Centrafrique : au moins onze morts dans des affrontements au PK5 de Bangui

Des soldats français patrouillent près de Bangui, en Centrafrique, le 6 janvier 2014.

Des soldats français patrouillent près de Bangui, en Centrafrique, le 6 janvier 2014. © AP/SIPA 

Au moins onze personnes ont été tuées dans la nuit de mercredi à jeudi, lors d’affrontements entre miliciens et commerçants dans le quartier majoritairement musulman PK5 de Bangui.

Des combats entre miliciens et commerçants ont éclaté, mercredi soir, et se poursuivaient ce jeudi dans le quartier majoritairement musulman PK5 de Bangui, au cours desquels au moins onze personnes ont été tuées.

« Seize corps ont été apportés à la mosquée », a affirmé Awad Al Karim, imam de la mosquée Ali Babolo, un quartier de Bangui à majorité musulman. Selon lui, les commerçants ont pris les armes pour s’opposer à la taxation imposée par les groupes d’autodéfense qui règnent dans le quartier. Deux sources sécuritaires évoquent respectivement au moins onze et quatorze morts, sans plus de précisions.

Zone hors de contrôle

Ni la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca), ni les autorités centrafricaines ne contrôlent le PK5, et aucun bilan officiel des affrontements n’était disponible ce jeudi.

« Les combats se poursuivent, nous avons dépêché sur place une force de réaction rapide. Une partie du marché a été brûlée, ainsi que quelques véhicules » a indiqué Bili Aminou Alao, porte-parole de la Minusca.

Des rafales d’armes automatiques et des explosions ont retenti dans la capitale centrafricaine mercredi soir et jeudi matin, a constaté un journaliste de l’AFP depuis un quartier voisin.

« Entre 40 et 50 boutiques ont été brûlées, ainsi que quatre à cinq maisons » a précisé le colonel Patrick Bidilou Niabode, directeur général de la protection civile centrafricaine.

Les sapeurs-pompiers volontaires qu’il encadre ont réussi à éteindre deux feux qui se propageaient dans les marchés, mais ont dû abandonner deux maisons aux flammes en raison des échanges de tirs nourris à proximité, selon le colonel Bidilou.

Le PK5 est en proie à des violences sporadiques depuis 2014. C’est dans ce quartier que s’étaient réfugiés beaucoup de musulmans de Bangui après les affrontements entre rebelles Séléka et groupes anti-balaka qui ont ravagé la capitale après la chute du président François Bozizé en 2013.

Par Jeuneafrique.com avec AFP

Étiquettes : , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :