Posts Tagged ‘Verrouillage’

Crash de l’Airbus A320 : la piste du suicide du pilote

mars 26, 2015
Pourquoi le pilote a-t-il verrouillé le cockpit?

Pourquoi le pilote a-t-il verrouillé le cockpit?

Même si la prudence reste de mise, un verrouillage volontaire du pilote dans le cockpit semble un scénario probable pour expliquer l’incapacité de son collègue à le rejoindre.

Un cockpit fermé, un pilote qui essaye d’enfoncer la porte. Si les informations du New York Times sont confirmées par les autorités, la piste de l’attentat ou d’un suicide du pilote en fonction resté dans le cockpit devrait prendre de l’épaisseur dans les heures à venir. «C’est une enquête de sécurité aérienne qui pourrait vite devenir une enquête criminelle, indique au Figaro un expert en sécurité aérienne. Le BEA n’a pas démenti les informations de la presse américaine. Si elles étaient erronées, nous le saurions déjà».

Le vol Germanwings 4U9525 est en effet allé s’écraser contre la montagne avec un seul pilote dans le cockpit et l’autre qui essayait de revenir aux commandes puis même d’enfoncer la porte. Une opération condamnée à l’échec depuis le 11 septembre puisque tous les avions de ligne de la planète ont été équipés de portes blindées afin d’éviter une incursion dans le cockpit et un attentat. «Au début du vol, on entend l’équipage parler normalement, puis on entend le bruit d’un des sièges qui reculent, une porte qui s’ouvre et se referme, des bruits indiquant qu’on retape à la porte et il n’y a plus de conversation à ce moment-là jusqu’au crash», explique une source proche de l’enquête, interrogé par l’AFP. D’après le New York Times, le pilote qui était sorti de la cabine a même vainement tenté d’enfoncer la porte.

Oprah, en larmes!

Oprah, en larmes!

Ce scénario pourrait faire penser à un suicide. «Un malaise du pilote en fonction est quand même peu probable, explique un expert aéronautique au Figaro. D’autant plus que l’équipage a la possibilité de pénétrer dans le cockpit de l’extérieur». Quand il part se dégourdir les jambes ou satisfaire un besoin naturel, le pilote qui souhaite rentrer dans le cockpit presse en effet un code qui active une caméra de contrôle pour l’identifier et doit activer le déverrouillage de la porte. «Ce code active une alarme dans le cockpit, explique Nicolas Redier, commandant de bord sur Boeing. Mais le pilote en fonction a alors 30 secondes pour bloquer l’ouverture de la porte en appuyant sur un bouton «deny» qui refuse l’accès au cockpit».

Une faille dans le système

Si le pilote en fonction a fait un malaise et si le second pilote a oublié le code à cinq chiffres, le chef de cabine a également un code qui, s’il n’est pas annulé dans les 30 secondes par le pilote de l’intérieur du cockpit, permet d’ouvrir le poste. Enfin, dernière possibilité, en cas de panne électrique, il y a normalement toujours une clef à l’extérieur du cockpit, placée sous la responsabilité du chef de cabine. «Mais le cockpit peut être verrouillé de l’intérieur, explique Nicolas Redier. Il y a une faille dans le système: un pilote peut se barricader au poste de pilotage». Autre évolution depuis le 11 septembre, il n’y a plus de hache à l’extérieur du cockpit donc pénétrer dans un cockpit fermé était impossible au reste de l’équipage. «Ce que je ne m’explique pas, c’est cette trajectoire rectiligne et cette descente lente vers la montagne», s’interroge Nicolas Redier. Interrogé par le Figaro, un pilote d’Air France pensait à un tout autre scénario jeudi matin: «le commandant de bord sort pour satisfaire un besoin urinaire. A ce moment, l’appareil subit une violente dépressurisation qui déforme la structure de l’appareil. La porte est alors déformée et ne peut plus être ouverte tandis que le pilote en fonction a perdu connaissance».

Crash A320: le copilote allemand a sans doute eu la volonté de détruire l’appareil

Le copilote de l’Airbus A320 de la compagnie allemande Germanwings, seul aux commandes, a vraisemblablement eu la volonté de détruire l’appareil, a affirmé jeudi le procureur français en charge de l’enquête judiciaire, Brice Robin, tout en écartant à ce stade un attentat terroriste.

Andreas Lubitz, 28 ans, de nationalité allemande, se trouvait seul aux commandes dans la cabine de pilotage au moment du crash, a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse à Marignane (sud) en présentant les premiers résultats de l’analyse d’une boîte noire de l’appareil.

Par une abstention volontaire, il a refusé d’ouvrir la porte de la cabine au commandant de bord, sorti momentanément du cockpit, a déclaré le procureur.

Il a ensuite actionné le bouton commandant la perte d’altitude pour une raison que nous ignorons totalement mais qui peut s’analyser comme une volonté de détruire cet avion, a-t-il ajouté.

Le procureur a souligné que le copilote n’était pas répertorié comme terroriste, et que rien ne permet de dire qu’il s’agit d’un attentat terroriste à ce stade.

Le procureur a enfin indiqué que la mort mardi des 150 victimes du vol avait été instantanée. Nous n’entendons des cris que dans les tout derniers moments, a-t-il dit.

Figaro.fr et Romandie.com avec AFP