Posts Tagged ‘Windsor’

Canada: Reprise de la circulation sur le pont Ambassador à Windsor

février 14, 2022
Le pont Ambassador qui surplombe la rivière Détroit recouverte de glaces.

Le pont Ambassador entre Windsor et Détroit est le lien transfrontalier le plus achalandé en Amérique du Nord. Photo: CBC/Patrick Morrell

Le pont Ambassador, le lien transfrontalier le plus achalandé en Amérique du Nord, est complètement rouvert depuis tard dimanche soir, après un blocage d’une semaine.

Des camionneurs et d’autres opposants à la vaccination obligatoire ont bloqué la circulation toute la semaine dernière sur le pont entre Windsor et Détroit.

La police a finalement délogé les manifestants durant le week-end, à la suite d’une injonction et de la déclaration de l’état d’urgence par le premier ministre ontarien Doug Ford.

Une vingtaine de protestataires ont été arrêtés et la police a remorqué au moins cinq véhicules.

Radio-Canada a pu confirmer lundi matin que les camions circulaient à nouveau sur le pont Ambassador.

La présence policière demeure toutefois forte. Des murets de béton, des déneigeuses et des véhicules de police se trouvent sur les côtés de la voie d’accès principale au pont à Windsor, Huron Church, pour empêcher tout manifestant de bloquer à nouveau cette artère.

Nous rappelons au public que nous restons présents dans le secteur de la manifestation [de la semaine dernière]. Nous ne tolérerons aucune activité illégale, indique la Police de Windsor sur Twitter.

De son côté, l’Agence des services frontaliers du Canada indique sur son site web qu’il n’y a aucun délai pour traverser la frontière grâce au pont Ambassador.Un poids lourd roule le long d'Huron Church.

Un camion sur l’artère Huron Church près du pont Ambassador le 14 février Photo: Radio-Canada/Elvis Nouemsi Njiké

Le maire de Windsor, Drew Dilkens, et le service policier de la ville doivent faire le point sur la situation lundi après-midi.

Pour sa part, le premier ministre canadien, Justin Trudeau, doit discuter lundi avec ses homologues provinciaux des différentes manifestations contre les mesures sanitaires toujours en cours au pays, y compris à Ottawa.

Opération policière

Le premier ministre Doug Ford a félicité les forces de l’ordre d’avoir mis fin pacifiquement au blocage illégal du pont Ambassador durant le week-end.

La Maison-Blanche s’est aussi réjouie de la levée des barricades, qui ont perturbé les échanges commerciaux entre le Canada et les États-Unis. La gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, a affirmé qu’il s’agissait d’une victoire pour les familles de travailleurs du Michigan et pour les entreprises de l’État qui peuvent reprendre l’exportation de leurs produits.

Plusieurs usines automobiles en Ontario avaient dû ralentir ou suspendre leur production, en raison du blocage.

Près de 2,5 millions de camions empruntent le pont Ambassador chaque année. Plus de 25 % des marchandises échangées entre les États-Unis et le Canada y transitent.

Radio-Canada avec des renseignements fournis par Elvis Nouemsi Njiké

Canada-Pont Ambassador à Windsor : la police procède à des arrestations

février 13, 2022
Des policiers font face aux manifestants derrière des barrières de béton.

Renfort dimanche matin des policiers à l’entrée du pont Ambassador. Photo: CBC/Thomas Daigle

Après avoir envoyé des renforts dimanche matin à Windsor, la police a commencé à arrêter des manifestants encore présents à l’entrée du pont Ambassador et à dégager le secteur.

Dans un message sur Twitter, la police de Windsor, qui a repoussé les médias loin du site de la manifestation, a confirmé que ses agents avaient commencé à arrêter des manifestants et à remorquer des véhicules.

Un peu plus tôt ce matin, d’importants renforts de différents corps policiers ont été mobilisés sur place.

La route principale menant au pont Ambassador a été dégagée par les policiers vers 9 h dimanche, selon CBC News, mais la circulation n’a toujours pas repris sur ce lien transfrontalier crucial pour les économies canadienne et américaine.

La police est toujours présente sur les lieux.

Il y aura une tolérance zéro pour les activités illégales. Le public doit éviter le secteur, ajoute la police de Windsor.

Les policiers étaient passés à l’offensive la veille pour évacuer ce lien transfrontalier névralgique entre les États-Unis et le Canada, fermé depuis lundi.Des voitures et des campements.

À Windsor, installation d’un petit campement par les manifestants sur la route menant au pont Ambassador. Photo: CBC/Thomas Daigle

Des barrières de béton ont été installées près de l’autoroute principale menant jusqu’au pont et le long de certaines rues secondaires. Les policiers s’étaient ensuite retirés derrière les barrières qui les séparaient des manifestants.

Au courant de la nuit de samedi à dimanche, la police a procédé à une seule arrestation, celle d’un homme de 27 ans qui aurait commis une infraction aux mesures sanitaires.

Avec Radio-Canada

Canada/États-Unis: Le pont Ambassador bloqué en partie par des manifestants entre Windsor et Détroit

février 8, 2022
Une camionnette transportant une affiche en opposition à la vaccination obligatoire bloque la route.

La manifestation bloquant l’accès au pont Ambassador se poursuit pour une 2e journée. Photo : CBC/Christopher Ensing

Des manifestants continuent ce mardi à bloquer l’accès au pont Ambassador entre Windsor et Détroit, le lien transfrontalier le plus achalandé de l’Amérique du Nord.

Selon la police, une centaine de protestataires sont toujours sur place. L’accès aux États-Unis demeure partiellement ouvert, contrairement à l’entrée vers le Canada.

Circulation limitée vers les États-Unis et bloquée vers le Canada

Ce matin aux environs de 9 h, l’entrée du pont par la rue Wyandotte était ouverte. Sur place, la police indiquait que cette entrée resterait accessible.

Lundi soir, la Police provinciale de l’Ontario (PPO) du comté d’Essex a publié un communiqué en expliquant qu’à 20 h, le pont n’était pas accessible dans les deux directions.

Mardi après-midi, la circulation sur la rue Huron Church, le point d’accès principal au pont, a repris en direction des États-Unis de façon contrôlée, selon la police de Windsor.

Encombrement à Sarnia après la déviation du trafic

La Police provinciale de l’OntarioPPO demande aux automobilistes d’éviter la zone et conseille à ceux qui doivent se rendre aux États-Unis d’utiliser le tunnel qui relie Windsor à Détroit. Les camionneurs sont quant à eux invités à se rendre au pont Bluewater à Sarnia, à environ 155 km au nord-est de Windsor.

En conséquence, cette région a observé mardi un trafic élevé, d’après la Police provinciale de l’OntarioPPO locale.

À 13 h, le temps d’attente à ce point de passage était de près de 2 h, selon l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC).

L’Agence des services frontaliers du CanadaASFC a classé le pont Ambassador comme temporairement fermé quelques minutes avant minuit lundi, dans une mise à jour de son site Web consacré aux temps d’attente à la frontière.

Cependant, tôt mardi matin, la police de Windsor a déclaré dans un tweet qu’une voie de circulation à destination des États-Unis était ouverte et accessible par l’entrée de la rue Wyandotte Ouest.Quelques manifestants et une voiture de police.

Des manifestants et la police aux abords du pont Ambassador, mardi matin à Windsor Photo: Radio-Canada/Elvis Nouemsi Njiké

Aucune voie n’était ouverte en revanche pour permettre aux véhicules de sortir du pont Ambassador en direction du Canada.

À l’heure actuelle, on ne sait pas encore pourquoi l’Agence des services frontaliers du CanadaASFC indique que le pont est temporairement fermé, alors qu’une des voies fonctionne au ralenti.

Réactions politiques

Le député libéral de Windsor-Tecumseh, Irek Kusmierczyk, qui condamne la manifestation, assure être en pourparlers avec le premier ministre Justin Trudeau, le ministre de la Sécurité publique et le ministre des Transports. Bloquer le pont Ambassador, c’est comme se tenir debout sur la trachée de notre communauté. Voilà à quel point c’est grave. On parle d’un impact sur les emplois [et] sur les moyens de subsistance, dit-il.

La gestion de la manifestation relève des autorités locales et provinciales, étant donné que celle-ci se situe hors de la frontière, s’accordent à dire le député et le ministre des Transports fédéral, Omar Alghabra. Ottawa se dit néanmoins prêt à fournir du soutien.

Selon le maire de Windsor, Drew Dilkens, environ 300 millions de dollars de marchandises entrent dans la ville chaque jour, dont environ 10 000 camions de transport utilisant le pont Ambassador.Photo du maire de Windsor Drew Dilkens

Le maire de Windsor, Drew Dilkens. (Archives) Photo: Radio-Canada/Derek Spalding

C’est une chose de protester, de s’installer et d’être une nuisance dans les rues d’Ottawa, et une autre chose de descendre et de fermer le passage frontalier international où circule une grande majorité des échanges, alors nous faisons de notre mieux, a-t-il déclaré à CBC. La police de Windsor fait de son mieux pour travailler avec les manifestants, mais vous avez des gens qui prennent des décisions irrationnelles et vous essayez de trouver et de mettre en place une solution rationnelle, mais vous ne travaillez pas avec des acteurs rationnels dans tous les cas.

Doug Ford a déclaré mardi matin sur Twitter que le pont Ambassador est une artère commerciale vitale entre le Canada et les États-Unis. De nombreux travailleurs essentiels, y compris les travailleurs de la santé de première ligne, en dépendent pour se rendre au travail. La police est sur place pour assurer la circulation en toute sécurité.

Le député néo-démocrate de Windsor-Ouest, Brian Masse, a dénoncé le manque de leadership du premier ministre Justin Trudeau.

La fermeture du pont Ambassador aura de graves répercussions sur les travailleurs essentiels, y compris les travailleurs de la santé, qui travaillent de l’autre côté de la frontière, a-t-il souligné dans une déclaration. Les solutions ne sont pas simples, mais un leadership national est nécessaire.

Matt Moroun, le propriétaire du pont, a publié un communiqué mardi matin. Le commerce international doit reprendre. […] La famille Moroun comprend les conducteurs de camions et les personnes bloquées par cette manifestation. Nous encourageons les autorités à réagir aussi vite que possible, dans le respect mutuel, indique le communiqué.

RDI Matin

Une manifestation bloque la circulation au pont Ambassador à la frontière

Des manifestants décidés à rester

La manifestation contre la vaccination obligatoire des camionneurs et les restrictions sanitaires a commencé lundi après-midi.

La protestation a perdu de son ampleur depuis, mais certains manifestants affirment qu’ils resteront sur les lieux tant que les gouvernements n’auront pas acquiescé à leurs demandes.

On est frustrés. Rien ne bouge à Ottawa et Doug Ford ne change pas sa position. Nous allons rester ici jusqu’à l’abandon de la vaccination obligatoire, lance le camionneur Jake Dyck, qui ne peut pas aller aux États-Unis parce qu’il n’est pas vacciné. J’ai une famille, une maison, je m’en sors difficilement, explique-t-il. Je ne travaille plus depuis trois semaines […] j’espère pouvoir retourner au travail.

Aucune arrestation n’a été effectuée jusqu’à maintenant.

Près de 2,5 millions de camions empruntent le pont Ambassador chaque année. Plus de 25 % des marchandises exportées entre les États-Unis et le Canada y transitent.

Nombre de manifestations contre la vaccination obligatoire et les mesures de santé publique ont eu lieu au cours des derniers jours au pays, y compris à Toronto et à Ottawa. Des camionneurs occupent une partie du centre-ville d’Ottawa depuis plus d’une semaine.

Avec Radio-Canada

Royaume-Uni:/Windsor : un homme armé arrêté, pendant que la famille royale fête Noël

décembre 25, 2021

Samedi 25 décembre, au matin, un individu armé s’est introduit dans le jardin du château de Windsor, a révélé « The Sun ». L’homme est en détention.

Alors que la famille royale celebrait Noel dans le chateau de Windsor, un homme s'est introduit par effraction sur le site, sans toutefois reussir a acceder aux batiments.
Alors que la famille royale célébrait Noël dans le château de Windsor, un homme s’est introduit par effraction sur le site, sans toutefois réussir à accéder aux bâtiments.© BEN STANSALL / AFP

La situation a été rapidement maîtrisée. Alors que la famille royale célébrait Noël dans le château de Windsor, un homme s’est introduit par effraction sur le site, sans toutefois réussir à accéder aux bâtiments. L’individu armé, âgé de 19 ans, a été arrêté par la police, a révélé The Sun, samedi 25 décembre. Il a été placé en détention et la famille royale a été avertie de l’intrusion.

Les faits se sont déroulés vers 8h30, ce samedi 25 décembre. « Nous pouvons confirmer que les processus de sécurité ont été déclenchés quelques instants après que l’homme est entré sur le terrain », a expliqué la commissaire de police, Rebecca Mears.

Une enquête est en cours

Les intentions du suspect ne sont, pour l’heure, pas connues. « Une enquête est en cours à la suite de cet incident et nous travaillons avec nos collègues de la Metropolitan police (force territoriale de police responsable du Grand Londres) », a-t-elle précisé. Et de poursuivre : « Nous ne pensons pas qu’il y ait un danger plus large pour le public ».

En raison de l’augmentation rapide du nombre de cas de Covid-19, notamment lié au variant Omicron, la reine Elizabeth II a renoncé à fêter Noël à Sandringham, dans l’est de l’Angleterre. Elle est ainsi restée au château de Windsor près de Londres, désormais sa résidence principale. Son fils aîné Charles et son épouse Camilla étaient tous deux présents lors de l’intrusion, ce samedi.

Avec Le Point avec AFP

Canada-Vaccination : plus de 80 employés des hôpitaux de Windsor renvoyés

octobre 8, 2021

Plus de 80 membres du personnel des hôpitaux de Windsor ont officiellement été renvoyés ou ont perdu leurs privilèges hospitaliers parce qu’ils ne sont pas vaccinés contre la COVID-19.

Les membres du personnel avaient jusqu'au 7 octobre pour recevoir au moins leur première dose de vaccin contre la COVID-19.

© Photographerlondon /iStock Les membres du personnel avaient jusqu’au 7 octobre pour recevoir au moins leur première dose de vaccin contre la COVID-19.

Il y a deux semaines, 147 employés de l’Hôpital régional de Windsor et 32 de l’hôpital Hôtel-Dieu Grâce avaient été suspendus sans salaire. Ils avaient jusqu’à jeudi pour se conformer à la politique de vaccination ou présenter une exemption.

Nous devons, individuellement et collectivement, faire tout ce qui est en notre pouvoir pour minimiser le risque de propagation de la COVID-19. Se faire vacciner et suivre les mesures de santé publique sont deux facteurs clés qui réduisent le risque, en particulier dans un environnement où nous soignons de nombreux patients immunodéprimés», indique le Dr Wassim Saad, chef du personnel de l’hôpital, dans un communiqué.

En date de jeudi, 57 employés et six professionnels de l’hôpital régional ne s’étaient toujours pas conformés à la politique de vaccination. Sur ce nombre, 32 sont considérés comme du personnel soignant.L’hôpital précise que 98,5 % des employés et du personnel professionnel sont toutefois entièrement vaccinés.

Aucune de ces personnes qui quittent cet établissement n’aura d’impact sur la manière dont les soins sont dispensés dans cet établissement», confirme par ailleurs David Musyj, PDG de l’Hôpital régional de Windsor.

De son côté, l’hôpital Hôtel-Dieu Grâce a annoncé jeudi que 24 de ses employés qui ne se sont pas conformés à la politique de vaccination seront licenciés, 19 sont considérés comme du personnel soignant.

Deux membres du personnel professionnels – y compris des médecins – perdront leurs privilèges à l’hôpital.

Cinq employés ont par ailleurs présenté des exemptions. Ces personnes devront subir des tests de dépistage réguliers.Dans l’ensemble, 98 % des employés de l’Hôtel-Dieu Grâce et 98 % du personnel professionnel sont vaccinés.

Dans les deux établissements hospitaliers, le personnel professionnel n’est techniquement pas employé par l’hôpital, ce sera donc au conseil d’administration des deux endroits de décider leur sort.

Une politique de vaccination régionale

Cinq hôpitaux du Sud-Ouest ont mis en place une politique similaire.

En date de lundi, 14 employés de l’hôpital Erie Shores HealthCare de Leamington n’étaient pas en conformité avec les directives de l’établissement concernant la vaccination contre la COVDI-19. Deux ont été renvoyés et une douzaine ont été placés en congé sans solde de deux semaines.

Ailleurs, le personnel de l’Alliance pour la santé de Chatham-Kent et l’hôpital Bluewater à Sarnia a jusqu’au 31 octobre pour se faire vacciner.

Avec CBC/Radio-Canada

Canada: Un homme accusé d’exhibitionnisme et d’actions indécentes à Windsor

février 11, 2021

Dany Côté a été accusé, mercredi, au palais de justice de Sherbrooke, d’actions indécentes et d’exhibitionnisme à l’encontre d’enfants.

Dany Côté, un homme de 38 ans, a été accusé, mercredi, au palais de justice de Sherbrooke, d’actions indécentes et d’exhibitionnisme à l’encontre d’enfants.

© Martin Bilodeau/Radio-Canada Dany Côté, un homme de 38 ans, a été accusé, mercredi, au palais de justice de Sherbrooke, d’actions indécentes et d’exhibitionnisme à l’encontre d’enfants.

Le suspect de 38 ans a été arrêté à Windsor dans la soirée de mardi à la suite de signalements faits par des citoyens, qui l’ont vu approcher des enfants. Il a été aperçu en train de rôder et avait un comportement suspect, selon la Sûreté du Québec (SQ).

L’homme fait face en tout à cinq chefs d’accusation. On lui reproche également d’avoir commis une action indécente dans un endroit public et d’avoir exhibé ses organes génitaux devant un enfant de moins de 16 ans. Les faits reprochés se seraient déroulés entre le 4 décembre et le 8 février.

Compte tenu de ses antécédents judiciaires pour des crimes à caractère sexuel, Dany Côté n’avait pas le droit de se trouver près d’une école ou d’un parc. Il sera de retour jeudi devant tribunal afin de fixer une date sur son enquête pour remise en liberté. La Couronne s’est également opposée à sa remise en liberté.

Mobilisation de la communauté

L’appréhension de l’homme par la police semble avoir été facilitée par la mobilisation de parents sur les réseaux sociaux, qui ont dénoncé la présence d’un véhicule suspect dans les rues de la ville au cours des derniers jours.

Une citoyenne rencontrée par Radio-Canada Estrie dit que c’est une publication publiée sur Facebook, vendredi dernier, qui lui a mis la puce à l’oreille. Elle avait croisé le suspect deux jours plus tôt, près de chez elle. «C’était une publication d’une maman qui mentionnait que sa petite fille avait été abordée par un homme conduisant une voiture gris foncé. Il avait dit à sa petite fille de le rejoindre dans son auto», dit-elle.

La maman d’une fille de 12 ans, qui aurait été suivie par le suspect, a également décidé de faire une publication sur le média social. Elle reçoit cinq témoignages similaires concernant le rôdeur. «On a fait le lien que c’était la même auto et la même personne», relate-t-elle.

Le lendemain, elle fait un signalement à la police.

La mairesse de Windsor, Sylvie Bureau, salue la rapidité avec laquelle les citoyens se sont mobilisés pour permettre l’arrestation du suspect.

«Les médias sociaux ont parfois du bon, et c’est le cas cette fois-ci», lance la mairesse. «Les gens étaient inquiets.»

Avec CBC/Radio-Canada