Posts Tagged ‘Youssef Chahed’

Tunisie: le premier ministre candidat à la présidentielle

août 8, 2019

 

Le chef du gouvernement tunisien Youssef Chahed a annoncé ce jeudi sa candidature à l’élection présidentielle du 15 septembre, un jour avant la clôture des inscriptions. «J’ai bien pensé et j’ai décidé de me présenter pour le poste de président de la République», a annoncé le plus jeune premier ministre de Tunisie lors d’un congrès de son parti Tahya Tounes.

Si l’Instance indépendante chargée des élections (Isie) valide sa candidature, cet ingénieur agronome de 43 ans participera à sa première élection. Par cette candidature, Youssef Chahed dit vouloir «rompre avec l’ancien système et donner l’espoir à tous les Tunisiens notamment les jeunes qu’ils peuvent être dans des postes importants dans l’Etat». Lancé au début de cette année, son parti Tahya Tounes s’est constitué autour de sa personne et représente la deuxième force au Parlement derrière le parti Ennahdha, issu de la mouvance islamiste.

Youssef Chahed a été nommé premier ministre en 2016 par le président tunisien aujourd’hui décédé Beji Caïd Essebsi. Ces derniers mois, sa popularité a chuté face aux luttes de clans et aux difficultés de son gouvernement pour résorber l’inflation et le chômage. Youssef Chahed déposera vendredi sa candidature auprès de l’Isie.

Jusqu’à jeudi, 56 prétendants ont enregistré leur dossier, dont le chef du Parlement par intérim, Abdelfattah Mourou, candidat d’Ennahdha ainsi que l’homme d’affaires controversé et magnat des médias Nabil Karoui. Récemment inculpé pour blanchiment d’argent, ce dernier se présente comme le candidat des plus démunis et pourrait être un adversaire de taille pour Youssef Chahed.

Abir Moussi, pasionaria de l’ancien régime du dictateur déchu Zine el Abidine Ben Ali, s’est également officiellement enregistrée dans la course. Pour la première fois dans l’histoire de la Tunisie, un candidat qui affiche son homosexualité a également fait acte de candidature jeudi. Il s’agit de l’avocat Mounir Baatour qui se présente comme défenseur des droits des LGBTQ même s’il est contesté au sein de cette communauté. Le 31 août, l’Isie annoncera quelles candidatures elle validera pour l’élection du 15 septembre dans ce pays pionnier du Printemps arabe.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Tunisie : le chef du gouvernement hué à Tataouine, ville paralysée par des manifestations

avril 27, 2017

le Premier ministre, Youssef Chahed, le 6 décembre 2016. © Hassene Dridi/AP/SIPA

Le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, a effectué ce jeudi une visite sous tension à Tataouine, dans le sud du pays. Une région agitée depuis plusieurs semaines par des revendications sociales.

Youssef Chahed et plusieurs de ses ministres, dont ceux de l’Énergie, de l’Investissement et des Affaires sociales, ont été accueillis ce jeudi 27 avril par une ville en grève générale, selon des journalistes de l’AFP sur place, même si la puissante centrale syndicale UGTT s’est démarquée de l’appel à cesser le travail.

« Le droit de Tataouine au développement n’est pas une faveur »

Le chef du gouvernement effectuait cette visite à Tataouine, à 500 km au sud de Tunis, pour discuter avec des représentants de la société civile et annoncer des mesures en faveur de cette région se disant marginalisée, où de nombreux habitants réclament emplois et développement.

« Le droit de Tataouine au développement n’est pas une faveur », a déclaré Youssef Chahed au siège du gouvernorat de la ville. Mais, signe des tensions sociales qui perdurent maintenant depuis des semaines, plusieurs habitants de la ville présents dans la salle l’ont pris à partie. « Nos jeunes n’ont que deux choix : mourir noyés en mer ou mourir brûlés par l’essence! », s’est emportée une Tunisienne, en allusion aux jeunes quittant le pays clandestinement ou s’aspergeant de fioul en signe de protestation.

« Donnez-nous ce à quoi nous avons droit! », a crié un homme avant que la foule n’entonne « Travail, liberté, dignité nationale », l’un des slogans phares de la révolution de 2011. Le chef du gouvernement a ensuite dû partir sous les huées d’une foule rassemblée à l’extérieur du gouvernorat.

Ressources pétrolières

Soutenus par le bureau régional de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), les protestataires, principalement de jeunes chômeurs, dénoncent une marginalisation de leur région : ils demandent du travail, notamment au sein des sociétés pétrolières opérant localement, ainsi qu’une plus grande participation aux projets de développement promis par le gouvernement.

Ce jeudi, dans le centre-ville de Tataouine, le marché, les banques et les commerces étaient fermés. Dans certaines rues, des pneus calcinés étaient visibles, témoins des barrages installés ces dernières semaines pour bloquer les routes, selon des journalistes de l’AFP.

Jeuneafrique.com