Posts Tagged ‘Youtube’

Protection des données des enfants: Google et Youtube vont payer 170 millions de dollars d’amende

septembre 4, 2019

Google to pay $170 mn fine for YouTube collecting data from kids: US

En avril 2018, 23 organisations de défense des droits numériques et de protection de l’enfance avaient déposé une plainte auprès de la FTC LIONEL BONAVENTURE / AFP

La plateforme de vidéos en ligne appartenant à Google est accusée d’avoir enfreint la loi en exposant les enfants à des vidéos inappropriées ou en collectant des données personnelles les concernant.

Google et sa filiale YouTube, accusée d’avoir enfreint la loi en exposant les enfants à des vidéos inappropriées ou en collectant des données personnelles les concernant, va payer 170 millions de dollars d’amende aux Etats-Unis, a indiqué mercredi l’agence de protection des consommateurs (FTC) dans un communiqué. Cet accord à l’amiable, qui doit encore recevoir le feu vert du ministère de la Justice, est le plus important à ce jour dans une affaire impliquant la protection de la vie privée des enfants.

En avril 2018, 23 organisations de défense des droits numériques et de protection de l’enfance avaient déposé une plainte auprès de la FTC. Elles accusaient YouTube de collecter les informations personnelles de mineurs (localisation, appareil utilisé, numéros de téléphone) sans que les parents le sachent, et de s’en servir pour permettre de la publicité ciblée. La FTC touchera 136 des 170 millions de dollars d’amende tandis que les 34 millions restants iront au ministère de la Justice de l’Etat de New York. « YouTube a vanté sa popularité chez les enfants auprès d’entreprises qui étaient des clients prospectifs », a souligné le patron de la FTC, Joseph Simons.

« Toutefois, quand il s’est agi de respecter la loi, l’entreprise a refusé de reconnaître qu’une partie de sa plateforme était clairement destinée aux enfants. Il n’y a aucune excuse pour la façon dont YouTube a violé la loi », a-t-il ajouté. Le règlement à l’amiable, auquel les deux commissaires démocrates de la FTC se sont opposés ne le jugeant pas assez sévère, force Youtube à changer ses méthodes. « Nous traiterons les données de ceux qui regardent les programmes pour enfants sur Youtube comme si elles émanaient d’un enfant, quel que soit l’âge du spectateur », a affirmé Susan Wojcicki, qui dirige Youtube, dans un communiqué publié à la suite de l’annonce de l’accord.

La collecte de données sera limitée à celles nécessaires au bon fonctionnement du service et il n’y aura plus de publicités ciblées sur ce type de contenu tout comme la possibilité de faire des commentaires, a-t-elle précisé.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Égypte: la justice confirme un jugement datant de 2013 pour bloquer YouTube

mai 26, 2018

Le Caire – Le Tribunal administratif suprême en Egypte a confirmé samedi un ordre de justice émis il y a cinq ans interdisant l’accès à YouTube pendant un mois, en raison de la mise en ligne en 2012 d’un film islamophobe, selon une source judiciaire.

Ce tribunal a ainsi rejeté l’appel interjeté par l’Autorité nationale de régulation des télécommunications contre la décision de justice émise le 9 février 2013, a-t-on précisé de même source.

Le verdict, sans appel possible, devrait être appliqué dès que les autorités compétentes auront reçu le jugement de la Cour, a-t-on ajouté.

Produit aux Etats-Unis, le film « L’Innocence des musulmans » avait déclenché en septembre 2012 une vague de protestations anti-américaines au Moyen-Orient qui a fait plus de 30 morts.

Avec son doublage grossier, ses fausses barbes et ses décors de pacotille, il dépeint le prophète Mahomet comme un voyou aux pratiques déviantes et présente les musulmans comme immoraux et violents.

Le 9 février 2013, le tribunal administratif en Egypte avait demandé au gouvernement de prendre les mesures nécessaires pour bloquer l’accès à YouTube pendant un mois.

Cette décision faisait suite à une plainte déposée par un Egyptien accusant le site d’avoir été à l’origine d’une « menace à la paix sociale » en mettant le film en ligne.

Romandie.com avec (©AFP / 26 mai 2018 15h10)

YouTube, Google, accusés de pratiques illégales sur le ciblage des enfants(associations)

avril 9, 2018

Washington – Des associations américaines ont accusé lundi YouTube et sa maison mère Google de collecter des données personnelles sur les enfants et de les utiliser pour cibler des publicités, des pratiques illégales selon elles.

Vingt-trois organisations de défense des droits numériques et de protection de l’enfance, ont déposé une plainte auprès de la FTC, le régulateur américain du commerce, ont-elles annoncé dans un communiqué, lui demandant d’enquêter sur ces pratiques.

Selon les associations, Google collecte les informations personnelles de mineurs sur YouTube, bien que ce site soit officiellement interdit aux moins de 13 ans, notamment sur leur localisation, l’appareil utilisé pour se connecter, ou des numéros de téléphone portable.

« Google amasse ces informations sans en informer au préalable les parents et Google les utilise pour cibler des publicités vers les enfants partout sur internet », affirment-elles encore.

« Depuis des années, Google a abandonné sa responsabilité envers les enfants et les familles en affirmant de façon trompeuse que YouTube –un site inondé de dessins animés, comptines et publicités pour des jouets– n’est pas pour les enfants de moins de 13 ans », estime dans le communiqué Josh Golin, de la Campagne pour une enfance sans publicité, l’une des organisations signataires.

« Google réalise des profits gigantesques avec les pubs pour enfants et doit respecter la COPPA », la loi américaine sur la protection de la vie privée des enfants sur internet, dit encore M. Golin.

Les pratiques de Google contreviennent selon les associations à cette loi de 1998 qui « interdit à un site internet destiné aux enfants, ou qui sait que des enfants l’utilisent, de collecter et utiliser de telles informations sans avoir l’accord des parents ».

Google « a agi avec duplicité en prétendant faussement dans ses conditions de service que YouTube est seulement pour ceux qui ont 13 ans ou plus, alors qu’il a délibérément attiré les jeunes vers un terrain de jeu numérique rempli de publicités », a indiqué pour sa part Jeff Chester, du Center for Digital Democracy, une autre association signataire.

Contacté par l’AFP, un porte-parole de Google a indiqué que le groupe n’avait pas vu la plainte mais que « protéger les enfants et les familles était une priorité ».

« Parce que YouTube n’est pas pour les enfants, nous avons investi de façon importante pour créer l’application YouTube Kids, qui propose une alternative spécialement destinée aux enfants », a ajouté le porte-parole.

Cette plainte intervient dans un contexte de méfiance renouvelée sur la gestion des données personnelles par les groupes internet, en particulier Facebook, englué dans le scandale retentissant Cambridge Analytica.

Romandie.com avec (©AFP / 09 avril 2018 14h07)                                            

États-Unis: une femme se suicide après avoir fait plusieurs blessés au siège de YouTube

avril 3, 2018

Des journalistes rassemblés derrière un cordon de police pendant la fusillade au siège de YouTube/Google à San Bruno, en Californie, le 3 avril 2018 / © AFP / Josh Edelson

Une femme ayant fait plusieurs blessés après avoir ouvert le feu mardi sur le campus de YouTube, près de San Francisco (Californie), s’est suicidée, a indiqué le chef de la police de San Bruno.

« Nous avons quatre victimes. Elles ont toutes été transportées à l’hôpital avec des blessures provoquées par une arme à feu. Nous avons une personne qui est décédée des blessures qu’elle s’est infligées. Et, à l’heure actuelle, nous pensons qu’il s’agit du tireur », a souligné le chef de la police Ed Barberini, au cours d’une très brève conférence de presse.

Il n’était pas clair dans l’immédiat si l’auteure des coups de feu faisait partie des victimes comptabilisées par le chef de la police.

Les femmes sont très rarement les auteurs des très nombreuses fusillades qui ont lieu chaque année aux Etats-Unis.

– Une cible en particulier –

D’après un témoin indirect de la scène cité par CNN, « une femme a fait irruption au moment du déjeuner et semblait tirer sur une personne en particulier ».

La police a reçu les premiers appels sur le numéro d’urgences 911 à 12H46 locales (19H46 GMT).

D’autres témoignages sur Twitter ont semblé confirmer que l’auteure des tirs se serait ensuite suicidée.

L’attaque semble s’être produite dans « une cour intérieure » où les employés déjeunent habituellement.

Le président Donald Trump a indiqué sur Twitter avoir été tenu informé des événements.

« Nos pensées et nos prières sont avec toutes les personnes impliquées », a-t-il écrit. « Merci à nos phénoménaux officiers des forces de l’ordre et aux secouristes qui sont actuellement sur place ».

Une employée de YouTube, qui a souhaité garder l’anonymat, a indiqué également sur CNN qu’elle se trouvait « en vidéo conférence » lorsque l’attaque est survenue.

Elle a évoqué des gens qui « se sont soudainement mis à courir et à crier », ajoutant que les personnes présentes sur le campus se sont efforcées de quitter le bâtiment le plus vite possible.

« Il y a plein de sorties. Donc plein de personnes ont pu sortir », a-t-elle encore ajouté.

Les images diffusées par les télévisions américaines montraient des employés sortant les mains sur la tête pour être ensuite fouillés au corps par des policiers. De nombreuses voitures de police et de pompiers circulaient autour du campus, qui se trouve au sud de San Francisco.

Le débat sur les armes à feu aux Etats-Unis divise l’opinion publique, notamment après la tuerie commise dans un lycée de Parkland, en Floride, le 14 février qui a fait 17 morts.

Plus de 1,5 million de personnes ont participé le 24 mars aux Etats-Unis à la « March for our lives » demandant un plus grand contrôle des armes à feu. Ces rassemblements sont les plus importants du pays en au moins deux décennies.

Romandie.com avec(©AFP / 04 avril 2018 00h09)                

Des associations étrillent la modération de Twitter, YouTube et Facebook

mai 11, 2016

Pixels / Quentin Hugon
Messages racistes, vidéos négationnistes ou commentaires homophobes : pendant une semaine, à la fin de mars, les associations SOS Racisme, SOS Homophobie et l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) ont procédé à un premier « testing » commun des pratiques de modération sur Twitter, YouTube et Facebook. Les résultats sont sans appel : seule une toute petite minorité des contenus haineux est supprimée, mais avec des différences significatives d’une plate-forme à l’autre.

Moins mauvais élève des trois, Facebook a supprimé 53 des 156 contenus qui lui avaient été signalés, soit un tiers. La modération du premier réseau social au monde a été plus efficace pour les signalements concernant des messages homophobes (15 suppressions sur 26 signalements) que sur l’antisémitisme (4 suppressions pour 16 signalements) ou le négationnisme (zéro suppression pour 3 signalements).

Loin derrière, YouTube n’a supprimé que 16 des 225 contenus qui lui avaient été signalés (7 %). Sur 115 commentaires racistes, seuls 9 ont été supprimés par la plate-forme. Et aucun des 10 contenus (vidéos et commentaires) négationnistes relevés par les associations n’ont été mis hors ligne. Pour Twitter, les résultats sont catastrophiques : seuls huit messages ont été supprimés sur les 205 signalés. Sur 109 messages homophobes dénoncés, deux ont été enlevés – et des textes appelant à « brûler les homos » ou demandant « la mort pour les juifs et les bougnoules » ont été laissés en ligne.

Des chiffres particulièrement embarrassants pour Twitter, qui inaugurait mardi 11 mai son nouveau siège français à Paris, en présence d’invités de marque, dont le premier ministre, Manuel Valls. Ce dernier a, à plusieurs reprises ces dernières années, critiqué la diffusion de messages haineux sur Internet. En avril 2015, il fustigeait notamment « les propos antisémites, racistes, les propos de haine, qui se répandent [sur les réseaux sociaux], souvent sans être inquiétés. C’est inacceptable. Internet est un espace de liberté mais Internet, ce n’est pas une zone de non-droit », affirmait le premier ministre, annonçant la création future d’une nouvelle « unité nationale de lutte contre les contenus illicites » au ministère de l’intérieur.

« Manque de volonté criant »

Plus généralement, selon les trois associations, le rapport montre « un manque de volonté criant des principales plates-formes Internet à lutter contre la haine en leur sein, en totale contradiction avec la législation française et souvent leurs propres conditions générales d’utilisation ». Ces dernières prohibent en effet les appels à la violence et à la haine, le racisme ou l’homophobie – mais en pratique, ces conditions d’utilisation sont loin d’être appliquées de manière systématique.

Aucun de ces services n’examine, en effet, l’ensemble des millions de messages qui y sont publiés. Comme les y autorise la loi française, seuls sont lus par les équipes de modération les messages qui sont signalés par les internautes comme étant illégaux. Facebook, Twitter ou YouTube doivent en revanche supprimer dans un délai raisonnable les contenus qui sont contraires à la loi et qui leur sont signalés. En Europe, les centres de modération de Twitter, Google (propriétaire de YouTube) et Facebook sont principalement situés à Dublin, où ces entreprises ont leurs sièges.

SOS Racisme, SOS Homophobie et l’UEJF comptent discuter des résultats de ce premier « testing en ligne » avec les représentants des trois résaux sociaux dès dimanche 15 mai, à l’occasion des Assises contre la haine sur Internet, qui se dérouleront à Paris, avec une quinzaine d’autres associations. Devraient notamment y être évoquées diverses idées de mesures proposées en conclusion du rapport de testing. Parmi celles-ci, la mise en place d’outils de suivi des signalements, l’obligation de prouver son identité lors de l’inscription sur un réseau social, ou encore l’utilisation de technologies actuellement en place pour la lutte contre les vidéos piratées pour bloquer la republication de vidéos appelant à la haine.

« Empêcher l’enfermement algorithmique »

Outre ces mesures « techniques », les trois associations souhaitent aussi que les réseaux sociaux inscrivent dans les conditions d’utilisation l’interdiction des contenus négationnistes — une interdiction qui n’existe pas en droit américain. Enfin, une proposition, dont la mise en œuvre serait particulièrement délicate, demande que les grandes plates-formes « éditorialisent leurs contenus pour empêcher l’enfermement algorithmique des contenus haineux ». En clair, elles demandent que Facebook, Twitter et YouTube agissent manuellement sur leurs algorithmes de recommandation pour discriminer les articles ou vidéos haineuses… Une demande qui figure quasi mot pour mot dans la liste des 80 propositions pour lutter contre le terrorisme présentées cette semaine par… Manuel Valls.

Mais les plates-formes américaines refusent fermement, depuis des années, de modifier la manière dont elles recommandent des contenus à la demande des gouvernements, citant à la fois les risques d’importantes dérives et de censure politique, mais aussi la protection du secret industriel entourant le fonctionnement de leurs algorithmes.

Par le passé, des associations sont cependant parvenues à contraindre les géants américains à changer leur manière de fonctionner : en 2013, après une victoire judiciaire de l’UEJF face à Twitter au tribunal de Paris, le réseau social avait dû mettre en place un module de signalement des contenus accessible sur son site.

Lemonde.fr

Turquie: Twitter et YouTube bloqués sur décision de justice

avril 6, 2015

Les autorités turques ont bloqué lundi l’accès à Twitter et à YouTube. Elles reprochent aux deux plateformes la diffusion de photos d’un procureur d’Istanbul détenu par des militants d’extrême gauche la semaine dernière, quelques heures avant qu’il ne soit tué.

Un procureur a réclamé le blocage de ces médias sociaux en déclarant que certaines organisations de presse avaient agi « comme si elles propageaient de la propagande terroriste » en répercutant ces photos, a déclaré le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin.

« Le parquet demande que ces photos ne soient utilisées nulle part sur les plateformes électroniques », a-t-il dit lors d’une conférence de presse à Ankara. Dans un communiqué, Twitter a confirmé être « au courant » des mesures visant son service. « Nous travaillons au rétablissement de l’accès pour tous nos abonnés aussi vite que possible », a affirmé le site.

Facebook plie
De son côté, Facebook a annoncé s’être plié à la demande de la justice turque. Le fonctionnement normal du réseau social a été rapidement rétabli après sa décision de supprimer les images litigieuses, a précisé le quotidien turc « Hürriyet ».

Le procureur stambouliote en question, Selim Kiraz, est mort de ses blessures mardi dernier après l’assaut donné par les forces de sécurité contre les locaux où il était retenu en otage par des militants du groupuscule d’extrême gauche DHKP-C.

Le DHKP-C avait diffusé une photo de Kiraz avec un revolver sur sa tempe et avait affirmé qu’il le tuerait si les revendications du groupuscule n’étaient pas satisfaites. « L’épouse et les enfants du procureur Kiraz ont été profondément affectés. Ces photos se sont retrouvées partout », a dit un haut responsable turc.

« Demande a été faite à Twitter et YouTube pour qu’ils retirent ces photos, mais cela n’a pas été accepté, aucune réponse n’a été donnée. C’est pourquoi cette décision a été prise par voie de justice », a-t-il ajouté.

Gouvernement critiqué
Ce nouveau blocage a valu une volée de bois vert au gouvernement turc. « Encore une réponse disproportionnée qui restreint la liberté de la presse et la liberté d’expression », a déploré la députée européenne néerlandaise Marietje Schaake.

De nombreux internautes ont raillé le régime, comme @BinaShah qui a suggéré ironiquement un nouveau slogan pour le tourisme turc: « Venez en Turquie et déconnectez ».

Romandie.com

Elle visite l’usine où des copies de son vagin sont produites

janvier 26, 2015

La jeune Eufrat Mai, dont le vagin sert de modèle pour masturbateurs manuels, a fait l’année dernière le voyage depuis la République Tchèque, d’où elle est originaire

VIDEO. Elle visite l'usine où des copies de son vagin sont produites

Eufrat Mai s’est rendue en Espagne, dans l’usine où des copies de son vagin sont reproduites

Capture d’écran YouTube / VPRO Metropolis

Elle a été « touchée ». Eufrat Mai, une jeune demoiselle originaire de République Tchèque, a prêté son vagin à l’entreprise Fleshlight pour que soient modélisés des milliers de masturbateurs manuels.

Et cette dernière a accepté, l’année dernière, pour la chaîne hollandaise VPRO Metropolis, d’être filmée au moment où elle visitait l’usine ibérique dans laquelle est reproduit, à l’aide « d’huiles végétales et non de latex », son vagin.

« Ca ressemble vraiment à celui d’une vraie femme », s’est ainsi émerveillée Eufrat,ravie de pouvoir observer « son » vagin « sous un angle inédit ». Lequel est disponible à la vente sur le site de l’entreprise, moyennant près de 70€.

Lexpress.fr

Congo: Parfait Kolelas monte au créneau pour un « NON » au changement de la Constitution

janvier 3, 2015

 

 

Rfi.fr

Facebook et Youtube ont moins la côte auprès des ados

avril 23, 2013

Les jeunes américains se lassent des grands réseaux sociaux , affirme une étude américaine. De nouveaux arrivants comme Vine et Reddit tirent néamoins leur épingle du jeu.

Après l’ascension fulgurante, déjà le déclin? Les grands réseaux sociaux qui ont émergé ces dernières années, embarquant des millions d’internautes, semblent désormais moins populaires chez les très jeunes américaines. Si les résultats de l’étude menée par la banque d’investissement Piper Jaffray restent à prendre avec précaution, ils pourraient toutefois indiquer une tendance.

L’enquête a été réalisée auprès de 5200 américains âgés de 16 ans et plus, reprend le site AbcNews. À première vue les résultats n’indiquent pas de grands changements dans la hiérarchie des réseaux sociaux. Au printemps 2012, les adolescents américains continuaient de plébisciter Facebook (33%), devant Twitter (30%) et Instagram (17%).

Facebook abandonné, Twitter résiste

L’étude a ensuite interrogé ces mêmes adolescents six mois après. Résultat, d’automne 2012 au printemps 2013, l’engouement semble passé. Twitter croit doucement (+3%) , Instagram, le réseau dédié aux photos reste stable. Youtube, enregistre une petite baisse pour la première fois. Et Facebook recule nettement (-9%). Seuls 23% des jeunes sondés l’ont cité comme le réseau social le plus important. Six mois auparavant, ils étaient 32%.

Ce recul vient confirmer un essoufflement déjà noté par d’autres études. Le Pew center, dans une enquête publiée en février, indiquait que plus de 40% des adolescents «déclaraient avoir passé moins de temps sur Facebook que l’année dernière».

Interrogé par la chaîne américaine ABC ,Mark Zuckerberg, n’a laissé transparaître aucune inquiétude: «L’engagement des adolescents que nous constatons est bon et nous en sommes ravis.»

Vine, Reddit et Snapshot ont le vent en poupe

Familiers des nouvelles technologies, habitués des réseaux sociaux, les adolescents partagent, aiment, s’enthousiasment et se lassent à une vitesse folle. Ils sont prêts à adopter les nouvelles applications qui leur offrent la possibilité de partager leurs goûts, leurs coups de coeur…

L’étude note la montée en puissance rapide de récentes applications comme Reddit .Sur ce réseau de partage et de discussion, les jeunes utilisateurs postent des liens vers des contenus qu’ils jugent intéressants. L’inscription n’est pas obligatoire et avec ces 63 millions d’utilisateurs ,le site est celui qui connaît la meilleure progression chez les adolescents américains avec 4% d’augmentation ces six derniers mois.

Créé il y a quelques mois seulement Vine connaît également une belle progression porté notamment par l’engouement des adolescents. Cet «Instagram version vidéo» a été racheté par Twitter, et permet de filmer et poster de courtes vidéos sur le réseau social. En squattant rapidement la tête des applications les plus téléchargées, il n’est pas étonnant de le retrouver parmi celles qui ont le vent en poupe chez les ados.

En France, Facebook domine toujours

En France, où tous ces réseaux ont pris leur essor plus tardivement, Facebook domine toujours largement, suivi de l’historique plate-forme de blogs Skyrock. Twitter croit tout doucement dans la tranche 15-24 ans selon les chiffres de Comscore tout comme Tumblr ,tandis qu’Instagram peine à décoller et que les autres réseaux comme Vine ou Reddit restent confidentiels.

Figaro.fr par Assma Maad

Egypte: un tribunal ordonne de bloquer l’accès à YouTube pendant un mois

février 9, 2013
Egypte: un tribunal ordonne de bloquer l'accès à YouTube pendant un mois Egypte: un tribunal ordonne de bloquer l’accès à YouTube pendant un mois © AFP

Un tribunal égyptien a ordonné samedi l’interdiction du site de vidéo sur internet YouTube pendant un mois, en raison de la mise en ligne d’un film islamophobe ayant déclenché une vague de protestations meurtrières dans plusieurs pays musulmans.

Le tribunal administratif a demandé au gouvernement de prendre les mesures nécessaires pour bloquer l’accès au site pendant un mois, après la plainte d’un Egyptien accusant YouTube d’avoir été à l’origine d’une « menace à la paix sociale » en mettant le film en ligne.

Le porte-parole du gouvernement n’était pas joignable dans l’immédiat pour commenter ces informations.

YouTube, filiale du géant américain de l’internet Google, est bloqué au Pakistan depuis septembre, suite au refus du site de donner suite à « l’avis » du gouvernement pakistanais réclamant un retrait du film, jugé blasphématoire.

Le site a simplement décidé de restreindre l’accès au film dans plusieurs pays, en particulier en Egypte, en Libye, en Indonésie et en Arabie Saoudite.

Le film « L’Innocence des musulmans », avec son doublage grossier, ses fausses barbes et ses décors de pacotille, dépeint le prophète Mahomet comme un voyou aux pratiques déviantes et présente les musulmans comme immoraux et violents.

Il a déclenché en septembre une vague de protestations anti-américaines au Moyen-Orient qui a fait plus de 30 morts.

Jeuneafrique.com avec AFP