Posts Tagged ‘Vigile’

Congo/Pointe-Noire: un vigile de Charden Farell retrouvé mort à l’agence du Grand marché

septembre 19, 2018

Corps ensanglanté du vigile étendu à même le sol


Victor Adan Titi, 57 ans et sentinelle en faction au groupe Charden-Farell, agence du grand marché 1 sur l’avenue de la Révolution à Pointe-Noire, a été retrouvé, le matin du 18 septembre, mort.

Personne ne maîtrise les circonstances de la mort de Victor Adan Titi. Il a été découvert par ceux qui partent tôt au travail. Le corps sans vie de Victor Adan Titi porte les marques laissées par un coup reçu sur la tête et une large blessure à la gorge synonyme d’un égorgement. Personne ne sait encore qui est l’auteur de cet acte.

« Je suis surpris et étonné. L’agence est bien située sur une grande avenue principale et beaucoup fréquentée même tard la nuit. Nous avons un commissariat à quelques encablures du lieu de crime », a déploré un habitant du quartier.

D’autres dénoncent l’insécurité qui règne dans la zone du grand marché. « Il y a trop de bandits qui rodent autour du grand marché. Les pouvoirs publics en général et au commissariat de police de Lumumba, de redoubler la vigilance afin de garantir la sécurité des biens et des personnes », a conseillé un vielle homme.

Marié et père de cinq enfants, Victor Adan Titi habitait le quartier Louessi, dans le 3èmearrondissement. Il était sentinelle à titre personnel.

Le lundi 17 septembre, un corps a été retrouvé vers 6 h du matin, sur l’avenue Emile Biayenda qui mène au Lycée Alexandre Honoré Paka, à Mpaka, dans le 6ème arrondissement Ngoyo. L’homme serait pris pour un voleur.

Sacer-infos.com par Stany Franck

Côte d’Ivoire/Chu de Treichville : Un vaste réseau de trafic de sang découvert, Un vigile et des médecins arrêtés.

août 12, 2016

 

Chu de Treichville : Un vaste réseau de trafic de sang découvert, Un vigile et des médecins arrêtés.

 

Un scandale secoue actuellement, à Abidjan, en Côte d’Ivoire, le centre hospitalier universitaire (Chu) de Treichville et le centre national de transfusion sanguine (Cnts). C’est qu’un trafic de poches et de produits sanguins longtemps dissimilés, vient d’être découvert.Un vigile et des médecins arrêtés.

De sources sécuritaires, tout serait parti d’un employé du chu, cerveau de l’opération, Tah Lucien, vigile de son état (le nom a été changé pour les besoins de l’enquête).

Cette énième opération qui a permis de mettre le grappin sur le vigile, remonte à fin juillet 2016. Elle est donc bien ficelée par le vigile qui surveille pratiquement les parents de patients ayant besoin de sang ou de produits sanguins. Il leur propose de leur trouver ce dont ils ont besoin. D’ailleurs, il sort l’argument selon lequel, les parents ne doivent plus se rendre au Cnts pour l’acquisition de sang, et que seule une ambulance en a le droit. Toute cette péripétie et son coût qu’il évoque, finissent par convaincre les parents en détresse qui tombent dans le piège du vigile. Dès lors, il actionne ses complices médecins ou agents de santé. Ils réussissent à détourner plusieurs poches de sang, qu’ils mettent à la disposition de leurs « clients ».

Ce trafic qui dure depuis quelques mois, est découvert par le nouveau responsable des vigiles, qui exerce également à la Direction générale. Il mène ses enquêtes, et tombe nez à nez avec le vigile en question, qui ne dément pas le trafic illicite. D’ailleurs, il propose vingt mille (20.000) Francs Cfa à « son chef hiérarchique », afin qu’il ferme les yeux sur ledit trafic. La raison qu’il avance, ce sont des arriérés de salaire de plusieurs mois, et que c’est la seule alternative pour lui, de subvenir au besoin de sa famille. Son chef reste inflexible, et le dénonce.

Les forces de l’ordre sont alertées. Il est arrêté. Très prolixe, il cite ses complices que sont des médecins qui sont, à leur tour, interpellés par les forces de l’ordre. La dernière poche détournée en sa possession au Chu de Treichville, est censée servir un patient à l’hôpital général de Koumassi, qui a attendu en vain, croyant avoir affaire à une rupture de stock.

Jusqu’au vendredi 5 août 2016, le vigile était encore entre les mains des éléments de la Police, qui tentent de remonter toute la « filière » qui semble impliquer de grands bonnets.


 linfodrome.com