Archive for the ‘Société’ Category

Canada-Québec: Un cocktail météo pour amorcer la semaine

novembre 17, 2019

 

Les déplacements risquent d’être encore une fois compliqués par dame nature cette semaine. De la pluie verglaçante est notamment attendue lundi soir sur plusieurs secteurs de l’Estrie.
Un cocktail de précipitations, qui se manifestera tout d'abord sous forme de verglas, est attendu dès lundi soir en Estrie.
© Archives La Tribune, René Marquis
Un cocktail de précipitations, qui se manifestera tout d’abord sous forme de verglas, est attendu dès lundi soir en Estrie.
Dimanche matin, Environnement Canada a émis un bulletin météorologique spécial, signalant qu’un système dépressionnaire en provenance de la Côte Est américaine pourrait affecter le sud du Québec avec un cocktail de précipitations lundi soir.

« Les précipitations devraient débuter sous forme de pluie verglaçante avant de se changer en neige mardi matin. L’accumulation de verglas pourrait être significative sur quelques secteurs et rendre les routes et autres surfaces glissantes », peut-on lire dans le bulletin.

Environnement Canada précise également que certaines zones pourraient être davantage influencées, puisque la trajectoire exacte du système est encore incertaine.

Les secteurs de l’Estrie touchés sont ceux de Brome-Missisquoi, Coaticook, Cookshire, Granby – Waterloo, Lac-Mégantic, Mont-Orford – lac Memphrémagog, Richmond, Sherbrooke, Thetford Mines et Weedon.

La Tribune.com par Jasmine Rondeau

Hongkong : un policier blessé par une flèche

novembre 17, 2019

 

Les violences entre manifestants et forces de l’ordre se poursuivent quasi quotidiennement depuis des mois dans la cité.

Un policier a été blessé par une flèche dimanche 16 novembre à Hongkong lors de violents heurts entre les forces de l’ordre et des manifestants retranchés dans un campus universitaire.

Les échauffourées, qui ont débuté samedi dans le quartier de Kowloon et se sont prolongées pendant la nuit, ont repris dans la matinée après quelques heures d’accalmie quand la police a tiré au gaz lacrymogène sur le campus.

Les contestataires ont répliqué par des jets de cocktails Molotov, dont certains ont enflammé des arbres.

Des militants ont été aperçus tirant des flèches depuis les toits de l’Université polytechnique, située près du tunnel routier qui relie la péninsule de Kowloon à l’île de Hongkong.

La police a diffusé les images d’un de ses agents blessé au mollet par une flèche. Il a été hospitalisé.

A l’aide d’un canon à eau, les forces de l’ordre ont aspergé de liquide bleu les contestataires afin de les identifier pour les interpellations.

Cinq campus universitaires ont été occupés cette semaine par des étudiants et militants pro-démocratie mais tous ont été évacués samedi à l’exception de celui de l’Université polytechnique.

Hongkong est depuis plus de cinq mois secouée par un mouvement de contestation dénonçant l’influence exercée par la Chine sur les affaires du territoire et réclamant le respect de principes démocratiques. À l’origine, les manifestants s’opposaient à un projet de loi autorisant les extraditions vers la Chine. Abandonné par le gouvernement en septembre, les manifestants ont entre temps élargi leurs revendications.

Les manifestations antigouvernementales, qui ont débuté en juin, sont devenues quasi quotidiennes et plus violentes au cours des dernières semaines. Le président chinois Xi Jinping a déclaré jeudi que la priorité à Hongkong était le retour à l’ordre.

Jusqu’ici, les actions avaient été principalement menées les soirs et week-ends, ce qui permettait au territoire de 7,5 millions d’habitants de fonctionner relativement normalement. En l’absence de concessions de l’exécutif pro-Pékin, les manifestants ont opté pour une nouvelle stratégie, «Éclore partout» («Blossom Everywhere»), consistant à multiplier les blocages simultanés.

L’impact a été immédiat, entravant les déplacements des habitants. La violence est également montée, avec deux morts en une semaine.

Des soldats chinois sont apparus pour la première fois dans les rues de Hongkong samedi, en shorts et t-shirts, pour aider les habitants à évacuer des débris de barricades. Jusqu’alors, les militaires n’étaient jamais sortis de leurs bases depuis le début de la contestation.

Les manifestants ont promis de poursuivre lundi 18 novembre les opérations de blocage afin d' »étrangler l’économie » de la place financière hongkongaise qui est désormais en récession.

Par Le Figaro.fr avec AFP et Reuters

Chine/ «Soyez sans pitié» : les directives de Xi Jinping contre les Ouïghours révélées

novembre 17, 2019

Ces instructions, consignées dans 403 pages fournies par «un membre de l’élite politique chinoise» au New York Times, précisent la politique répressive menée par la Chine à l’encontre des Ouïghours.

Des documents officiels chinois dévoilés samedi 16 novembre par le New York Times détaillent le haut degré de coordination par Pékin de la répression des Ouïghours et autres minorités musulmanes dans la région du Xinjiang.

Ces documents, totalisant 403 pages, ont été fournis par «un membre de l’élite politique chinoise» au quotidien américain, qui dit ignorer comment ils ont été rassemblés et sélectionnés.

«Lutte totale»

On y trouve notamment des extraits de discours de Xi Jinping à des responsables du Xinjiang en 2014, après l’attaque d’une gare par des militants ouïghours qui avait fait 31 morts.

Le président chinois appelle alors à une «lutte totale «contre le terrorisme, l’infiltration et le séparatisme» en utilisant les «organes de la dictature» et en ne montrant «absolument aucune pitié», rapporte le New York Times.

Pékin nie tout mauvais traitement à l’encontre de ses minorités

Selon les experts des Nations unies, au moins un million de Ouïghours et membres d’autres minorités musulmanes sont détenus dans des camps au Xinjiang. Pékin nie tout mauvais traitement à l’encontre de ses minorités. Le ministère chinois des Affaires étrangères n’a fait aucun commentaire sur les révélations du New York Times.

Les documents détaillent les instructions données aux autorités locales pour expliquer à des étudiants de retour au Xinjiang que leurs proches ont été emmenés dans des camps pour être «formés», et décrit les réticences de certains responsables à appliquer ce programme.

Ils montrent également comment les camps d’internement se sont rapidement développés après la nomination, en août 2016, de Chen Quanguo, un haut fonctionnaire ayant déjà servi au Tibet, à la tête du Parti communiste régional.

Par Le Figaro.fr avec Reuters

Sept Français sur dix préfèrent avoir froid qu’allumer le chauffage

novembre 17, 2019

 

Une enquête Odoxa révèle que 71% des Français allument le plus tard possible le chauffage, poids lourd dans le budget électricité.

Selon une enquête Odoxa publiée mardi 12 novembre, 71% des Français redoutent l’arrivée de l’hiver, au point de se passer de chauffage. En cause, le montant de la facture qui grimpe, à mesure que les températures baissent.

Le chauffage occupe 62% de la consommation électrique des Français selon EDF.

Les plus précaires sont les premiers à en faire les frais. D’après l’étude, 76% des retraités et 79% des foyers gagnant entre 1500 et 2500 euros mensuels sont les plus poussés à ce «choix» d’économie.

34% des sondés préfèrent en outre ne chauffer que certaines pièces, 8% n’allumer les radiateurs que pendant les heures creuses.

Par Le Figaro.fr

Bolivie: rapatriement de 226 coopérants cubains après le changement de pouvoir

novembre 16, 2019

 

Un avion a décollé samedi de la Bolivie pour Cuba avec à son bord 226 médecins cubains rapatriés sur décision des autorités de La Havane, hostiles au gouvernement intérimaire bolivien, a annoncé un responsable local d’Interpol. «Il y a 226 citoyens cubains» à bord de l’avion de Cubana de Aviacion qui a décollé de l’aéroport de Santa Cruz, a déclaré à des médias locaux le colonel Rolando Millares, chef d’Interpol pour cette région du centre de la Bolivie. «Ils sont tous médecins et ils rentrent chez eux.»

Ce contingent fait partie des 725 citoyens cubains qui remplissent des tâches de coopération dans différents secteurs et que Cuba a décidé de rapatrier à la demande des nouvelles autorités boliviennes. La Havane a par ailleurs dénoncé vendredi l’arrestation de six Cubains en Bolivie, accusés de manière «calomnieuse» de financer les manifestations contre le nouveau gouvernement par intérim de Jeanine Añez. Ces six ressortissants sont membres de la brigade médicale cubaine, engagés par le gouvernement bolivien pour participer aux services de santé locaux.

La première décision de politique étrangère de Mme Añez, une sénatrice de droite de 52 ans, a été de reconnaître jeudi le dirigeant de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido en tant que président par intérim du Venezuela, faisant volte-face par rapport à l’alliance entre Evo Morales et le président socialiste Nicolas Maduro. Cuba et le Venezuela étaient jusqu’ici les principaux alliés régionaux d’Evo Morales, qui a démissionné dimanche, lâché par l’armée. Il a depuis trouvé asile politique au Mexique.

L’envoi par Cuba de médecins à l’étranger est une tradition de longue date, mais aussi sa principale source de revenus, devant le tourisme et les envois d’argent par les Cubains émigrés à leurs familles.

Par Le Figaro.fr avec AFP

États-Unis: Visite médicale pour Donald Trump

novembre 16, 2019

 

Journée d’examens médicaux pour Donald Trump: le président américain, 73 ans, s’est rendu samedi après-midi à l’hôpital militaire de Walter Reed, dans la proche banlieue de Washington. Sa dernière visite médicale annuelle remonte à février, mais le locataire de la Maison Blanche a, selon l’exécutif, décidé d’anticiper un peu en raison du calendrier électoral.

«Prévoyant une année 2020 très chargée, le président profite d’un week-end calme à Washington pour entamer sa visite médicale annuelle à Walter Reed», a indiqué Stephanie Grisham, sa porte-parole. À l’issue sa visite de début d’année, Sean Conley, médecin de la Maison Blanche, avait annoncé que Donald Trump mesurait 1m90, pesait 110kg et que son état de santé général était «très bon».

En 2018, Ronny Jackson, qui occupait alors le poste de médecin de la Maison Blanche, avait lui assuré, lors d’une surprenante conférence de presse, que le milliardaire républicain avait des «gènes incroyablement bons». «Il est apte à exercer ses fonctions. Je pense qu’il le restera jusqu’à la fin de son mandat et même jusqu’à la fin d’un autre mandat s’il est réélu», avait-il ajouté, s’éloignant de la réserve et la rigueur à laquelle s’en tiennent d’ordinaire les médecins militaires.

Le Figaro.fr avec AFP

Chypre: la police saisit un véhicule «espion» appartenant à un Israélien

novembre 16, 2019

 

La police chypriote a indiqué samedi avoir saisi un van appartenant à un ressortissant israélien équipé d’un système de surveillance sophistiqué et qui serait capable de pirater des moyens de télécommunications. La police a lancé une enquête après que le parti communiste Akel (opposition) a demandé au gouvernement ce qu’il comptait faire à la suite d’une vidéo diffusée en septembre par le magazine américain Forbes et devenue virale. La vidéo montre la présentation du véhicule par son propriétaire, un ancien officier des services de renseignement israéliens présenté comme Tal Dilian, qui dirigerait une entreprise basée à Chypre.

Le chef de la police chypriote Kypros Michaelides a déclaré à une radio locale que le ressortissant israélien avait «fourni quelques explications» mais qu’il serait interrogé davantage, ainsi que des ressortissants chypriotes. Les enquêteurs ont fouillé les locaux de l’entreprise dans la ville côtière de Larnaca (sud-est) et trouvé des preuves. «D’après une première inspection, le véhicule contenait un équipement électronique et a été confisqué, ainsi que d’autres preuves», selon la police qui a ajouté enquêter sur de possibles violations de la loi sur la protection de la vie privée.

D’après Forbes, l’équipement du véhicule d’une valeur de 9 millions de dollars peut contrôler des appareils électroniques dans un rayon de 500 mètres, pirater n’importe quel téléphone et écouter des conversations quel que soit le niveau de cryptage.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Présidentielle au Sri Lanka: tirs contre des bus d’électeurs

novembre 15, 2019

Des hommes armés ont ouvert le feu samedi sur un convoi de bus transportant des électeurs musulmans au Sri Lanka, quelques heures avant l’ouverture des bureaux de vote pour l’élection présidentielle, a annoncé la police. Les autorités ne faisaient pas état de morts dans l’immédiat. Selon un responsable policier, les assaillants ont brûlé des pneus sur la route et installé des barrages pour tendre une embuscade au convoi de plus de 100 bus qui circulait dans le nord l’île.

«Les hommes armés ont ouvert le feu et aussi jeté des pierres», a déclaré une source policière de Tantirimale, ville située à 200 kilomètres au nord de la capitale Colombo. Des musulmans de la ville côtière de Puttalam étaient en chemin pour le district voisin de Mannar, où ils sont enregistrés pour voter. «Au moins deux bus ont été touchés, mais aucun mort ne nous a été signalé», a ajouté le responsable policier.

Près de 16 millions de Sri-Lankais sont appelés aux urnes samedi pour une élection présidentielle qui devrait donner lieu à un duel serré entre Gotabaya Rajapaksa, représentant du redouté clan des Rajapaksa qui vise un retour aux affaires, et Sajith Premadasa, le candidat du parti actuellement au pouvoir.

Confrontation tendue entre police et armée

Cet incident survient alors qu’une confrontation tendue oppose l’armée, que Rajapaksa dirigeait durant la présidence de son frère Mahinda (2005-2015), et la police dans la région de Jaffna, zone à majorité tamoule du nord de l’île. La police a signalé à la commission électorale que l’armée y bloquait illégalement des routes, ce qui pourrait décourager des électeurs de voter dans cette région défavorable aux Rajapaksa.

«Après avoir amené à la connaissance de l’armée que les barrages routiers étaient illégaux en temps d’élection nationale, ils les ont démontés», a déclaré la police dans un communiqué. Des sources policières ont indiqué qu’elles avaient averti les commandants militaires locaux que toute ingérence de l’élection serait signalée et poursuivie en justice.

Par Lefigaro.fr avec AFP

Des tirs de roquette en direction d’Israël fragilisent la trêve à Gaza

novembre 15, 2019

 

Les défenses antiaériennes israéliennes ont intercepté dans la nuit de samedi deux roquettes palestiniennes qui ont été tirées de la bande de Gaza, a annoncé Tsahal. Quelques minutes plus tôt, les sirènes d’alarme ont retenti à Beersheba, la plus grande ville du sud d’Israël, à 35 km de la bande de Gaza.

Cette attaque intervient après une trêve conclue entre Israël et le Djihad islamique mettant fin à deux jours d’affrontements sans précédent depuis plusieurs mois. Les hostilités ont éclaté mardi après un raid de l’aviation israélienne qui a coûté la vie au chef militaire du mouvement à Gaza.

Le bilan des deux jours d’affrontements, communiqué par les services médicaux de l’enclave, s’élève à 34 morts, côté palestinien. Huit enfants et trois femmes figurent parmi les victimes, qui sont pour moitié des civils, ont-ils souligné.

Côté israélien, où des centaines de roquettes se sont abattues, on déplore plusieurs dizaines de blessés. Les tirs en provenance de la bande de Gaza ont en outre paralysé le sud du pays pendant deux jours.

Par Le Figaro.fr avec Reuters

Californie: l’adolescent qui a ouvert le feu dans son lycée est décédé

novembre 15, 2019

 

L’adolescent de seize ans qui avait ouvert le feu jeudi dans la cour de son lycée près de Los Angeles, tuant deux camarades et blessant trois autres avant de se tirer une balle dans la tête, est mort vendredi après-midi à l’hôpital.

Evacué vers l’hôpital en même temps que ses victimes du lycée Saugus de Santa Clarita (Californie), Nathaniel Berhow se trouvait vendredi «dans un état critique». «Il est mort à 15 heures 32», a déclaré Marvin Crowder, du bureau du shérif du comté de Los Angeles, sans donner davantage de précisions.

Boy-scout, introverti mais sociable, familier des armes sans apparemment être un passionné, le tireur est mort sans avoir pu être interrogé et n’a laissé aucune lettre permettant d’éclairer son acte. «Nous savons que l’attaque était préméditée mais nous ne connaissons pas les détails ni le mobile à ce stade», avait dit le shérif du comté de Los Angeles, Alex Villanueva, lors d’une conférence de presse avant le décès.

«Pour autant que nous sachions, il a choisi ses cibles au hasard. Nous n’avons pu déterminer aucune relation entre le suspect et les victimes», dont le seul point commun était de fréquenter le lycée Saugus de Santa Clarita où le drame s’est déroulé, a-t-il ajouté.

Rien n’indique qu’il ait eu des motivations d’ordre idéologique et le tireur ne semblait pas être un marginal ni avoir été victime de harcèlement scolaire, a dit le shérif Villanueva. «Il avait des amis, des gens venaient le chercher ou le déposer chez lui» et «je le voyais faire pas mal d’activités sportives», a confirmé au Los Angeles Times un voisin de l’adolescent à Santa Clarita, Jared Axen, 33 ans. «Il n’était pas du genre à venir engager la conversation. C’était quelqu’un de calme, de réservé, mais être introverti n’est pas si rare», a-t-il estimé.

Aidan Soto, élève du lycée Saugus, n’aurait pas soupçonné le moins du monde que son camarade, très impliqué dans le scoutisme, puisse commettre un tel crime. «C’était un gentil garçon (…) Les scouts les plus jeunes l’admiraient vraiment. Il était là quand ils avaient besoin de lui. Je suis perdu, je cherche à comprendre», raconte-t-il.

Le tireur n’avait aucun antécédent de violence mais son père, divorcé de sa mère voici quelques années, avait des problèmes liés à l’alcool et fut à un moment soupçonné de violences conjugales mais jamais poursuivi, faute de preuves. Cela n’empêchait pas Nathaniel Berhow d’être proche de lui, souligne Jared Axen, qui se souvient que l’adolescent avait été très affecté par son décès soudain, d’un arrêt cardiaque, en décembre 2017.

Le père du tireur était décrit comme un passionné de pêche et de chasse au gros gibier, et les voisins se rappellent l’avoir vu effectuer ses préparatifs dans son garage, notamment fabriquer ses propres munitions pour la chasse au wapiti, selon le LA Times. Cette connaissance des armes à feu est pour l’instant le principal lien entre le profil du suspect et la tuerie de jeudi. D’après Jared Axen, le jeune homme accompagnait parfois son père dans ses parties de chasse, et six armes à feu enregistrées au nom de ce dernier ont été découvertes au domicile familial après le drame, a indiqué le shérif Villanueva.

Mais «plusieurs» autres armes ont aussi été trouvées chez le suspect et certaines d’entre elles «n’étaient pas enregistrées du tout», a-t-il souligné, sans donner davantage de détails. Les enquêteurs ignorent encore comment Nathaniel Berhow s’est procuré le pistolet de calibre .45 qu’il a utilisé jeudi, gardant la dernière balle pour se suicider, mais les images de vidéosurveillance de la tuerie laissent penser que l’adolescent savait manier une telle arme. «En l’espace de seize secondes, il a débloqué son arme qui s’était enrayée et a été capable de tirer sur cinq personnes», a détaillé le shérif Villanueva.

Deux victimes, une jeune fille de 15 ans et un garçon de 14 ans, ont succombé à leurs blessures. Un adolescent a pu rentrer chez lui vendredi matin et deux lycéennes devraient pouvoir sortir de l’hôpital dans quelques jours, selon les médecins.

Par Le Figaro.fr avec AFP