Posts Tagged ‘Valérie Trierweiler’

Valérie Trierweiler à Madagascar pour la sortie de son livre en France

septembre 7, 2014

 

Hasard ou coïncidence ?

Valérie Trierweiler sort un livre en France tandis qu’elle se trouve… à Madagascar ! Drôle de façon d’assurer une promo ! A moins que la journaliste ait d’autres obligations professionnelles…

Valérie Trierweiler a-t-elle fait en sorte de ne pas se trouver sur le sol français au moment où son livre allait impacter les médias du pays ? Depuis la sortie de Merci pour ce moment, jeudi dernier, elle ne s’était pas exprimée publiquement. Depuis aujourd’hui on comprend mieux pourquoi elle n’avait pas pris la parole. Le Parisien a retrouvé l’ex-Première dame… à Madagascar ! Hasard du calendrier ?

Selon le site du quotidien, Valérie Trierweiler est arrivée ce matin à l’aéroport d’Antananarivo et a immédiatement enchaîné avec un autre vol, intérieur cette fois. La destination de ce second trajet en avion n’a pas été précisée ni le but du voyage. Professionnel, humanitaire ou privé ? Le site n’a pas donné plus d’informations.

Ce que Le Parisien révèle toutefois c’est que le séjour de l’ex-compagne du Président doit durer une semaine. Ensuite elle devra revenir affronter l’opinion publique ainsi que celle de François Hollande qui s’est confié hier et s’est montré assez choqué par le contenu du livre.

Valérie Trierweiler devra également venir démentir ou confirmer l’information suivante : a-t-elle bien écrit son livre seule ou à quatre mains, avec Laurent Binet ?, ce que le site de Femme Actuelle affirme.

Valérie Trierweiler aurait été écrit son livre à quatre mains, avec Laurent Binet

septembre 6, 2014

 

Merci pour ce coup de pouce

Avec la sortie du livre de Valérie Trierweiler, la semaine a été mouvementée pour François Hollande. La semaine prochaine risque de l’être pour Valérie Trierweiler qui est accusée d’avoir co-écrit son livre.

Depuis mercredi dernier, les extraits du livre de Valérie Trierweiler sur sa relation avec François Hollande ne cessent de pleuvoir. Révélations embarrassantes, formules choquantes… Merci pour ce moment n’est pas un livre tendre. Au fil des pages, le Président en prend véritablement plein les dents… et l’opinion publique plein les yeux.

Valérie Trierweiler pensait-elle être épargnée par cette tempête médiatique ? Si elle l’espérait, elle peut désormais être fixée sur son sort : elle est devenue une cible à son tour. Selon le site de Femme Actuelle, la journaliste n’aurait pas écrit son livre seule mais aurait fait appel à quelqu’un. C’est une source anonyme mais haut placée qui l’aurait révélé à nos confrères.

Rien à voir avec les rumeurs décrivant l’ex-Première dame en train d’écrire son ouvrage dans le plus grand secret, seule chez elle, devant un ordinateur sans connexion internet. Pour rédiger Merci pour ce moment, Valérie Trierweiler aurait été aidée et pas qu’un peu !

Selon les informations de Femme Actuelle, c’est l’écrivain Laurent Binet qui lui aurait donné un coup de main. Ce dernier a tout de même remporté le prix Goncourt du premier roman en 2010 et publié (en 2012) un ouvrage sur les coulisses de la campagne présidentielle de François Hollande (intitulé Rien ne se passe comme prévu).

Depuis le début du battage médiatique qui a lieu autour de son livre, Valérie Trierweiler ne s’est pas exprimée. Cette révélation de livre co-écrit devrait la faire sortir de son silence…

 

Voici.fr

François Hollande est « catastrophé » par le livre de Valérie Trierweiler

septembre 5, 2014

« Il ne peut pas tenir trois ans comme ça »

La sortie de Merci pour ce moment, le livre de Valérie Trierweiler, a abattu François Hollande. Selon des proches, le Président était sous le choc en découvrant les déclarations de son ancienne compagne.

« Je suis catastrophé » : voilà, selon le Parisien, le SMS qu’aurait envoyé François Hollande à une amie ce mardi, en découvrant les premiers extraits de Merci pour ce moment, le livre écrit par son ancienne compagne, Valérie Trierweiler. Comme tout le monde, le Président a appris la parution de cet ouvrage il y a tout juste trois jours, lorsqu’une journaliste de LCP a posté l’information sur Twitter.

Comme le rapporte le quotidien, il s’est vite procuré un exemplaire de Paris Match, et a lu, « atterré », les révélations de celle qui avait partagé sa vie. L’affaire Gayet, les relations entre l’ex-première dame et Ségolène Royal, les critiques sur sa belle-famille : au départ, seules ces trois histoires sont arrivées jusqu’à ses yeux. Depuis, une avalanche lui est tombée dessus, avec la sortie du livre ce jeudi matin. Il n’en fallait pas plus pour que le moral du chef de l’État soit aussi bas que sa cote de popularité.

À en croire certains de ses proches, François Hollande a, comme on pouvait s’en douter, très mal vécu cette journée riche en scandales. « Il était un peu KO », raconte l’un d’entre eux. Comme le décrit Le Parisien, c’est un Président « écœuré, sonné », avec « le poids du monde sur les épaules », qui aurait alors arpenté les couloirs de l’Elysée.

Dans les rangs socialistes, certains se demandent s’il arrivera à se relever après cette affaire. « C’est le coup de grâce, a commenté un conseiller gouvernemental. On est passés par la nausée, l’accablement. Les sans-dents… Peu importe combien de bouquins se vendent, le mal est fait. » Pour un responsable du PS, la fin est proche : « Il est condamné. C’est une forme d’oraison funèbre, a-t-il confié au Parisien. [Valérie Trierweiler] est inarrêtable, elle a encore tous leurs textos. Il ne peut pas tenir trois ans comme ça… » La route s’annonce en tout cas difficile.

Choquée, la famille de Valérie Trierweiler compte écrire à François Hollande

septembre 5, 2014

 

La famille s’en mêle

Le livre de Valérie Trierweiler fait des dégâts bien au delà du seul cercle politique. La famille de la journaliste, moquée par le chef de l’État, ne compte pas en rester là.

Si le livre de Valérie Trierweiler, Merci pour ce moment, est cruel pour le président de la République, il l’est aussi pour la famille de la journaliste.

Cette dernière raconte comment, invité à passer Noël dans la famille de sa compagne, il aura en aparté cette réflexion, méprisante : « Elle n’est quand même pas jojo, la famille Massonneau. »

Une petite phrase qui blesse profondément la famille de Valérie Trierweiler à en croire l’oncle paternel de cette dernière, Florent, qui n’en revient toujours pas. Interrogé par Europe 1, cet ancien agent technique d’EDF ne décolère pas. « Il n’était pas obligé de fréquenter ma nièce s’il ne la trouvait pas à sa hauteur ! », tempête-t-il.

L’homme se dit « choqué » par le mépris du Président pour « les petites gens » et a prévu de lui écrire pour lui offrir le fond de sa pensée. Selon les propos d’Europe 1, Florent Massonneau compte expliquer au chef de l’État qu’il est possible d’être un homme modeste et quelqu’un de bien, d’honnête et travailleur et que lui n’est pas le genre d’homme à se promener la nuit en scooter pour rejoindre sa maîtresse.

Encore moins à signifier sa rupture d’avec sa compagne officielle par un communiqué.

L’oncle de Valérie Trierweiler se dit particulièrement choqué par les propos de François Hollande sur les gens pauvres, les « sans dents » comme il les aurait appelés. « On ne se moque pas des gens qui n’ont pas les moyens d’aller chez le dentiste. C’est indigne, surtout quand on est un président socialiste », s’insurge-t-il.

En guise de conclusion, l’homme offre un conseil à l’ancien compagnon de sa nièce : « Notre famille n’a pas de leçon à recevoir de ce monsieur qui ferait mieux de se regarder dans une glace. » Pas sûr qu’il en ait très envie en ce moment…

Valérie Trierweiler pourrait toucher plus de 600 000 euros pour son livre sur François Hollande

septembre 4, 2014

 

Jackpot !

Avec Merci pour ce moment, son livre sans concessions sur sa vie avec François Hollande, Valérie Trierweiler règle ses comptes, mais elle les fait aussi gonfler. Si son ouvrage devient un best-seller, elle devrait empocher une fortune, et c’est bien parti pour arriver.

Disponible en librairies et grandes surfaces depuis ce jeudi matin, Merci pour ce moment, le livre choc de Valérie Trierweiler, est un best-seller annoncé. Avec ses 320 pages pleines d’anecdotes sur son histoire d’amour avec François Hollande, de l’affaire Gayet à ses relations compliquées avec Ségolène Royal, en passant par une foule d’autres détails croustillants, l’ex-première dame a réussi un coup qui devrait lui rapporter gros. Selon les calculs du Figaro, la somme devrait largement dépasser les 600 000 euros. Tiré à 200 000 exemplaires, soit autant qu’un roman de Marc Lévy ou d’Amélie Nothomb, l’ouvrage, vendu 20 euros l’unité, aura généré quatre millions d’euros de chiffre d’affaires lorsque que toutes les copies se seront écoulées.

Selon Le Figaro, Valérie Trierweiler aurait reçu un à-valoir de 100 000 euros, et devrait toucher progressivement 10, 12, puis 14% du prix de vente sur chaque ouvrage vendu : 10% pour les 15 000 premiers, 12% sur les 30 000 suivants, et 14% sur les 170 000 restants. Au total, en comptant son à-valoir, l’ex-compagne de François Hollande pourrait empocher 642 000 euros une fois tous les exemplaires vendus. Et comme l’a confié ce matin un libraire parisien à un journaliste d’i>Télé, Merci pour ce moment devrait rapidement devenir un best-seller : il se vend « comme des petits pains ». « Du jamais vu depuis Harry Potter », note l’intervieweur. Ah, la magie des déclarations fracassantes…

Voici.fr  par M.A.

Contre-offensive au brûlot de Valérie Trierweiler

septembre 4, 2014

Face à la déferlante d’accusations de Valérie Trierweiler dans son livre paru jeudi, l’exécutif français, Ségolène Royal et Manuel Valls en tête, a lancé une contre-offensive. Les responsables politiques de la majorité discréditent l’ouvrage, qu’ils présentent comme une grotesque charge contre François Hollande.

Quelques lignes de « Merci pour le moment », l’ouvrage de l’ex-compagne du chef de l’État, ont déchaîné une tempête de réactions outrées. « Il s’est présenté comme l’homme qui n’aime pas les riches. En réalité, le président n’aime pas les pauvres. Lui, l’homme de gauche, dit en privé : ‘les sans-dents’, très fier de son trait d’humour », a écrit Valérie Trierweiler.

Ségolène Royal s’est emportée la première, balayant d’un « c’est n’importe quoi ! » l’assertion de Valérie Trierweiler. L’actuelle ministre de l’Environnement est la mère des quatre enfants du président, dont elle a partagé la vie pendant une trentaine d’années.

« C’est le contraire de l’engagement politique d’un grand responsable de gauche, socialiste », a-t-elle ajouté. La ministre en veut pour preuve l’action de François Hollande en faveur « des plus précaires » et des « anciens » lorsqu’il était à la tête du conseil général de Corrèze.

« Marivaudage de supermarché »
En l’absence de réaction de l’Élysée, c’est le premier ministre Manuel Valls qui a volé jeudi au secours du président. Au détour d’un déplacement de rentrée, il a dénoncé des « attaques outrancières » et un « mélange de la vie publique et de la vie privée » qui « abaisse le débat ».

Secrétaire d’État à la Réforme territoriale, Thierry Mandon a laissé lui aussi éclater sa colère: « Je me fiche de ce que pense Mme Trierweiler qui fait beaucoup de mal à la vie publique en faisant ce livre, qui fait beaucoup de mal au métier de journaliste, qui finalement semble nous produire une sorte de marivaudage de supermarché dont on se serait bien passé ».

« Il suffit d’aller à Tulle, d’aller en Corrèze, de regarder un certain nombre de décisions qu’il a prises dans ce quinquennat pour les plus fragiles pour se rendre compte que tout cela est une triste farce », a-t-il encore argué.

Quant à la présidente du Front national, Marine Le Pen, elle considère l’ouvrage comme « un déshonneur pour la France qui touche autant celle qui parle que celui dont elle parle ».

 

Romandie.com

Valérie Trierweiler: « Je suis son faire-valoir mais je ne dois rien valoir »

septembre 3, 2014

Dans Merci pour ce moment, Valérie Trierweiler raconte, sans tabous, sa relation et sa rupture avec François Hollande, qu’elle n’épargne pas. Paris Match en publie des extraits ce mercredi. Selon Le Parisien, le chef de l’Etat, qui n’était pas au courant de la publication, est « atterré. »

Valérie Trierweiler: "Je suis son faire-valoir mais je ne dois rien valoir"

Valerie Trierweiler publie jeudi un livre, écrit « dans le plus grand secret », relatant sa relation avec le chef de l’Etat.REUTERS

Elle l’assure: tout ce qu’elle a écrit « est vrai. » Valérie Trierweiler raconte ses « années enchantées » puis la manière dont elle a vécu la fin de sa relation avec François Hollande, dans un livre publié jeudi et dont Paris Match a révélé quelques extraits ce mercredi.

Dans Merci pour ce moment (Les Arènes), la journaliste relate notamment comment elle a appris l’existence d’une liaison entre le chef de l’Etat et l’actrice Julie Gayet, révélée par l’hebdomadaire Closer. Ce qui a conduit à leur rupture le 25 janvier, officialisée par le chef de l’Etat dans un communiqué. »L’information Julie Gayet est le premier titre des matinales. (…) Je craque, je ne peux pas entendre ça, je me précipite dans la salle de bains. Je saisis le petit sac en plastique qui contient des somnifères (…) François m’a suivi (sic). Il tente de m’arracher le sac. Je cours dans la chambre. Il attrape le sac qui se déchire. Des pilules s’éparpillent sur le lit et le sol. Je parviens à en récupérer. J’avale ce que je peux. Je veux dormir. Je ne veux pas vivre les heures qui vont arriver. Je sens la bourrasque qui va s’abattre sur moi et je n’ai pas la force d’y résister. Je veux fuir. Je perds connaissance », écrit Valérie Trierweiler selon un extrait publié par Paris Match.

« Il dit qu’il me regagnera comme une élection »

Trois autres courts extraits sont publiés par l’hebdomadaire, par ailleurs employeur de la journaliste: un relatant les premières réactions de François Hollande lorsque le futur chef de l’Etat a appris, en 2011, l’arrestation à New York de son rival socialiste Dominique Strauss-Kahn, un autre sur la jalousie de Michèle Obama (« je me réjouis de ne pas être la seule jalouse », écrit Valérie Trierweiler) alors que le président américain se photographiait avec la Première ministre danoise lors des obsèques de Nelson Mandela, et un dernier relatant une irruption de Ségolène Royal lors d’un tête à tête au restaurant.

Valérie Trierweiler aborde également l’après-rupture. Paris Match rapporte que François Hollande continue à lui écrire, « jusqu’à 29 textos en une journée. « Il me dit qu’il a besoin de moi. Chaque soir, il me demande de dîner avec lui. […] Il me dit qu’il me regagnera comme si j’étais une élection », écrit l’ex-première dame de France dans le livre.

Tout au long de ses anecdotes, Valérie Trierweiler n’épargne jamais François Hollande, dont elle nous montre un visage bien sombre. Avant un dîner d’Etat, ce dernier lui demande « Ca te prend beaucoup de temps pour être aussi belle? » Après avoir répondu un « oui, un peu », Valérie Trierweiler essuie un « en même temps, on ne te demande rien d’autre » de son ex-compagnon. Elle assure que ce n’était pas dit sur le ton de la plaisanterie. « Il est froid. Ne sourit pas. Je suis son faire-valoir, mais je ne dois rien valoir », tacle-t-elle.

Amours, déchirures, passions

« Question secrets d’Etat, il (François Hollande) peut dormir sur ses deux oreilles. Valérie parle d’amours, de déchirures et de passions », résume la journaliste Catherine Schwaab dans les colonnes de Paris Match. Le magazine parle d’un livre de 320 pages, « rédigé dans le plus grand secret » et qui ne parle que de deux personnages: Valérie et François.

De son côté, l’Elysée assure qu’il n’était « pas au courant » de sa parution imminente. « Nous n’étions pas au courant et donc, par définition, nous n’avons pas lu ce livre », indique l’entourage du président François Hollande, sollicité ce mardi par l’AFP. « Le président n’a rien vu venir, il a appris la nouvelle hier matin, comme tout le monde, il ne sait pas ce qu’il y a dedans. Il est un peu atterré », raconte un autre proche du chef de l’Etat, cité par Le Parisien.

Lexpress.fr avec

La tension monte d’un cran entre les fils de Valérie Trierweiler et Nicolas Sarkozy

juillet 17, 2014
Deux coquelets en  chiens de faïence sur le net

Deux coquelets en chiens de faïence sur le net

Baston de fistons

Louis Sarkozy et Léonard Trierweiler n’en finissent plus de se chamailler sur Twitter, chacun défendant bec et ongles sa famille… Puéril mais mignon.

Louis Sarkozy et Léonard Trierweiler se sont encore engagés dans une petite guéguerre des mots sur Twitter.

Ils avaient déjà eu une première prise de bec très remarquée lorsque le fils de Valérie Trierweiler avait conseillé à Louis Sarkozy de retourner « pêcher le mérou » au lieu de traîner sur les réseaux sociaux.

Hier soir, une assistante parlementaire, Marie Huteau, a interpellé Léonard Trierweiler sur Twitter : « On attend les commentaires de @trierweiler3 » a-t-elle écrit, en mettant en copie un papier de L’Express intitulé « Ce que Valérie Trierweiler a coûté à la République. »

Une provocation à laquelle a tout de suite répondu le fougueux jeune homme de 16 ans. « C’est comme si vous demandiez à @Sarko_Junior de rendre des comptes sur les 600 milliards de dettes de son père. Pas très malin ! » a-t-il tweeté.

Quelques minutes plus tard, Louis Sarkozy a lui aussi réagi en postant un article du Point sur les sommes dépensées par l’Elysée pour Valérie Trierweiler. « Certes @Sarko_Junior mais ce n’est pas ma mère qui bénéficiait d’une carte de crédit de l’Elysée pour ses dépenses personnelles… », lui a alors assené Léonard Trierweiler. « Ça tombe bien, la mienne non plus ! », a aussitôt répliqué le fils de Nicolas Sarkozy et Cécilia Attias.

Un petit combat de coquelets 2.0 sans trop de conséquences. Il ne faudrait pourtant pas que ces deux-là se croisent dans la vie réelle. A un internaute qui suggérait de les mettre face à face sur un ring, Louis Sarkozy a répondu : « Quand vous voulez, chez les militaires, on apprend à se battre. » A coups de mérou ?

Voici.fr par P.S.B.

Combien a coûté la première dame Valérie Trierweiler à l’Etat français ?

juillet 16, 2014
Valérie Trierweiler

Valérie Trierweiler

L’heure des comptes

Restée première dame un peu plus d’un an et demi, Valérie Trierweiler a quitté ses bureaux de l’Elysée en début d’année. La cour des comptes vient de publier son rapport sur les comptes des services de la présidence de la République et un passage entier relève les coûts liés à l’ancienne compagne de François Hollande.

Depuis le 25 janvier 2014 et l’officialisation de sa rupture avec Valérie Trierweiler suite à la révélation de la liaison de François Hollande et Julie Gayet, il n’y a plus de première dame à l’Elysée. Pendant de longs mois, la journaliste de Paris Match a pourtant bénéficié des services de la République.

En mai 2013, le Premier ministre de l’époque, Jean-Marc Ayrault, avait déjà évoqué le coût pour les finances de l’Etat des collaborateurs affectés au service de la première dame. Il avait noté une rémunération mensuelle de près de 20 000 euros, soit trois fois moins que Carla Bruni, avait-il relevé à titre de comparaison.

Hier, la cour des comptes a publié sur son site Internet son « rapport sur les comptes et la gestion des services de la présidence de la République », en 2013, comme l’a rapporté L’Express. Dans la seconde partie, intitulée « la situation financière et l’exécution en 2013 », une partie recense « les dépenses liées à Mme Valérie Trierweiler ». Les cinq collaborateurs qui travaillaient directement avec l’ancienne compagne de François Hollande ont coûté 396 900 euros bruts à l’Etat. À cela, s’ajoutaient les rémunérations des officiers du groupement de sécurité de la présidence de la République dont le montant n’a pas été précisé. En février dernier, « les postes ont tous été supprimés, est-il précisé dans le rapport. Ces personnels ont été affectés sur des postes vacants au sein de la Présidence ou remis à la disposition de leur administration d’origine. »

Voyageant dans le cadre de ses fonctions de première dame (représentation ou soutien à des causes humanitaires), le montant total de ses déplacements s’élève à 85 000 euros. Valérie Trierweiler bénéficiait en outre au rez-de-chaussée de l’Hôtel d’Evreux de six bureaux et du salon des Fougères. Des lieux de prestige dont elle a définitivement rendu les clés il y a bientôt six mois.

Voici.fr par M-A.K.

Valérie Trierweiler, Carla Bruni et d’autres rassemblées pour les lycéennes enlevées

mai 13, 2014
Rassemblement de soutien pour les lycéennes du Nigeria

Rassemblement de soutien pour les lycéennes du Nigeria

Des retrouvailles pour la bonne cause

De nombreuses stars et personnalités politiques se sont retrouvées ce matin sur la place du Trocadéro pour protester contre l’enlèvement des lycéennes enlevées au Nigeria. Le rassemblement a notamment marqué les retrouvailles de Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy.

Le point commun entre Léa Seydoux, Sonia Rolland, Alexandra Lamy, Géraldine Nakache, Line Renaud, Inès de La Fressange, Carla Bruni-Sarkozy, Valérie Trierweiler ou encore Sandrine Kimberlain ?

Toutes ont aujourd’hui répondu à l’appel de Lisa Azuelos, Karine Silla Perez, et de l’ancienne ministre Yamina Benguigui et se sont rendues sur la place du Trocadéro afin de demander la libération des lycéennes nigériannes kidnappées par Boko Haram.

Lancée sur la toile il y a quelque semaines, la campagne #BringBackOurGirls mobilise déjà outre-Atlantique les personnalités les plus influentes, parmi lesquelles Michelle Obama, Emma Watson, ou encore Bradley Cooper, qui ont participé à l’opération en postant des photos sur les réseaux sociaux.

Ce rassemblement a notamment marqué le premières retrouvailles publiques entre Carla Bruni-Sarkozy et Valérie Trierweiler, les deux ex-premières dames que les photographes n’avaient plus immortalisées ensemble depuis une certaine passation de pouvoir a l’Elysée. En revanche et contrairement a ce qui avait été annoncé, Julie Gayet n’a finalement pas fait le déplacement…

Voici.fr par JD