Posts Tagged ‘Vote’

Canada-Québec/« Comme des votes à la poubelle » : le mode de scrutin rattrape déjà François Legault

octobre 5, 2022
Francois Legault en point de presse.

Au lendemain de sa réélection, François Legault a fermé la porte à double tour à une réforme du mode de scrutin. Photo: La Presse Canadienne/Jacques Boissinot

À peine réélu, François Legault est rattrapé par sa promesse rompue de réformer le mode de scrutin. Avec l’appui de 41 % des électeurs, il a décroché « 72 % des sièges » et « 100 % des pouvoirs », une « injustice » qui doit être corrigée, plaide le Mouvement démocratie nouvelle (MDN).

Dans une campagne publicitaire dévoilée mercredi et intitulée C’est juste pas juste, le MDN demande aux Québécois de se mobiliser pour réclamer une réforme du mode de scrutin.

Le résultat des élections provinciales, lors desquelles les quatre partis d’opposition ont conjointement récolté 59 % des votes mais seulement 28 % des sièges, constitue une aberration aux yeux du président du MDN et ex-ministre péquiste, Jean-Pierre Charbonneau.

Le Parlement devient la voix d’une minorité de la population qui gouverne comme si elle était la majorité, ce qui laisse place à des débats teintés par l’arrogance, l’intransigeance et le populisme, dénonce le MDN sur un nouveau site web lancé dans le cadre de sa campagne.

« C’est comme si à chaque élection on jetait des votes à la poubelle pour avantager le vainqueur. »— Une citation de  Extrait du site web cestjustepasjuste.com

Legault dit non

Néanmoins, le premier ministre réélu François Legault ferme la porte à ressusciter la promesse d’une réforme du mode de scrutin, qu’il avait pourtant lui-même faite en 2018 avant de l’abandonner en cours de mandat.

Je ne pense pas qu’il soit mauvais, le mode de scrutin qu’on a. Pendant la campagne électorale, je me suis engagé à ne pas ouvrir ce débat-là et je vais respecter tous mes engagements, a-t-il dit mardi, au lendemain de sa victoire.

Au cours des dernières semaines, M. Legault a laissé entendre que ce sujet n’intéressait que quelques intellectuels et a répété que ce n’était pas une priorité des Québécois, après deux années de pandémie.

Mardi, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) a aussi tenu à rappeler que le résultat obtenu par son parti est de loin le meilleur de ceux de tous ses adversaires.

« On a eu 41 % du vote et notre plus proche adversaire a eu 15 % du vote. Il faut quand même garder ça en tête. »— Une citation de  François Legault, premier ministre du Québec

Sur son nouveau site web, le MDN explique comment fonctionnerait un nouveau mode de scrutin proportionnel mixte avec liste régionale.

Comment ça marche?

Avec un tel système, les électeurs seraient appelés à voter deux fois. Le premier vote serait pour le député qu’ils veulent faire élire dans leur circonscription. Le deuxième serait pour le parti qu’ils souhaitent voir former le gouvernement.

C’est à partir de ce deuxième vote, comptabilisé dans chaque région du Québec, que des députés seraient élus pour représenter leur région, explique le site web, ce qui permettrait de rétablir une juste représentation de chaque parti.

« Les résultats de l’élection et les sièges obtenus à l’Assemblée nationale représenteraient ainsi fidèlement les convictions exprimées dans la population. »— Une citation de  Extrait du site web cestjustepasjuste.com

Le Parti québécois (PQ) et Québec solidaire (QS) réclament tous deux cette réforme, tandis que la cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ) se dit simplement ouverte à ce qu’il y ait des discussions.

Une différence majeure

Mardi, Radio-Canada diffusait un reportage avec une simulation à ce sujet. Si la réforme du mode de scrutin envisagée contenue dans le défunt projet de loi 39 avait été en vigueur le soir de l’élection, la CAQ aurait vraisemblablement récolté 75 sièges plutôt que 90.

Le PLQ en aurait obtenu 16 plutôt que 21, contrairement à QS qui aurait décroché 3 sièges de plus, pour un total de 14. Pour sa part, le PQ aurait fait élire 10 députés, alors qu’il n’en a que 3 à l’heure actuelle.

Même le Parti conservateur du Québec (PCQ) aurait pu faire son entrée à l’Assemblée nationale avec un mode de scrutin proportionnel mixte avec liste régionale : ses 13 % de votes se seraient traduits par 10 sièges au Salon bleu.

Le MDN promet qu’une pétition sera bientôt lancée afin que les Québécois puissent publiquement réclamer cette réforme auprès du gouvernement Legault.

Avec Radio-Canada par Alexandre Duval

En Amazonie, des indigènes votent Lula, en bateau

octobre 2, 2022
En Amazonie, des indigenes votent Lula, en bateau
En Amazonie, des indigènes votent Lula, en bateau© AFP/Michael DANTAS

Sur le Rio Negro, affluent de l’Amazone, des indigènes brésiliens à bord d’une barque à moteur font le « L » de Lula avec les doigts: ils s’apprêtent à voter ce dimanche pour l’ex-président de gauche.

Comme beaucoup de Brésiliens, ces autochtones du peuple Kambeba votent dans une école. Mais pour y arriver, ils doivent naviguer jusqu’au village voisin.

« Pour nous, les indigènes, c’est important de se battre pour la démocratie, de voter et de choisir des représentants qui nous respectent », dit à l’AFP Raimundo Cruz da Silva, 42 ans, vice-Tuxaua (équivalent d’un cacique) des Kambeba.

Vêtu d’une chemise blanche avec des bandes verticales de motifs tribaux verts, il ne cache pas qu’il votera pour Lula, l’adversaire du président d’extrême droite Jair Bolsonaro.

Ce dernier est très critiqué par de nombreux leaders indigènes, dont le cacique emblématique Raoni Metuktire, qui a porté plainte contre lui pour « génocide » au Tribunal pénal international de La Haye.

Três Unidos, le village de Raimundo Cruz da Silva, où vivent quelque 115 autochtones, est situé sur une réserve à environ 60 km de Manaus, capitale de l’Etat d’Amazonas (nord).

Une quarantaine de personnes partent voter en même temps, à bord de quatre embarcations.

Le long des eaux sombres du Rio Negro, ils voient la végétation luxuriante vert émeraude à perte de vue, avant d’arriver à Sao Sebastiao, village situé en dehors de la réserve indigène.

« Le regard tourné vers l’Amazonie »

C’est une journée spéciale pour Taynara da Costa Cruz, 18 ans, qui va voter pour la toute première fois.

« Pour nous, les jeunes, c’est très important de voter. Nous votons, le regard tourné vers l’Amazonie, les peuples indigènes », dit cette jeune artisane aux yeux marron clair pétillants, qui arbore un collier et un serre-tête faits de graines d’Amazonie.

Toutes les femmes du peuple Kambeba sont vêtues de longues robes blanches.

Leurilene Cruz da Silva, sœur de Raimundo, porte aussi sur les cheveux deux rangées de graines qui ressemblent à des colliers de perles.

À son arrivée à Sao Sebastiao, cette infirmière de 38 ans sort fièrement son titre d’électeur.

« Il faut qu’on ait de bons représentants, c’est une journée importante. Nous, les indigènes, nous devons montrer que nous sommes capables de résister », lance-t-elle.

Peu après son élection, fin 2018, Jair Bolsonaro a promis qu’il ne cèderait « pas un centimètre de plus » aux terres indigènes.

Il s’est aussi montré favorable à l’exploitation minière ou agricole dans ces territoires censés être réservés aux activités traditionnelles des autochtones.

Sous son mandat, débuté en janvier 2019, la déforestation annuelle moyenne a augmenté de 75 % par rapport à la dernière décennie.

Le bilan environnemental de Lula est loin d’être irréprochable, mais l’ex-président (2003-2010) a promis durant sa campagne qu’il allait créer un ministère des peuples autochtones, avec une personnalité indigène à sa tête

Par Le Point avec AFP

L’Angola vote pour choisir un président, le scrutin s’annonce serré

août 24, 2022
L'Angola vote pour choisir un president, le scrutin s'annonce serre
L’Angola vote pour choisir un président, le scrutin s’annonce serré© AFP/JOHN WESSELS

Les Angolais sont aux urnes mercredi pour des élections législatives qui décideront du prochain président, un scrutin annoncé comme le plus serré de l’histoire du pays, entre le parti au pouvoir depuis l’indépendance et une opposition qui promet d’enrayer pauvreté et corruption.

Ancien parti unique tout-puissant, à la tête du pays depuis 1975, le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA) est en perte de vitesse mais reste favori pour ce scrutin, selon les pronostics. Le président sortant Joao Lourenço, 68 ans, brigue un second mandat.

Mais la domination du parti devrait être sérieusement entamée par une opposition revigorée ces dernières années par un leader, Adalberto Costa Junior, 60 ans. Surnommé « ACJ », il est à la tête de l’ancien mouvement nationaliste rebelle devenu parti, l’Unita.

Réputé bon orateur, il incarne pour certains cet espoir de « changement » réclamé par la rue, dans un pays riche en ressources naturelles mais plongé dans de grandes difficultés économiques. Inflation galopante, sécheresse sévère, chômage et vie chère nourrissent un ras-le-bol grandissant.

« Nous avons du pétrole, des diamants, mais les gens n’ont pas de travail », lance à l’AFP Manuel Antonio Teca, 27 ans, sans emploi. L’Angola est le 2e producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne.

Il faisait partie de la foule d’électeurs aux urnes tôt le matin, des files de femmes vêtus de tissus africains et d’hommes tenant religieusement un petit bulletin plié entre leurs mains. Mais le flot s’est tari dès le milieu de journée.

« C’est un jour historique », a déclaré l’opposant après avoir déposé son bulletin dans un quartier populaire de Luanda. L’outsider a mené sa campagne sur des promesses de réformes, de lutte contre la pauvreté et contre la corruption.

Charismatique, il séduit notamment une jeunesse urbaine moins attachée au MPLA et qui hérite d’un pays miné par des décennies de corruption sous la présidence de José Eduardo dos Santos (1979-2017). Les 10 à 24 ans représentent un tiers de la population, selon des données des Nations unies.

Mort le mois dernier en Espagne, l’ancien chef d’Etat est accusé d’avoir détourné des milliards au profit de sa famille et de ses proches. Il doit être enterré dimanche.

« Le résultat semble devoir être plus serré que jamais », prédit Justin Pearce, spécialiste de histoire angolaise à l’Université Stellenbosch en Afrique du Sud.

« Vraie démocratie »

Les 13.200 bureaux de vote sont ouverts jusqu’à 18H00 (17H00 GMT) pour les 14,7 millions d’inscrits. Le candidat du parti vainqueur aux législatives sera investi chef d’Etat. Aucun incident n’a été signalé à ce stade.

Avec un parti au pouvoir qui a la main sur le processus électoral et les médias publics, l’opposition et une partie de l’opinion publique s’interrogent sur des possibilités de fraudes.

« Nous ne sommes pas un pays démocratique », regrette Alberto Bernardo Muxibo, qui se présente à l’AFP comme un militant. « Le gouvernement opprime le peuple ».

Dans la matinée, M. Lourenço a déposé son bulletin dans une université de Luanda. Habituellement discret et peu à l’aise sur les estrades, l’ancien général a sobrement promis « la victoire ».

En 2017, sous l’étiquette de dauphin de dos Santos, il l’avait emporté après une confortable victoire du MPLA à 61 % des voix. Pur produit du parti nourri au marxisme-léninisme, il s’est affranchi du système en lançant, à la surprise générale, une vaste campagne anti-corruption, écartant des postes clefs les proches de son ancien mentor.

Il a mené des réformes ambitieuses, saluées à l’étranger, pour sortir de la dépendance au pétrole et privatiser les entreprises publiques. Et sa gestion de la dette du pays « a été remarquable », juge Marisa Lourenco, analyste indépendante basée à Johannesburg.

Mais pour une grande partie des 33 millions d’Angolais, rien n’a vraiment changé. « Vingt ans que le pays est en paix et nous sommes toujours pauvres », lâche Lindo, un électricien de 27 ans qui habite Luanda.

Malgré dix ans de croissance après la fin de la guerre civile en 2002, l’Angola reste un des pays les plus pauvres du continent.

Par Le Point avec AFP

France-Présidentielle: dans la plus grande prison d’Europe, des détenus pour la première fois à l’isoloir

avril 7, 2022
Présidentielle: dans la plus grande prison d’Europe, des détenus pour la première fois à l’isoloir© AFP/Archives/Christophe ARCHAMBAULT

Des bulletins, deux isoloirs, une urne: à Fleury-Mérogis, la plus grande maison d’arrêt d’Europe, des détenus ont commencé mercredi à voter pour l’élection présidentielle, une première pour ce type de scrutin au sein même de la prison et pour nombre d’entre eux.

Au bâtiment D3, occupé par 650 détenus, une centaine d’inscrits volontaires sur les listes électorales sont amenés depuis leur cellule dans la salle polycultuelle, transformée en bureau de vote.

Comme beaucoup, Sofiane, 28 ans, vote pour la première fois (les prénoms des détenus ont été modifiés, ndlr).

« Je vous explique comment on fait ? Vous prenez le bulletin de la personne pour qui vous votez et aussi d’autres bulletins, pour ne pas que je sache qui c’est », lui indique une directrice pénitentiaire.

Sofiane, survêtement gris clair et grands yeux verts, entre dans l’isoloir. « Il faut tirer le rideau, Monsieur, qu’on ne vous voie pas. »

Le détenu, incarcéré depuis un mois, admet voter surtout pour « sortir de sa cellule » où il est « enfermé 22 heures sur 24 ». « Avant, je ne votais pas car je n’avais pas que ça à penser : j’étais libre », rit-il jaune.

Si Ibrahim, maillot blanc et rouge sur le dos, apprécie également de « prendre l’air », le détenu de 23 ans voit surtout « une chance à saisir » en cette matinée électorale.

En organisant ce vote, « l’Etat ne nous oublie pas, il pense à nous », estime celui qui vit depuis sept mois à l’ombre du mur de trois kilomètres de Fleury-Mérogis, au sud de Paris.

« Si ça s’trouve dehors, je n’aurais même pas eu le temps de venir voter », poursuit Ibrahim, s’estimant « plus informé en prison »: « vu qu’on regarde H24 la télé, on sait ce qui se passe et ça donne plus envie d’aller voter ».

« Un charme »

Youssef, 26 ans, avait participé à la dernière présidentielle. Il était libre alors. Retrouver un bureau de vote en prison lui plaît.

Oui, « il y a des policiers » et « on est sous les ordres », mais « il y a un charme », assure l’écroué à la voix posée: avec ce bureau, « ils nous font nous sentir comme à l’extérieur ».

« L’objectif n’est pas de faire oublier la détention, mais de rappeler aux détenus qu’ils sont citoyens, même en prison », souligne de son côté Franck Linares, directeur de Fleury-Mérogis.

Voter constitue une étape de réinsertion et « permettra aux personnes détenues d’avoir déjà une première approche du bureau de vote » à leur sortie, abonde Léa Fory, référente élections.

Cette modalité de vote dite « par correspondance », au sein même des établissements pénitentiaires, existe depuis 2019. Et c’est la première fois qu’elle est proposée pour la présidentielle.

Elle complète deux autres modalités, le vote par permission de sortie et par procuration, plus compliquées dans leur application: lors de la présidentielle en 2017, sur 70.000 détenus environ, 809 avaient fait une procuration et 200 s’étaient vus accorder une permission de sortie.

En 2022, ils sont 768 à avoir demandé à voter par procuration et 1.314 par permission. Pour le vote par correspondance, sous pli fermé au sein de la prison, les chiffres grimpent: le ministère de la Justice enregistre 13.672 inscrits.

Ces votes par correspondance sont acheminés au ministère de la Justice, où ils seront dépouillés le jour du scrutin national, le 10 avril. Pour le deuxième tour de la présidentielle, même programme.

A Fleury-Mérogis, occupée par 3.600 hommes et femmes détenus et où il y a « énormément de mouvements » entre « la promenade, l’infirmerie, le parloir… », l’enjeu de ce vote en détention est de « tenir compte des activités » des votants, détaille Etienne Lebrun, directeur du D3.

« Ce matin, certains sont partis en extraction judiciaire. On a dû les faire voter avant qu’ils ne partent au tribunal », illustre-t-il.

Avant le scrutin, dans toute la France, les établissements ont mené des campagnes de sensibilisation à l’inscription aux listes électorales.

A Fleury-Mérogis, « les surveillants ont fait le premier pas », raconte Karim, qui vote pour la première fois à 38 ans. « Avant, j’étais un mauvais garçon, anti-société », dit-il, sérieux.

Qu’espérer pour sa sortie, prévue en novembre ? Un président qui donne « du travail pour les jeunes », répond l’homme aux cheveux grisonnants. « Sans travail, c’est ce qui fait la délinquance », juge le détenu. « J’ai eu mon BTS cuisine mais j’avais pas de travail, c’est comme ça que j’ai dérivé ».

Par Le Point avec AFP

Vote de la résolution de l’ONU sur l’Ukraine : une abstention des pays africains remarquée

mars 3, 2022

<p>Résultat du vote de la résolution de l'ONU "exigeant que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l'Ukraine" à l'Assemblée générale des Nations Unies le 2 mars 2022.</p>

Résultat du vote de la résolution de l’ONU « exigeant que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine » à l’Assemblée générale des Nations Unies le 2 mars 2022. AP/ Seth Wenig

L’Assemblée générale de l’ONU a adopté ce mercredi 2 mars par une écrasante majorité une résolution qui « exige que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine« . S’il y a eu un vote massif en faveur de la résolution une vingtaine de pays africains ont préféré s’abstenir, à la grande surprise de nombreux observateurs.

Le vote a été salué comme « historique » et accueilli par une salve d’applaudissements. Après plus de deux jours d’interventions à la tribune de l’ONU, la résolution réclame à Moscou qu’il « retire immédiatement, complètement et sans conditions toutes ses forces militaires » d’Ukraine et « condamne la décision de la Russie d’accentuer la mise en alerte de ses forces nucléaires« .

Piloté par l’Union européenne en coordination avec l’Ukraine, le texte « déplore » également « dans les termes les plus vifs l’agression de la Russie contre l’Ukraine » et affirme « son attachement à la souveraineté, l’indépendance, l’unité et l’intégrité territoriale » de ce pays. Intitulée « Agression contre l’Ukraine« , la résolution appelle par ailleurs à accorder à l’aide humanitaire un accès sans entrave et « déplore l’implication du Bélarus » dans l’attaque de l’Ukraine.

TV5MONDE

Sur les 193 membres de l’Organisation, 141 pays ont approuvé le texte « exigeant que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine.« 

Cinq s’y sont cependant opposés : la Russie, la Biélorussie, la Corée du Nord, l’Erythrée et la Syrie.

35 se sont abstenus. L’abstention de la Chine, allié supposé de Moscou, a été remarquée. Tout comme celle de 16 pays du continent africain : l’Algérie, l’Angola, le Burundi, le Congo- Brazzaville, la Guinée équatoriale, Madagascar, le Mali, le Mozambique, la Namibie, le Soudan, le Soudan du Sud, l’Afrique du Sud, le Sénégal, la Tanzanie, l’Ouganda et le Zimbabwe.

Résultat du vote de la résolution de l'ONU "exigeant que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l'Ukraine".

Résultat du vote de la résolution de l’ONU « exigeant que la Russie cesse immédiatement de recourir à la force contre l’Ukraine ».

Le doctorant en droit international au Centre de droit international de Nanterre (CEDIN, Université Paris-Nanterre) et chargé de projet à  l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) au Mali souligne toutefois la similarité des positions de certains pays entre le vote de 2014 sur le conflit avec la Crimée et celui actuel de l’Ukraine. 

Par ailleurs, 12 pays n’ont pas pris part au vote dont 8 africains : le Burkina Faso, la Guinée, la Guinée-Bissau, Eswatini, l’Ethiopie, le Cameroun, le Maroc et le Togo. 

Au total, 22 pays du continent n’ont pas exprimé d’opinion sur l’actuel conflit en Ukraine. Comment expliquer cela ? TV5MONDE a demandé des précisions à Michel Galy, politologue spécialiste de l’Afrique de l’Ouest.

TV5 MONDE : Comment expliquer ces 16 abstentions de la part de ces pays d’Afrique ? 

Michel Galy : À la zone d’influence française (celles des anciennes colonies), correspond habituellement un vote automatique qui suit la ligne occidentale lors des assemblées de l’ONU. On peut d’ailleurs le voir avec la Côte d’Ivoire ou le Niger avec ce vote. On s’étonne donc de l’abstention du Sénégal qui n’est pourtant pas connu pour être un régime hostile à l’influence française. C’est à se demander s’il n’y a pas eu un raté diplomatique.

Cependant, pour d’autres pays comme le Mali et la Centrafrique, c’est beaucoup plus compréhensible. Ces pays sont à la fois sous l’influence française traditionnelle et sous nouvelle influence russe avec l’appel aux mercenaires de Wagner. L’importance que prend Wagner dans la situation politico-militaire va plus loin qu’on ne le pense et se rapproche d’un retournement d’alliance.

Pour d’autres pays, il ne faut pas omettre les traditions historiques. Si l’Afrique du Sud est unanimement considérée par le monde occidental comme un modèle des droits de l’homme, on oublie l’alliance forte qu’avait Nelson Mandela avec l’URSS et la Libye à son époque. 
 

On s’étonne donc de l’abstention du Sénégal qui n’est pourtant pas connu pour être un régime hostile à l’influence française. C’est à se demander s’il n’y a pas eu un raté diplomatique.Michel Galy politologue, spécialiste de l’Afrique de l’Ouest

TV5MONDE : Toutes les abstentions se valent-elles ? 

Michel Galy : Le résultat de ces votes montre que l’Afrique est divisée. Il y a une catégorie qu’il faut mettre en évidence, ce sont ceux qui considèrent que ces conflits leur sont lointains et qu’il faut, d’une certaine manière, ménager la chèvre et le chou dans leurs différentes coopérations. À Madagascar par exemple, il y a une forte coopération russe, même si elle n’est pas militaire comme au Mali ou en Centrafrique.

Ces pays ne souhaitent plus rester face à face avec le monde occidental et prennent le parti de se garder des possibilités de tractation, voire de chantage d’un bloc à l’autre.

Concernant, le Congo-Brazzaville, le régime de Sassou-Nguesso doit beaucoup à l’influence française, avec des élections régulièrement contestées. C’est un vote surprenant, comme celui du Sénégal. Je pense que c’est par prudence que des pays comme ceux-ci ne veulent pas s’immiscer d’un côté comme de l’autre.

TV5 MONDE : Quel symbole politique ce vote renvoie-t-il ? 

Michel Galy :  Le vote révèle un malaise et la division d’une Afrique qui ne sait pas s’il est préférable de suivre le pays référence ou prudemment s’abstenir tant qu’on n’a pas encore le dernier mot du conflit.

Ce vote est divisé en trois parties avec les pays niches de l’Occident qui sont des alliés automatiques, les anciens alliés de l’URSS et de la Russie comme l’Algérie et l’Afrique du Sud ainsi qu’un groupe un peu erratique qui démontre une incapacité de décision commune. 

Avec TV5Monde

Liban : par le vote, la diaspora peut inverser le cours de l’histoire

novembre 17, 2021
« Le peuple a décidé, le changement est en marche », peut-on lire sur un affichage électorale à Beyrouth, en octobre 2021 © JOSEPH EID/AFP

Moins de 140 000 Libanais de l’étranger sur 1 million de votants potentiels sont inscrits sur les listes électorales. La mobilisation pour les législatives de mars 2022 est pourtant cruciale pour l’avenir du Liban.

L’indépendance du Liban, dont nous devrions célébrer les 78 ans ce 22 novembre, n’est qu’une indépendance de façade. L’enjeu, désormais, c’est sa survie pure et simple en tant que Nation et en tant qu’État. Les élections législatives de mars 2022 marqueront soit l’expression de la volonté du peuple, soit celle d’une classe politique discréditée accaparant le pouvoir. Tentons d’inverser par le vote le cours de l’Histoire. Ne nous laissons pas décourager par une éventuelle révision de la loi électorale qui viendrait affaiblir le vote de la diaspora. Soyons un soutien des forces de l’opposition qui tentent d’émerger malgré une très forte adversité. Le temps presse.

Les Libanais de la diaspora doivent être inscrits sur les listes électorales avant le 20 novembre. Au soir de cette date, le nombre total d’inscrits reflètera la capacité de la mobilisation diasporique. Or à ce jour, sur un 1 million de votants potentiels dans le monde, seuls près de 140 000 d’entre nous se sont inscrits. De fait, la mobilisation n’est pas à la hauteur de l’enjeu. Le doute, la lassitude, l’indifférence ou l’éloignement sont-ils en train d’entraver la volonté de voter ? La probabilité est forte. Mais le prix a été trop élevé pour que nous renoncions …

Frustrations et attachement

Inscrivons-nous par frustration de n’avoir jusque-là que subi le cours des choses. Inscrivons-nous par solidarité avec nos proches vivant au Liban : enfants sans écoles, diplômés sans emplois qualifiés, malades sans soins, travailleurs sans salaires, jeunesse sans avenir… Inscrivons-nous pour que le volontarisme et l’intelligence l’emportent sur la médiocrité et la corruption.

CE VOTE MONTRERA À LA MÉDIOCRATIE EN PLACE ET AU MONDE ENTIER NOTRE MOBILISATION À TOUTE ÉPREUVE

Inscrivons-nous par devoir de mémoire pour tous ceux qui ont payé cher la construction du pays. Inscrivons-nous pour ne pas avoir un jour à répondre, la mort dans l’âme, à cette question de nos enfants : « Mais qu’as-tu fait pour essayer de changer la situation » ? Et surtout …. Inscrivons-nous par conviction que ce pays est bien le nôtre, y compris et surtout dans le malheur, que nous y sommes indéfectiblement attachés et qu’il a besoin de nous.

C’est en nous mobilisant de façon massive et démocratique que nous pourrons retrouver un Liban indépendant, en reprenant en main notre destinée sans plus la déléguer à d’autres. Inscrivons-nous avant le 20 novembre sur les listes et votons massivement en mars 2022. Participons activement à ce geste démocratique. Tournons délibérément le dos à toute résignation ou défaitisme. Ce vote n’est qu’une étape. Mais c’est une étape fondamentale qui montrera à la médiocratie en place et au monde entier notre mobilisation à toute épreuve dans la reconquête de notre indépendance.

Liste des cosignataires : Karim Daher (Aldic), Albert Kostanian (Kulluna Irada), Dania Khalil (Lebanon Talks). Ferris Wehbe (Our New Lebanon), Chibli Mallat (TMT), Hana Jaber (TMT), Nawal Meouchy (TMT), Isabelle Edde (TMT),  Nancy Stephan (The Lebanese Diaspora Network), Marc Tueni (Meghterbin Mejtemiin), Kamal Tarabey (Collectif franco-libanais), Georges Stephan (AADL), Rabih El Amin (Lebanese Executive Council), Nehme Lebbos (Union pour un Liban solidaire), Nadine Garabedian (Machrou Watan), Joumana Timery (La nouvelle République), Sergio Jalil (Celibal).

Collectif Change Lebanon

Avec Jeune Afrique par Collectif Change Lebanon

Association de droit français composée d’experts de la société civile libanais et franco-libanais

Les Allemands votent pour élire le successeur d’Angela Merkel

septembre 26, 2021

LES ALLEMANDS VOTENT POUR ÉLIRE LE SUCCESSEUR D'ANGELA MERKEL

© Reuters/WOLFGANG RATTAY 

BERLIN (Reuters) – Les Allemands se sont rendus aux urnes dimanche pour désigner le successeur de la chancelière Angela Merkel et peut-être mettre fin à seize années de pouvoir conservateur.

L’électorat allemand est divisé et les principaux partis devront sûrement s’engager dans des négociations pour former une coalition, ce qui pourrait prendre plusieurs mois, laissant Angela Merkel, qui a 67 ans, assurer l’intérim à la tête du pays.

« Nous réalisons tous que ce sont des élections fédérales importantes (…) Chaque voix compte », a déclaré Armin Laschet, candidat du bloc conservateur constitué par l’Union chrétienne-démocrate (CDU) avec ses alliés bavarois de la CSU, après avoir voté à Aix-la-Chapelle.

Selon la commission électorale, le taux de participation s’élevait à 36,5% à 14h00 (12h00 GMT), en baisse par rapport à 2017 (41,1%). Mais ce chiffre ne prend pas en compte le vote par correspondance, attendu à un niveau élevé cette année en raison de la pandémie de COVID-19.

Face à Armin Laschet, que trois Allemands sur quatre disent ne pas vouloir voir à la chancellerie, l’actuel ministre des Finances Olaf Scholz, âgé de 63 ans, a remporté les trois débats télévisés entre les principaux candidats.

Le dirigeant du SPD a déjà dit sa préférence pour une alliance avec les Verts plutôt qu’une reconduction de la « grande coalition » avec la CDU/CSU.

Olaf Scholz n’a pas exclu non plus de s’allier avec la gauche radicale de Die Linke mais a déclaré qu’une sortie de l’Otan, brandie comme un épouvantail par les conservateurs en cas de constitution d’une coalition de gauche, était une ligne rouge pour son parti.

Après une campagne électorale axée sur les questions intérieures, les partenaires de Berlin devront peut-être attendre des mois avant de voir si le nouveau gouvernement allemand est prêt à s’engager sur les grandes problématiques de politique étrangère.

Dans un Bundestag qui s’annonce une nouvelle fois très fragmenté, une coalition à trois est probable. Les derniers sondages d’opinion donnaient une avance étroite aux sociaux-démocrates, mais les conservateurs ont réduit l’écart ces derniers jours et de nombreux électeurs, près d’un sur trois, étaient encore indécis.

Selon les scénarios de coalition les plus probables, le SPD ou le bloc conservateur CDU/CSU devrait former une alliance avec les Verts et les libéraux du FDP pour disposer d’une majorité de gouvernement.

Une alliance entre le SPD, les Verts et le FDP serait particulièrement délicate à mettre en place, les libéraux divergeant avec les deux autres partis sur de nombreux points clés, comme le financement d’une accélération de la transition écologique par l’émission de dette, la hausse de l’imposition des riches ou celle du salaire minimum.

Avec Reuters par Joseph Nasr et Paul Carrel (Version française Camille Raynaud et Tangi Salaün)

Maroc : la diaspora privée de vote, jusqu’à quand ?

août 24, 2021

Le Mouvement pour un Maroc moderne, prospère et égalitaire a été initié par la diaspora pour promouvoir la citoyenneté active de ses membres, aussi bien dans leur pays de résidence que dans le royaume. Nod Sawet signifie « va voter » en dialecte.

Élections législatives à Casablanca, le 7 octobre 2016 (illustration).

Alors que les Algériens, les Tunisiens ou les Sénégalais vivant à l’étranger peuvent participer aux scrutins organisés dans leur pays d’origine, les Marocains en sont toujours empêchés. Les élections générales du 8 septembre seraient pourtant l’occasion de mettre fin à cette anomalie qui touche 5 millions d’électeurs potentiels.

Le Maroc qui a lancé la marche verte, grande marche pacifique partie du royaume vers le Sahara sous colonisation espagnole en 1975. Le Maroc qui a organisé la COP22 à Marrakech en novembre 2016 et réuni 196 pays, des ONG, des syndicats, des scientifiques ainsi que des médias du monde entier. Le Maroc qui a su mener des projets d’envergure comme le port de Tanger-MED, le train à grande vitesse Al-Boraq, le complexe Noor – l’un des plus grands parcs solaires au monde – et bientôt un hub financier de référence en Afrique. Ce Maroc, nous en sommes convaincus, est capable d’organiser des élections pour ses près de 5 millions de compatriotes résidant à l’étranger.

La nouvelle constitution adoptée en 2011 consacre le droit de vote et de candidature de tous les Marocains depuis leur pays de résidence (articles 16 et 17). Pourtant, dix ans plus tard, ce droit constitutionnel n’est toujours pas inscrit dans les lois électorales. Le motif avancé par les parties prenantes est surprenant puisque se trouvent invoquées « les modalités de vote et l’application de ce droit », qui poseraient « problème ».

Ce motif nous interpelle d’autant plus que nos voisins algériens et tunisiens tout autant que plusieurs pays subsahariens, tel le Sénégal, ont organisé des scrutins dans le pays de résidence de leurs ressortissants !

Aberration

Beaucoup de discours politiques vantent l’apport multiforme des MRE [Marocains résidant à l’étranger] dans l’économie nationale, notamment à travers le développement de la coopération internationale entre les territoires marocains et leur pays de résidence ou encore via la solidarité directe avec les familles restées au pays. Pourtant, ces MRE tant vantés dans les discours ne peuvent toujours pas choisir leurs représentants au sein du Parlement.

Outre que ce déni de droits vis-à-vis de la diaspora relève de l’aberration dans une période où les relations internationales et la diplomatie des territoires constituent des armes essentielles utilisées par toutes les grandes nations, les partis politiques marocains se privent de personnalités, de compétences, de potentialités qui pourraient renforcer la place du Maroc dans le concert des nations et les réseaux d’influence du pays à l’échelle internationale.

C’EST UNE ERREUR HISTORIQUE DE CONTINUER À ÉCARTER LES MRE

Nul n’ignore que le 8 septembre prochain des élections générales se dérouleront au Maroc. Les grand oubliés en seront, encore une fois, les millions de Marocains d’Europe, des Amériques, d’Asie, du Moyen-Orient…, toujours privés de représentation parlementaire propre et astreints à être représentés pour pouvoir voter par procuration.

À l’aune de la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël – pays où l’on compte près de 800 000 Juifs marocains majoritairement attachés à leur pays d’origine –, n’aurait-on pas dû saisir l’occasion pour concrétiser les droits de « pleine citoyenneté » reconnus par la Constitution à tous les Marocains, quel que soit leur lieu de résidence sur le globe ?

Les enjeux des prochaines élections dépassent largement le territoire national et c’est une erreur historique de continuer à écarter les MRE.

Le manque flagrant de considération qui se manifeste dans cette élection aurait sans doute été nié si le bilan de dix ans de Constitution sur les questions diasporiques n’était pas aussi éloquent à lui tout seul. Ce désir de participation effective de la diaspora aux décisions majeures de son pays fait écho à des revendications et des combats portés de manière régulière depuis plus de trente ans. Les MRE souhaitent contribuer par la réflexion, mais également par l’action, à l’avènement d’un Maroc meilleur.

Nous le savons, la tentation sera politiquement forte de réduire cette nouvelle demande à un fait mineur et de se « contenter » encore de discours creux sans lendemain.

Égalité de traitement

Mais c’est un autre chemin que nous vous demandons de prendre. Ce que nous vous demandons, c’est que soit enfin ouvert le chantier d’une mise à plat du cadre juridique et institutionnel pour la mise en œuvre concrète du droit des membres de la diaspora à être élus et représentés depuis des circonscriptions électorales qui épousent leur lieu de résidence.

Nous vous demandons d’assurer l’égalité de traitement des citoyens marocains en toutes circonstances, en conformité avec la loi et la Constitution. Si cela n’est malheureusement pas le cas, c’est en raison d’archaïsmes tenaces, de pratiques hiérarchiques et de discours institutionnels qu’il faudra profondément interroger.

Cette situation injuste ne se traitera pas en la réduisant à un caprice ou à des démarches individuelles isolées. Nous vous demandons d’indiquer les voies que vous souhaitez emprunter pour supprimer ce désordre et dessiner les modalités de dialogue et d’élaboration de propositions visant à assurer la représentation effective de la diaspora. Ne doutez pas qu’au-delà même des signataires du présent texte, beaucoup d’acteurs de la diaspora sont prêts à participer à cet effort institutionnel crucial.

Nous demandons une recomposition du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) pour en faire une instance démocratique et représentative des MRE, comme il est prévu dans ses statuts et son dahir [décret royal] constitutif. Cette mise à plat doit également concerner le Conseil économique et social, ainsi que le prévoit la Constitution.

Répondre positivement à cette interpellation ne serait pas un signe de faiblesse mais le signe d’une démocratie capable de lucidité et de maturité sur un sujet où elles ont fait cruellement défaut depuis trop longtemps.

La liste mise à jour des signataires de la tribune est consultable sur le site https://nodsawet.ma/.

Avec jeune Afrique

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est nodcarre-100x100.png

par  Nod Sawet

France: Contre le vote nationaliste, Macron prône des décisions internationales « utiles » pour « nos concitoyens »

juin 13, 2021
Contre le vote nationaliste, Macron prone des decisions internationales "utiles" pour "nos concitoyens"
Contre le vote nationaliste, Macron prône des décisions internationales « utiles » pour « nos concitoyens »© AFP/Ludovic MARIN

Justice fiscale ou aide aux pays pauvres: le président français Emmanuel Macron a salué dimanche un « multilatéralisme efficace » lors du G7 et des décisions « utiles » pour « nos concitoyens », permettant de les éloigner du vote « nationaliste ».

« Nos concitoyens ont eu pendant beaucoup d’années et peuvent avoir encore le sentiment qu’on parle de sujets ici qui sont très déconnectés de leur quotidien. Je pense tout l’inverse », a développé le chef de l’Etat lors d’un conférence de presse à l’issue d’un sommet de trois jours des grandes puissances en Cornouailles (sud-ouest de l’Angleterre).

Il s’agit pour les dirigeants du G7 de « montrer que nos décisions ont des effets utiles pour nous » et « permettent de régler nos problèmes à la maison et rendre la vie de nos concitoyens meilleure », selon le dirigeant. « Alors nos concitoyens dans nos pays vont voter pour des gens qui participent à cet agenda international, et pas pour des gens qui leur expliquent +la réponse est dans la nationalisme+ », a affirmé M. Macron, à moins d’un an de l’élection présidentielle pour laquelle les sondages le donnent au second tour à nouveau face à l’extrême droite, Marine Le Pen (RN).

« Si on a des réunions où rien ne se passe, légitimement (nos concitoyens) finiront par croire que les nationalistes ont raison. Je crois tout le contraire », a-t-il encore insisté.

« Dans notre pays on voit une montée des violences. On a tous des raisons qui sont propres à nos pays mais elles ont deux racines profondes: les inégalités sécrétées par le fonctionnement de l’économie internationale et l’ensauvagement des discours sur les réseaux sociaux », a analysé le président.

Or « ces deux sujets sont au coeur de l’agenda avec des réponses concrètes ». Par exemple « on va pouvoir taxer les multinationales – c’est 5 à 10 milliards de plus pour le budget français » et « je peux l’expliquer à mes contribuables: je vais vous enlever 5 à 10 milliards d’impôts », a avancé le président français.

« Je ne peux pas le faire si les Britanniques, les Allemands, les Américains ne le signent pas avec nous », a-t-il appuyé.

Autre exemple cité: « si je n’aide pas l’Afrique à réussir, je subirai les phénomènes migratoires massifs dans mon pays avec des éléments de déstabilisation ».

Le G7 a lancé un vaste plan d’infrastructures dans le climat, la santé, le numérique et la lutte contre les inégalités afin d’aider les pays pauvres à se relever de la pandémie du coronavirus.

Les dirigeants ont aussi apporté leur soutien au projet de réforme pour un taux d’impôt minimum mondial afin de lutter contre la concurrence fiscale entre pays.

Par Le Point avec AFP

Élection présidentielle Congo 2021 : Alain Mabankou appelle à un scrutin apaisé

mars 18, 2021

À quelques jours du 1er tour de l’élection présidentielle au Congo, l’écrivain congolais, Alain Mabankou, appelle ses compatriotes au calme et les invite à aller voter le 21 mars.

Capture d'écran, Alain Mabanckou à l'adresse de ses compatriotes à propos de l'élection présidentielle 2021 au Congo

Photo : Capture d’écran, Alain Mabanckou à l’adresse de ses compatriotes à propos de l’élection présidentielle 2021 au Congo

Par un message relayé par Ziana TV, Alain Mabankou, depuis l’étranger, s’est adressé aux Congolais. Contrairement à ses précédentes habilités rhétoriques contre le pouvoir en place, l’auteur de Black Bazar a tenu plutôt des paroles apaisantes à propos de l’élection présidentielle du 21 mars.

En substance, lélection présidentielle est un moment essentiel dans la vie d’une Nation. Il faudrait choisir un des candidats en son âme et conscience. Que ses compatriotes regardent tout autour d’eux. Ils pourront se dire qu’ils n’ont pas le choix face à des candidats tous pareils.

« Vous n’avez pas tort.  Mais il suffit de faire le jeu de la démocratie. Il faut aller voter. Il faut aller dire par l’expression de votre voix ce que vous ressentez« ,exhorte-t-il.

« En ce qui me concerne, j’ai toujours gardé une certaine indépendance et c’est peut-être cela qui pourrait faire notre attraction réciproque« ,confie l’écrivain.

« Je dirai que le constat que j’ai fait de la politique de mon pays est un constat malheureusement triste. Les mêmes personnes et les mêmes histoires qui tournent. La jeunesse qui est verrouillée. La liberté de presse qui n’existe pas. Tout cela constitue de vrais chantiers qui n’ont jamais été entamés. Mais de grâce, si vous allez voter, puisqu’il faut aller voter, faites-le dans le calme, faites-le dans la dignité; parce que le Congo est plus fort que les personnes qui  ne recherchent que le pouvoir. Le Congo restera. Les hommes passeront.« 

Et de conclure : « Merci chers compatriotes, de vous dire, que tout, mais tout sera toujours inférieur par rapport à l’honneur et à la valeur du Congo-Brazzaville.

Avec Adiac-Congo par Marie Alfred Ngoma