Posts Tagged ‘urgence’

Chili : émeutes à Santiago, l’état d’urgence décrété

octobre 19, 2019

 

Le président chilien Sebastian Pinera a confié à un militaire la responsabilité d’assurer la sécurité après une journée de violences et d’affrontements nés de protestations contre l’augmentation des prix des transports.

Chil

Le bâtiment emblématique de la multinationale de l’énergie ENEL en feu suite aux émeutes à Santiago du Chili le 18 octobre REUTERS/Ramon Monroy

Le président chilien Sebastian Pinera a décrété vendredi soir l’état d’urgence à Santiago et a confié à un militaire la responsabilité d’assurer la sécurité après une journée de violences et d’affrontements nés de protestations contre l’augmentation des prix des transports. «J’ai décrété l’état d’urgence et, à cette fin, j’ai nommé le général de division Javier Iturriaga del Campo à la tête de la défense nationale, conformément aux dispositions de notre législation concernant l’état d’urgence», a déclaré Sebastian Pinera dans un message au palais gouvernemental.

Santiago du Chili a été le théâtre de violentes confrontations une bonne partie de la journée de vendredi entre les forces de l’ordre et des manifestants, qui ont obligé les autorités à boucler toutes les stations de métro. Les affrontements se sont multipliés à la tombée de la nuit et plusieurs bâtiments ont été pillés et incendiés.

Avant que les stations de métro ne soient bouclées, des appels à monter dans les trains sans billet avaient circulé, pour protester contre l’augmentation des prix des tickets de métro, passés de 800 à 830 pesos (1,04 euro) aux heures de pointe, après déjà une première augmentation de 20 pesos en janvier dernier. «L’ensemble du réseau est fermé en raison des émeutes et des destructions qui empêchent les conditions minimales de sécurité pour les passagers et les travailleurs», a annoncé sur Twitter le gestionnaire du métro, après des attaques contre presque l’intégralité des 164 stations, où beaucoup de barrières et tourniquets ont été détruits.

Le métro de Santiago, le plus étendu (140 km) et le plus moderne d’Amérique du sud, devrait rester clos ce week-end et pourrait rouvrir progressivement la semaine prochaine. En attendant, beaucoup d’habitants de Santiago ont dû rentrer chez eux à pied, parcourant parfois de longue distances, ce qui a provoqué des scènes de chaos et de désespoir.

En divers endroits de la ville, des manifestants ont érigé des barricades et se sont heurtés à la police, qui a fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogènes, des scènes de bataille de rue plus vues depuis longtemps dans la capitale chilienne. Le président Sebastian Pinera a qualifié les manifestants de délinquants. «Ce désir de tout casser n’est pas une protestation, c’est criminel», a-t-il déclaré dans une interview à la radio.

Jeudi, 133 personnes avaient été arrêtées pour des dégradations dans les stations de métro, où les dommages se montent selon le gestionnaire à 400 à 500 millions de pesos (630.000 euros). Les transports en commun sont très utilisés à Santiago, une ville très polluée et congestionnée.

Par Le Figaro avec AFP

Le chef de l’ONU appelle à une action urgente pour éviter une «catastrophe» climatique

juin 30, 2019

Gu

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres (au centre). KARIM SAHIB / AFP

Le dérèglement climatique progresse plus vite que prévu, a alerté dimanche 30 juin le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres.

Le dérèglement climatique progresse plus vite que prévu, a alerté dimanche 30 juin le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres à Abou Dhabi, appelant à une action urgente afin d’éviter une «catastrophe».

«Nous sommes ici car le monde est confronté à une grave urgence climatique», a déclaré Antonio Guterres à l’occasion d’une réunion de deux jours sur le climat aux Emirats arabes unis, devant préparer un sommet en septembre à New York.

«Le dérèglement climatique a lieu maintenant (…) Il progresse même plus vite que ce que prévoyaient les meilleurs scientifiques mondiaux» et «devance nos efforts pour lutter contre», a affirmé le chef de l’ONU. «Chaque semaine apporte son lot de nouvelle destruction liée au climat», a-t-il encore déclaré, citant les «inondations, sécheresses, canicules, incendies et méga tempêtes».

«Le changement climatique va plus vite que nous», a prévenu M. Guterres, qui a convoqué un sommet à New York le 23 septembre car des pays ne respectent pas certaines dispositions de l’accord de Paris de 2015 visant à limiter le réchauffement à +2°C d’ici la fin du siècle.

«Nous savons que même si les promesses de (l’accord de) Paris sont pleinement tenues, nous serons toujours confrontés à au moins +3°C d’ici la fin du siècle, une catastrophe pour la vie telle que nous la connaissons», s’est alarmé M. Guterres.

La situation continuera à se dégrader à moins que «nous agissions maintenant avec ambition et urgence», a-t-il ajouté.

Le groupe d’experts de l’ONU sur le climat (Giec) a rendu en 2018 un rapport choc démontrant que le fait de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C plutôt qu’à +2°C permettrait de réduire fortement les impacts négatifs.

Limiter la hausse des températures globales à +1,5°C impliquerait de réduire de près de 50% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport à 2010, ont calculé les experts du GIEC, et donc de réduire drastiquement et rapidement le recours aux énergies fossiles. Mais certains pays très polluants, comme l’Arabie saoudite, premier pays exportateur de pétrole, ont mis en question les conclusions du rapport, suscitant des tensions lors des négociations, notamment lors de la dernière rencontre jeudi à Bonn, en Allemagne.

Le sommet du 23 septembre aux Nations unies est présenté comme la première réunion de dirigeants mondiaux sur le changement climatique depuis l’accord de Paris en 2015. Il sera suivi de la conférence annuelle de l’ONU sur le climat (COP) qui se tiendra en décembre au Chili.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Cameroun: situation humanitaire «urgente», selon l’ONU

mai 13, 2019

 

Au Cameroun, « il y a urgence » à accroître l’aide humanitaire et à la financer, a déclaré lundi le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les Affaires humanitaires Mark Lowcock, lors d’une réunion informelle inédite du Conseil de sécurité sur ce pays.

« Un Camerounais sur six a besoin d’aide humanitaire, de protection », soit 4,3 millions de personnes, notamment des enfants et des femmes, a-t-il dit lors de cette session organisée par les Etats-Unis en dépit de l’opposition de Yaoundé et des membres africains du Conseil.

« Huit régions sur les dix du pays sont touchées par la crise humanitaire », a-t-il ajouté.

Il s’agit de la première réunion du Conseil de sécurité sur ce dossier alors que les grandes puissances avaient privilégié jusqu’alors les pressions bilatérales sur le président Paul Biya pour inverser le cours des choses.

La crise a débuté en 2016 avec des revendications pour davantage de représentativité anglophone dans ce pays à majorité francophone, avec un retour au fédéralisme. Une minorité de contestataires réclamait l’indépendance et la proclamation d’un nouvel Etat, l’Ambazonie.

Face à l’intransigeance de Yaoundé et à la répression des manifestations pacifiques, le conflit s’est durci. Fin 2017, une partie des séparatistes a pris les armes et des combats les opposent depuis à l’armée.

Aujourd’hui, « 500.000 personnes sont des déplacés internes, la plupart restant cachées dans des forêts » et « plus de 600.000 enfants sont privés d’éducation » dans les régions anglophones du nord et du sud concernées, a précisé Mark Lowcock.

Face à la dégradation de la situation humanitaire, « nous avons besoin d’une riposte plus globale », notamment de financement international, a-t-il souligné. Les besoins sont de 300 millions de dollars mais seulement 38 millions ont été mis à disposition, a indiqué le responsable de l’ONU.

Selon le centre d’analyses géopolitiques International Crisis Group, en vingt mois le conflit a fait 1.850 morts.

Le Nigeria accueille 35.000 réfugiés, pour la plupart des femmes et des enfants, selon l’ONU.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Un A380 d’Air France obligé d’atterrir en urgence après une avarie

septembre 30, 2017

Un A380 d’Air France à l’aéroport d’Abidjan, le 28 juillet 2014 / © AFP/Archives / SIA KAMBOU

Un appareil A380 d’Air France qui assurait la liaison Paris-Los Angeles a dû se poser en urgence au Canada en raison d’une importante panne sur l’un de ses moteurs, sans dommages pour ses 520 occupants.

Pour une cause encore inconnue, l’appareil, un très gros porteur A380 construit par l’avionneur européen Airbus, qui avait décollé à 11H30 de Paris, a subi un « grave dommage » sur l’un de ses quatre réacteurs, a indiqué un porte-parole de la compagnie à l’AFP, et les pilotes ont alors décidé de le dérouter.

Il a atterri sur l’aéroport militaire de Goose Bay au Canada et « l’ensemble des 520 personnes à bord (496 passagers et 24 membres d’équipage, NDR) ont été évacués sans dommages ni blessés », a poursuivi le porte-parole.

Le déroutage a eu lieu alors que le vol passait au-dessus du Groenland, l’avion s’est posé à Goose Bay à 15H42 GMT, soit 17H42 heure française, a précisé le porte-parole.

L’atterrissage s’est passé « normalement » sur cette base militaire, qui est un aéroport dit de dégagement sur les routes aériennes transatlantiques.

Air France a immédiatement envoyé du personnel depuis Montréal et New York sur place pour s’occuper des passagers.

La compagnie est en train « d’examiner toutes les solutions » pour acheminer les passagers au plus vite vers les Etats-Unis, a ajouté le porte-parole. Aucune explication sur la cause de l’avarie moteur n’a pu être donnée dans un premier temps.

Les images diffusées par les internautes sont assez spectaculaires, l’enveloppe entourant le réacteur ayant totalement disparu.

– Un oiseau ? –

« Les passagers du vol #AF66 Paris-Los Angeles du jour vont se souvenir de leur voyage longtemps », a tweeté Iskandar (@AlexBeaurepaire) en montrant deux photos d’un réacteur dénudé, son capot arraché, avec la partie avant (soufflante) disparue.

Dans un autre tweet, Miguel Amador (@theamadoor) a aussi posté un petite vidéo apparemment filmée en vol par le hublot, où l’on voit le réacteur dénudé par l’arrière, avec le texte « avarie de moteur à mi-chemin au dessus de l’Atlantique #airfrance #airfrance66 #AF66 », et où il évoque la possibilité de la rencontre avec un oiseau.

Les A380 d’Air France sont équipés de réacteurs GP7200, spécialement conçus pour ces énormes oiseaux des airs et réalisés par l’association des deux motoristes américains General Electric et Pratt and Whitney (United Technologies Corp).

Le GP7200 est issu des programmes de réacteurs à grande capacité GE90 de General Electric et PW4000 de Pratt and Whitney. Air France a été la première compagnie a choisir ce réacteur en 2001 lorsqu’elle a commandé ses gros porteurs. Il est entré en service en 2009 dans la compagnie.

Air France exploite au total 10 A380, des très gros porteurs équipés de quatre réacteurs.

Airbus a présenté au salon du Bourget en juin dernier une version améliorée de son avion emblématique, appelée « A380Plus », destinée à optimiser sa rentabilité pour tenter de relancer les ventes.

L’A380 est en panne de commandes depuis près de deux ans et le constructeur européen a annoncé que les livraisons seraient ramenées à 8 avions en 2019. Malgré cela, le patron d’Airbus Tom Ender, a indiqué récemment qu’il croyait toujours à l’avenir du gros porteur qui « sera avec nous pour de très longues années ».

En 2016, le groupe avait déjà annoncé une réduction de la cadence de production du géant des airs à un exemplaire par mois à partir de 2018, contre 27 au total en 2015.

Romandie.com avec(©AFP / 30 septembre 2017 22h30)                

Le cyclone Enawo fait trois morts à Madagascar

mars 8, 2017

Formée dans l’océan Indien, la tempête tropicale doit encore passer au-dessus de la capitale. Jusqu’à 700 000 personnes pourraient être affectées par son passage.

Le cyclone Enawo, le 7 mars 2017, lors de son passage sur Madagascar. Crédits : CC BY 2.0
Les forts vents et les pluies torrentielles qui ont accompagné, mardi 7 mars, l’arrivée du cyclone tropical Enawo sur l’île de Madagascar ont fait au moins trois morts, selon un premier bilan provisoire publié en soirée par les autorités locales.

Dans le seul district de Maroantsetra (nord-est), Enawo a fait « 468 personnes déplacées, trois morts dont deux enfants, quatre écoles endommagées et six blessés à la suite d’un glissement de terrain », a indiqué le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) dans un bref communiqué.

Formé dans l’océan Indien, le cyclone a frappé mardi à la mi-journée les côtes nord-est de Madagascar, dans la région d’Antalaha, accompagné de pluies diluviennes et de vents soufflant en rafales jusqu’à 290 km/h.

Lire aussi :   La famine menace le sud de Madagascar frappé par la sécheresse

Quelques vidéos publiées sur les réseaux sociaux montraient des arbres couchés par les bourrasques de vent, des routes inondées et des toitures de tôle arrachées des bâtiments.

Les autorités malgaches ont décrété l’alerte rouge aux vents et aux inondations pour toute la moitié nord du pays. Dès lundi, le Bureau national de gestion des risques et catastrophes avait conseillé aux habitants des zones menacées de « quitter les bas quartiers, d’aller se réfugier en hauteur et de faire des stocks d’eau et de nourriture ».

Matériel d’urgence pour 500 familles

« S’il garde sa puissance et continue sur sa lancée, ses vents pourraient provoquer des dégâts significatifs dans toute l’île, ainsi que de graves inondations et glissements de terrain », redoute Getachew Taa’, responsable de la Fédération des Croix-Rouge et Croissant-Rouge pour l’Afrique de l’Est. Selon la Croix-Rouge, Enawo est le plus puissant cyclone qui frappe Madagascar depuis le cyclone Giovanna en 2012.

Cette année-là, Giovanna et la tempête tropicale Irina avaient tué 112 morts et sinistré 90 000 habitants.

Lire aussi :   Vanille de Madagascar, le goût amer de la spéculation

Selon le dernier bulletin de Météo Madagascar publié mardi, Enawo continuait à se déplacer vers le sud de la Grande île en direction de la capitale, qu’il devrait atteindre dans la journée de mercredi. La Croix-Rouge malgache avait déployé 500 volontaires dans la zone d’impact d’Enawo, autour d’Antalaha, ainsi que des vivres et du matériel d’urgence pour 500 familles. Jusqu’à 700 000 personnes pourraient être affectées par le passage du cyclone, a précisé la Croix-Rouge.

Le cyclone Enawo frappe Madagascar alors que l’île souffre déjà d’une intense sécheresse qui a entraîné une hausse du prix du riz, l’aliment de base, et de graves pénuries alimentaires, notamment dans le sud.

Lemonde.fr

Haïti: nécessité d’une réaction majeure après l’ouragan Matthew

octobre 10, 2016

Nations unies (Etats-Unis) – Une importante mobilisation de la communauté internationale est nécessaire en Haïti pour faire face à l’ampleur des destructions causées par l’ouragan Matthew, a indiqué lundi le secrétaire général des Nations unies.

Au moins 1,4 million de personnes ont besoin d’une assistance d’urgence, plus de 300 écoles ont été endommagées tandis que des cultures et des réserves alimentaires ont été détruites, a relevé Ban Ki-moon.

Une réaction majeure est nécessaire, a-t-il déclaré à des journalistes.

Les Nations unies ont lancé lundi un appel d’urgence pour collecter 120 millions de dollars destinés à couvrir les besoins de Haïti, pays le plus pauvre de la Caraïbe, pendant les trois prochains mois.

Certaines villes et villages ont presque été entièrement rayés de la carte, a souligné M. Ban. Ces chiffres et les besoins augmentent à mesure que davantage de régions touchées deviennent accessibles.

Le dernier bilan de la protection civile haïtienne faisait état lundi matin d’au moins 372 morts.

Je lance un appel à la communauté internationale pour qu’elle fasse preuve de solidarité et de générosité –et qu’elle travaille conjointement de manière efficace pour faire face à cette urgence, a ajouté le responsable onusien.

L’ouragan Matthew a frappé la côte méridionale d’Haïti le 4 octobre, en catégorie 4 sur une échelle Saffir-Simpson qui en compte cinq. Il soufflait alors à 230 km/h.

Le patron des opérations humanitaires de l’ONU Stephen O’Brien a relevé de son côté que l’ouragan avait déclenché la pire crise humanitaire en Haïti depuis le séisme meurtrier de janvier 2010 (plus de 200.000 morts).

Et, depuis octobre 2010, le pays est confronté à une épidémie de choléra,- maladie introduite dans le pays par des Casques bleus népalais arrivés après le séisme -, qui a fait plus de 10.000 morts.

L’ONU a pour la première fois reconnu mi-août avoir une responsabilité morale envers les victimes du choléra et leurs familles, annonçant qu’elle allait leur accorder une aide matérielle directe.

De son côté, l’Unicef a estimé que la scolarité d’environ 100.000 enfants allait pâtir des conséquences de l’ouragan car leurs écoles ont soit été endommagées, soit ont été réquisitionnées pour servir d’abri d’urgence.

L’organisation s’emploie à organiser la livraison de salles de classes temporaires et de matériel scolaire.

Formé au large du Venezuela, Matthew a traversé la mer des Caraïbes et affecté la Colombie, la Jamaïque, Cuba, la République dominicaine (au moins quatre morts), les Bahamas et enfin les Etats-Unis (au moins 20 morts). Il a été rétrogradé dimanche en tempête post-cyclonique.

Romandie.com avec(©AFP / 10 octobre 2016 23h57)

Des milliers de personnes risquent de mourir de faim dans les zones assiégées de Syrie

février 29, 2016

Genève – La privation forcée de nourriture pourrait faire des milliers de morts dans les zones assiégées de Syrie, a déclaré lundi le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Zeid Ra’ad Al Hussein.

Plus de 450.000 personnes sont actuellement prises au piège dans des villes et des villages de Syrie – et parfois depuis des années, a rappelé M. Zeid à l’ouverture du Conseil des droits de l’Homme à Genève.

La nourriture, les médicaments et d’autres produits d’aide humanitaire d’urgence sont bloqués de façon répétée. Des milliers de personnes risquent de mourir de faim, a-t-il estimé.

La privation délibérée de nourriture est sans conteste interdite en tant qu’arme de guerre. Et par extension, le siège (de localités) l’est également, a rappelé le Haut-Commissaire qui s’exprimait dans la Salle des droits de l’homme au Palais des Nations.

Mettant à profit la cessation des hostilités décrétée samedi, l’ONU a annoncé qu’elle allait renforcer ses opérations humanitaires pour porter assistance dans les cinq prochains jours à plus de 150.000 personnes bloquées dans des localités syriennes assiégées par l’un ou l’autre des belligérants.

Le coordinateur des affaires humanitaires de l’ONU en Syrie, Yacoub el-Hillo, a annoncé dimanche soir la livraison d’aide dès lundi et dans les jours suivants à la ville rebelle de Mouadamiyat al-Cham, dans la banlieue de Damas, assiégée par les forces gouvernementales.

Au total, l’ONU prévoit, en plus des opérations en cours, de livrer dans les cinq prochains jours de l’aide pour environ 154.000 personnes vivant dans des localités assiégées de Syrie, a-t-il ajouté.

Les Nations unies attendent le feu vert des parties au conflit pour aider environ 1,7 million de personnes situées dans des zones difficiles d’accès, a-t-il précisé.

Les évacuations sanitaires doivent être inconditionnelles, a encore déclaré M. Hillo. L’ONU appelle toutes les parties à assurer un accès inconditionnel, libre et régulier à la totalité des quelque 4,6 millions de personnes se trouvant dans des localités difficiles d’accès ou assiégées dans toute la Syrie.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a de son côté réclamé lundi l’accès à ces zones afin d’acheminer de l’aide médicale.

Toutefois, beaucoup de demandes ne sont pas approuvées par les autorités syriennes, a souligné Elizabeth Hoff, représentante de l’OMS en Syrie. En 2015, l’OMS a déposé 102 demandes: 30 ont été approuvées et 72 sont restées sans réponse, a-t-elle révélé.

Le conflit en Syrie a fait en l’espace de cinq ans 270.000 morts et des millions de déplacés et de réfugiés.

Romandie.com avec(©AFP / 29 février 2016 13h10)

Zika: « une urgence de santé de portée mondiale »

février 1, 2016

Le virus Zika, transmis par des moustiques, constitue « une urgence de santé publique de portée internationale », a déclaré lundi à Genève l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Ce qualificatif devrait accélérer l’action internationale.

Cette décision d’urgence a été recommandée dans la journée par un comité d’experts indépendants. Outre l’accélération des moyens mis à disposition, la recherche scientifique devrait être favorisée. L’OMS a cependant estimé que la maladie ne justifiait pas dans l’immédiat que soient imposées des restrictions de voyage ou de commerce.

Avec cette prise de position, l’agence de l’ONU paraît aussi soucieuse de faire oublier les critiques liées à sa réponse qui avait été jugée trop faible par beaucoup face à la récente épidémie d’Ebola en Afrique.

Le Brésil a sonné l’alarme
Le Brésil, zone dans le monde la plus touchée par le Zika, a sonné l’alarme en octobre, lors de l’apparition d’un nombre inhabituellement élevé dans le nord-est du pays de cas de microcéphalie. Il s’agit d’une malformation congénitale dont souffrent les enfants nés avec une tête et cerveau anormalement petits.

Depuis, ont été enregistrés 270 cas confirmés de microcéphalie et 3448 cas suspects. En 2014, on a dénombré 147 bébés souffrant de cette malformation.

Eviter de tomber enceinte
La Colombie, le Salvador, l’Equateur, le Brésil, la Jamaïque et Porto Rico ont d’ores et déjà recommandé aux femmes d’éviter toute grossesse tant que l’épidémie de Zika n’est pas sous contrôle. En Colombie, plus de 20’000 cas d’infections ont été enregistrés depuis début octobre, selon les autorités du pays.

En Europe et en Amérique du Nord, des dizaines de cas d’infection par le Zika ont été signalés parmi les personnes revenant de vacances ou de voyages d’affaires dans les pays touchés.

Pas de remède
Le Zika se transmet par une piqûre de moustique du genre Aedes aegypti ou Aedes albopictus (moustique tigre). Il n’existe aucun traitement. Et selon l’OMS, la mise au point d’un vaccin devrait prendre plus d’un an.

Romandie.com

Un avion d’Air France atterrit en urgence au Kenya, après une alerte à la bombe

décembre 20, 2015

 

Nairobi – Un avion d’Air France, en provenance de l’île Maurice et à destination de l’aéroport Charles-de-Gaulle à Paris, a fait un atterrissage d’urgence dans la nuit de samedi à dimanche à Mombasa, au Kenya, après la découverte d’un colis suspect à bord, a annoncé la police kényane.

Le vol AF 463, avec 459 personnes à bord et 14 membres d’équipage, avait quitté l’île Maurice à 21h00 locales et devait arriver à Paris à 05h50 locales (04h50 GMT). Il a atterri à l’aéroport international Moi de Mombasa, sur la côte est du Kenya, à 00h37 locales (21h37 GMT).

Il a demandé un atterrissage d’urgence, après qu’un engin suspecté d’être une bombe a été découvert dans les toilettes. Un atterrissage d’urgence a été préparé, il a atterri sans problème et les passagers ont été évacués, a indiqué Charles Owino, un porte-parole de la police.

Des experts en explosif de la Marine et du Département d’investigations criminelles de la police (CID) ont été appelés, ont pris cet engin et le démontent pour voir s’il contenait de l’explosif, a-t-il ajouté.

Le ministre kényan de l’Intérieur Joseph Nkaissery, qui s’est immédiatement rendu à Mombasa, a indiqué en fin de matinée que la police interrogeait plusieurs passagers du vol, sans pouvoir en préciser le nombre exact.

L’enquête est encore en cours, mais ce que je peux confirmer pour l’instant, c’est que les enquêteurs interrogent plusieurs passagers au sujet de l’engin qui a été trouvé à bord (du vol) d’Air France, a-t-il déclaré à la presse.

M. Nkaissery s’est refusé à tout commentaire sur la nature de l’engin en question.

C’est une affaire internationale et nous parlons également aux autorités de l’île Maurice, pour savoir s’il y a eu une fouille des passagers avant qu’ils embarquent, a ajouté le ministre, qui a ensuite rendu visite aux voyageurs, pour lesquels un hôtel a été mis à disposition.

L’avion, qui était longtemps resté sur la piste d’atterrissage, a été déplacé en fin de matinée, alors que le trafic avait repris normalement sur l’aéroport.

Contacté, Air France indique qu’à ce stade on ne connait pas encore la nature de l’objet découvert à bord. Les autorités kényanes continuent leur enquête et nous restons en contact avec elles, a indiqué un porte-parole.

Un hébergement est prévu pour les passagers évacués et Air France met tout en oeuvre pour assurer le réacheminement de ses clients et prévoit d’envoyer un appareil à Mombasa pour assurer leur retour vers Paris. Le départ de ce vol Mombasa – Paris est prévu en fin de journée dimanche, indique la compagnie aérienne dans un communiqué.

Le groupe déplore le désagrément et le retard causés à ses clients, mais assure n’avoir d’autre priorité que d’assurer la sécurité de ses passagers.

Romandie.com avec(©AFP / 20 décembre 2015 12h16)

 

La tempête Erika se dirige vers Cuba

août 29, 2015

La tempête tropicale Erika, avec son lot de vents violents et pluies torrentielles, a fait au moins 20 morts sur la petite île de la Dominique. Elle progressait samedi vers Cuba, mais elle devrait s’affaiblir.

Après de fortes averses orageuses dans la capitale, Port-au-Prince, où la pluie a quasiment cessé, la tempête Erika est passée sur la pointe sud-ouest d’Haïti. Elle devrait commencer à déverser des pluies sur Cuba, après son passage au-dessus de l’île d’Hispaniola.

Les météorologues prévoient qu’Erika s’affaiblisse et redevienne une dépression tropicale samedi. L’île de Cuba a mis en état d’alerte certaines de ses régions du Sud-Est.

Les pluies ont provoqué des inondations et des torrents de boue meurtriers à l’île de la Dominique, où « au moins 20 concitoyens sont morts et certains sont portés disparus », a annoncé vendredi soir le Premier ministre, Roosevelt Skerrit.

« Les dégâts que j’ai vus aujourd’hui (vendredi), je le crains, peuvent avoir renvoyé notre processus de développement d’une vingtaine d’années en arrière », a dit M. Skerrit lors d’une allocution. « Le plus préoccupant, toutefois, est la perte de vies humaines », a-t-il ajouté.

Abris d’urgence
Avant l’allocution du Premier ministre, le ministre des Travaux publics et des ports, Ian Pinard, avait avancé le chiffre de 25 morts sur l’île de 72’000 habitants. M. Pinard a également évoqué des dommages importants sur les infrastructures, y compris le principal aéroport.

Au vu des dégâts, l’Organisation des Etats américains (OEA) a proposé son aide à l’ancienne colonie britannique. Dans la capitale haïtienne, un premier bilan du gouvernement haïtien a fait état de trois personnes blessées dans l’effondrement d’une maison dans la zone métropolitaine.

Des inondations ont été enregistrées au moins dans deux communes mais sans dégâts majeurs. Par ailleurs, 254 prisonniers du pénitencier de Gonaïves ont été évacués préventivement, car la prison se situe en zone à haut risque d’inondation. Les autorités ont restreint les déplacements et annoncé l’ouverture d’abris d’urgence à travers le pays.

La Floride en ligne de mire
« Les conditions de la tempête tropicale continueront à affecter Haïti, et se propageront sur les îles Turques-et-Caïques et le sud-est des Bahamas durant les prochaines heures, et le centre des Bahamas plus tard aujourd’hui », a indiqué samedi matin le Centre américain de surveillance des ouragans (NHC). Haïti est située sur la moitié ouest de l’île d’Hispaniola, que se partage également la République dominicaine.

La tempête devrait produire des précipitations totales de 7,6 à 15,2 centimètres, avec un maximum possible d’environ 25 cm sur des portions de la République dominicaine, de Haïti et de l’est de Cuba jusqu’à dimanche, selon le NHC. Si la tempête persiste, elle peut arriver lundi sur la côte ouest de la Floride (sud-est des Etats-Unis), en tant que tempête tropicale de faible intensité.

L’Etat américain de Floride a déclaré l’état d’urgence pour s’y préparer, ce qui lui permet de mobiliser davantage de ressources et la Garde nationale. Le président Barack Obama a été informé des préparatifs en vue de l’arrivée possible de la tempête aux Etats-Unis, a affirmé le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest.

Romandie.com