Posts Tagged ‘UQAM’

Canada: Détecter les « faux Autochtones » dans les universités

avril 11, 2022

Il y a eu le cas d’Alexandra Lorange à l’UQAM. Puis celui de Carrie Bourrassa à l’Université de la Saskatchewan. La remise en cause de leurs identités autochtones a contribué à soulever une question fondamentale : comment les universités peuvent-elles vérifier l’identité autochtone affirmée par leurs professeurs et leurs étudiants?

L’Université Queen’s, à Kingston, a embauché un groupe d’experts pour mettre en place des balises afin de vérifier l’identité autochtone des professeurs. Photo: Radio-Canada/Frédéric Pepin

Plusieurs universités canadiennes tentent de mettre en place des lignes directrices pour éviter l’embauche de gens qui se présentent comme Autochtones sans l’être vraiment. Un défi, car les questions d’identité sont très sensibles dans le monde autochtone.

Ces dernières années, des cas de fraude ont été dévoilés par les médias. Ainsi, l’identité métisse, anichinabée et tlingite de Carrie Bourassa, professeure de l’Université de la Saskatchewan, a été remise en cause par CBC en octobre 2021.

Il y a aussi eu Alexandra Lorange, cette chargée de cours à l’Université du Québec à Montréal, qui se prétendait atikamekw, avant que deux généalogistes ne remettent en cause ses racines autochtones.

Les origines autochtones de Carrie Bourassa ont été remises en cause dans un article de CBC. Photo:(Youtube.com)

Pour éviter ce genre de situation, l’Université du Manitoba a mis en place des mécanismes de vérification. Catherine Cook, vice-présidente (autochtone), soutient l’Université dans son travail d’identification.

Dans cet établissement, la première requête consiste à demander si le candidat possède une carte de bande délivrée par le gouvernement fédéral. L’auto-identification sans preuve ne suffit pas.

La carte de statut d’Indien est désormais exigée comme preuve par certaines universités. Photo: Radio-Canada/ Ben Nelms (CBC)

Ceux qui n’ont pas de carte doivent fournir d’autres documents. La plupart du temps, ils ne sont pas inscrits parce qu’ils ont perdu leur statut en raison de mariages mixtes ou d’adoptions, parce qu’ils ont été forcés d’y renoncer ou à cause des pensionnats ou encore de la rafle des années 60.

Ces gens sont des Autochtones sans statut. On sonde alors la communauté à laquelle ils se disent affiliés et on demande à la communauté si elle est prête à se porter garante pour le candidat, explique Mme Cook.

Au Manitoba, les gens se connaissent bien, les liens entre les gens sont très forts, alors on est très à l’aise avec notre manière de faire, ajoute-t-elle.

« Il faut être un peu plus courageux quand on demande aux gens qui ils sont. »— Une citation de  Catherine Cook, vice-présidente (autochtone) à l’Université du Manitoba

Selon elle, demander des documents prouvant le statut d’Indien des professeurs revient à demander le diplôme d’un professeur qui dit dans son CV être détenteur d’un doctorat.

Quand tu postules, tu devrais te sentir capable et à l’aise de prouver que tu es autochtone, précise encore Mme Cook.

Guy Freedman, président et associé principal du cabinet d’expert-conseil First People’s Group établi à Ottawa, a été embauché par l’Université Queen’s pour mettre au point, là aussi, des mécanismes permettant de confirmer que les futurs employés s’identifiant comme Autochtones le sont bel et bien.

Guy Freedman, président et associé principal du cabinet d’expert-conseil First People’s Group établi à Ottawa, a été embauché par l’Université Queen’s pour mettre au point des mécanismes permettant de confirmer l’identité autochtone des professeurs. Photo : Gracieuseté : Guy Freedman

En juin 2021, un rapport anonyme montrait du doigt six professeurs dans cette université, alléguant qu’ils n’étaient pas Autochtones. À l’époque, l’université avait soutenu ses professeurs.

Les vérifications sont importantes pour M. Freedman, qui estime qu’il n’est pas normal que certaines personnes profitent de bourses ou d’occasions professionnelles réservées spécifiquement aux Autochtones, alors qu’ils ne le sont pas.

Pour M. Freedman et Mme Cook, les communautés doivent absolument participer au processus. Une sorte de délégation de pouvoir qui est, selon Mme Cook, extrêmement importante pour les communautés.

Cette manière de faire leur redonne une certaine autonomie. On trouvait ça important que tout le processus soit géré par des Autochtones, détaille-t-elle.

« Ce n’est pas au gouvernement de décider qui on est, c’est aux communautés de le faire. »— Une citation de  Catherine Cook, vice-présidente (autochtone) à l’Université du Manitoba

Vérifications pour les étudiants aussi

À l’Université Laval, on s’intéresse en ce moment à vérifier l’identité autochtone des étudiants qui postulent à des bourses qui leur sont réservées.

La sénatrice Michèle Audette et conseillère principale en matière de réconciliation et d’éducation autochtone à l’Université Laval. Photo: Radio-Canada/Aexandre Millette-Gagnon

Désormais, les candidats doivent prouver qu’ils sont inscrits ou qu’ils sont membres d’une nation autochtone clairement identifiée par l’établissement.

Il y a aussi une liste précise de documents que peuvent présenter les étudiants, comme la carte de bande ou une déclaration de la communauté.

La sénatrice Michèle Audette, qui est aussi conseillère principale en matière de réconciliation et d’éducation autochtone à l’Université Laval, a planché sur ces questions. Elle prône une participation des nations.

« Ce débat [sur l’identité autochtone, NDLR] doit se faire chez nos leaders, et pas dans les universités. [En attendant], on doit s’accoter sur des outils qui sont désuets. »— Une citation de  Michèle Audette, conseillère principale en matière de réconciliation et d’éducation autochtone à l’Université Laval

Elle ajoute : On n’est pas obligé de prétendre être quelque chose qu’on n’est pas. On apprécie les alliances. Lorsqu’elle repense à certaines personnes qui se sont réclamées Autochtones sans l’être, elle confie s’être sentie trompée.

Pour ce qui est de la situation des Autochtones non inscrits, elle indique que l’université n’a encore rien mis en place, mais qu’elle réfléchit à la meilleure décision à prendre.

Selon Mme Cook, il est important d’aller plus loin que la simple autodéclaration. Si aucune balise claire n’est fixée, on court le risque de voir des situations de fraude comme on en a vu se reproduire, croit-elle.

Contre-idées

Sébastien Malette, professeur à l’Université Carleton qui milite pour la reconnaissance des Métis de l’Est et dont l’identité autochtone est contestée, rappelle que la notion d’indianité est une construction juridique.

Mise au point

Cet article a été mis à jour pour mieux refléter le contexte de cette prétention identitaire à l’Université Carleton.

Selon lui, l’utilisation des cartes d’Indien pour déterminer l’identité des Autochtones n’est pas pertinente. Ces cartes proviennent d’organisations reconnues au niveau gouvernemental et certaines d’entre elles ont été reconnues au fil du temps. Il est tout à fait possible que certaines organisations non reconnues le deviennent plus tard. En attendant, ses membres sont discriminés, argumente-t-il.

Le professeur de l’Université Carleton Sébastien Malette pense qu’utiliser la carte de bande pour déterminer l’identité autochtone n’est pas une bonne solution. Photo : Radio-Canada

Quant à l’idée de sonder les communautés pour attester de l’affiliation d’un membre non inscrit, c’est tout aussi problématique, croit-il.

« On tombe dans la notion un peu trop romantisée de communauté. C’est penser que l’expérience autochtone et que le critère de la communauté sont homogènes. »— Une citation de  Sébastien Malette, professeur à l’Université Carleton

M. Malette croit que l’autodétermination et la démonstration de présence de liens ancestraux seraient suffisantes.

Avec Radio-Canada par Delphine Jung

Canada-Québec: Plus de tricherie à l’université avec la pandémie

novembre 17, 2020

Thomas Marsollais-Leroux et Marianne Blouin commencent à peine leur parcours universitaire qu’ils constatent déjà, à regret, des cas de tricherie liés aux examens à distance – une situation qu’ils trouvent particulièrement frustrante.

La tricherie est en hausse dans les universités de Montréal, malgré les efforts de plusieurs établissements pour encadrer les examens en ligne© /iStock La tricherie est en hausse dans les universités de Montréal, malgré les efforts de plusieurs établissements pour encadrer les examens en ligne

Ces deux étudiants se questionnent sur la valeur du diplôme qu’ils décrocheront une fois leurs études terminées.

Ça sert à quoi de faire tant d’efforts quand tu sais que c’est facile de juste se fier à d’autres gens pour avoir des bonnes réponses?, demande Marianne.Publicitéx

En suivant ses cours en ligne, la jeune femme a constaté qu’il y [avait] beaucoup de plagiat avec les examens en ligne.

Il y a des étudiants qui font des groupes sur Facebook, qui s’envoient des réponses. Ou même récemment, on a été mis au courant d’une conférence téléphonique pendant un examen de plusieurs étudiants qui s’échangeaient les réponses.Marianne Blouin, étudiante

Écho similaire pour Thomas. Oui, malheureusement, il y en a plusieurs qui trichent, constate-t-il. Ça s’envoie des réponses pendant le temps de l’examen.

Nous, c’est sûr qu’on aimerait mieux que ça soit en présentiel, lâche le jeune homme.

Un tricheur raconte

Lors de nos entrevues, un jeune diplômé de l’UQAM a accepté de raconter comment il a triché durant la pandémie. Il a toutefois demandé de rester anonyme par peur de représailles.

Ce pouvait être simplement de sélectionner une question à laquelle je n’avais pas la réponse ou pour laquelle je n’étais pas certain, puis d’aller directement sur Messenger [et] envoyer un message à un ami ou une amie pour savoir si elle [pouvait] m’éclairer sur la question à ce moment-là.Un tricheur anonyme

Ce jeune diplômé raconte avoir participé, pendant des examens, à des groupes de discussion réunissant jusqu’à cinq personnes.

Ses professeurs n’exigeaient pas toujours des étudiants que leur caméra soit ouverte afin de les surveiller. Autrement, il s’agissait de coller des petits papiers autour de l’ordinateur pour être capable d’avoir les notes à portée de main tout en pouvant regarder sans avoir l’air d’avoir directement ses feuilles dans les mains.

Les risques de sanctions ne l’ont pas dissuadé. Je n’ai pas réellement de remords par rapport à ça, dit-il. Je ne me sens pas mal à l’aise. Le but, c’est d’avoir des bonnes notes, et puis des fois, on peut exploiter certaines failles dans le système pour le faire.

Modifier l’approche aux examens

La tricherie en ligne est un phénomène que les établissements universitaires tentent de contenir par divers moyens depuis que la pandémie de COVID-19 a chamboulé leurs habitudes d’enseignement.

À l’UQAM, le nombre total de cas avérés qui ont mené à une sanction s’est élevé à 90 pour la session d’hiver 2020 comparativement à une moyenne de 62 les deux années précédentes.

La directrice au service des communications Jenny Desrochers rappelle que des campagnes de sensibilisation et de prévention sont menées auprès des 39 000 étudiants de l’université.

De plus, nous avons formé les enseignants lors de deux écoles d’été sur le virage de la pédagogie à distance, incluant les modes d’évaluation à privilégier dans les circonstances, souligne-t-elle.

À l’Université de Montréal (UdeM), le nombre de cas avérés qui ont mené à une sanction est passé de 83 pour les sessions hiver-été 2019 à 154 pour la période similaire en 2020.

C’est vrai qu’à l’Université de Montréal comme ailleurs, on a vu une tendance à la hausse de la tricherie, mais on en attrape, des étudiants qui trichent, et il y a des conséquences, rappelle la vice-rectrice aux affaires étudiantes et aux études Louise Béliveau.

Cette dernière cite de nombreux outils mis à la disposition du personnel enseignant lors d’ateliers de formation mis sur pied l’été dernier.

On a des outils qui permettent par exemple aux professeurs de faire des examens différents pour chaque étudiant […]. Un prof peut avoir une banque de questions et puis générer aléatoirement des questions à partir de la banque pour différents étudiants, ou encore générer l’ordre des questions et l’ordre des réponses.Louise Béliveau, vice-rectrice aux affaires étudiantes et aux études de l’UdeM

L’usage d’un logiciel de télésurveillance demeure marginal. Ce n’est pas quelque chose vers quoi on veut aller, mais on le fait pour des examens importants à titre de projet pilote, affirme-t-elle. On parle de six cours sur les milliers de cours à l’université. L’UdeM compte plus de 45 000 étudiants.

À l’ÉTS, le nombre total d’audiences pour des constats d’infraction s’est élevé à 125 dossiers durant la session d’hiver et d’été 2020. Pour la période correspondante de 2019, le total était de 52 et, en 2018, de 74.

 Avec Radio-Canada par Jean-Philippe Robillard, Daniel Boily 

Canada/Québec: la présidente du CA de l’UQAM, Lise Bissonnette, démissionne

janvier 31, 2018

 Elle dénonce le « fatalisme » qui nuit au développement du réseau de l’Université du Québec

Lise Bissonnette
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Lise Bissonnette

Usée par le « fatalisme » de la classe politique, la présidente du conseil de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Lise Bissonnette, tire sa révérence. Elle a donné sa démission, mardi soir, en dénonçant « l’iniquité flagrante » favorisant les universités à charte aux dépens de celles du réseau de l’Université du Québec.

« Je n’entrevois pas aujourd’hui de terme heureux à nos combats, mais ils doivent se poursuivre. Ce qui menace l’UQAM et les établissements analogues, ce n’est pas la fatalité, elle n’existe jamais. C’est le fatalisme dont la tentation rôde en nos propres espaces », indique Mme Bissonnette dans sa lettre de démission transmise au Devoir et au premier ministre du Québec, Philippe Couillard. Elle a annoncé sa démission aux membres du conseil d’administration réunis en assemblée mardi soir.

Après cinq années aux commandes du C. A. de l’UQAM, Lise Bissonnette avait le coeur lourd en envisageant le cinquantième anniversaire de fondation de l’établissement — qui sera célébré en septembre 2019. « J’aurais abordé les célébrations avec des sentiments mêlés, barbouillés », indique-t-elle.

Le réseau de l’UQ a été créé en 1968 pour rendre l’enseignement supérieur accessible aux francophones de la classe moyenne — qui étaient nettement sous-scolarisés. Les dix universités de l’UQ sont établies dans toutes les régions du Québec. L’UQAM, elle, est née en 1969.

Lise Bissonnette a étoffé les arguments avancés dans une entrevue récente au Devoir : les établissements du réseau de l’UQ sont considérés comme des universités de seconde zone. Ils font un travail « extraordinaire » malgré un « mépris » généralisé de la classe politique et économique, selon elle.

« C’est un réseau qui est mal aimé et qui est négligé », affirme Mme Bissonnette en entrevue. Les disparités dans la rémunération des recteurs — les dix dirigeants les moins bien payés sont ceux du réseau de l’UQ — ne sont que la pointe de l’iceberg, selon elle.

Infrastructures à deux vitesses

Un indice évident de la politique de « deux poids, deux mesures » envers l’UQ se trouve dans le Plan québécois des infrastructures de 2017-2027, explique-t-elle. Les huit universités dites « privées » (même si elles sont largement financées à même les fonds publics) recevront plus de 3 milliards de dollars pour leurs projets d’infrastructures. Les dix établissements de l’UQ, eux, recevront ensemble 850 millions durant la même période.

Même politique « injuste », selon elle, dans la distribution du Fonds d’investissement stratégique canadien (FIS), qui a généré 730 millions pour les établissements postsecondaires québécois : à Montréal, en excluant les collèges, la somme disponible a atteint plus de 380 millions pour les universités, souligne Lise Bissonnette. L’UQAM a obtenu 10,5 millions, l’Université de Montréal a obtenu 250 millions, McGill, 75 millions, et Concordia, 37 millions.

Autre signe du parti pris du gouvernement envers les universités à charte, selon Mme Bissonnette : le feu vert donné à la création d’un campus de HEC Montréal (affilié à l’Université de Montréal) au centre-ville, à deux pas de l’École des sciences de la gestion (ESG) de l’UQAM. Québec a accordé des fonds de 94 millions pour le projet, en pleine période de restriction budgétaire, même s’il est évident que HEC vient concurrencer l’ESG sur son terrain, souligne Lise Bissonnette.

La clientèle cible de ces écoles de gestion, ce sont les gens d’affaires ou du milieu de la finance qui travaillent au centre-ville. Or, le campus actuel de HEC Montréal a pignon sur rue de l’autre côté du mont Royal, chemin de la Côte-Sainte-Catherine. D’où la décision d’aménager un nouveau bâtiment de HEC au centre-ville, souligne Lise Bissonnette.

La ministre aux aguets

La ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, dit être en désaccord total avec la présidente du C. A. de l’UQAM. Au moment d’écrire ces lignes, Mme David n’était pas au courant de la démission imminente de Lise Bissonnette, mais elle rejetait les accusations de mépris envers le réseau de l’UQ.

« Mme Bissonnette a toutes sortes d’opinions, mais je ne peux pas être d’accord avec elle. S’il y en a une qui défend le réseau de l’UQ et l’UQAM, c’est moi. Je n’arrête pas de plaider pour le réseau de l’UQ », dit la ministre David.

C’est un réseau qui est mal aimé et qui est négligé

Lise Bissonnette

Plus de 86 % de l’enveloppe du Plan québécois des infrastructures consiste en du maintien d’actifs répartis sur une base mathématique par des fonctionnaires, explique-t-elle. La taille des bâtiments, le degré de vétusté des immeubles et le nombre d’étudiants guident notamment les décisions d’investissement.

Des critères similaires servent à arbitrer les projets retenus en vertu du FIS fédéral — le gouvernement québécois a transmis une liste de 276 projets à Ottawa, qui en a retenu 101, selon la ministre David.

Mission : refaire le monde

« Les collèges et les universités n’ont pas eu autant qu’ils l’auraient voulu pour toutes sortes de raisons, dit-elle. Il y a eu des déceptions partout. »

Il y a eu des gestionnaires d’université heureux, aussi. Le campus des sciences de l’Université de Montréal a été annoncé en grande pompe par les premiers ministres Trudeau et Couillard, en décembre 2016. « Le projet était très, très avancé quand je suis arrivée », souligne Hélène David.
Les analyses se poursuivent pour deux projets phares de l’UQAM, indique la ministre : celui du pavillon Sanguinet, qui hébergerait des services de l’ESG, ainsi que le nouveau pavillon des arts.

L’UQAM mérite à son tour d’obtenir sa part du gâteau pour les infrastructures, fait valoir Lise Bissonnette. « […] ce qui m’enchante le plus, c’est la force intellectuelle de notre université, son aptitude sans cesse renouvelée à vouloir refaire le monde en s’imposant d’abord de le repenser », écrit-elle.

Étudiante en éducation, Mme Bissonnette a vu naître cette institution dans le climat de frénésie sociale de mai 68. « Ce côté un peu frondeur est resté dans l’ADN de l’UQAM. Moi, je trouve ça très bien. »

Ledevoir.com par Marco Fortier