Posts Tagged ‘Union sacrée’

RDC : les « 500 Jeeps » de Tshisekedi aux députés ne passent pas

juin 28, 2021
Kash

La polémique autour des 500 véhicules offerts aux députés pour assurer leur fidélité à l’Union sacrée de Félix Tshisekedi continue de faire couler beaucoup d’encre à Kinshasa.

« L’affaire » a été révélée le 18 juin par Jeune Afrique. Pour apaiser les tensions naissantes au sein de l’Union sacrée et s’assurer de la fidélité des députés, Christophe Mboso N’kodia Pwanga, le président de l’Assemblée nationale, a réuni la majorité nouvellement constituée pour leur garantir que Félix Tshisekedi « va tenir ses promesses ».

Et parmi celles-ci, la remise prochaine de 500 véhicules : « 250 jeeps sont déjà là (…). Le 12 juillet, les 250 autres jeeps seront là. Fin juillet, elles seront remises à tous les députés, y compris à ceux de l’opposition », a assuré Christophe Mboso, dans un audio ayant par la suite fuité sur les réseaux sociaux.

Sans surprise, la polémique a été à la hauteur du – présumé – cadeau. Joseph Lembi Libula, le rapporteur de l’Assemblée nationale, a bien tenté d’éteindre le feu des commentaires, en parlant de « prêts » plutôt que de « cadeaux » et en insistant sur le fait que ce geste « participe à la prestation sociale des députés et procède de l’engagement pris par le bureau de l’Assemblée nationale de donner un sens élevé au mandat représentatif des parlementaires ». Mais son intervention n’a finalement fait que rajouter de l’huile sur le feu. Du côté de la société civile et de l’opposition, au sein desquelles les députés affichent leur refus d’accepter le supposé « cadeau » automobile, on ne manque évidemment pas de crier au scandale et de réclamer l’ouverture immédiate d’une enquête.

Par  Kash

Caricaturiste, bédéiste, peintre et designer publicitaire congolais installé à Kinshasa.

RDC : Martin Fayulu refuse de se rallier à l’« union sacrée » de Tshisekedi

décembre 31, 2020
Martin Fayulu, ex-candidat à la présidentielle en RDC.

Se proclamant toujours « président élu », Martin Fayulu a brisé le silence qu’il était imposé depuis plusieurs semaines pour rejeter l’« union sacrée » souhaitée par Félix Tshisekedi, à laquelle se sont ralliés Katumbi et Bemba.

Droit dans ses bottes. Dans son « adresse à la nation », mercredi 30 décembre, Martin Fayulu a, sans surprise, affiché son opposition ferme et résolue à l’union sacrée grâce à laquelle le président Félix Tshisekedi espère renverser le rapport de force qui prévalait jusque-là avec son prédécesseur Joseph Kabila.

« Une blanchisserie baptisée “union sacrée” »

Deux ans après, arrivé en seconde positon selon les résultats officiels de la présidentielle de décembre 2018, celui qui fut le candidat de Lamuka n’en démords pas. L’élection présidentielle a été un « hold-up électoral sans précédent dans l’histoire du  continent ».

Quant à l’« union sacrée » et l’annonce par Tshisekedi de la rupture de l’alliance entre Cap pour le changement (Cach, sa coalition) et le Front commun pour le Congo (FCC, de Kabila), elle ne serait selon lui qu’un leurre.

« Le régime FCC-CACH distrait l’opinion. On prend les mêmes acteurs, responsables de l’échec, et on les recycle dans une blanchisserie baptisée « union sacrée », a-t-il notamment déclaré. Cette transhumance que cultivent certains politiques congolais sans idéal est un véritable cancer pour notre pays. »

La communauté internationale indexée

Le divorce entre le camp du président congolais et celui de son prédécesseur, et le ralliement déclaré de Moïse Katumbi et de Jean-Pierre Bemba, ses deux anciens alliés au sein de Lamuka, ne serait pour lui qu’une « tentative de faire subtilement oublier le bilan négatif des deux dernières années ». « Un nouveau nom a été trouvé mais le système reste le même, assène Fayulu. L’« union sacrée » n’est rien d’autre que la seconde grossesse du couple FCC-CACH. »

Dans sa diatribe, l’ancien candidat à la présidentielle n’épargne pas non plus certains acteurs de la communauté internationale, au premiers rangs desquels les États-Unis, l’Union européenne et l’Union africaine, qui ont soutenu publiquement l’initiative du président congolais. « Ces représentants de vieilles démocraties et d’États de droit sont désormais ambigus, et même devenus aphones, quand il s’agit de défendre les principes que leurs pays prônent » a-t-il accusé.

Vers la création d’un « cabinet »

Un procès en « illégitimité » auquel l’opposant congolais à ajouter un autre, en inefficacité, cette fois. « En toute franchise, avez-vous, aujourd’hui, l’impression que vos conditions de vie s’améliorent ? Existe-t-il réellement un pacte social conclu entre vous et ceux qui se sont imposés comme dirigeants ? », a-t-il notamment lancé, évoquant par ailleurs les questions d’éducation et de sécurité, en particulier dans l’est de la RDC.

Assurant vouloir « accompagner le peuple dans la reconquête de sa souveraineté »,  il a annoncé la future mise en place d’une « cabinet composé de femmes et d’hommes qui veulent que le Congo de Kimbangu et de Lumumba soit fort, digne et prospère. »

Avec Jeune Afrique par Stanis Bujakera Tshiamala