Posts Tagged ‘yahya’

Aqmi: une guerre dans le nord du Mali sera « l’arrêt de mort des otages français »

octobre 20, 2012
Aqmi: une guerre dans le nord du Mali sera 'l'arrêt de mort des otages français' Aqmi: une guerre dans le nord du Mali sera « l’arrêt de mort des otages français » © AFP

Yahya Abou El Hamame, nouveau chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) pour le Sahel et le Sahara, a affirmé à un média mauritanien qu’une intervention militaire dans le nord du Mali, dont le principe est acquis, signera « l’arrêt de mort des otages français » aux mains d’Aqmi.

Dans cet entretien en arabe diffusé samedi par l’Agence Nouakchott Information (ANI, privée), Yahya Abou El Hamame fustige le soutien du président français François Hollande à une force africaine en préparation pour aider les militaires maliens à récupérer le nord du Mali, occupé depuis près de sept mois par divers groupes islamistes armés dont Aqmi.

La branche maghrébine d’Al-Qaïda détient neuf Européens dont six Français.

« Je veux dire aux familles des otages que l’option de guerre, apparemment décidée par M. Hollande, signifiera nécessairement qu’il aura signé l’arrêt de mort des otages français. (. . . ) M. Hollande en supportera tout seul la responsabilité », a déclaré Yahya Abou El Hamame, un Algérien qui a été nommé « émir » d’Aqmi en remplacement de son compatriote Nabil Makhloufi dit Nabil Abou Alqama décédé en septembre dans le nord du Mali.

Cette déclaration est publiée au lendemain d’une réunion à Bamako de hauts représentants de la communauté internationale, qui ont demandé au Mali de redoubler d’efforts pour faciliter l’envoi d’une force armée pour combattre les groupes islamistes armés dans sa partie Nord.

Jeuneafrique.com avec AFP

Soudan: plus de 1.000 familles touchées par des inondations

août 11, 2012
Soudan: plus de 1.000 familles touchées par des inondations Soudan: plus de 1.000 familles touchées par des inondations © AFP

Plus d’un millier de familles ont été touchées par des inondations dans l’est du Soudan, une zone particulièrement pauvre où certaines communautés sont complètement isolées par la montée des eaux, a indiqué samedi le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

Au Darfour, région de l’ouest du Soudan, des inondations ont par ailleurs affecté au moins 14. 000 personnes ces derniers jours, selon le HCR.

Dans l’Etat de Kassala (est), près de 500 familles ont perdu leur maison dans différentes zones, et plus de 500 autres auraient fui la montée des eaux en trouvant refuge dans un camp de réfugiés destiné aux Erythréens, dans le district de Khashm el Girba, a indiqué Felix Ross, du HCR.

« Des familles sont dépourvues de tout abri depuis plusieurs jours », a-t-il indiqué à l’AFP.

La crue a empêché le HCR de se rendre dans deux autres villages, Arab 1 et Arab 2, de ce même district de l’Etat de Kassala, où un plus petit nombre de familles auraient été touchées.

Les premières montées des eaux ont été constatées il y a plus d’une semaine.

Les agences des Nations unies ont fourni des tentes, moustiquaires, bâches en plastique, couvertures et ustensiles de cuisine, a-t-il ajouté.

« C’est un véritable désastre », a déclaré le chef du district de Khashm El Girba, Yahya Mohammed Ahmed.

« Nous prévoyons de nouvelles pluies et encore plus d’eau dans les jours à venir, ce qui va aggraver la situation », a-t-il ajouté.

En mai, le gouvernement a ordonné à sept organisations humanitaires internationales de cesser leurs opérations dans l’est du Soudan, accusant certaines projets d’être mal gérés et trop coûteux.

Un accord de paix signé en 2006 a mis fin à une rébellion de faible intensité lancée une décennie plus tôt dans l’est du pays, mais des tensions y subsistent.

Chaque année, des dizaines de personnes périssent lors de la saison des pluies au Soudan, où certains habitants vivent dans des maisons en brique de terre.

Jeuneafrique.com avec AFP