Posts Tagged ‘Vatican’

Visite du pape : un grand pas vers des excuses officielles du Vatican

octobre 27, 2021

L’annonce de la visite du pape au Canada par le Vatican, mercredi, ravive les espoirs des communautés autochtones qui continuent de demander des excuses officielles pour les exactions commises dans les pensionnats. Mais ce déplacement n’éteint pas pour autant le désir de justice des Autochtones, comme l’a souligné Rose Anne Archibald, cheffe nationale à l’Assemblée des Premières Nations.

Le souverain pontife lors d'une audience au Vatican

© Gregorio Borgia/Associated Press Le souverain pontife lors d’une audience au Vatican

Je continue à demander que l’Église catholique soit tenue responsable de son rôle dans l’assimilation forcée et du génocide de nos enfants, familles et nations, a-t-elle réagi sur Twitter. Quelqu’un doit être inculpé pénalement. Et que les réparations soient accordées aux Premières Nations.»

La venue du pape, dont les préparatifs s’échelonnent habituellement sur six mois, devrait avoir lieu en 2022 pendant les beaux jours ou à l’automne», indique Mgr Raymond Poisson, président de la Conférence des évêques catholiques du Canada.

La cheffe nationale RoseAnne Archibald se dit prête à accueillir le pape François pour des excuses attendues depuis longtemps aux survivants et à leurs descendants», à l’instar de celles prononcées en 2015, en Amérique du Sud, où le souverain pontife s’était excusé pour les péchés» et les blessures» infligées aux peuples autochtones lors de l’arrivée des colons européens.

Ces paroles doivent néanmoins s’accompagner d’actions concrètes, a déjà souligné la cheffe nationale, en indiquant que les Premières Nations n’accepteront plus les excuses vides d’Ottawa et de l’Église sur le passé des pensionnats».

Dans son message sur Twitter, RoseAnne Archibald a également exhorté le pape à renoncer et à révoquer officiellement la doctrine de la découverte», une politique émanant à l’origine des décrets délivrés par le pape au XVe siècle et qui autorisait les explorateurs chrétiens à revendiquer ce qu’on appelle la terra nullius (ou terres vacantes). Une notion qui octroyait aux Européens le sentiment qu’ils étaient racialement et religieusement supérieurs.

Sipi Flamand, jeune vice-chef des Atikamekw de Manawan, partage les mêmes attentes: recevoir une reconnaissance de la responsabilité de l’Église ne suffit pas, encore faut-il obtenir réparation. Le Vatican est très riche, pourquoi ne fournirait-il pas des services aux Autochtones?» se questionne M. Flamand.

Il en va de la confiance à restaurer» entre l’institution religieuse et les catholiques des communautés – beaucoup de nos membres sont croyants», précise le vice-chef – et du chemin vers la guérison que tout le monde appelle de ses vœux.

L’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL), qui plaide depuis plusieurs années pour des excuses officielles du pape, ne s’est pas encore prononcée sur la venue du souverain pontife en 2022.

Rencontre préparatoire en décembre

Pour la cheffe nationale de l’Assemblée des Premières Nations, l’Église et les communautés autochtones doivent continuer à marcher ensemble sur le sentier de la guérison», ce que souhaite également Mgr Raymond Poisson, à la tête de la Conférence des Évêques catholiques du Canada.

Dans le contexte de l’année présente, avec les écoles résidentielles, la découverte des cimetières, l’émotion est devenue plus vive, observe Mgr Poisson. On a cheminé avec eux, on a fait des cercles d’écoute, on est présents dans les communautés autochtones […].»

La parole des Autochtones se transportera directement au Vatican, en décembre, à l’occasion de trois demi-journées d’audience que le pape accorde à une délégation canadienne. Il s’en inspirera sûrement pour prononcer des excuses officielles, selon Mgr Poisson.

C’est très généreux de sa part, souligne-t-il, pour savoir quel est cet héritage, comment on vit ça, et surtout quelle est la situation présente de nos frères et de nos sœurs autochtones au Canada, comment on vit ensemble et quels sont les chemins de la réconciliation.»

En juin, le premier ministre Justin Trudeau avait demandé à l’Église que tous les dossiers en sa possession soient remis aux autorités, insistant pour une approche plus ouverte et responsable» quant au rôle qu’elle a joué dans les pensionnats autochtones.

Avant d’avoir fait le ménage, si je puis dire, dans tous les tiroirs, de toutes les institutions impliquées – il reste peut-être encore des choses – il y a une volonté évidente de la part des institutions ou de la part de l’Église, au niveau diocésain, d’offrir toutes la documentation possible et impossible», assure, de son côté, le président de la Conférence des Évêques catholiques du Canada.

Quelque 150 000 enfants membres des Premières Nations, Métis et Inuit ont été enrôlés de force dans 139 pensionnats semblables à travers le pays, où ils ont été coupés de leurs familles, de leur langue et de leur culture.

Nombre d’entre eux ont été soumis à de mauvais traitements ou à des abus sexuels, et plus de 4000 y ont trouvé la mort, selon la Commission de vérité et réconciliation qui avait conclu à un véritable génocide culturel.

Avec Associated Press par Maud Cucchi 

Un institut du Vatican sur les agressions d’enfants étend son mandat aux adultes

octobre 13, 2021

ROME — Le principal institut de recherche de l’Église catholique qui étudie les agressions sexuelles sur mineurs étend son mandat pour inclure également les agressions sexuelles et spirituelles sur les adultes.

© Fournis par La Presse Canadienne

Le Vatican semble ainsi prendre conscience que les enfants ne sont pas les seules victimes de membres du clergé qui abusent de leur pouvoir et de leur autorité.

Le révérend Hans Zollner, l’un des principaux conseillers du pape François dans le dossier des agressions sexuelles, a déclaré que la portée plus large de l’institut académique reflète les leçons du mouvement #MoiAussi, la propre reconnaissance du pape que les religieuses et les séminaristes adultes peuvent aussi être maltraités par leurs supérieurs, et la preuve que des problèmes systémiques et structurels au sein de l’Église ont permis une multiplication des agressions.

«Nous ne pouvons plus nous limiter aux problèmes individuels: nous devons également examiner les conditions institutionnelles qui favorisent (les agressions) ou empêchent un environnement sécuritaire», a déclaré M. Zollner à l’Associated Press mercredi.

Il a accordé cette entrevue à la veille du lancement officiel du nouvel institut à l’Université pontificale grégorienne, à Rome. L’Institut d’anthropologie et d’études interdisciplinaires sur la dignité humaine et le soin intègre le Centre pour la protection de l’enfance, fondé il y a dix ans. En tant que département d’anthropologie sanctionné par le Vatican, l’institut académique peut désormais décerner des diplômes universitaires, former son propre corps professoral et s’associer sur un pied d’égalité avec d’autres universités.

Étendre l’objectif de l’institut au-delà de la protection de l’enfance est important, étant donné que le Vatican a tendance à développer des politiques en s’appuyant sur la recherche universitaire et les conférences internationales de ses universités pontificales pour jeter les bases des décisions prises plus haut dans la hiérarchie de l’Église. 

Pour le père Zollner, la croissance d’un institut de sauvegarde à part entière couve depuis plus d’une décennie, et pourtant, elle se heurte toujours à des résistances. «Je me débats depuis longtemps avec cette question: pourquoi, dans l’Église, luttons-nous pour accepter l’existence parmi nous d’abus commis par des membres du clergé? Pourquoi est-ce si difficile d’accepter cela, de voir cette réalité? Parce qu’il y a encore des gens qui nient cette réalité et disent: ‘Nous n’avons pas de cas’», a-t-il déclaré.

M. Zollner a déclaré que l’idée d’élargir le champ de l’étude est venue après qu’un rapport du grand jury de Pennsylvanie en 2018 a révélé comment plusieurs évêques de l’État avaient systématiquement couvert les prêtres agresseurs. Des rapports d’enquête ultérieurs sur les abus du clergé, y compris en Allemagne, pays natal de M. Zollner, et plus récemment en France, ont identifié les mêmes problèmes systémiques et structurels.

Toujours en 2018, le Vatican a commencé son enquête sur l’ex-cardinal Theodore McCarrick, un archevêque américain qui a finalement été défroqué par François après que le Vatican a déterminé qu’il avait agressé sexuellement des mineurs ainsi que des séminaristes adultes sous son autorité.

M. Zollner a souligné que le nouvel institut ne mettait en aucun cas de côté son objectif principal sur la protection de l’enfance, qualifiant l’agression sexuelle d’enfants de «la chose la plus horrible à laquelle vous puissiez penser».

Mais le mandat élargi permettra l’étude de problèmes qui étaient auparavant en dehors de la portée d’origine du centre, a-t-il déclaré, tels que les abus spirituels d’adultes par les dirigeants de nouveaux mouvements religieux, ou les facteurs institutionnels et structurels au sein de l’Église qui ont facilité les abus.

Avec Nicole Winfield, The Associated Press

Vatican: Jean-Paul 1er, pape pendant 33 jours, va être béatifié

octobre 13, 2021

JEAN-PAUL 1ER, PAPE PENDANT 33 JOURS, VA ÊTRE BÉATIFIÉ

© Reuters/Reuters Photographer JEAN-PAUL 1ER, PAPE PENDANT 33 JOURS, VA ÊTRE BÉATIFIÉ

CITE DU VATICAN (Reuters) – Jean-Paul 1er, qui n’a été pape que pendant 33 jours jusqu’à son décès soudain en 1978, va être béatifié, a annoncé mercredi le Vatican.

Le pape François a autorisé la Congrégation pour les causes des saints à promulguer un décret sur une guérison miraculeuse attribuée au pape d’origine italienne, né Albino Luciani, condition sine qua non pour qu’il soit béatifié.

Elu pape le 26 août 1978, Jean-Paul 1er est décédé le 28 septembre de la même année à l’âge de 65 ans. Jean-Paul II lui a succédé sur le trône pontifical.

Sa mort soudaine a donné lieu à de nombreuses théories plus ou moins fantaisistes évoquant un meurtre ou un empoisonnement mais le pape aurait en réalité succombé à une crise cardiaque dans son sommeil.

Selon le Vatican, la guérison miraculeuse en faveur de laquelle il aurait intercédé est celle d’une fillette de 11 ans à Buenos Aires, en Argentine, pays d’origine du pape François.

Une fois béatifié, à une date qui reste à déterminer, Jean-Paul 1er pourrait être proclamé « saint », comme trois autres souverains pontifes qui ont régné pendant la seconde moitié du XXe siècle: Jean XXIII (1958-1963), Paul VI (1963-1978) et Jean-Paul II (1978-2005).

Avec Reuters par (Philip Pullella, version française Tangi Salaün)

Vatican: Le pape présidera à la prière du dimanche de sa chambre d’hôpital

juillet 9, 2021

LE PAPE PRÉSIDERA À LA PRIÈRE DU DIMANCHE DE SA CHAMBRE D'HÔPITAL

© Reuters/REMO CASILLI

CITE DU VATICAN (Reuters) – Le pape François se remet normalement de son opération du côlon, est capable de marcher et de travailler mais son état ne lui permet pas pour le moment de retourner au Vatican pour la prière du dimanche midi, a déclaré vendredi le Saint-Siège.

La prière du dimanche se fera de sa chambre de l’hôpital Gemelli à Rome, a précisé le Vatican. Cette annonce donne à penser que la durée de convalescence du pape, hospitalisé dimanche, dépassera les sept jours initialement prévus.

Le pape François, âgé de 84 ans, a été opéré pour une « sténose diverticulaire du côlon », une pathologie qui touche davantage les personnes âgées et se manifeste par des douleurs à l’abdomen et des troubles du transit.

Depuis son élection en 2013, c’est la première fois que le pape ne prononcera pas cette prière du dimanche de la place Saint-Pierre. Les seules fois où un tel événement a lieu, François était en déplacement à l’étranger.

Avec Reuters par (Reportage Philip Pullella; version française Claude Chendjou, édité par Sophie Louet)

Vatican: le pape veut renforcer la coopération internationale contre la délinquance financière

mars 27, 2021

Le pape a appelé samedi à poursuivre la réforme de la justice du Vatican et renforcer la coopération avec les institutions judiciaires étrangères dans la lutte contre la délinquance financière. François a rappelé que le Vatican a engagé depuis plusieurs années la mise en conformité de son système judiciaire avec les «bonnes pratiques» internationales en matière de répression des délits financiers.

Cette entreprise va «s’intensifier pour faciliter et accélérer la coopération internationale entre les services d’investigation du Vatican et les institutions homologues des autres nations», a-t-il précisé. «Il apparaît désormais urgent d’identifier et d’introduire, sous forme de règles spécifiques ou de protocoles d’accord, de nouvelles formes de coopération plus incisives, comme le demandent les organismes de surveillance des marchés financiers au niveau international», a ajouté le souverain pontife.

Le promoteur de justice, équivalent d’un procureur conduisant l’action judiciaire, a reconnu que la justice vaticane pouvait accuser des lenteurs et rencontrer une «résistance d’appareil» au sein même de la cité-Etat, sans apporter de précisions. Ces résistances «n’empêchent pas une activité judiciaire intense» marquée en janvier par «les lourdes condamnations» prononcées dans le procès de la vente frauduleuse de biens immobiliers du Saint-Siège, a relevé Gian Piero Milan. Dans cette affaire, un ex-président de l’Institut pour les œuvres de religion -IOR, nom officiel de la banque du Vatican- et un avocat ont été condamnés à près de neuf ans de prison pour blanchiment et de détournements de fonds.

La justice vaticane enquête actuellement sur un scandale immobilier qui pourrait également déboucher sur un procès: le circuit d’achat opaque d’un immeuble de luxe londonien par la Secrétairerie d’Etat (gouvernement central du Vatican), qui a permis à des intermédiaires italiens de s’attribuer de juteuses commissions. Depuis lors, le Saint-Siège a décidé de transférer le patrimoine financier et immobilier de la Secrétairerie d’Etat à une autre administration.

Par Le Figaro avec AFP

Vatican: l’Église ne peut bénir le mariage gai car Dieu ne bénit pas le péché

mars 15, 2021

© Fournis par La Presse Canadienne

VATICAN — Le Vatican affirme lundi qu’il est impossible que l’Église catholique puisse bénir les mariages de personnes de même sexe, car Dieu ne peut bénir le péché.

Cette position approuvée par le pape François, expliquée sur deux pages et publiée dans sept langues, a été rendue publique par la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF), qui assure qu’il ne s’agit pas d’une discrimination injuste et qu’il n’y a aucun jugement sur les personnes.

Le Vatican tient à ce que les homosexuels soient traités avec dignité et respect, mais il affirme que les relations sexuelles entre personnes de même sexe sont intrinsèquement désordonnées.

L’Église ajoute que l’enseignement catholique stipule que la volonté de Dieu est que le mariage doit unir un homme et une femme afin qu’il puisse donner la vie.

Dans de telles circonstances, le mariage gai ne peut recevoir la bénédiction de l’Église selon la publication signée par le préfet de la Congrégation, le cardinal Luis Ladaria, et le secrétaire, l’archevêque Giacomo Morandi.

La Congrégation pour la Doctrine de la Foi n’exclut pas que des bénédictions soient accordées individuellement à des personnes ayant des inclinations homosexuelles.

Avec La Presse Canadienne

Vatican: Le pape accepte la démission du cardinal guinéen Robert Sarah

février 21, 2021
Cardinal Robert Sarah sur la place Saint Pierre le 4 mars 2013.

Le pape François a accepté la démission du cardinal guinéen ultra-conservateur Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, a annoncé samedi le Vatican.

Le cardinal Robert Sarah, qui avait présenté sa démission le 15 juin 2020 à l’occasion de ses 75 ans (âge officiel de la retraite au Vatican), s’était retrouvé mêlé à une polémique après la sortie en janvier 2020 d’un livre défendant avec force le célibat des prêtres, thème brûlant de l’Église, co-signé avec le pape émérite Benoît XVI.

La sortie en France de cet ouvrage intitulé Des profondeurs de nos coeurs, avec en couverture les photos de Benoît XVI et du cardinal Sarah, avait suscité de nombreuses interrogations sur le pape émérite, affaibli par son grand âge. Ce livre était apparu pour certains comme une immixtion dans le pontificat du pape François, et pour d’autres comme un coup de semonce provenant de la frange traditionaliste de l’Église.

Face à la polémique, Benoît XVI avait demandé que son nom soit retiré de la couverture du livre, ainsi que de l’introduction et de la conclusion co-signées. Mgr Sarah a réagi samedi à l’annonce du Vatican sur son compte Twitter : « Je suis entre les mains de Dieu. Le seul roc, c’est le Christ. Nous nous retrouverons très vite à Rome et ailleurs. 

Successeur

Nommé archevêque de Conakry en 1979 par Jean Paul II, à seulement 34 ans, Mgr Sarah avait été nommé cardinal en 2010 par Benoît XVI, puis à la tête de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements en 2014 par le pape François.

Le nom de son successeur n’a pas été annoncé dans l’immédiat. L’un de ses dernières décisions à la tête de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements a été de publier le 17 février les lignes directrices pour que les célébrations de Pâques 2021 se déroulent « de la manière la plus efficace possible pour nos communautés, tout en respectant le bien commun et la santé publique », alors que la pandémie du Covid-19 fait encore rage.

Le pape a également accepté samedi la démission du vicaire général pour la Cité du Vatican et président de la Fabrique de saint Pierre (qui gère les travaux d’entretien et de restauration au Vatican, notamment de la basilique Saint-Pierre), le cardinal Angelo Comastri, auquel succédera le franciscain Mauro Gametti, récemment nommé cardinal et Gardien général du couvent sacré de saint François à Assise.

Par Jeune Afrique avec AFP

Vatican: une Française nommée sous-secrétaire du Synode, première femme à ce poste

février 6, 2021

Une religieuse, Sœur Nathalie Becquart, devient la première femme à obtenir le droit de vote au Synode.

Le pape François a nommé samedi 6 février la Française Nathalie Becquart sous-secrétaire du Synode des Évêques, première femme à ce poste, a annoncé le Vatican. Religieuse de la congrégation des Xavières, Nathalie Becquart était depuis 2019 consultante du synode, l’assemblée des évêques chargée d’étudier les grandes questions doctrinales de l’Église catholique.

Sa nomination reflète la volonté du pape de promouvoir «une plus grande participation des femmes dans les processus de discernement et de décision ecclésiaux», a expliqué le secrétaire général du synode, le cardinal Mario Grech, dans un entretien à des médias du Saint-Siège. Nathalie Becquart devient donc aussi la première femme à obtenir le droit de vote au synode.

«Lors des derniers synodes, le nombre de femmes ayant participé en tant qu’expertes ou auditrices a augmenté. Avec la nomination de sœur Nathalie Becquart et sa possibilité de participer avec droit de vote, une porte a été ouverte», a ajouté le cardinal Grech.

Née à Fontainebleau en 1969, Nathalie Becquart est diplômée d’HEC, a étudié la philosophie et la théologie au Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris, ainsi que la sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Elle s’est récemment spécialisée en ecclésiologie à la Boston College School of Theology and Ministry, aux États-Unis, selon le site Vatican News . Elle a dirigé en France le Service national pour l’évangélisation des jeunes et des vocations de la Conférence des évêques de France de 2012 à 2018.

Nathalie Becquart a publié plusieurs essais dont «Religieuse, pourquoi? Cette vie en vaut la peine» et «C’est maintenant le temps favorable – Cinq regards de femmes sur la crise». Le pape a également nommé sous-secrétaire l’Espagnol Luis Marín de San Martin, membre de l’Ordre de saint Augustin.

Par Le Figaro avec AFP

Vatican: Première apparition du pape après une absence due à une sciatique

janvier 1, 2021

Le pape François a fait vendredi 1er janvier sa première apparition publique de l’année après avoir dû annuler sa participation à deux célébrations à la basilique Saint-Pierre jeudi soir et vendredi matin pour cause de «sciatique douloureuse».

Debout derrière son pupitre installé à l’intérieur de la bibliothèque du Palais apostolique, le pape a prononcé la traditionnelle prière de l’Angélus, encadré par un sapin et une crèche de Noël.

«Je vous adresse à tous mes voeux de paix et de sérénité pour la nouvelle année», a-t-il déclaré. «Les douloureux événements qui ont marqué le vie de l’humanité l’an passé, en particulier la pandémie, nous ont enseigné à quel point il est nécessaire de s’intéresser aux problèmes des autres et de partager leurs inquiétudes».

Jeudi, le Vatican avait annoncé que le pape, atteint par «une douloureuse sciatique», ne serait pas en mesure de présider les célébrations liturgiques prévues jeudi soir et vendredi matin à la Basilique Saint-Pierre.

Par Le Figaro avec AFP

Publication : le pape préface un ouvrage consacré au « rite zaïrois »

décembre 8, 2020

L’ouvrage collectif intitulé « Papa Francesco e il ‘Messale Romano per le diocese dello Zaire’. Un rito promettente per altre culture », (en français : « Le pape François et le ‘Missel romain pour les diocèses du Zaïre’. Un rite prometteur pour les autres cultures »), sera publié ce mercredi 9 décembre, et a été supervisé par la sœur Rita Mboshu Kongo, originaire de la RDC et professeur de théologie spirituelle et de formation à la vie consacrée à l’université pontificale urbanienne à Rome.

La couverture du livre

Le rite zaïrois reste le premier et le seul rite inculturé de l’Eglise latine approuvé après le Concile Vatican II. Le nouvel ouvrage, publié par la Libraire Éditrice Vaticane (LEV), est préfacé par le pape François qui y développe sa vision de l’inculturation dans le domaine liturgique. Le livre, écrit en italien et divisé en cinq parties, ouvre à la connaissance et à l’approfondissement du « rite congolais ». Il explore différents aspects du Missel romain pour les diocèses du Zaïre, approuvé en 1988 par la congrégation pour le culte divin.

 La première partie, indique la Radio Vatican, est consacrée à l’évolution du Missel romain et à l’inculturation liturgique. Il s’agit ici de voir le lien entre le Missel romain et le Missel romain pour les diocèses du Zaïre. La deuxième partie est consacrée à la genèse et à l’élaboration du Missel romain pour les diocèses du Zaïre. Dans la troisième partie, les éléments culturels, issus des traditions, valeurs et rites africains, sont mis en évidence. Quant à la quatrième partie, après avoir examiné attentivement l’apport de la spiritualité africaine dans le Missel romain pour les diocèses du Zaïre, elle aborde la question de la spiritualité africaine qui découle du Missel romain pour les diocèses du Zaïre et qui est appelée à élargir le sens même de certaines valeurs, telles que la fraternité, la solidarité, le service et le partage, devenant une véritable source de libération pour la communauté des priants. Enfin, la cinquième partie est consacrée à la description de l’engagement de Sœur Rita en faveur des femmes.  Pour Sœur Rita, la femme africaine représente la communauté entière, l’histoire d’un peuple. Pour cette raison, elle veut rester fidèle à sa racine culturelle, mais de manière dynamique.

Un «exemple d’inculturation liturgique»

Dans sa préface de ce livre, le Pape François présente le rite zaïrois comme «un exemple d’inculturation liturgique» qui pourrait donc représenter une source d’inspiration pour d’autres aires géographiques, comme l’Amazonie. «Le cas du rite zaïrois suggère une voie prometteuse également pour l’élaboration éventuelle d’un rite amazonien, dans la mesure où les besoins culturels d’une zone spécifique du contexte africain sont pris en compte, sans bouleverser la nature du Missel romain, comme garantie de continuité avec la tradition ancienne et universelle de l’Église», écrit le Pape François. Cette forme de célébration, selon le Saint-Père, met en valeur «une culture et une spiritualité animées par des chants religieux au rythme africain, le son des tambours et autres instruments de musique qui constituent un réel progrès pour l’enracinement du message chrétien dans l’âme congolaise». En outre, François exhorte de nouveau les peuples à « invoquer Dieu, qui s’est révélé par Jésus-Christ avec ses paroles, avec son langage religieux, poétique, métaphorique, symbolique et narratif » et à suivre l’exemple du peuple zaïrois.

Ont contribué à la rédaction de ce livre l’Abbé Maurizio Gronchi, prêtre de l’archidiocèse de Pise (Italie), professeur de Christologie à l’université pontificale urbanienne de Rome ; l’Abbé Jean-Pierre Sieme Lasoul, prêtre du diocèse d’Idiofa (RD Congo), professeur à l’université pontificale urbanienne et à la faculté pontificale de théologie Marianum de Rome ; le Père Olivier Ndondo Akwel-Mpem, SSS, doctorant en théologie dogmatique à l’université pontificale grégorienne de Rome ; Sœur Rita Mboshu Kongo, religieuse de la congrégation des Figlie di Maria Santissima Corredentrice, professeure de théologie spirituelle et formation à la vie consacrée à l’université pontificale urbanienne de Rome ; Mme Silvina Perez, journaliste et écrivaine italienne d’origine argentine, qui dirige l’édition espagnole de l’Osservatore Romano.

Seul rite inculturé de l’église latine

Pour rappel, le 1er décembre 2020 marquait le premier anniversaire de la messe en « rite congolais » présidée par le pape François en la basilique Saint-Pierre. En effet, le dimanche 1er décembre 2019, le Saint-Père avait ouvert le temps de l’Avent en célébrant une messe en rite zaïrois à la basilique Saint-Pierre, à l’occasion du jubilé de l’aumônerie congolaise de Rome. A l’issue de cette messe, sœur Rita Mboshu Kongo avait pris la parole pour remercier le Saint-Père et l’avait également invité à se rendre en RDC.

Avec Adiac-Congo par Patrick Ndungidi