Posts Tagged ‘décès’

L’Élysée annonce le décès d’Alain Chevalier, l’un des fondateurs de LVMH

novembre 4, 2018

Alain Chevalier, l’un des fondateurs du numéro un mondial du luxe LVMH (Louis Vuitton Moët Hennessy), est décédé, a annoncé l’Élysée dimanche dans un communiqué, en saluant un « homme visionnaire ».

« Il a mis son intelligence et son talent au service de la politique et de l’industrie, contribuant par sa vision et sa détermination à installer la France à la première place dans le domaine du luxe », souligne la présidence de la République, sans préciser la date du décès ni l’âge de M. Chevalier.

M. Chevalier, un « pied-noir d’Algérie, resté jusqu’au bout fidèle au souvenir de sa terre natale » selon l’Élysée, est à la tête de Moët Hennessy quand il réunit en 1987 son entreprise avec le groupe Louis Vuitton, alors présidé par Henry Racamier.

Le nouveau groupe, baptisé LVMH, passe deux ans plus tard aux mains de Bernard Arnault, qui en est toujours le premier actionnaire.

Les sociétés Moët Hennessy et Louis Vuitton, « qui rassemblaient déjà sous sa direction certaines des marques les plus prestigieuses dans les domaines des vins et spiritueux, de la mode, de la parfumerie et des cosmétiques, constituent de merveilleuses ambassadrices de l’élégance et du raffinement français », souligne l’Élysée.

Mais, affirme le communiqué de la présidence de la République, « il était surtout un homme de culture et de liberté, fidèle non à un homme ou à un parti, mais à ce qu’il croyait juste et vrai ».

Henry Racamier est décédé quant à lui en mars 2003, à l’âge de 91 ans.

Romandie.com avec(©AFP / (04 novembre 2018 17h10)                                                        

Publicités

Côte d’Ivoire : Liste des dignitaires pro-Gbagbo et PDCI morts de crise cardiaque brutale ou d’AVC, sous le régime Ouattara

novembre 4, 2018

Ces personnalités, dignitaires pro-Gbagbo ou dignitaires du PDCI RDA, sont mortes brutalement ou lentement, mais toutes des mêmes symptômes, depuis la chute du Président Laurent Gbagbo et l’arrivée du Président Alassane Ouattara au pouvoir le 11 avril 2011. Elles sont décédées de crise cardiaque et dans des conditions étranges.
D’autres continuent se souffrir suite à un empoisonnement. Nous leur souhaitons prompt rétablissement.

Ci-dessous leur liste (non exhaustive)

1. Ben Soumahoro mort le lundi 11 avril 2016 en exil des suites d’une crise cardiaque.

2. Le président du FPI, Miaka Ouréto, mort le 24 octobre 2015 des suites d’une crise cardiaque.

3. Marcel Gossio, ex-DG du PAA et vice-président du FPI tendance Affi, mort brutalement le dimanche 21 octobre 2018 des suites d’un arrêt cardiaque.

4. Gnan Raymond, ex-maire FPI de Facobly et ex-PCA de la SODETOURLAC, décédé en exil le 6 décembre 2011 à Lomé des suites d’un arrêt cardiaque.

5. Le Général Kassaraté Tiapé Édouard mort le vendredi 13 juillet 2018 des suites d’une insuffisance cardiaque.

6. L’ex-Maire FPI de Cocody, Gomon Diagou, mort le 17 février 2012 suite à un arrêt cardiaque au Ghana.

7. Koua Gnepa Éric, prisonnier politique pro-Gbagbo, décédé le 4 novembre 2015 à la MACA des suites d’un trouble cardiaque et neurologique.

8. Djékouri Aimé dit la Biz, prisonnier politique pro-Gbagbo mort à la MACA le 17 juin 2016 des suites d’une crise cardiaque et d’une hypertension.

9. Kouatchi Assie Jean prisonnier politique pro-Gbagbo, mort enchaîné sur son lit d’hôpital dans la nuit du 19 au 20 mai 2017, suite à un problème cardiaque.

10. L’ex-Ministre de l’Economie et des Finances de Laurent Gbagbo, Bohoun Bouabré, mort dans la nuit du 10 au 11 janvier 2012 suite à une insuffisance rénale en Israël, consécutive à un empoisonnement.

11. Le Ministre PDCI, Dagobert Banzio, 26 août 2017 des suites d’un cancer de la gorge, suite à un empoisonnement.

12. Le Ministre Abouo N’dori Raymond, vice-président du FPI tendance Affi, mort dans le samedi 8 septembre 2018 des suites d’un AVC.

13. Le journaliste Paul Dokui décédé en exil le 6 juin 2018 des suites d’un AVC.

14. Atsé Jean Claude, président du comité national de sauvegarde du PDCI RDA, mort d’un AVC le 28 septembre 2013 à Accra

LES PERSONNALITÉS VIVANTES MAIS SOUFFRANT DE TROUBLES DUS A UN EMPOISONNEMENT

15. Samba David, toujours vivant, prisonnier politique pro-Gbagbo, libéré le 25 juillet 2018 souffre d’une dyspnée cardiaque,
16. ZADI KESSI, cadre du PDCI et ex-PCA de la SODECI, se meurt actuellement suite à un empoisonnement. Il a perdu l’usage des jambes suite à un empoisonnement.
17. Le Général Ouassenan Koné, vice-président du PDCI-RDA, empoisonné récemment et toujours souffrant.

Ivoiresoir.net avec Ivoirebusiness Source : Rezopanacom

Côte d’Ivoire : Aboudramane Sangaré, fidèle compagnon de Laurent Gbagbo, est décédé

novembre 4, 2018

Aboudramane Sangaré lors de la commémoration de l’arrestation de Laurent Gbagbo le 11 avril 2017 à Abidjan © Olivier / JEUNE AFRIQUE

Hospitalisé depuis plusieurs semaines, Aboudramane Sangaré est décédé ce 3 novembre au matin, à Abidjan, à l’âge de 72 ans.

Moins de deux semaines après la disparition de Marcel Gossio, ex-directeur général du port autonome d’Abidjan et pilier du pouvoir de Laurent Gbagbo, décédé d’un arrêt cardiaque le 21 octobre, le Front populaire ivoirien (FPI) est une nouvelle fois en deuil. Aboudramane Sangaré, président par intérim de la frange dirigée par Laurent Gbagbo, est décédé samedi 3 novembre à Abidjan, nous confirment plusieurs sources.

Selon nos sources, souffrant d’un cancer,  il avait été hospitalisé il y a quinze jours à l’Hôtel-Dieu dans le quartier de Treichville. Opéré, il a ensuite été transféré dans un état critique à la polyclinique Farah vendredi dans la soirée. Il est décédé samedi au petit matin.

Gardien du temple

« En cette douloureuse circonstance, le président Laurent Gbagbo et la direction du parti s’inclinent et saluent avec déférence la mémoire de l’illustre disparu. Ils adressent leurs condoléances les plus attristées aux familles biologique et politique du camarade Sangaré ainsi qu’à toute la Côte d’Ivoire », a réagit Assoa Adou, secrétaire général du FPI.

Fidèle camarade de Laurent Gbagbo, Sangaré était surnommé le gardien du temple. Actuel premier vice-président et président par intérim, il avait tenu les rênes du FPI lors de l’exil de Gbagbo, et depuis l’incarcération de l’ancien président ivoirien et de son épouse Simone. Sa mort est un nouveau coup dur pour le FPI.

Deuxième vice-présidente du parti, Simone Gbagbo s’est rendue à la polyclinique Farah à la mi-journée en compagnie de son avocat Me Rodrigue Dadje. Une réunion du secrétariat général du FPI s’est ensuite tenue à sa résidence de la Riviera Golf.

Jeuneafrique.com  par et – à Abidjan

États-Unis: Décès du trompettiste américain Roy Hargrove

novembre 4, 2018

Roy Hargrove en 2012,... (Photo EVA HAMBACH, archives Agence France-Presse)

Roy Hargrove en 2012 Photo EVA HAMBACH, archives Agence France-Presse

 

Le trompettiste américain Roy Hargrove est décédé à l’âge de 49 ans, a-t-il été annoncé samedi sur sa page Facebook.

« C’est avec grande tristesse et le cœur dévasté que nous faisons part de la disparition de Roy Hargrove le 2 novembre, à l’âge de 49 ans », est-il indiqué.

Roy Hargrove avait percé très jeune, à la fin des années 80, devenant l’un des chefs de file du mouvement néo-bop, une forme de jazz très rythmé qui a notamment influencé le R & B et le hip-hop.

Selon son agent Larry Clothier à la radio NPR, il a eu un infarctus, après une hospitalisation liée à des problèmes de reins, l’artiste ayant été sous dialyse durant de longues années.

Il avait remporté au cours de sa carrière deux Grammys, en 1998 et 2003, notamment pour une collaboration avec le pianiste Herbie Hancock.

Lapressecanadienne.ca

Canada-Gatineau: Programme des obsèques de Mr Kiouangou Tsaty Victor

novembre 1, 2018

 

Communiqué nécrologique de la communauté congolaise au Canada tenant lieu de Faire-part

Bonjour à tous. Tout d’abord, un grand merci à tous, pour vos généreux dons. La collecte est toujours en cours, n’hésitons pas à la partager autour de nous afin de soutenir cette famille endeuillée. Vous trouverez ci-dessus le programme des obsèques. Une fois de plus merci !

Vous pouvez laisser vos vœux de sympathie à l’adresse suivante :info@lesjardinsdusouvenir.com

Pour information : 819-778-1515

 

by Abel Batekolo

 

 

 

USA: l’ex-parrain de la pègre de Boston retrouvé mort dans sa cellule

octobre 30, 2018

Washington – L’ancien parrain de la mafia de Boston, James « Whitey » Bulger, inspiration de nombreux films, a été retrouvé mort mardi dans une prison de Virginie occidentale, plusieurs médias américains affirmant qu’il avait été assassiné.

Selon le ministère américain de la Justice, Bulger est mort dans sa cellule de la prison fédérale de haute sécurité de Hazelton, à Bruceton Mills, où il venait d’être transféré.

James Bulger, 89 ans, a été « retrouvé inanimé dans sa cellule vers 08H20 » (12H20 GMT), a indiqué le Bureau fédéral des prisons dans un communiqué.

Le FBI a ouvert une enquête, a-t-il ajouté, sans donner d’indication sur les causes de la mort.

Selon plusieurs médias américains, l’homme qui fut longtemps l’un des criminels les plus recherchés par le FBI, avec une prime de 2 millions de dollars pour quiconque aiderait à le retrouver, a été assassiné.

Les enquêteurs soupçonnent un co-détenu lui aussi lié à la mafia, selon des sources citées par le Boston Globe.

Parrain tout-puissant de Boston entre les années 1970 et 1990, avec la complicité d’autorités corrompues, Bulger avait été arrêté près de Los Angeles en 2011 après seize ans de cavale.

Il été jugé à l’été 2013, reconnu coupable de onze meurtres et condamné à la réclusion à perpétuité.

« Nous avons appris, ce matin, la mort de James +Whitey+ Bulger. Nos pensées vont à ses victimes et à leurs familles », a réagi dans un communiqué Andrew Lelling, procureur fédéral du Massachusetts.

Le pénitencier USP Hazelton, où était détenu James Bulger, est situé à 300 km environ au sud-est de Washington et abrite près de 1.300 détenus.

Personnage complexe, à la fois gangster et informateur du FBI, cruel et charismatique, Bulger a fait l’objet de dizaines de livres, et a inspiré le personnage incarné par Jack Nicholson dans le film « Les Infiltrés » de Martin Scorsese (2006), ou celui joué par Johnny Depp dans le polar « Strictly criminal » (2015).

Américain aux racines irlandaises, Bulger régnait sur les quartiers sud de Boston à une époque où ils n’avaient pas encore été embourgeoisés. Les environs du port fourmillaient encore de bars aux personnages louches, où aucune personne de bonne famille n’osait s’aventurer.

A l’époque, le FBI peinait tant face à la mafia qu’il aidait même Bulger à tuer ses rivaux, lui permettant ainsi d’assurer sa prééminence sur la ville, soulignait le Boston Globe.

C’est aussi un agent du FBI qui préviendra Bulger en 1995 de son inculpation imminente, lui permettant de prendre la fuite avant l’arrivée de la police.

Lors de son arrestation en 2011, il vivait avec sa petite amie dans un appartement à deux pas de la plage de Santa Monica.

Sa cruauté et son cynisme étaient légendaires. Son procès avait révélé qu’il pouvait tuer ses ennemis à la pioche, leur tirer une balle entre les yeux, étrangler les femmes qui menaçaient de le trahir en arrachant leurs dents pour empêcher leur identification. Et aller faire une sieste juste après avoir assassiné froidement des rivaux.

Il se présentait également comme le protecteur de ces quartiers, assurant les préserver de la drogue alors même que son procès avait révélé qu’il en avait inondé les quartiers sud.

Si le film « Les Infiltrés » présentait Bulger comme un monstre, « Strictly Criminal », avec également Kevin Bacon et Benedict Cumberbatch en co-stars, s’attardait sur la relation de Bulger avec un ami d’enfance devenu agent du FBI. Bulger l’aidera à arrêter ses rivaux italiens en échange de son emprise renforcée sur un territoire élargi.

Romandie.com avec(©AFP / 30 octobre 2018 20h13)                                                        

Décès du Sud-Africain Pik Botha, chef de la diplomatie sous l’aprtheid

octobre 12, 2018

Johannesburg – L’ancien chef de la diplomatie sud-africaine pendant l’apartheid Roelof « Pik » Botha, qui a ensuite servi le gouvernement du président noir Nelson Mandela, est décédé à l’âge de 86 ans à Pretoria, ont rapporté vendredi les médias locaux.

Son fils Piet Botha a confirmé au groupe de presse News24 que l’ancienne figure du pouvoir raciste était mort dans son sommeil dans la nuit de jeudi à vendredi.

« Son épouse Ina était à ses côtés. Il était malade depuis trois semaines », a-t-il déclaré.

Pik Botha fut la vitrine internationale du régime ségrégationniste pendant dix-sept ans, au poste de ministre des Affaires étrangères de 1977 jusqu’à l’avènement de la démocratie en 1994.

Il avait ensuite intégré le gouvernement d’union nationale du premier président noir sud-africain démocratiquement élu, Nelson Mandela, où il avait occupé le portefeuille des Mines et de l’Energie pendant deux ans.

En 1996, sa carrière politique avait pris fin quand sa formation, le Parti national (NP), à l’origine de l’apartheid, avait quitté le gouvernement.

Quatre ans plus tard, il avait rejoint le parti qu’il avait longtemps considéré comme son ennemi, le Congrès national africain (ANC) de Nelson Mandela.

« Les Blancs, notamment les Afrikaners (descendants des premiers colons européens en Afrique du Sud), doivent descendre de leur piédestal », avait-il alors déclaré, « ils doivent aider leurs compatriotes pauvres ».

Vendredi, le président sud-africain et patron de l’ANC Cyril Ramaphosa a salué le « soutien » de M. Botha « à la transition de l’Afrique du Sud vers la démocratie ».

« Il fut l’un des rares membres du Parti national à reconnaître tôt que l’apartheid était injuste et un crime contre l’humanité », a ajouté l’ANC dans un communiqué.

Fidèle à son image de « Verligte » (éclairé) – nom donné aux membres de l’aile réformiste du Parti national -, M. Botha avait incité le régime de l’apartheid à libérer en 1990 Nelson Mandela, chef historique de l’ANC.

Il le qualifiera plus tard de « sauveur » de la nation.

En 1986, il s’était attiré les foudres du président Pieter Willem Botha (aucun lien de parenté) pour avoir déclaré que l’Afrique du Sud pourrait un jour être dirigée par un Noir.

Il reste cependant une figure controversée. En 1990, il a été soupçonné de liens directs avec les escadrons de la mort chargés d’abattre des militants anti-apartheid.

Sa diplomatie combattive lui a valu d’être très apprécié des Blancs sud-africains. Il est accusé de déstabiliser ses voisins comme l’Angola, la Namibie, le Mozambique, en aidant les mouvements rebelles contre les régimes issus de l’indépendance.

Le dernier président de l’apartheid, Frederik W. de Klerk, a rendu hommage vendredi à un homme qui « a défendu l’Afrique du Sud contre l’isolement international » et fut un « formidable défenseur des réformes (…) et de la libération de Nelson Mandela ».

Roomandie.com avec(©AFP / 12 octobre 2018 11h25)                                                        

France: Décès de Raymond Lévy, ancien PDG de Renault

octobre 11, 2018

Paris – Raymond Lévy, ancien PDG de Renault de 1986 à 1992, est décédé mercredi à l’âge de 91 ans, a annoncé sa famille dans un avis publié jeudi par le quotidien Le Monde.

En décembre 1986, M. Lévy avait pris les rênes de Renault dans des conditions tragiques. Il succédait au PDG Georges Besse, assassiné quelques semaines plus tôt par des militants du groupe révolutionnaire Action directe.

Resté six ans à la tête du constructeur alors contrôlé par l’Etat français, Raymond Lévy l’avait recentré sur l’automobile en cédant des filiales et rétabli les comptes, poursuivant un redressement engagé par son prédécesseur.

En 1988, année d’un bénéfice record pour le groupe, il avait lancé la Renault 19, qui avait connu le succès en Europe, et en 1991, il avait démarré l’accord de fusion avec Volvo, qui avait fini par avorter.

Mais c’est son successeur, Louis Schweitzer, qui avait géré l’issue de ce dossier à partir de 1992, M. Lévy ayant été contraint de passer la main, atteint par la limite d’âge.

Diplômé de Polytechnique, dont il était sorti major en 1948, ingénieur des Mines et titulaire d’un master de sciences du MIT, Raymond Lévy avait débuté sa carrière en 1952 aux Houillères du Nord-Pas-de-Calais, puis au service des Mines de Toulouse (Haute-Garonne).

Il avait travaillé durant 23 ans dans le pétrole à partir de 1957. Au sein de la société Elf, M. Lévy avait restructuré l’outil de raffinage et de distribution durant les années 1970.

Il avait assumé les fonctions de directeur général (1972-1976) puis président (1976-1980) d’Elf-Union, de PDG d’Elf-France (1975-1980), et de vice-président-directeur général de la société nationale Elf-Aquitaine (1976-1980), dont il était devenu numéro deux au côté d’Albin Chalandon.

Au début des années 1980, il avait été nommé président de la Compagnie française des aciers spéciaux (1981-1984), et PDG d’Usinor (aujourd’hui partie d’ArcelorMittal) puis du sidérurgiste belge Cockerill Sambre (1985-86).

Après son départ de Renault, Raymond Lévy avait occupé notamment la fonction de président du conseil de surveillance de Lagardère SCA puis du Consortium de réalisation (CDR), qui gérait les anciens actifs du Crédit Lyonnais.

Commandeur de la légion d’honneur, Raymond Lévy, ancien vice-président du Conseil général des Mines (1987-1993) puis président de l’Amicale du corps des Mines (1993-2002), a aussi présidé le Cercle de l’Industrie de 1993 à 2001.

Ses obsèques auront lieu vendredi, à 11 heures, au cimetière parisien de Pantin, selon l’avis de décès.

Romandie.com avec(©AFP / 11 octobre 2018 13h39)                                                        

Canada/Québec: Patrice L’Heureux rend l’âme à 46 ans

octobre 8, 2018
heureux
TROIS-RIVIÈRES — La communauté sportive de la Mauricie et l’univers québécois de la boxe sont en deuil depuis quelques heures, à la suite du décès soudain du Shawiniganais Patrice L’Heureux. L’ex-champion canadien des poids lourds a été retrouvé inanimé par son épouse à leur chalet, à Saint-Tite.

L’Heureux, 46 ans, avait assisté au gala de boxe samedi soir au Centre Vidéotron de Québec en compagnie de son ami Roger Lavergne. Ce dernier, qui lui avait permis en 2005 et 2006 de se battre dans son patelin, à l’aréna de Grand-Mère puis à l’aréna Jacques-Plante, était évidemment assommé par la tournure des événements.

«J’ai l’impression d’être en plein cauchemar. Nous étions ensemble pas plus tard que samedi à la boxe. On planifiait un voyage en Floride pour ma fête. Je suis dans les câbles actuellement. Je ne peux pas croire que mon ami Patrice est parti», confiait le président des Cataractes. «Les gens vont se souvenir du boxeur. Mais ce qu’il faut dire, c’est qu’il était d’abord et avant tout un gentleman et un bon vivant. Il aimait tellement jouer des tours, faire des blagues. Il s’amusait dans la vie. C’est un départ qui va attrister beaucoup de gens Un monument nous a quittés.»

Le promoteur Yvon Michel, avec qui L’Heureux a fait carrière, était lui aussi atterré par la nouvelle. «C’était une bonne personne, authentique, qui a performé jusqu’au maximum et même au-delà de son talent par sa détermination, par sa volonté à être le meilleur qu’il pouvait être. Il a connu une superbe carrière, autant chez les amateurs que chez les professionnels», a-t-il souligné.

Le boxeur avait fait ses débuts avec Alexandra Croft et tous deux ont rejoint l’équipe du Gym Yvon Michel dans les années 2000. Selon M. Michel, son ancien protégé est toujours resté en contact avec lui, même après sa retraite.

«Pendant le Festival de Saint-Tite, il y a trois semaines, j’étais chez lui avec ma famille, on a passé la journée ensemble. Il portait même un chandail Groupe Yvon Michel qu’on lui avait donné peut-être 10 ans avant! Il est toujours resté près de nous, il faisait partie de nos familles [Alexandra et moi].»

M. Michel a indiqué qu’un hommage sera rendu au boxeur lors du combat de championnat du monde entre Adonis Stevenson et Oleksandr Gvozdyk qui aura lieu le 1er décembre prochain, au Centre Vidéotron, à Québec.

«On a pas mal d’images de ses combats, alors on va faire un vidéo pour l’honorer», a-t-il promis.

Un «gentil géant»

Outre son talent pour la boxe, Patrice L’Heureux aura marqué ses proches et même ses adversaires par sa générosité et son grand coeur.

«Je garde le souvenir d’un homme généreux, d’un gentil géant, a indiqué l’ex-boxeur trifluvien David Cadieux, que L’Heureux a affronté à plusieurs reprises au cours de sa carrière. C’est quelqu’un que j’admirais, que je respecte énormément.»

M. Cadieux se rappelle notamment de la générosité de son rival lorsqu’il avait fait don à la Fondation En Coeur de la bourse de 5000 $ qu’il avait gagnée lors d’un combat à Trois-Rivières, il y a une quinzaine d’années. «Il avait fait don de sa bourse alors qu’on connaît les risques en boxe professionnelle, tu peux te faire maganer pas mal. Ça m’avait impressionné, c’était un homme de grand coeur, d’une générosité exemplaire de son portefeuille, mais de sa personne aussi.»

Après une belle carrière chez les amateurs, L’Heureux a boxé durant une décennie chez les professionnels, majoritairement sous les ordres de Jim Girard. En 2005, il a réussi à mettre la main sur le titre canadien des poids lourds, devenant le premier Québecois en plusieurs décennies à y arriver. En 2006, il a rempli l’aréna Jacques-Plante dans une collision avec le Trifluvien David Cadieux, qui l’a battu pour s’emparer de la ceinture nationale. Les deux géants de la Mauricie ont disputé un deuxième combat un contre l’autre six mois plus tard et Cadieux a encore eu le dessus.

L’Heureux a disputé six autres combats avant de mettre un terme à sa carrière en 2010, s’inclinant notamment devant le champion du monde Alexander Povertkin.

Son palmarès professionnel s’établit à 24 victoires en 30 sorties. Au-delà des victoires et des défaites, Le Granit était devenu un chouchou des amateurs de boxe au milieu des années 2000, grâce à son charisme et à son coeur dans le ring.

Lenouvelliste  par Steve Turcotte avec Matthieu Max-Gessler

France-Congo: Décès de Maître Armand Robert Okoko à Rennes

octobre 7, 2018

 

Nous avons apprenons à l’instant que Maître Armand Robert Okoko, avocat au barreau de Brazzaville, fils de maître Jacques Okoko, est mort des suites d’un empoisonnement samedi 6 octobre 2018, à 12h00 au CHU de Rennes en France.

Après le procès du général Norbert Dabira, Armand Robert Okoko avait fait une crise de tension qui avait entrainé une chute dans son cabinet à Mpila, situé sur l’avenue Paul Doumer, à Brazzaville, au Congo. Puis il avait été admis à l’hôpital militaire de Brazzaville, où succomba rapidement et tristement le colonel Marcel Ntsourou.

Les médecins de Rennes sont formels, c’est lors de son court séjour à l’hôpital militaire de Brazzaville qu’on lui aurait transmis ou inoculé un poison en l’égratignant.

Nous retiendrons que Maître Armand Robert Okoko était aussi l’avocat de l’État congolais contre le général Jean-Marie Michel Mokoko qui avait été condamné à 20 ans de prison ferme, lors d’un procès où ses avocats avaient opté pour la stratégie du silence.

Après le décès de Maître Ambroise Hervé Malonga, il y a peu, toujours par empoisonnement, le barreau de Brazzaville est encore endeuillé

Adressons nos sincères condoléances à sa famille, à tous les membres de son cabinet ainsi qu’au barreau de Brazzaville

Paix à son âme !

By Breaking news