Posts Tagged ‘Tunnel’

Explosion de Manhattan: « une tentative d’attentat terroriste » (maire de New York)

décembre 11, 2017

Des policiers et des services de secours arrivent sur le lieu d’une explosion à New-York, le 11 décembre 2017 / © AFP / Bryan R. Smith

Un homme a déclenché une bombe artisanale dans un tunnel de correspondance près de Times Square lundi matin, faisant trois blessés, nouvel attentat à New York après une attaque au camion-bélier fin octobre.

« C’est une tentative d’attentat terroriste », a déclaré à la presse le maire de New York, Bill de Blasio.

L’explosion est survenue à l’heure de pointe, à 07H20 (12H20 GMT), dans un tunnel reliant les grands noeuds de transport que sont Times Square et la gare routière de Port Authority, près de la 42e rue et de la 8e Avenue.

L’explosion a été déclenchée par un homme de 27 ans, identifié comme Akayed Ullah, du quartier de Brooklyn, qui portait attaché au corps avec des bandes Velcro « un engin explosif rudimentaire », qui aurait explosé prématurément, a précisé le chef de la police, James O’Neill.

Le suspect a été arrêté, avec des « blessures et des brûlures au corps », et a été hospitalisé, a ajouté M. O’Neill.

Trois personnes qui se trouvaient à proximité immédiate ont également été blessées, même si « aucune n’est en danger de mort », selon les pompiers new-yorkais.

Plusieurs médias new-yorkais ont indiqué qu’il était originaire du Bangladesh, d’où il serait arrivé il y a sept ans.

L’incident a été enregistré par les caméras de surveillance du tunnel, a indiqué M. O’Neill.

Une vidéo circulait sur les réseaux sociaux et sur le site du New York Post, qui montre un homme avec capuche marchant dans le tunnel, avec beaucoup de monde devant et derrière lui, jusqu’à ce qu’apparaisse de la fumée, apparemment au moment de l’explosion.

Une photo qui montrerait le suspect à terre, plié en deux avec du sang à l’estomac, circulait également sur Twitter.

– Cible terroriste privilégiée –

La gare routière a été rapidement évacuée, sans panique, selon un photographe de l’AFP. Le quartier a été bouclé, et plusieurs lignes de métro qui passent par ce secteur à l’ouest de Manhattan ont été immédiatement arrêtées ou ne marquaient plus l’arrêt.

Une grande partie du trafic avait été rétabli peu avant 10h00 (15H00 GMT), a souligné le patron du métro new-yorkais Joe Lhota, qui a indiqué que la police et les autorités du métro s’étaient précisément entraînés pour un incident de ce genre début novembre.

L’ancien chef de la police de New York, Bill Bratton, a indiqué à la chaîne MSNBC avoir été informé que le suspect avait agi au nom du groupe Etat islamique (EI). Mais cette information n’a pas été immédiatement confirmée par les autorités.

Le président Donald Trump a été immédiatement informé, a indiqué la Maison Blanche.

L’incident intervient à l’approche des fêtes de fin d’année, qui attirent des centaines de milliers de touristes dans la ville la plus peuplée des Etats-Unis. Times Square est un point particulièrement sensible, où près d’une million de personnes se retrouvent chaque année pour marquer la passage à la nouvelle année.

New York est considérée comme une cible privilégiée des mouvements terroristes et fait l’objet d’une surveillance particulièrement étroite, avec des milliers de policiers en uniforme et en civil déployés en permanence dans de nombreux lieux touristiques.

L’attentat de lundi intervient moins de six semaines après un attentat mortel à la pointe de Manhattan le 31 octobre dernier: le jour d’Halloween, une attaque au camion bélier avait fait huit morts et douze blessés à la pointe sud de Manhattan, constituant le premier attentat mortel à New York depuis les attentats du 11 septembre 2001.

Sayfullo Saipov, un Ouzbek de 29 ans, avait remonté avec un pick-up de location une piste cyclable le long de la rivière Hudson, fauchant des cyclistes et des passants qui se trouvaient sur son chemin avant de percuter un bus scolaire.

Le suspect, qui avait prêté allégeance à l’EI, avait été immédiatement arrêté et emprisonné. Il a depuis été inculpé et risque la prison à perpétuité. Donald Trump a même réclamé pour lui la peine de mort.

La capitale financière américaine a été le théâtre d’autres tentatives d’attentats ces dernières années, le plus souvent des « loups solitaires » se réclamant du djihadisme islamiste, qui n’avaient fait aucun mort jusqu’au 31 octobre.

Romandie.com avec(©AFP / 11 décembre 2017 17h07)                       

Brésil: 91 détenus s’évadent par un tunnel

mai 25, 2017

En marge d’une mutinerie dans une prison à Alcaçuz,près de Natal, dans le nord-est du Brésil, le 21 janvier 2017 / © AFP/Archives / ANDRESSA ANHOLETE

Un groupe de 91 détenus brésiliens s’est évadé de la prison de Parnamirim, dans l’Etat de Rio Grande do Norte (Nord-est) en empruntant un tunnel de trente mètres de long, a indiqué l’agence d’État Agencia Brasil.

Neuf d’entre eux ont été capturés et les autorités locales ont déployé un important dispositif pour tenter de retrouver les 82 prisonniers encore en cavale.

Une autre évasion massive a eu lieu dans ce même État de Rio Grande do Norte en janvier, quand 56 détenus se sont enfuis de la prison d’Alcaçuz, durant une mutinerie sanglante qui a fait 26 morts entre factions rivales.

Les chiffres des services judiciaires locaux attestent que la prison de Parnamirim était largement surpeuplée, avec 589 détenus pour une capacité de 382.

La guerre sans merci entre gangs de narcotrafiquants a déclenché au début de l’année une vague de violences sans précédent dans les prisons surpeuplées et vétustes du Brésil, notamment dans la région nord, frontalière du Pérou et de la Colombie, d’où vient la plupart de l’approvisionnement en cocaïne.

Avec 622.000 détenus recensés par le ministère de la Justice fin 2014, le Brésil compte la quatrième population carcérale au monde, derrière les États-Unis, la Chine et la Russie.

Au niveau national, le taux d’occupation carcéral est de 167%, dans des conditions souvent extrêmement insalubres.

Romandie.com avec(©AFP / 25 mai 2017 23h36

Un tunnel s’effondre près de la « poubelle » nucléaire des Etats-Unis

mai 9, 2017

Le site nucléaire le plus contaminé de l’hémisphère occidental à Hanford, Washington, le 21 mars 2017 / © AFP/Archives / MARK RALSTON

Aucun signe de fuite radioactive n’a été constaté après l’effondrement mardi d’un tunnel rempli de substances contaminées près d’un site considéré comme la « poubelle » nucléaire des Etats-Unis.

L’incident, qui s’est produit sur le site de déchets nucléaires de Hanford dans l’Etat de Washington (nord-ouest), a entraîné l’évacuation ou le confinement de centaines d’employés.

« Il y a des inquiétudes à propos d’un affaissement dans le sol couvrant un tunnel ferré près d’une ancienne installation de produits chimiques », a indiqué le département américain de l’Energie dans un communiqué. « Les tunnels contiennent des substances contaminées ».

Mais « il n’y a pas de signes de fuite pour le moment », a poursuivi le ministère. « Les secouristes sont en train de s’approcher près de la zone où le sol s’est affaissé pour de plus amples inspections visuelles ».

Les employés du complexe nucléaire de Hanford, situé à 275 kilomètres au sud-ouest de Seattle, ont été évacués et ceux travaillant dans des bâtiments un peu plus éloignés ont reçu une alerte de leurs responsables au petit matin leur demandant de s’assurer que les ventilations étaient fermées et de « s’abstenir de manger et de boire ».

Les autorités ont activé les opérations d’urgence mardi à 08H26 heure locale (15H26 GMT). Selon elles personne n’a été blessé.

Selon les autorités, les inspecteurs et secouristes sur place ont découvert un pan de terrain d’environ 6 mètres de côté affaissé au-dessus d’un tunnel. Celui-ci se trouve près de l’installation d’extraction de plutonium et d’uranium nommée « Purex ».

« L’affaissement dans le sol a été découvert lors d’une inspection de routine. Les tunnels font des dizaines de mètres de long et sont enfouis à environ 2,40 mètres sous le sol », ont précisé les autorités.

Fuites de cuves en 2013

Des travaux sur une route située près du tunnel ont pu provoquer des vibrations qui ont conduit à son effondrement, selon des médias locaux.

Le site de Hanford, situé le long de la rivière Columbia, avait été à l’origine utilisé pour produire le plutonium utilisé dans les deux bombes nucléaires larguées sur le Japon en 1945, qui ont mis fin à la Seconde Guerre mondiale.

Par la suite la production nucléaire du site avait été augmentée durant la Guerre froide, mais le dernier réacteur a été fermé en 1987.

Le site, vaste comme quinze fois Paris, est considéré comme la plus grande poubelle nucléaire du continent américain. En février 2013, des fuites y avaient été détectées sur au moins six cuves de stockage souterraines contenant des déchets nucléaires.

Jusque dans les années 1960, Hanford relâchait directement ses déchets dans la nature: les pouvoirs publics ont reconnu que plus de 3,8 millions de litres de boues radioactives avaient fui, une partie entrant dans le sol.

Les autorités fédérales et de l’Etat avaient conclu un accord en 1989 pour nettoyer le site et ses 177 cuves. Le groupe français Areva, associé à la gestion du site depuis 2008, a un décompte un peu différent et parle de 170 cuves contenant 200.000 mètres cubes de déchets chimiques et radioactifs.

« Nous avons recensé tous les employés, il n’y a pas de blessé et aucun signe de contamination radioactive », a repris le porte-parole des services d’urgences de Handford, Destry Henderson.

Cet incident montre la dangerosité du site, a estimé l’organisation antinucléaire Beyond Nuclear.

« La crise en cours à Hanford (montre) que la gestion des déchets nucléaires n’est pas contrôlée », a déclaré un porte-parole du mouvement, Kevin Kamps, citant d’autres incidents similaires dans le pays.

Romandie.com avec(©AFP / 09 mai 2017 23h01)                

Un Soudanais a franchi à pied le tunnel sous la Manche

août 7, 2015

Un Soudanais a parcouru à pied les 50 kilomètres du tunnel sous la Manche entre la France et la Grande-Bretagne. il s’est toutefois fait interpeller à proximité de l’entrée britannique du site, près de Folkestone, a annoncé vendredi la police britannique.

L’incident s’est produit mardi soir. D’après la police britannique, l’homme, âgé de 40 ans, a réussi à déjouer les gardes déployés côté français pour entrer dans le tunnel. Il a été inculpé pour « obstacle à engin utilisant la voie ferrée » et comparaîtra en justice.

Le groupe Eurotunnel a ouvert une enquête. « Une intrusion criminelle dans le tunnel sous la Manche est un incident extrêmement rare. C’est à la fois illégal et hautement dangereux », a déclaré une porte-parole de l’opérateur dans un communiqué.

Plusieurs milliers de candidats à l’émigration vivent dans le plus grand dénuement dans la région de Calais, essayant de rallier la Grande-Bretagne par le tunnel sous la Manche. Dix d’entre eux ont trouvé la mort depuis le 1er juin.

Romandie.com