Posts Tagged ‘décès’

Sénégal: disparition de Serigne Abdoul Aziz Sy, khalife général des Tidjanes

septembre 22, 2017

 

Serigne Abdoul Aziz Sy Al-Amine lors d’une rencontre sur la fondation Mohamed VI des Oulémas africains, en juillet 2015. © YouTube

Le guide spirituel de la confrérie des Tidjanes s’est éteint dans la nuit de jeudi 21 à vendredi 22 septembre 2017, à Tivaouane, ville sainte de la confrérie, dans la région de Thiès.

Abdoul Aziz Sy était âgé de 90 ans. Dont plus d’un demi-siècle passé au service exclusif de la confrérie, successivement aux côtés de son père Khalifa Ababacar Sy (1927-1957) et de son oncle Abdoul Aziz Sy Dabakh (1957-1997). Ainsi en l’espace de six mois, l’autre grande branche de la confrérie tidjane au Sénégal vient de perdre son deuxième chef spirituel. En effet, le 15 mars dernier, disparaissait son prédécesseur à la tête de la confrérie, Cheikh Ahmed Tidiane Sy.

En dépit de son bref règne de six mois à la tête de la confrérie, il a dans les faits été la figure et la voix de celle-ci durant ce dernier quart de siècle en tant que porte-parole. Fidèle à la tradition familiale voulant que les guides religieux jouent, au-delà du spirituel, le rôle de régulateurs sociaux, Abdoul Aziz Sy n’a pas dérogé à cette exigence.

Il était à la fois, guide religieux, médiateur social et politique. Connu pour son franc-parler, il n’hésitait pas à monter au créneau pour dire ses quatre vérités aux politiques lors des soubresauts socio-politiques rythmant régulièrement le pays, ou à s’employer à rapprocher des positions antagonistes.

Médiateur entre Abdoulaye Wade et Idrissa Seck

Il avait par exemple œuvré au début de l’année 2008 à raccommoder les liens sérieusement abîmés entre l’ancien chef de l’État Abdoulaye Wade et son collaborateur d’alors, Idrissa Seck. Il a également contribué auprès des organisations syndicales à éteindre bon nombre de conflits sociaux.

Attentif aux questions internationales, surtout celles impliquant les musulmans, il s’est tout dernièrement distingué à travers un appel à la communauté internationale pour protéger les Rohyingas, les musulmans birmans.

Abdoul Aziz Sy a été inhumé dans la matinée du 22 septembre à Tivaouane en présence d’une foule de disciples venus de tout le pays. Les témoignages en  provenance de tous les bords politiques, confrériques et confessionnels du pays saluent unanimement une personnalité spirituelle et humaniste.

Informé de sa disparition dès l’atterrissage de l’avion qui l’a ramené de New York, le chef de l’État Macky Sall a, dans un communiqué officiel, aussitôt réagi en ces termes : « La nation sénégalaise vient de perdre un de ses remparts les plus solides. Le Vénéré Khalife Général des Tidjanes, Serigne Abdou Aziz Sy Al Amine, a été, sa vie durant, un chantre infatigable de l’unité nationale, de la cohésion sociale et de la paix des cœurs ». Il s’est ensuite immédiatement rendu à Tivaouane.

Jeuneafrique.com par – à Dakar

Publicités

France: La milliardaire Liliane Bettencourt, héritière de l’Oréal, est morte

septembre 21, 2017

Liliane Bettencourt, héritière du groupe de cosmétiques L’Oréal, le 12 octobre 2011 à Paris / © AFP/Archives / FRANCOIS GUILLOT

Liliane Bettencourt, héritière du groupe de cosmétiques L’Oréal et femme la plus riche du monde, est décédée à 94 ans, laissant derrière elle le souvenir d’une retentissante affaire judiciaire liée à des soupçons d’abus de faiblesse.

« Liliane Bettencourt est décédée cette nuit à son domicile. Elle aurait eu 95 ans le 21 octobre. Ma mère est partie paisiblement », a écrit sa fille unique, Françoise Bettencourt Meyers, dans un communiqué publié jeudi.

A la tête d’une fortune estimée à près de 40 milliards de dollars par le magazine Forbes en 2017, Liliane Bettencourt était la femme la plus riche au monde et occupait la 14e place des personnes les plus fortunées. C’était aussi la deuxième fortune française derrière le magnat du luxe et patron de LVMH, Bernard Arnault.

Affaiblie par la maladie, placée sous tutelle, elle se tenait en retrait de la scène publique depuis 2012, année au cours de laquelle elle a quitté le conseil d’administration de L’Oréal et tout rôle dirigeant au sein du groupe.

Le holding familial Thétys, présidé par Françoise Bettencourt Meyers mais dont sa mère Liliane Bettencourt conservait l’usufruit, est l’actionnaire majoritaire de L’Oréal avec 33,05% des parts au 31 décembre 2016.

– Une affaire judiciaire tentaculaire –

Liliane Bettencourt a été au centre depuis dix ans d’une tentaculaire affaire judiciaire qui a mis en lumière les déchirements au sein de sa famille.

Le principal dossier de ce qui est devenu « l’affaire Bettencourt » a porté sur un soupçon d’abus de faiblesse.

Il a débuté avec la plainte, fin 2007, de Françoise Bettencourt Meyers, soupçonnant le photographe François-Marie Banier d’avoir profité de la vulnérabilité de sa mère pour obtenir des centaines de millions d’euros de dons.

François-Marie Banier a été condamné en appel le 24 août 2016, à 4 ans de prison avec sursis et 375.000 euros d’amende pour « abus de faiblesse ». Sollicité par l’AFP, ce dernier n’a pas souhaité réagir jeudi.

L’homme politique et ex-ministre Eric Woerth a lui aussi été mis en cause dans un autre volet de l’affaire, portant sur un soupçon de trafic d’influence, avant d’être relaxé.

Dernier épisode en date, jeudi, dans l’affaire dite des écoutes, la justice bordelaise a relaxé en appel cinq journalistes poursuivis pour « atteinte à l’intimité de la vie privée » de Liliane Bettencourt. Elle a aussi estimé que son ex-majordome avait enregistré illégalement la milliardaire pour la protéger et n’était donc « pas pénalement responsable ».

– L’empire L’Oréal –

Liliane Bettencourt était née le 21 octobre 1922 à Paris et avait été élevée dans la rigueur, chez les Dominicaines. Sa mère, pianiste, meurt quand elle a cinq ans.

Dix ans plus tard, elle faisait ses premiers stages chez L’Oréal et se considérait comme dépositaire de l’oeuvre de son père, Eugène Schueller, fondateur de l’entreprise.

Le groupe, véritable empire des cosmétiques, commercialise aujourd’hui maquillages, crèmes et shampoings dans le monde entier, pour un chiffre d’affaires de 25,8 milliards d’euros en 2016, et emploie près de 90.000 personnes dans le monde entier.

Dans un communiqué, le PDG de L’Oréal, Jean-Paul Agon, a exprimé jeudi son « immense tristesse ».

« Nous avions tous une profonde admiration pour Liliane Bettencourt qui a toujours veillé sur L’Oréal, l’entreprise et ses collaborateurs, et qui était très attachée à sa réussite et son développement », a-t-il ajouté.

« Dans ce douloureux moment pour nous, je tiens à rappeler, au nom de notre famille, notre entier attachement et notre fidélité à l’Oréal et à renouveler toute ma confiance à son président Jean-Paul Agon, comme à ses équipes dans le monde entier », a souligné pour sa part Françoise Bettencourt Meyers, dans son communiqué.

Romandie.com avec(©AFP / 21 septembre 2017 19h40)

Au Venezuela, la mort d’un opposant dévoile de rudes conditions de détention

septembre 19, 2017

Des membres des services de renseignements vénézuéliens (Sebin) devant le domicile de l’ex-procureure générale du Venezuela, Luisa Ortega, exilée au Brésil, à Caracas le 16 août 2017 / © AFP/Archives / JUAN BARRETO

Il a fallu deux semaines aux autorités pénitentiaires vénézuéliennes pour transférer à l’hôpital l’opposant Carlos Garcia, victime d’un AVC en prison. Sa mort lève le voile sur les difficiles conditions d’enfermement des adversaires du gouvernement.

M. Garcia, 44 ans et maire de Guasdualito (ouest), est décédé dimanche à l’hôpital de San Cristobal, où il avait été admis le 18 août, en provenance des geôles des services de renseignement, connus par leurs initiales « Sebin ».

« Mon frère a été victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC) début août et n’a pas été examiné durant deux semaines, ils pensaient qu’il simulait. Quand il a été transféré à l’hôpital, il était déjà dans un très mauvais état », déclare à l’AFP Yhorlenys Aular.

Garcia, membre du parti Primero Justicia, appartenant à la coalition de l’opposition de la Table de l’unité démocratique (MUD), avait aussi été victime d’une infection cérébrale, pour laquelle il n’a pas reçu de traitement pendant trois jours, ajoute sa soeur.

Dans un Venezuela en crise où les habitants tentent de combattre la pénurie généralisée avec le troc en ligne, la famille de Garcia a publié des messages sur les réseaux sociaux pour trouver des antibiotiques. En vain.

Car si le Venezuela possède les plus importantes réserves de pétrole au monde, les rayons de ses supermarchés et des pharmacies sont quasiment vides: alors que les cours du brut sont au plus bas et que le pays sud-américain importe presque tout ce qu’il consomme, acheter de l’huile, du sucre ou des médicaments est devenu un cauchemar quotidien pour les habitants.

Cet homme politique, qu’une photo sur son lit d’hôpital montre amaigri, avait été arrêté le 17 décembre 2016, accusé de violences durant une manifestation.

Il faisait partie de la liste des quelque 600 « prisonniers politiques », selon les adversaires du président Nicolas Maduro, où figurent également Leopoldo Lopez et le maire de Caracas Antonio Ledezma, fer de lance de l’opposition et tous deux en résidence surveillée.

– Ouverture d’une enquête –

Le ministère public a ouvert une enquête sur le décès de Carlos Garcia, a déclaré à l’AFP le procureur général du Venezuela Tarek William Saab.

« Dans presque tous les cas, leur situation est lamentable car ils sont soumis à des conditions inhumaines et insalubres », déclare à l’AFP Gonzalo Himiob, de l’ONG Foro Penal, alors que les prisons vénézuéliennes sont considérées parmi les plus violentes et surpeuplées d’Amérique latine.

Himiob souligne que ce nouveau décès s’ajoute à celui de Rodolfo Gonzalez, 63 ans, découvert pendu le 13 mars 2015 dans une cellule du Sebin à Caracas.

La famille de cet ancien pilote de ligne, accusé d’être un des organisateurs des manifestations antigouvernementales de début 2014, rejette la version officielle du suicide.

Ces derniers mois, des voix se sont élevées pour dénoncer la détérioration de l’état de santé des opposants emprisonnés. Des Vénézuéliens arrêtés pendant la récente vague de manifestations contre le chef de l’Etat, qui ont fait 125 morts, rapportent avoir été « torturés ».

Le député suppléant Gilber Caro, représentant du parti Voluntad Popular, l’aile dure de l’opposition, et arrêté le 11 janvier pour avoir planifié des « actions terroristes » selon la police, est en grève de la faim depuis huit jours. Sa défense assure qu’il souffre de plusieurs maladies.

« Ce qui est arrivé à Garcia peut arriver à Gilber Caro et à beaucoup d’autres », a prévenu lundi lors d’une conférence de presse le député Tomas Guanipa, également membre de Primero Justicia.

Une photo qui circule sur internet de l’élu local Wilmer Azuaje, enchaîné dans les geôles du Sebin, est également brandie par l’opposition pour dénoncer les conditions de détention de ses partisans et le non-respect des décisions judiciaires. Azuaje a pourtant été remis en liberté par un juge en juillet.

Les proches du leader étudiant Yon Goicochea disent craindre également pour sa santé. Il est toujours emprisonné, malgré une décision de remise en liberté rendue il y a plus d’un an.

L’opposition vénézuélienne exige la libération des « prisonniers politiques » comme condition préalable à une négociation avec le gouvernement. Une amorce de dialogue a eu lieu entre ces deux camps aux positions apparemment irréconciliables, la semaine dernière en République dominicaine.

Romandie.com avec(©AFP / 19 septembre 2017 13h41)

France/Mort de Pierre Bergé: Macron salue « un passeur sans égal »

septembre 8, 2017
Pierre Bergé, ici le 9 juillet 2015 à Barnard Castle, au Royaume-Uni

Pierre Bergé, ici le 9 juillet 2015 à Barnard Castle, au Royaume-Uni afp.com/OLI SCARFF

Cofondateur et dirigeant pendant 40 ans de la maison de couture Yves Saint Laurent, Pierre Bergé est décédé à l’âge de 86 ans. Il était atteint de myopathie.

Une figure du monde de la culture vient de s’éteindre. L’homme d’affaires et mécène Pierre Bergé est décédé à l’âge de 86 ans, a annoncé ce vendredi la fondation Pierre Bergé – Yves Saint-Laurent. Cofondateur et dirigeant pendant 40 ans de la maison de couture Yves Saint Laurent, Pierre Bergé a partagé la vie du célèbre couturier pendant cinquante ans. Il était également un homme engagé sur le plan associatif et politique.

Militant des droits des homosexuels, il s’est impliqué dans la lutte contre le SIDA dès le début des années 1980. Il a notamment participé à la création de Sidaction en 1994 au côté de Line Renaud, ainsi que du magazine Têtu. Homme de gauche, il était un fervent soutien de François Mitterrand et avait appuyé la candidature de Ségolène Royal lors de la présidentielle 2007. Cet homme de médias était également actionnaire depuis 2010 du groupe Le Monde.

Un « ami merveilleux », selon Jack lang

Le président de la République Emmanuel Macron a salué dans un communiqué « un passeur sans égal ». Selon le locataire de l’Elysée, Pierre Bergé était « cet homme occupé de faire naître partout où cela était possible la beauté et l’excellence ». « Son génie fut de savoir composer ensemble les époques, les formes, les caractères, les talents pour construire autour de lui un monde qui lui ressemble et où il nous invitait avec une totale générosité », ajoute Emmanuel Macron.

L’ancien président François Hollande, a lui, salué « une personnalité exceptionnelle » et « un homme de grande culture ».

L’ancien ministre de la Culture Jack Lang a rendu hommage à « un ami merveilleux ». « Fabuleux mécène, philanthrope, esthète insatiable, génial entrepreneur, homme de culture et de toutes les passions, Pierre Bergé était tout cela à la fois, mais plus encore, il incarnait un humaniste qui plaçait la destinée des hommes au-dessus de toutes les autres valeurs », déclare-t-il dans un communiqué. Sur Twitter, Anne Hidalgo a salué la mémoire d’un « homme d’exception ».

 

L’ancien ministre de la Culture Jack Lang a rendu hommage à « un ami merveilleux ». « Fabuleux mécène, philanthrope, esthète insatiable, génial entrepreneur, homme de culture et de toutes les passions, Pierre Bergé était tout cela à la fois, mais plus encore, il incarnait un humaniste qui plaçait la destinée des hommes au-dessus de toutes les autres valeurs », déclare-t-il dans un communiqué. Sur Twitter, Anne Hidalgo a salué la mémoire d’un « homme d’exception ».

Pierre Bergé s’était marié en mars 2017 avec le paysagiste américain Madison Cox, 58 ans, vice-président de la Fondation Bergé-Saint Laurent. Il disparaît quelques semaines avant l’inauguration de deux musées dédiés à l’oeuvre de son ancien compagnon Yves Saint Laurent, l’un à Paris et l’autre à Marrakech

Lexpress.fr avec AFP

Il est mort sans-papiers à Dubaï

septembre 7, 2017

Avis de recherche de familles et des origines

 

Dubai

 

Avec Congo-mfoa.com

Congo: Décès du médécin-colonel Durand Abel Missontsa

septembre 4, 2017

Le médecin-colonel Durand Abel Missontsa, est décédé le dimanche 3 septembre 2017 au CHU de Brazzaville. Ses obsèques sont prévues ce mardi 12 septembre. Son inhumation aura lieu à son domaine de Kombé, selon sa volonté.

Durand Abel Missontsa était Ministre de la Santé et des Affaires Sociales, quand il était encore Commandant. Il était membre du Conseil des Ministres (Gouvernement) du Comité Militaire du Parti, publié le 5 avril 1977, dirigé à l’époque par le Colonel Jacques Joachim Yhomby Opango, après l’assassinat du Président Marien Ngouabi.

Le Médécin-colonel Durand Abel Missontsa était reconnu comme un brillant psychiatre qui a rendu de bons et loyaux services à la nation congolaise.

 

Paix à son âme !

 

Bernard NKOUNKOU

France: décès de la danseuse Janine Charrat

août 29, 2017

La chorégraphe Janine Charrat, grande ballerine classique qui avait dû interrompre sa carrière de danseuse en 1961 après avoir été grièvement bûlée dans un incendie, est décédée aujourd’hui à Paris à l’âge de 93 ans, a annoncé son amie la plus proche, la danseuse Sylvie Nègre.

Elle avait connu un grand succès en 1945 avec sa première chorégraphie, « Jeu de cartes » et crée tout au long de sa carrière une cinquantaine de ballets, dont plusieurs avec Maurice Béjart, et en 1948, avec l’écrivain Jean Genet, « Adame miroir ».

En 1961, lors de l’enregistrement télévisé du ballet « Les Algues », son tutu prend feu en passant près d’un chandelier allumé. La danseuse, transformée en torche vivante, est brûlée à 70 %.

Elle ne revient à la danse qu’en 1964, puis arrête définitivement la scène en 1968. Mais elle était devenu entre-temps directrice artistique des Ballets du Grand théâtre de Genève et a poursuivi ses activités de chorégraphe.

Née le 24 juillet 1924 à Grenoble, Janine Charrat est découverte par Serge Lifar, qui la fait débuter à 12 ans dans le rôle de « Rose souris » du film « La mort du cygne » (1936).

Après avoir été la première partenaire de Roland Petit pendant la guerre, elle connaît la gloire en 1945, lorsqu’elle signe « Jeu de cartes », pour les Ballets des Champs Elysées.

« Jeu de cartes était son ballet préféré, elle me l’a redit la veille de sa mort », a confié Sylvie Nègre.

Janine Charrat a enchaîné les succès, comme « Cressida » (1946), « Abraxas » à Berlin (1949), « Les Liens » à Bruxelles (1960), et sa carrière s’est déroulé le plus souvent hors de France.

Dans les années 80, Janine Charrat, qui a été conseillère pour la danse au Centre George Pompidou, avait notamment créé « Hécube » (1982) et « Palais des glaces » (1987).

Elle était officier de la légion d’honneur.

France: mort de l’actrice Mireille Darc

août 28, 2017

Paris – L’actrice française Mireille Darc est décédée à l’âge de 79 ans dans la nuit de dimanche à lundi, à son domicile parisien, avec Alain Delon à son chevet, a-t-on appris auprès de l’agent de la comédienne.

« Mireille Darc est partie cette nuit, chez elle à Paris. Elle a été très entourée jusqu’au bout par ses proches dont son époux et aussi Alain Delon, présent jusqu’à la fin », a dit lundi à l’AFP Annabel Karouby, son agent.

L’actrice emblématique des années 1960 et 1970 avait tourné dans une cinquantaine de longs métrages pour le cinéma, dont treize avec le réalisateur Georges Lautner.

Celle qui fut la compagne d’Alain Delon pendant quinze ans avait connu une traversée du désert dans les années 1980, après de graves ennuis de santé.

Atteinte depuis l’enfance d’un souffle au coeur, elle avait subi en 1980 une opération à coeur ouvert, avant d’être de nouveau opérée en 2013.

Elle avait été hospitalisée fin 2016 après deux hémorragies cérébrales.

Délaissée par le cinéma, Mireille Darc était revenue dans les années 1990 sur le devant de la scène par la télévision, renouant avec la popularité dans des rôles de femme décidée et indépendante dans plusieurs séries.

Elle avait aussi réalisé plusieurs documentaires sociétaux.

Elle était mariée depuis 2002 à l’architecte Pascal Desprez.

Son décès suscitait lundi de nombreuses réactions.

« Une grande figure du cinéma français nous quitte. Mireille Darc était une actrice de talent, une femme de courage et d’engagement », a tweeté la ministre de la Culture Françoise Nyssen.

L’ancien président du Festival de Cannes Gilles Jacob a lui aussi réagi sur Twitter: « Longue/mince/belle/frangée de blond/l’oeil rieur elle a incarné la liberté de la femme dans toute sa splendeur. Le chic français. Chère Mireille! »

Romandie.com avec(©AFP / 28 août 2017 10h58)                                            

États-Unis: mort de Tobe Hooper, le réalisateur de « Massacre à la tronçonneuse »

août 27, 2017

Los Angeles – Le réalisateur américain Tobe Hooper, auteur du film culte « Massacre à la tronçonneuse » et l’un des grands noms du film d’horreur, est décédé samedi à l’âge de 74 ans, selon des médias américains.

Joues rebondies, lunettes ovales finement cerclées et sourire, Tobe Hooper, n’avait pas la tête de l’emploi pour faire peur mais son « Massacre à la tronçonneuse » (« Texas Chain Saw Massacre ») a révolutionné le genre et l’a rendu célèbre à plus de 30 ans à peine.

Le long-métrage est présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes en 1975 mais interdit en raison de son extrême violence dans plusieurs pays dont la France et le Royaume Uni, un pays où il ne pourra être vu que 25 ans plus tard.

Les interdictions donnent au film une aura particulière, mais c’est aussi le style de Hooper qui séduit le public.

Délaissant les zombies et les fantômes, le réalisateur opte pour un cinéma très réaliste et parvient à créer chez le spectateur un niveau d’angoisse rarement égalé. Violence, souci du détail et bande-son glaçante y contribuent pleinement.

L’histoire raconte le sort funeste de cinq jeunes gens tombés en panne d’essence au Texas et partis frapper à la porte d’une ferme isolée. Dans ce recoin rural de l’Amérique, ils tombent sur une famille de dégénérés et vont être les victimes de « Leatherface », un homme au masque en peau humaine.

Entre les mains de ce personnage, tronçonneuse mais aussi marteau, pioche ou croc de boucher vont devenir des instruments de mort.

Tourné pour seulement 300.000 dollars, « Massacre à la tronçonneuse » fut un succès et le film indépendant le plus profitable des années 70, affirme Variety. Tobe Hooper en fera une suite, sortie en 1986, sans parvenir à rééditer son coup de maître.

Entre temps, le réalisateur a creusé la veine du film d’horreur avec « Le crocodile de la mort » (1977) et « Massacre dans un train fantôme » (1981) et surtout « Poltergeist » en 1982, produit par Steven Spielberg et rapidement en haut du box-office.

Par la suite, au cinéma, le succès ne sera plus au rendez-vous. Dans les années 1990, le réalisateur travaille beaucoup pour la télévision. En 2013, il avait tourné son dernier long métrage aux Emirats arabes unis (« Djinn »), un film d’horreur en langue arabe qui n’était finalement sorti qu’en DVD.

Né à Austin (Texas), Tobe Hooper avait été professeur avant de démarrer sa carrière de cinéaste. Il s’était ensuite installé à Los Angeles. Il est décédé dans la ville californienne de Sherman Oaks et la raison de sa mort n’est pas connue.

Romandie.com avec(©AFP / 27 août 2017 17h18)                                            

Canada-Québec/Réjean Ducharme: des hommages nationaux refusés par ses proches

août 25, 2017

Réjean Ducharme aura vécu dans le plus grand anonymat pendant 50 ans, mais dès son décès, des voix se sont élevées pour réclamer un hommage public, voire des funérailles nationales.

Photo: Claire Richard Gallimard Réjean Ducharme aura vécu dans le plus grand anonymat pendant 50 ans, mais dès son décès, des voix se sont élevées pour réclamer un hommage public, voire des funérailles nationales.

Le ministère québécois de la Culture a indiqué jeudi qu’à la demande de ses proches, aucune forme d’« hommage national » ne sera réservée à l’écrivain Réjean Ducharme, décédé cette semaine.

L’attaché de presse du ministre Luc Fortin a expliqué dans un courriel jeudi que le ministère avait joint les proches de l’écrivain « pour examiner les possibilités d’hommage ». Mais ces proches ont « demandé de respecter le désir du défunt de vivre hors du regard public, et de ne pas lui organiser de commémoration », a écrit Karl Filion. « Nous allons évidemment respecter cette volonté. »

L’auteur de L’avalée des avalés et des Bons débarras s’est éteint à Montréal dans la nuit de lundi à mardi, à l’âge de 76 ans. Réjean Ducharme aura vécu dans le plus grand anonymat pendant 50 ans, mais dès son décès, des voix se sont élevées pour réclamer un hommage public, voire des funérailles nationales.

Karl Filion précise que de telles funérailles nationales sont organisées par le ministère des Relations internationales, question de protocole. Mais « on peut raisonnablement conclure » que, de ce côté aussi, les proches ont exigé de respecter la volonté de l’illustre défunt.

[Ses proches] ont demandé de respecter le désir du défunt de vivre hors du regard public, et de ne pas lui organiser de commémoration

Karl Filion, attaché de presse de Luc Fortin, ministre québécois de la Culture

Quelques événements ont déjà été annoncés ici et là : un ouvrage posthume de Réjean Ducharme, qui devait paraître en septembre, sera offert dès vendredi dans les librairies.

Peu après l’annonce du décès, mardi, les éditions du passage ont en effet annoncé que l’œuvre, Le Lactume sortirait 51 ans après sa création. Il s’agit d’un recueil de 198 dessins et légendes, réalisés par Ducharme en 1966, mais qui n’avaient jamais été publiés jusqu’ici. C’est aussi la première publication de l’écrivain depuis Gros mots, en 1999.

Par ailleurs, une exposition Lactume aura lieu du 13 septembre au 1er octobre lors du Festival international de littérature (FIL), à Montréal. On pourra y voir ces dessins de Ducharme, et l’actrice Markita Boies lira les textes du livre les 23 et 26 septembre.

La Presse canadienne