Posts Tagged ‘Viaduc’

La miraculeuse épopée du camion vert de Gênes

août 15, 2018

Un camion arrêté au bord du vide lors de l’effondrement du viaduc d’autoroute à Gênes, photographié le 15 août 2018 au lendemain du dramen / © AFP / Valery HACHE

Sur les photos du pont effondré mardi à Gênes, son camion vert arrêté à quelques mètres du vide donne le vertige: un chauffeur italien de 37 ans a raconté au Corriere della Sera ses quelques minutes d' »enfer ».

« Il pleuvait, il pleuvait beaucoup et il n’était pas possible d’aller vite. Quand une voiture m’a dépassé, j’ai ralenti pour maintenir une certaine distance de sécurité parce que freiner avec cette pluie était impossible, on n’y voyait pas grand-chose », a raconté ce Gênois, en état de choc.

« A un certain moment, tout a tremblé. La voiture qui se trouvait devant moi a disparu et semblait engloutie par les nuages. J’ai levé les yeux et j’ai vu le pylône du pont tomber », a-t-il poursuivi.

« Instinctivement, quand je me suis trouvé devant le vide, j’ai mis la marche arrière, comme pour essayer d’échapper à cet enfer », a-t-il expliqué, sans pouvoir dire de combien de mètres il a reculé.

Afifi Idriss, chauffeur routier marocain de 39 ans, roulait derrière: « J’ai vu le camion vert s’arrêter et faire marche arrière, je me suis arrêté, j’ai fermé le camion et je suis parti en courant », a-t-il raconté à l’AFP.

Mercredi soir, le camion vert était toujours au bord du vide, surplombant les centaines de secouristes à la recherche de survivants parmi l’amas de béton et de ferraille qui a englouti plus d’une trentaine de véhicules, et au moins une quarantaine de vies, en contrebas.

Romandie.com avec(©AFP / (15 août 2018 18h22)

Italie: un viaduc d’autoroute s’effondre à Gênes, au moins vingt morts

août 14, 2018

Une portin d’un viaduc qui s’est écroulé à Gênes, dans le nord de l’Italie, le 14 août 2018 / © AFP / ANDREA LEONI

Une longue portion d’un viaduc de l’autoroute A10 s’est effondrée mardi à Gênes, dans le nord de l’Italie, faisant des « dizaines de victimes », dont au moins morts, tandis que le ministre des Transports a dit redouter « une immense tragédie ».

Selon plusieurs médias citant des sources du ministère de l’Intérieur, la catastrophe a fait au moins 20 morts et cinq blessés graves.

Le directeur du centre d’appel des urgences de Gênes, a parlé à quelques médias de « dizaines de victimes », sans préciser s’il s’agissait de morts ou de blessés, des propos confirmés à l’AFP par son entourage.

« Je suis avec une immense appréhension ce qui est arrivé à Gênes et qui se profile comme une immense tragédie », a réagi le ministre des Transports et des Infrastructures, Danilo Toninelli.

« Nous suivons la situation minute par minute, je remercie les 200 pompiers qui sont à l’oeuvre pour sauver des vies », a pour sa part déclaré le ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini.

Un viaduc s’effondre à Gênes / © AFP / Simon MALFATTO

Les images de télévision montrent des dizaines de secouristes s’activant autour de carcasses de camions et de voitures précipités dans le vide, sur une soixantaine de mètres.

Selon les pompiers, le pont dit Morandi s’est effondré vers 12H00 (10H00 GMT). « Les équipes des pompiers sont engagés en masse, les équipes de recherches et cynophiles sont activées », avaient-ils annoncé plus tôt sur Twitter.

D’après la direction régionale des pompiers de Gênes, l’infrastructure s’est en grande partie écroulée sur des voies ferrées qu’elle croise.

L’effondrement du viaduc a effleuré les locaux d’une usine produisant de l’énergie dont l’entrée se trouve en contrebas, mais seul le parking semble avoir été touché. L’entreprise était vide à l’approche du 15 août, un jour férié, à l’exception de la présence d’une équipe de maintenance.

Des secouristes à l’oeuvre à Gênes, en Italie, après l’effondrement d’un viaduc d’autoroute, le 14 août 2018 / © AFP / ANDREA LEONI

Les images diffusées montrent le viaduc avec plusieurs dizaines de mètres manquants, dans une zone industrielle. Sur les premiers clichés, on voit une scène dans la brume. Les services météorologiques avaient émis une alerte aux orages et aux fortes pluie en Ligurie.

En raison du relief très accidenté de la région de Gênes, entre mer et montagne, le parcours de l’autoroute est jalonné de longs viaducs et de tunnels.

Le pont Morandi qui s’est écroulé avait déjà essuyé des critiques dans le passé. Selon le site internet ingegneri.info, le pont d’une longueur de 1.182 mètres a été inauguré en 1967. Il a été construit entre 1963 et 1967 avec une structure mixte, en ciment armé précontraint et en ciment armé ordinaire.

Romandie.com avec(©AFP / (14 août 2018 15h05)

Congo/Commune de Brazzaville : Le chef de l’Etat a officiellement lancé les travaux de construction de deux échangeurs et d’un viaduc à Talangaï

mai 12, 2015

Le président Sassou-Nguesso (à g.), après avoir donné le coup d’envoi des travaux.

Le président de la République, Denis Sassou Nguesso, a, officiellement, lancé, vendredi 8 mai 2015, au cours d’une cérémonie à «Keba-na-virage», à Talangai, le 6ème arrondissement de Brazzaville, les travaux de construction des voies d’accès au complexe olympique de Kintélé, qui avaient, déjà commencé, il y a quelques mois. C’était en présence des présidents des institutions de la République, des membres du gouvernement, des autorités communales et locales et de plusieurs invités.

Comme à l’accoutumée, le temps était à la fête, surtout que le viaduc, un  ouvrage impressionnant, est en voie de finition. Trois allocutions ont été prononcées au cours de la cérémonie: le mot de bienvenue du maire de Brazzaville, Hugues Ngouelondelé, l’allocution du ministre de l’équipement et des travaux publics, Emile Ouosso, qui a rappelé l’intérêt de la construction des routes et saisi cette opportunité pour appeler le chef de l’Etat, à la demande des populations, de lancer, officiellement, les travaux du tronçon Kinkala-Mindouli de la route nationale n°1, travaux qui sont déjà avancés, et la longue allocution du ministre à la présidence de la République, chargé de l’aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux, Jean-Jacques Bouya qui a présenté, techniquement, les ouvrages faisant l’objet de la cérémonie, et qui a aussi eu ses envolées politiques, pour louer l’action du chef de l’Etat.

D’un montant de 102 milliards 592 millions 793 mille 900 francs Cfa, le viaduc, qui porte une chaussée de double voies de 7,60 mètres de large chacune (appelé aussi Troisième sortie Nord de Brazzaville), avec un trottoir de 1,10 mètres aménagé de part et d’autre, est long de 7 km, en bordure du fleuve Congo.

Estimés à 67% de réalisation, les travaux de ce viaduc sont réalisés par la société chinoise C.r.b.c (China road and bridge corporation).

D’un coût total de 28 milliards 148 millions 196 mille175 francs Cfa, deux échangeurs vont donner accès au viaduc. Il y a un premier échangeur à «Keba-na-virage», avec un passage supérieur (Ps1) permettant les échanges entre l’avenue des Trois Martyrs, l’avenue Marien Ngouabi et la troisième sortie Nord de Brazzaville.

Un deuxième échangeur, avec un passage supérieur (Ps2) à  hauteur du ruisseau Kélékélé, va permettre de fluidifier les échanges entre la deuxième sortie Nord existante et la troisième sortie (en construction). A cela s’ajoutent le réaménagement de l’avenue des Trois Martyrs sur 660 mètres entre l’école fleuve Congo et le carrefour «Keba-na-virage», la réalisation de la rampe d’accès Sud du viaduc sur 1 km, le rétablissement de la deuxième sortie Nord par la rue Tchitondi sur 900 mètres, y compris le rétablissement des échanges à l’intérieur des quartiers, par la réalisation de contre allées et le réaménagement de quatre rues, à savoir: rue de l’Ecole fleuve Congo, rue Epena, rue Souanké, rue Loutété, ainsi que les avenues adjacentes. Ces travaux sont réalisés par la société S.g.e.c-Congo et sont à un  niveau de réalisation de 45%. Le contrôle de ces ouvrages est assuré par la société française Egis International, pour un montant de 3 milliards 061 millions 837 mille113 francs Cfa.

Ces deux projets de grande envergure, jamais réalisés au Congo, sont une première dans l’histoire de construction des infrastructures dans le pays. Outre les deux gigantesques chantiers précités, deux autres projets sont, également, en cours d’exécution: il s’agit de la réhabilitation, l’élargissement et le réaménagement des voies, notamment la route nationale 2, tronçon rond-point Mikalou-pont Djiri et la deuxième sortie Nord de la ville de Brazzaville.

Présentant les caractéristiques de ces quatre projets, Jean-Jacques Bouya, ministre à la présidence de la République, chargé de l’aménagement du territoire et de la délégation générale aux grands travaux, a indiqué que les infrastructures urbaines qui s’implantent dans la ville-capitale relèvent d’un triple enjeu: démographique, économique, environnemental et touristique.

De l’enjeu démographique, Jean Jacques Bouya a signifié qu’avec un taux de croissance de 3%, Brazzaville comptera, à l’horizon 2035, près de 3 millions d’habitants. «Un tel accroissement implique l’anticipation dans l’aménagement du territoire, en dotant, dès à présent, la ville d’équipements qui tiennent comptent des besoins des générations à venir», a-t-il déclaré, avant d’ajouter, en parlant de l’enjeu économique: «La fluidité de la circulation des personnes et des biens marchands réduira, très certainement, les coûts de transport, dans un maillage qui désengorgera le centre-ville. Il s’en suivra, de toute évidence, la localisation de l’arrière-ville, des très petites entreprises et des petites et moyennes entreprises, en zone périphérique, avec la vocation d’approvisionner le marché urbain en produits variés, donnant lieu à une augmentation du niveau global du bien-être social». De l’enjeu environnemental et touristique, poursuit-il, «le viaduc permettra aux touristes et aux défenseurs de la nature, de contempler la pittoresque et ressuscité baie de Ngamakosso, en passe d’être valorisée en ville du futur, dans un projet harmonieux…».

Un projet dont il souligne, d’ailleurs, l’importance: «Par son caractère stratégique, ce projet à composantes variées, en considération du linéaire pont du Djoué-Case De Gaulle, restaurant Mami-Wata, Slog, Rond-point Saint-Tropez, Hopital de Talangai, Keba-na-virage, viaduc Kintélé, permettra un rééquilibrage de l’agglomération sinon, un basculement presque régulier des flux automobiles et humains portés par l’activité qui s’annonce vitale dans la désormais ville de Kintélé», a-t-il encore déclaré, avant de poursuivre: «D’ici quelques mois seulement, pour rallier Mpila, Talangai et Kintélé, à partir de Bacongo, on ne sera pas obligé d’affronter l’engorgement du C.c.f, Congo pharmacie, la gare centrale, Dragage et consort. On s’affranchira, tranquillement, au bord du fleuve, en suivant la corniche, pour bénéficier de l’air doux et berceur du Fleuve et des effets qu’induit le couloir naturel».

Toutefois, avant de fixer rendez-vous, dans quatre mois et une semaine, à l’auditoire, pour l’inauguration, par le président de la République, de ces gigantesques chantiers en cours, Jean-Jacques Bouya a encore lancé un appel aux citoyens qui s’opposent à l’expropriation pour cause d’utilité publi-que, «de laisser se déployer les ouvrages. Et pourtant, la facilité financière est disponible. Et même en cas de contestations, les dispositions légales existent et devraient être observées», a-t-il conclu, tout en les appelant à la conscience citoyenne.

Notons qu’après cette cérémonie, le président de la République et tous les officiels ont visité le viaduc en construction, jusqu’à Kintélé.

Lasemaineafricaine.net par Grévy-Joël OKEMBA