Posts Tagged ‘Youssouf Bakayoko’

Côte d’Ivoire: l’opposition suspend sa participation à la Commission électorale

septembre 9, 2014

Côte d'Ivoire: l'opposition suspend sa participation à la Commission électorale
Côte d’Ivoire: l’opposition suspend sa participation à la Commission électorale © AFP

Les principaux partis de l’opposition ivoirienne ont suspendu leur participation à la nouvelle commission électorale ivoirienne, cruciale pour l’organisation de la présidentielle d’octobre 2015, dénonçant la reconduction à sa tête de l’ex-ministre Youssouf Bakayoko.

« Nous ne pouvons pas accepter que le président de la CEI soit à nouveau Youssouf Bakayoko », a affirmé Danièle Boni Claverie, la porte-parole de l’Alliance des forces démocratiques (AFD), regroupement de douze partis d’opposition, dont le Front populaire ivoirien (FPI – pro-Gbagbo).

« C’est un symbole qui doit changer car il ramène à des souvenirs douloureux pour le pays », a justifié Mme Boni-Claverie, annonçant la « suspension » de la « participation » et des « représentants » de l’AFD aux travaux de la Commission électorale indépendante ».

La Côte d’Ivoire sort d’une décennie de crise politico-militaire, dont les violences postélectorales de 2010-2011, qui ont fait plus de 3. 000 morts en à peine cinq mois, constituent l’épilogue sanglant.

La CEI a joué un rôle fondamental dans le scrutin d’octobre-novembre 2010, annonçant la victoire de l’actuel chef de l’Etat Alassane Ouattara contre son adversaire et prédécesseur Laurent Gbagbo, qui refusa ce résultat, précipitant le pays dans le chaos.

Samedi, M. Bakayoko, personnalité du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, pouvoir) et président de la CEI depuis 2010, a été reconduit au terme d’un scrutin boycotté par les principaux partis d’opposition.

La CEI est composée de 17 membres: un représentant du président de la République, quatre de l’administration, quatre de la société civile, quatre des partis politiques au pouvoir et quatre de l’opposition.

Outre les deux émissaires de l’AFD, le délégué d’un petit parti proche du pouvoir ainsi que deux membres de la société civile, dont le représentant de la puissante église catholique, se sont également abstenus lors du vote, arguant de l’absence d’un « bureau consensuel ».

« Nous voulons un bureau consensuel dans lequel est présente l’opposition. . . et non une institution où elle (opposition) va pour jouer les seconds rôles », a insisté Gnonzié Ouattara, un des responsable de l’Alliance.

La présidentielle ivoirienne, à laquelle M. Ouattara a déjà confirmé sa participation, est censée parachever la stabilisation du pays. La présence de l’opposition, et surtout du FPI, qui doit communiquer en décembre sa position, est essentielle à la réussite du scrutin, selon les partenaires du pays.

Jeuneafrique.com avec AFP

Côte d’Ivoire : Youssouf Bakayoko réélu président de la CEI, sur fond de boycott du FPI et ses alliés

septembre 6, 2014

 

bAKAYOKO

 

Abidjan- Youssouf Bakayoko, représentant du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) au sein de la Commission électorale indépendante, a été élu tard dans la nuit de vendredi, pour un second mandat à la tête de ladite Commission, mais en l’absence des représentants du Front populaire ivoirien (FPI) et ses alliés, ainsi des représentants de la société civile, de l’Eglise catholique et du Mouvement des forces d’avenir (MFA), qui ont claqué la porte avant le vote.

M. Bakayoko a été élu tard dans la nuit par 12 des 17 membres de la commission centrale, après de longues et âpres discussions entre participants autour du mode de désignation des membres du bureau. L’Abbé Boni Martial, représentant la Conférence des Evêques catholiques de Côte d’ivoire, Yoli Bi Koné Marguerite des ONG non confessionnelles, Anaky Jacob du MFA, Alain Dougou du FPI et Bertin N’goran Ganin de l’Alliance des forces démocratiques (AFD, coalition de l’opposition incluant le FPI), ont quitté la salle avant le vote.

Après la première réunion de la Commission jeudi, l’AFD avait haussé le ton vendredi pour dénoncer « le vote mécanique » comme mode de désignation du président, jugeant cette procédure « en contradiction avec les engagements pris par le gouvernement » de faire en sorte qu’un « bureau consensuel » soit mis en place.
L’Alliance avait alors menacé de ne pas reconnaître le bureau de la CEI si jamais il était mis en place par vote mécanique.

Les membres ayant pris part au vote ont également élu quatre cinq vice président dont Koné Sourou (RDR, parti au pouvoir), Gervais Coulibaly (Ligue des mouvements pour le progrès,LMP, opposition), Auguste Mirémont (UDPCI, mouvance présidentielle).

Abidjan.net avec AIP


Attaques répétées de journalistes contre le Président de la Cei / Koné Krémitcha très amer : « Celui qui s’attaquera fortuitement à Youssouf Bakayoko nous trouvera désormais sur son chemin »

juillet 28, 2011

Youssouf Bakayoko est au centre d’une campagne de presse qui tente d’établir vaille que vaille sa culpabilité dans la crise postélectorale et obtenir sa démission de sa fonction de président de la Commission Electorale Indépendante.

Pour mettre fin à cette escalade d’articles de journaux calomnieux, Le Forum Unitaire de la Jeunesse Africaine et un collectif d’associations de la société civile ont animé un point de presse dans un restaurant de la place hier, au cours duquel, ils ont marqué à nouveau leur admiration et reconnaissance à SEM Youssouf Bakayoko, et battu en brèche « les allégations fantaisistes » de ces détracteurs du président de la CEI.

Le collectif a encouragé le Président BAKAYOKO à persévérer dans sa logique qui consiste à faire triompher à chaque fois, la rigueur de la loi, expression de la volonté du peuple, pour préserver à la Commission Electorale son impartialité.

L’orateur, et porte parole du Collectif, M. KONE Kremitcha a vigoureusement dénoncé avant de condamner, les manœuvres sournoises de dénigrement et d’intoxication inutiles orchestrées contre M. BAKAYOKO, par une certaine presse, ces derniers jours. Le collectif s’est dit indigné de constater dans la presse, une campagne très indigeste d’intoxication et de délation contre la personne du Président BAKAYOKO, au moment où le groupe se prépare pour la cérémonie
solennelle d’Hommage au duo d’Excellences MM. Youssouf BAKAYOKO et Jung Ji CHOI.

« Nous n’acceptons pas que des personnes, fussent-elles de mauvaise foi, tentent de ternir l’image du Président, un modèle de courage, d’intégrité et de probité, alors qu’elles ne lui reprochent rien…

Depuis quelques jours des journalistes s’amusent à travestir la réalité, à quelles fins ? Nous n’en savons rien. Ils multiplient sans convaincre, de vrais faux amalgames à l’effet de faire endosser une certaine responsabilité au président BAKAYOKO, dans la crise postélectorale. Nous disons NON. Mettre sur le même diapason le Président de la CEI et le Président démis du Conseil constitutionnel, c’est induire vos lecteurs en erreur, a martelé Monsieur Koné, avant de poursuivre : Youssouf Bakayoko n’est pas du tout comparable à Paul Yao NDRE, en ce sens que, le premier a risqué sa vie pour faire triompher la volonté du peuple, tandis que le second a mis en péril la vie des ivoiriens pour faire plaisir à son ami. Le peuple ivoirien doit reconnaissance à BAKAYOKO, et c’est à cette exigence que nous nous
inclinons le 02 septembre prochain, où nous avons décidé de lui rendre un hommage mérité pour service rendu à la nation… ».

Désormais, toute personne qui s’attaquerait fortuitement à Son Excellence, nous trouvera sur son chemin.

Devrait-on comprendre de la démarche du collectif des jeunes.

Ivoire-Presse