliste : Vous avez amélioré les conditions de vie des morts ?


Maurel : oui , maintenant les morts vivent très bien dans cette nouvelle morgue.

Tuerie à l’état major de Brazzaville

Un Sergent a tué par balle son collègue ce matin à l’État-Major après une dispute au sujet des élections au Congo-Brazzaville.

Le milicien à la gâchette facile s’est insurgé parce que tara 8 et son PCT ne font que voler la victoire des autres à chaque élection et n’a pas jugé opportun d’aller voter parce que selon lui, les dés sont pipés d’avance. « J’irais chercher mes 2000frs, mes tee-shirts et je resterais chez moi le jour « J » a t-il dit à son infortuné.

« L’ex vivant » s’est insurgé à son tour contre le boudeur qu’il a qualifié de traître et d’être contre le pouvoir. S’en est suivie une prise de becs… Ce qui a finalement poussé « le kilikili a kweyi » de dénoncer à la hiérarchie le comportement néfaste de l’homme à la gâchette facile.

N’appréciant pas l’esprit fayo de son collègue, Lucky Luke (le Sergent) l’a fait remarquer à « kilikili a kweyi » que lui aussi n’a pas apprécié les remarques de l’autre et a sorti son PEA, oubliant qu’il avait affaire à Lucky Luke.

PAM !!!!! PAM !!!!! Le kilikili a kweyi est tombé et est devenu défunt.

Dans sa fuite Lucky Luke a été pourchassé et fusillé par « Tex Willer » (désolé pour nos jeunes lecteurs qui ne connaissent pas la bande dessinée de Tex Willer) et agoniserait actuellement à l’hôpital militaire.

 

Voici ci-dessous, le caporal-chef Ohouassi espoir Peya alias Mapezo, abattu ce matin à l’état-major par son collègue suite à un débat mal parti sur les élections frauduleuses de Dénis Sassou Nguesso.

Le caporal PEYA défendait le régime sanguinaire.

Photo de BrazzaNews.
Avec Brazzanews.fr

Etats-Unis: un homme tue cinq personnes avant de se suicider à Orlando

juin 5, 2017

Une représentante des forces de l’ordre sur les lieux où un homme a tué cinq personnes avant de se suicider, le 5 juin 2017 à Orlando en Floride / © AFP / Gregg Newton

Un ancien employé, récemment licencié d’une entreprise d’Orlando, est revenu dans les locaux de la société où il travaillait et a tué cinq personnes avant de retourner son arme contre lui, a expliqué Jerry Demmings, shérif du comté d’Orange, en Floride (sud-est).

« L’individu était un ancien employé de cette entreprise renvoyé courant avril », a déclaré M. Demmings lors d’une conférence de presse, soulignant qu’il n’y avait a priori aucun lien avec le terrorisme.

« Pour le moment ça ressemble vraisemblablement à un épisode de violence au travail », a-t-il poursuivi. « C’était un ancien employé mécontent qui est revenu dans l’entreprise ce matin ».

Le tireur, âgé de 45 ans, a abattu quatre hommes et une femme avant de se suicider peu après 08H00 (14H00 GMT).

Le shérif a précisé que l’entreprise en question fabriquait des accessoires pour camping-cars. En juin 2014 les autorités y avaient été appelées car l’homme qui a perpétré la fusillade lundi matin avait à l’époque frappé un autre employé. Toutefois, aucune charge n’avait été retenue à son encontre.

Le tireur n’avait à son casier judiciaire que des petites condamnations, pour possession de marijuana ou des délits de violence.

« Pour le moment nous n’avons aucune indication que le sujet était membre d’une quelconque organisation subversive. Nous n’avons aucune indication que le sujet participait à une quelconque organisation terroriste », a encore insisté le shérif Demmings.

En juin 2016, Orlando avait été la cible d’une attaque dans une boîte de nuit homosexuelle qui avait fait 49 morts et des dizaines de blessés. Citoyen américain d’origine afghane, l’auteur du massacre avait prêté allégeance à l’organisation jihadiste Etat islamique (EI) pendant la fusillade.

Romandie.com avec(©AFP / 05 juin 2017 17h44)                

Etats-Unis : neuf morts et plusieurs blessés dans une tuerie près d’un restaurant au Texas

mai 17, 2015

Washington – Neuf personnes ont été tuées et plusieurs ont été blessées dans des échanges de tirs entre des bandes rivales de motocyclistes à Waco au Texas, selon les médias locaux.

Des échauffourée ont éclaté sur le parking d’un restaurant entre trois bandes rivales dont des membres ont fait usage de battes de baseball et de couteaux avant de sortir leurs armes à feu, a expliqué le sergent Patrick Swanton à la chaîne de télévision KWTX, filiale de CBS.

Les bagarres ont apparemment commencé à l’intérieur du restaurant et la police était sur place lorsque les membres des bandes sont sortis sur le parking du centre commercial Central Texas Market, où la tuerie a eu lieu.

Selon KWTX, plusieurs policiers ont été la cible de tirs. Toutefois la police de Waco a indiqué sur son compte Facebook qu’aucun membre des forces de l’ordre n’avait été blessé.

La zone où a eu lieu la tuerie a été bouclée par la police qui a demandé aux riverains de ne pas se rendre sur les lieux. Plusieurs personnes armées ont été arrêtées, a ajouté la même source.

S’il vous plaît évitez le centre commercial du Central Texas Market car la zone n’est pas sûre. La police continue d’arrêter des individus qui viennent sur place avec des armes, a précisé la police de Waco sur Facebook.

Waco, une ville du sud du Texas, compte 129.000 habitants. Elle a été le théâtre en 1993 d’un siège de 50 jours après des échanges de tirs entre des membres d’une secte et le FBI qui s’est soldé par un incendie dans lequel 74 personnes ont trouvé la mort.

Romandie.com avec(©AFP / 18 mai 2015 00h00)