Posts Tagged ‘Vatican’

Tidjane Thiam, nouveau « gardien » du capitalisme inclusif avec le Vatican

décembre 8, 2020
Tidjane Thiam à Davos, le 22 janvier 2019.

L’ancien patron franco-ivoirien de Credit Suisse intègre le Conseil pour un capitalisme inclusif, initié par le pape François, qui réunit une vingtaine de dirigeants mondiaux d’entreprises.

Mettre en avant la dimension morale de la vie économique pour favoriser « un développement humain intégral », tel était le vœu du souverain pontife lorsqu’il a lancé les premières consultations, fin 2019, avec une organisation américaine qui plaide pour une vision vertueuse de l’économie de marché, le Conseil pour un capitalisme inclusif.

Ce dernier annonce, ce 8 décembre, le lancement officiel d’un partenariat avec le Vatican. Concrètement, un groupe d’investisseurs et de chefs de grands groupes mondiaux, appelés « gardiens », s’engage à « réformer le capitalisme (…) pour le bien de l’humanité » et à promouvoir la dynamique auprès du secteur privé pour que capitalisme rime davantage avec justice, inclusion et développement durable.

Ces dirigeants, qui représentent plus de 10 500 milliards de dollars d’actifs sous gestion, doivent se réunir chaque année avec le pape François et le cardinal ghanéen Peter Turkson – l’un des deux cardinaux africains pressentis en 2013 pour succéder à Benoît XVI et devenir ainsi le premier « pape noir » de l’histoire – pour faire le point sur leurs actions visant à faire progresser le capitalisme inclusif.

Finance « désintéressée »

Parmi eux, l’ancien directeur général de Credit Suisse, Tidjane Thiam, dont les derniers choix dans la sphère économique témoignent d’une volonté pour celui que d’aucuns qualifient de « prodige de la finance » de partager son expérience au service du continent.

Depuis son départ de la deuxième plus grande banque helvète, le dirigeant a ainsi intégré la task force de l’Union africaine – aux côtés de Ngozi Okonjo-Iweala, Trevor Manuel et Donald Kaberuka -, chargée de trouver une solution coordonnée et continentale à la crise sanitaire.

Après une parenthèse ivoirienne, pendant la présidentielle remportée le 3 novembre par Alassane Ouattara, il est recruté par le Rwanda pour promouvoir la place financière de Kigali en intégrant le board du Rwanda Finance Limited.

Dirigeants de haut niveau

Thiam, qui siège depuis juin au conseil d’administration du numéro trois mondial du luxe, le français Kering, est par ailleurs membre du « Groupe des 30 », un organisme mondial indépendant, créé en 1978, et composé de dirigeants des secteurs public et privé.

Parmi eux, plusieurs anciens gouverneurs de banques centrales dont Jacob A. Frenkel, le président du conseil des administrateurs et ancien gouverneur de la banque centrale d’Israël, Jean-Claude Trichet, ancien gouverneur de la Banque de France puis de la Banque centrale européenne, ou encore Maria Ramos, coprésidente du groupe de travail du secrétaire général des Nations unies sur le financement numérique des objectifs de développement durable et ancienne DG d’Absa Group.À LIRE Tidjane Thiam, le banquier qui dérangeait la Suisse

Dans le cadre du Conseil pour un capitalisme inclusif, Tidjane Thiam se retrouve ainsi engagé aux côtés d’autres poids lourds mondiaux des affaires, tels le Mexicain Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE, l’Italo-Américain Carmine Di Sibio, PDG du géant de l’audit EY, Oliver Bäte, PDG du groupe allemand d’assurances Allianz, l’Indo-Américain Ayay Banga, PDG de Mastercard ou encore Kenneth Frazier, PDG de Merck & Co et premier dirigeant noir-américain d’un laboratoire pharmaceutique.

Avec Jeune Afrique par Aurélie M’Bida

Le Vatican dément avoir couvert les abus sexuels de l’ex-cardinal McCarrick

novembre 10, 2020

Le Saint-Siège a démenti mardi avoir passé sous silence les agissements sexuels de l’ex-cardinal américain, admettant toutefois dans un rapport avoir commis des erreurs sur la foi d’informations inexactes et incomplètes.

Le Vatican publie, mardi 10 novembre, un rapport inédit de 460 pages portant sur la chaîne de responsabilité qui a conduit à nommer et promouvoir, évêque puis cardinal, Théodore McCarrick, ancien archevêque de Washington. Après avoir établi comme faits vérifiés, ce qui n’était que des rumeurs – homosexuel, le prélat attirait de jeunes prêtres et séminaristes dans ses résidences personnelles – le pape François l’a déchu en 2018 de toutes ses fonctions, y compris le cardinalat, une mesure très rare.

Compte tenu de la notoriété du personnage – occupant le prestigieux poste de Washington de 2000 à 2006, il fut une figure de proue du catholicisme américain – sa dégradation ecclésiale (il fut même réduit à l’état laïc, il n’est donc plus prêtre, en 2019) a provoqué un scandale immense dans l’Église catholique américaine et au-delà.

Mais l’affaire a ouvert un second scandale en août 2018 quand l’ancien nonce apostolique aux États-Unis, Mgr Carlo Maria Vigano, publia un mémoire accusant le pape François d’avoir couvert, en connaissance de cause, les agissements de McCarrick allant jusqu’à lui confier des missions dans le monde. Vigano demanda alors la démission du pape. C’est cette lourde accusation qui a décidé le pape François à commander ce rapport détaillé et officiel reprenant, selon le Saint-Siège, tous les éléments d’archives et de témoignages sur l’affaire.

Une pratique sans précédent

Plus de deux années de travail dont une première synthèse indique que la nomination de McCarrick à Washington en 2000 par Jean-Paul II avait déjà été retardée suite à un avis négatif de l’archevêque de New-York, le cardinal O’Connor. Mais c’est une lettre adressée au pape polonais de Mgr McCarrick où il niait personnellement toutes les accusations qui finit par convaincre le pape Jean-Paul II de donner le feu vert. Une fois élu en 2005, Benoît XVI, refusa toutefois accorder une prolongation du mandat de Washington en 2006 parce que les doutes sur les agissements de McCarrick s’étaient encore renforcés.

Autre élément mis en avant dans la synthèse présentant le rapport, aucune plainte n’avait été déposée contre les agissements du prélat. Il visait de jeunes adultes. Cette absence de plainte a également freiné le discernement. Il a fallu que l’Eglise retrouve ces témoins et qu’ils acceptent de raconter les faits pour que Rome puisse acquérir la certitude que les rumeurs contre McCarrick étaient fondées.

Le cardinal Pietro Parolin, actuel secrétaire d’Etat, explique que c’est donc « avec douleur » que l’Eglise publie un tel rapport, une pratique sans précédent. Mais il souligne que cette affaire a permis des « avancées significatives » dans la réforme des procédures de lutte contre ce genre de phénomènes, surtout au niveau des évêques. Ils étaient relativement protégés jusque-là par le droit interne de l’Eglise. Ce n’est plus le cas désormais.

Avec Le Figaro par Jean-Marie Guénois

Le Vatican va ouvrir un centre d’accueil pour réfugiés à Rome

octobre 12, 2020

Un immeuble de Rome appartenant à des religieuses va être transformé en centre d’accueil pour une soixantaine de réfugiés, a annoncé lundi 12 octobre l’aumônier responsable des oeuvres de charité du pape François.

Le cardinal polonais Konrad Krajewski – parfois surnommé le «Robin des bois» du pape par la presse italienne – a précisé dans un communiqué que le centre accueillerait tout particulièrement des femmes seules ou avec enfants, ou encore des familles vulnérables, au cours de leurs premiers mois en Italie après leur arrivée grâce à des couloirs humanitaires.

Le besoin d’accueillir dignement les migrants a été répété par le pape François dans une récente lettre encyclique consacré à la fraternité, a-t-il souligné. L’immeuble romain a été mis gratuitement à la disposition du pape par les soeurs siciliennes de «la Divine Providence de Catane». Le centre d’accueil sera géré par la communauté catholique laïque italienne Sant’Egidio, qui organise depuis 2015 des couloirs humanitaires depuis la Syrie, la Corne de l’Afrique et la Grèce.

Par Le Figaro avec AFP

Le Vatican rassurant sur la santé de l’ancien pape Benoît XVI

août 3, 2020

 

Le Vatican s’est voulu lundi 3 août rassurant sur l’état de santé de l’ancien pape Benoît XVI, jugé pourtant «extrêmement fragile», selon le quotidien régional allemand Passauer Neue Presse qui cite un biographe de l’ancien pape, Peter Seewald.

«Les conditions de santé du pape émérite ne sont pas source d’inquiétudes particulières, sinon celles entourant une personne âgée de 93 ans en train de surmonter la phase la plus aiguë d’une maladie douloureuse, mais non grave», a annoncé la salle de presse du Vatican, citant son secrétaire personnel Mgr Georg Gänswein.

Premier pape à démissionner en près de 600 ans

Selon le journal Passauer Neue Presse, Benoît XVI souffre d’érysipèle au visage, une maladie infectieuse caractérisée par une tuméfaction rougeâtre qui entraîne de fortes démangeaisons et des douleurs intenses. «D’après Seewald, le pape émérite est désormais extrêmement fragile (…). Ses capacités intellectuelles et sa mémoire ne sont pas affectées, mais sa voix est à peine audible», a écrit lundi le Passauer Neue Presse.

Peter Seewald a rencontré samedi à Rome Benoît XVI pour lui présenter sa biographie, selon le quotidien. «Lors de cette rencontre, le pape émérite, en dépit de sa maladie, s’est montré optimiste et a déclaré que si ses forces augmentaient à nouveau, il reprendrait peut-être sa plume», a-t-il ajouté. Premier pape à démissionner en près de 600 ans, Benoît XVI, qui avait invoqué des raisons de santé, mène une vie retirée dans un petit monastère du Vatican depuis sa renonciation en 2013.

Avec Le Figaro avec AFP

Le Vatican publie un manuel d’enquête sur les agressions sexuelles au sein de l’Église

juillet 16, 2020

 

À l’initiative du pape François, le Vatican a diffusé, ce jeudi 16 juillet, des directives à destination des ecclésiastiques sur la procédure à suivre pour enquêter sur des soupçons d’agressions sexuelles sur des mineurs au sein de l’Église. Le pape argentin, qui a fait de la lutte contre ce fléau dans l’Église catholique une des priorités de son pontificat, avait convoqué en février 2019 un sommet inédit regroupant notamment 114 présidents de conférences épiscopales.

À cette occasion il s’était engagé à «donner des directives uniformes pour l’Église», évoquant avant tout des références légales déjà en vigueur au plan civil et canonique. De fait les documents publiés jeudi ne proposent pas de nouvelles normes, ni n’ont vocation à substituer la justice de l’Église catholique à la procédure judiciaire, souligne le Vatican. Réunis en «vade-mecum», ces documents constituent un «instrument» destiné à aider les autorités locales de l’Église «dans la tâche délicate de mener correctement les affaires» impliquant des religieux «lorsqu’ils sont accusés» de sévices sur des mineurs, a expliqué le cardinal espagnol Luis Ladaria Ferrer, le préfet de la Congrégation de la Foi, dans un communiqué.

Le Vatican a notamment rédigé un formulaire de signalement de délit. Le responsable alerté doit renseigner l’identité du prêtre soupçonné, ses différents ministères, la date des faits et le nom de la ou des victimes présumées, les mesures prises par l’autorité ecclésiastique ainsi que, en cas de procédure pénale, le nom du procureur et des avocats saisis. L’Église est depuis plusieurs années en pleine tourmente avec les révélations successives sur des scandales massifs d’agressions à caractère pédophile commises pendant des décennies par des prêtres ou des religieux et souvent couverts par leur hiérarchie dans plusieurs pays, notamment aux États-Unis, au Chili ou en Allemagne.

En France, le cardinal Philippe Barbarin a été condamné en 2019 pour ses silences sur les agissements d’un ancien prêtre de son diocèse lyonnais, Bernard Preynat, lui-même condamné pour agressions sexuelles sur mineurs. Mais Mgr Barbarin a ensuite été relaxé en appel en janvier dernier avant de démissionner de ses fonctions d’archevêque en mars.

Secret absolu de la confession

Le pape François, selon qui ces dérives font du clergé «un instrument de Satan», avait fait un pas de plus en décembre dernier en levant le secret pontifical, tout en maintenant un minimum de confidentialité. Le secret pontifical, également appelé parfois secret du pape, est une règle de confidentialité protégeant les informations sensibles relatives à la gouvernance de l’Église universelle, selon la définition du site Le forum catholique.

Ce secret levé, les plaintes, les témoignages, les dénonciations doivent désormais être transmis à la justice. Le souverain pontife a néanmoins affirmé à maintes reprises qu’il existait une limite impossible à dépasser: le secret de la confession demeure absolu, ce qui exclut donc une dénonciation de faits rapportés par un fidèle dans le confessionnal.

Les directives publiées jeudi le confirment. «Une information de delictum gravius [délit grave] apprise en confession est placée sous le lien le plus strict du sceau sacramentel». Le confesseur est simplement encouragé à «tenter de convaincre le pénitent» d’alerter des personnes en mesure, elles, de saisir la justice.

Par Le Figaro avec AFP

Coronavirus: le pape reporte à octobre sa collecte annuelle de dons

avril 29, 2020

Cette grande quête annuelle est destinée aux activités de charité du souverain pontife mais aussi au fonctionnement des administrations du Vatican.

Le pape François lors d'une diffusion en direct de l'audience générale hebdomadaire de la bibliothèque du palais apostolique au Vatican le 29 avril.
Le pape François lors d’une diffusion en direct de l’audience générale hebdomadaire de la bibliothèque du palais apostolique au Vatican le 29 avril. HANDOUT / AFP

La collecte annuelle de dons versés au pape, appelée le «Denier de saint Pierre» et organisée traditionnellement le 29 juin, a été reportée dans le monde entier au 4 octobre en raison de la pandémie, a annoncé mercredi 29 avril le Vatican.

La grande quête organisée dans les églises de nombreux pays et sur internet est destinée aux activités de charité du souverain pontife mais aussi au fonctionnement des administrations du Vatican. Le report au 4 octobre, journée dédiée à saint François d’Assise, a été décidé «en considération de la situation actuelle d’urgence sanitaire», indique un bref communiqué du porte-parole du Saint-Siège. Le montant des collectes annuelles n’est plus communiqué officiellement depuis le pontificat de François.

83 millions d’euros en 2014

Le Denier de saint Pierre avait atteint 71 millions d’euros en 2013. L’année suivante, il s’était établi à 83 millions d’euros, dont 15 millions versés directement par des particuliers, 42 millions par des diocèses et 19 millions par des fondations, détaille le journaliste italien Gianluigi Nuzzi dans un récent ouvrage consacré aux difficultés financières du Saint-Siège.

La justice vaticane enquête sur le circuit d’achat opaque d’un immeuble de luxe londonien possiblement financé grâce aux dons à l’Eglise, une affaire délicate touchant aux finances du Saint-Siège qui a vu le pape limoger plusieurs personnes. Depuis le début de la pandémie du coronavirus, le souverain pontife a fait des dons ou offert du matériel médical, notamment des respirateurs, à des hôpitaux en Italie ou par exemple en Syrie, en Israël et à Gaza. Il a aussi versé 750.000 euros à un fond d’urgence géré par les Oeuvres pontificales missionnaires, très actives dans des pays pauvres.

Le 6 avril, l’aumônier chargé de ses œuvres de charité du pape, le cardinal Konrad Krajewski, avait invité les quelque 250 membres de la hiérarchie de la Curie romaine (gouvernement) à verser un mois de leur salaire pour aider ceux qui souffrent des conséquences de la pandémie. La crise sanitaire pèse lourdement sur les caisses du Saint-Siège, obligé de fermer les Musées du Vatican, l’une de ses principales sources de revenus.

Par Le Figaro avec AFP

Vatican-Congo: nomination de Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, évêque coadjuteur de Brazzaville, avec droit de succession

avril 18, 2020

Le Pape François vient de nommer Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, évêque coadjuteur de Brazzaville, avec droit de succession. Il succédera donc à Mgr Anatole Milandou, quand ce dernier atteindra la limite d’âge, 75 ans accomplis, l’année prochaine, conformément au Canon 401, paragraphe 1.

L’annonce a été faite ce matin par le Nonce Apostolique, Mgr Francisco Escalante Molina.

 

Photo de BrazzaNews.

Monseigneur Bienvenu Manamika Bafouakouahou est né le 16 octobre 1964, à Brazzaville. Il a été ordonné prêtre, le 29 août 1993, à Kinkala, pour le Diocèse de Kinkala. Après son ordination, il a exercé les ministères suivants :

– 1993-1995 : Directeur spirituel au Petit Séminaire Saint Pierre de Mindouli et Coopérateur au sein de la Paroisse des Martyrs de Mindouli ;

-1995-2000 : Études en Droit canonique à l’Université de Salamanque et Coopérateur au sein de la Paroisse de Sainte Marie, Médiatrice (1998-1999), en Espagne ;

– 2000-2003 : Curé de la Paroisse de Paray (France) ;

– 2004-2009 : Curé de la Cathédrale Sainte Monique de Kinkala ;

– 12 octobre 2004 à ce jour : Vicaire général du Diocèse de Kinkala. Il a occupé également les fonctions de Vicaire judiciaire du diocèse de Kinkala, de Délégué épiscopal chargé de la Caritas diocésaine et de Coordinateur du Collège Saint Augustin de Kinkala.

Premier Évêque de Dolisie, depuis le vendredi 24 mai 2013, jour où l’Église catholique célèbre la Mémoire liturgique de la Vierge Marie Auxiliatrice, Monseigneur Bienvenu Manamika Bafouakouahou, inaugure ce nouveau diocèse, crée par le Pape François.

Le Saint-Père François en nommant Monseigneur Bienvenu Manamika Bafouakouahou, coadjuteur, le troisième  de l’histoire de l’église du Congo, après Monseigneur Théophile Bemba qui fut évêque coadjuteur de Monseigneur Michel Bernard, et, le cardinal Émile Biayenda qui fût coadjuteur de Monseigneur Théophile Bemba; lui confie une nouvelle charge épiscopale.

Toutes nos félicitations à Mgr Bienvenu. Tout pour la gloire de Dieu et le salut du monde.

Par Bernard NKOUNKOU avec Brazzanews et le Diocèse de Kinkala

Vatican-Congo: Nomination d’un nouvel évêque de Kinkala

mars 5, 2020

Le Pape François a accepté la renonciation de Mgr Louis Portela Mbuyu au gouvernement du diocèse de Kinkala en raison de la limite d’âge, 75 ans accomplis. Et par conséquent, le Pape François a nommé l’Abbé Ildevert Mathurin Mouanga, nouvel évêque de Kinkala, jusqu’aujourd’hui Recteur du Grand Séminaire de Théologie Cardinal Émile Biayenda.

 

Photo de BrazzaNews.
Photo de BrazzaNews.
Photo de BrazzaNews.
Avec Brazzanews.fr

Le pape reçoit Lula au Vatican pour parler d’inégalités

février 13, 2020

 

Le pape François s’est entretenu jeudi avec l’ancien président brésilien Lula, une rencontre à titre privé au cours de laquelle les deux hommes ont parlé inégalité, pauvreté et protection de l’environnement. Leur discussion a duré près d’une heure et n’a été suivie d’aucune communication officielle de la part du Saint-Siège au vu de son caractère privé.

«La raison de ma visite était de parler avec le pape de sujets comme les inégalités et la défense d’une bonne politique envers l’environnement», a expliqué Luiz Inacio Lula da Silva lors d’une conférence de presse, depuis le siège romain du principal syndicat italien CGIL. «Tout le monde sait que le monde est de plus en plus affecté par les inégalités. Que dans la plupart des pays, les travailleurs perdent de leurs droits», a poursuivi l’ancien dirigeant brésilien, âgé de 74 ans. «Les acquis par la lutte disparaissent à cause des intérêts financiers.»

Il a précisé que le président brésilien Jair Bolsonaro, qui a pris ses fonctions le 1er janvier 2019, et la situation en Amazonie n’avaient pas fait partie des sujets abordés avec le souverain pontife, dont il a dit avoir lu le récent plaidoyer sur l’Amazonie dans lequel il dénonce «l’injustice» et le «crime» semés par les entreprises qui dévastent ce territoire.

Pour pouvoir se rendre au Vatican, Lula avait dû demander à la justice brésilienne un report d’un interrogatoire prévu à l’origine le 11 février, qui a été finalement décalé au 19 février. Lula doit rentrer au Brésil vendredi. Il est sorti de prison en novembre -après avoir purgé un an et demi de prison- dans l’attente du jugement en appel d’une condamnation à huit ans et dix mois de réclusion pour corruption et blanchiment d’argent. Mis en cause dans une dizaine d’affaires de corruption, il a toujours nié toute malversation et dénoncé un complot pour l’empêcher de revenir au pouvoir.

Lors de son bref séjour en Italie, Lula a également rencontré plusieurs responsables syndicaux ainsi que des dirigeants du Parti démocrate au pouvoir dans une coalition, en particulier son secrétaire général Nicola Zingaretti. «Très belle conversation avec Lula, un extraordinaire protagoniste des batailles pour combattre les inégalités», a commenté ce dernier.

Par Le Figaro avec AFP

Le pape nomme un nouvel ambassadeur en France

janvier 11, 2020

Le pape François a nommé samedi 11 janvier un nouvel ambassadeur du Vatican en France à la suite de la démission de Luigi Ventura, qui fait l’objet d’une enquête pour agressions sexuelles à Paris.

Le nouvel émissaire est l’archevêque italien Celestino Migliore, 67 ans, qui était auparavant nonce apostolique en Russie, a indiqué le Vatican.

Mgr Ventura avait démissionné en décembre après avoir atteint selon le Vatican la «limite d’âge» de 75 ans pour ce poste.

Le 8 juillet, – une première dans l’histoire moderne de la diplomatie vaticane -, le Saint-Siège avait levé son immunité, rendant possibles des poursuites judiciaires. Mgr Ventura, qui était en poste à Paris depuis 2009, est visé par les plaintes de quatre hommes, dont trois au moins l’accusent d’attouchements sexuels. Il avait été entendu par la police judiciaire française début avril et s’était rendu à des confrontations avec plusieurs de ces plaignants fin mai, au cours desquelles il avait nié les faits.

Par Le Figaro avec AFP