Posts Tagged ‘Québec’

Canada: Vaccination sans rendez-vous : les Québécois répondent à l’appel

avril 8, 2021

C’est le début de la vaccination sans rendez-vous au Québec pour les citoyens de 55 ans et plus. Près d’une quarantaine de cliniques à travers la province permettent désormais à ceux qui le désirent de recevoir le vaccin d’AstraZeneca contre la COVID-19.

Il y avait une longue file d'attente jeudi matin au stade olympique afin de mettre la main sur un précieux coupon permettant de se faire vacciner.

© Ivanoh Demers/Radio-Canada Il y avait une longue file d’attente jeudi matin au stade olympique afin de mettre la main sur un précieux coupon permettant de se faire vacciner.

À Québec, les coupons donnant accès à un rendez-vous ont rapidement trouvé preneurs ce matin.

Moins d’une quinzaine de minutes après l’ouverture, à 6 h, la clinique située à L’Ancienne-Lorette, soit l’une des deux cliniques pour la vaccination sans rendez-vous dans la Capitale-Nationale, avait distribué 300 coupons.

À l’Institut universitaire en santé mentale de Québec, 960 coupons ont été donnés avant 7 h du matin.

Les détenteurs de coupons pourront recevoir leur vaccin la journée même.

En Outaouais, où les cas de COVID-19 et les hospitalisations qui en découlent sont à la hausse, la file n’a pas tardé à se former à l’entrée du Palais des Congrès de Gatineau. Dès 7 h, une centaine de personnes attendaient pour obtenir un rendez-vous.

Du côté de Montréal, où 7 cliniques accueillent les Québécois de 55 à 79 ans, des centaines de personnes étaient en file avant l’ouverture, à 8 h, devant le stade olympique.

Les personnes désirant se faire vacciner avec l’AstraZeneca devront faire la file à l’extérieur, ont expliqué les autorités sanitaires Si cette file est évaluée à plus d’une heure d’attente, les personnes se verront remettre un coupon précisant l’heure à laquelle revenir.

Et peu importe le lieu de résidence : les cliniques de sans rendez-vous accueillent les visiteurs de n’importe quelle région du Québec, a précisé une porte-parole de la santé publique.

Certaines cliniques du Bas-Saint-Laurent, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine et de la Côte-Nord débuteront leur campagne de vaccination sans rendez-vous vendredi seulement.

Les résidents de l’Abitibi-Témiscamingue n’y auront toutefois pas droit : le vaccin d’AstraZeneca ne peut être inoculé en raison de la transmission des variants qui a cours dans cette région, a indiqué la santé publique.

Daniel Fullum, de Repentigny, était heureux d'avoir pu mettre la main sur un précieux coupon.

© Ivanoh Demers/Radio-Canada Daniel Fullum, de Repentigny, était heureux d’avoir pu mettre la main sur un précieux coupon.

L’engouement pour la vaccination sans rendez-vous est une bonne nouvelle pour les autorités québécoises, qui tente de mettre les bouchées doubles afin de freiner la transmission des variants et d’endiguer la troisième vague.

D’autant plus qu’il s’agit du vaccin d’AstraZeneca, dont l’efficacité et la sûreté avaient récemment été remises en cause.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, qui a lui-même reçu le vaccin d’AstraZeneca, a encouragé les Québécois à s’inscrire au sans rendez-vous, considérant la récente résurgence du virus et de ses variants. Ceux qui décideraient de ne pas se faire vacciner avec AstraZeneca s’exposent à attendre longtemps avant de recevoir leur première dose, a-t-il expliqué mercredi en point de presse.

Il revient aux Québécois de faire «un choix éclairé», a-t-il ajouté.

Le Comité consultatif national sur l’immunisation a recommandé de ne pas avoir recours à ce vaccin pour les adultes de moins de 55 ans, en raison de cas graves, quoique rares, de caillots sanguins survenus après l’inoculation du vaccin en Europe. À la fin mars, plusieurs provinces avaient suspendu son utilisation pour cette tranche d’âge.

Le lien entre ce vaccin et l’apparition de caillots sanguins rares causés par une faible numération plaquettaire est néanmoins de plus en plus difficile à ignorer, ont déclaré mercredi l’Agence européenne des médicaments (EMA) et l’Agence britannique de réglementation des médicaments et des produits de santé. Elles sont toutefois incapables d’expliquer l’origine exacte de ces caillots et continuent de souligner que les bénéfices du vaccin surpassent de loin les risques.

En date de mercredi, un total de 1 636 310 doses de vaccin contre la COVID-19 avaient été administrées dans la province. Les autorités sanitaires ont reçu jusqu’à présent 2 358 095 doses.

Le Canada s’attend à recevoir environ 6,4 millions de doses d’AstraZeneca d’ici la fin juin.

Avec CBC/Radio-Canada

Canada/Record de nouveaux cas : les mesures sanitaires risquent de se prolonger à Québec

avril 8, 2021

La Capitale-Nationale connaîtra jeudi son plus lourd bilan de nouveaux cas de COVID-19. La santé publique prévoit plus de 400 cas pour la région, tandis que la hausse serait également « majeure » en Chaudière-Appalaches.

Les mesures actuelles risquent de se prolonger à Québec.

© Daniel Coulombe/Radio-Canada Les mesures actuelles risquent de se prolonger à Québec.

Le premier ministre François Legault tiendra une conférence de presse jeudi à 17 h avec le directeur national de santé publique du Québec, Dr Horacio Arruda, ainsi que le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Le gouvernement évalue la possibilité de prolonger au-delà du lundi 12 avril les mesures sanitaires mises en place la semaine dernière à Québec et en Chaudière-Appalaches.

Rappelons que les régions entières de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches ont basculé à nouveau en zone rouge, après être brièvement passées à l’orange.

M. Legault a ordonné un reconfinement strict à Québec et à Lévis pour une dizaine de jours.

Mais dès mardi soir, le Dr Arruda a indiqué qu’un nouveau passage en zone orange le 12 avril relevait du «miracle».

Mercredi, le bilan des nouveaux cas de COVID-19 est demeuré très élevé dans la grande région de Québec avec 250 nouvelles infections dans la Capitale-Nationale et 142 en Chaudière-Appalaches, un sommet qu’on n’avait pas vu dans cette région depuis la mi-janvier, mais qui devrait être dépassé ce jeudi.

Ce sont aussi 50 patients qui sont hospitalisés en raison de la COVID-19, dont 9 sont aux soins intensifs. Sur la Rive-Sud, le CISSS de Chaudière-Appalaches rapporte 6 personnes aux soins intensifs et 12 hospitalisations au total.

Seule touche d’optimisme au tableau : près de 43 000 vaccins sont attendus dans la Capitale-Nationale. De plus, 131 402 personnes sont vaccinées dans la région jusqu’à maintenant, ce qui représente 17,5 % de la population des 18 ans et plus.

Enfin, le CIUSSS de la Capitale-Nationale juge l’adhésion excellente, puisque 91 % des personnes de 65 ans et plus ont pris rendez-vous.

Avec Radio-Canada par Agnès Chapsal

Québec: Culture Trois-Rivières lance un appel de projets en arts visuels

avril 7, 2021

Les artistes professionnels et émergents résidant à Trois-Rivières ou étant membres actifs d’un atelier d’artistes ayant son lieu de production à Trois-Rivières sont invités à soumettre leur projet d’intervention artistique éphémère pour la période estivale 2021. Les artistes ont jusqu’au 14 mai pour déposer leur demande auprès de Culture Trois-Rivières.

undefined

© undefined undefined

Il s’agit d’un appel qui répond à une volonté d’encourager la création artistique et d’intégrer des interventions surprenantes et singulières dans l’espace urbain trifluvien par le biais d’une œuvre éphémère.

Pour ce faire, cet appel est ouvert aux propositions provenant de toutes pratiques en arts visuels, qu’elles soient sculpturales, picturales, lumineuses ou autres.

L’artiste peut ainsi suggérer un espace de réalisation dans son dossier.

À cet effet, chaque dossier présenté doit inclure la démarche artistique, une description détaillée de l’intervention artistique éphémère, un croquis préliminaire (images sur support numérique), la durée de vie de l’intervention artistique, une proposition d’espace de réalisation (non obligatoire), un échéancier de réalisation, un budget préliminaire comprenant une prévision budgétaire de matériaux, une liste de matériaux utilisés, ainsi qu’un curriculum vitae à jour.

Culture Trois-Rivières se réserve toutefois le droit de déterminer un emplacement avec l’artiste afin de permettre la réalisation d’interventions sur tout le territoire de la Ville de Trois-Rivières.

Évidemment, les projets proposés doivent répondre aux normes de sécurité dans les édifices et terrains publics.

Rappelons que la réalisation des interventions sur le territoire est prévue pour le mois de juillet 2021 et que ces dernières doivent être complètement réversibles et démontées par les artistes une fois l’exposition terminée.

Pour plus d’informations ou pour soumettre un dossier, il suffit de contacter Geneviève Guillemette, coordonnatrice des arts visuels à l’adresse gguillemette@v3r.net ou au 819 372-4614, poste 1616.

Avec  Amélie Houle – Le Nouvelliste 

Canada: Un phénomène exceptionnel affectera le Québec très longtemps

avril 6, 2021

Si la chaleur issue de sa présence a de quoi réjouir le Québec, un phénomène atmosphérique demeure bien campé sur la province. Trois conséquences remarquables sont à surveiller durant plusieurs jourr

1- Chaleur presque estivale

La province aura droit à une semaine sous le soleil et ce scénario s’étendra même jusqu’à l’est du Québec d’ici jeudi, cadeau d’un blocage Oméga. Les températures pour une majeure partie de la province devraient grimper entre 10 °C et 20 °C au-dessus des normales.

© Fournis par MétéoMédia

Entre autres, les secteurs les plus à l’ouest, tout comme le Témiscamingue, l’Outaouais et même Montréal, pourraient voir le mercure avoisiner les 20 °C en milieu de semaine. La région métropolitaine est d’ailleurs en voie de connaître une des plus belles séquences de beau temps combinée à très peu ou pas de précipitations, depuis 1998.

© Fournis par MétéoMédia

Cela est dû à un anticyclone bloqué par deux dépressions en altitude qui forme ce que l’on appelle un blocage Oméga.

2- Rempart contre les dépressions

Cette disposition des pressions atmosphériques fait aussi en sorte que presque tout le Québec, à l’exception de l’est qui subit encore un système dépressionnaire, se verra protégé des intempéries pour les prochains jours. Si le blocage ne se déplace pas vers l’est, les dix prochains jours seront exempts de précipitations contrairement à nos voisins ontariens qui se retrouveront sous les nuages et la pluie.

© Fournis par MétéoMédia

Mais au Québec, les modèles actuels indiquent que du temps sec est prévu pour les prochains jours. On pourrait d’ailleurs se retrouver avec l’un des débuts de mois d’avril les plus secs à Montréal.

© Fournis par MétéoMédia

3- Risques d’incendie

Cette chaleur et ce temps sec augmentent malheureusement les risques de feux de forêt. La majorité de la province ayant reçu moins de neige que la normale cette année — et celle-ci ayant disparu hâtivement —, le sol s’en trouve plus sec et les conditions sont propices à ce que se déclenchent des incendies.

D’ailleurs, la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) a renouvelé son avertissement de risque élevé de feux pour l’ouest, le centre et le sud du Québec, et a même élargi sa portée territoriale. Désormais, le Centre-du-Québec, l’Estrie, la Montérégie et la Mauricie s’ajoutent aux régions des Laurentides, de Lanaudière, de l’Abitibi-Témiscamingue, de l’Outaouais et de Montréal.

Avec MétéoMédia

Canada/COVID-19: Québec rapporte 1252 nouveaux cas et ajoute quatre décès à son bilan

avril 5, 2021

MONTRÉAL — Québec rapporte lundi 1252 nouveaux cas de COVID-19 en plus d’ajouter quatre décès à son bilan.

© Fournis par La Presse Canadienne

On compte donc maintenant 317 364 personnes infectées depuis le début de la pandémie, dont 296 396 sont considérées comme rétablies. Le bilan des décès s’élève à 10 697.

Un décès est survenu dans les 24 dernières heures, un entre le 29 mars et le 3 avril, un avant le 29 mars et un autre à une date inconnue.

Les hospitalisations demeurent plutôt stables, alors que l’on en rapporte 503, lundi, soit une de plus que la veille. Parmi ces patients, 123 se trouvent aux soins intensifs, une baisse de cinq.

Un total de 24 065 prélèvements ont été réalisés le 3 avril.

En ce qui a trait à la vaccination, 22 494 doses ont été administrées dans les 24 dernières heures, pour un total de 1 552 215, sur 2 127 605 reçues.

Le ministère de la Santé précise que 135 100 doses du vaccin de Moderna et 339 600 doses de celui d’AstraZeneca ont été reçues et sont actuellement en transit dans le réseau.

Au Canada

À l’échelle du Canada, 1 008 930 cas de COVID-19 et 23 085 décès ont été rapportés depuis l’apparition du virus au pays.

Voici la distribution des cas au pays depuis le début de la pandémie, selon les plus récents bilans provinciaux et territoriaux:

— 364 537 cas en Ontario, dont 7450 décès;

— 317 364 cas au Québec, dont 10 697 décès;

— 150 307 cas en Alberta, dont 1994 décès;

— 102 970 cas en Colombie-Britannique, dont 1463 décès;

— 34 352 cas au Manitoba, dont 938 décès;

— 34 323 cas en Saskatchewan, dont 436 décès;

— 1732 cas en Nouvelle-Écosse, dont 66 décès;

— 1641 cas au Nouveau-Brunswick, dont 30 décès;

— 1020 cas à Terre-Neuve-et-Labrador, dont six décès;

— 395 cas au Nunavut, dont quatre décès;

— 160 cas à l’Île-du-Prince-Édouard;

— 74 cas au Yukon, dont un décès;

— 42 cas dans les Territoires du Nord-Ouest.

À ces bilans provinciaux et territoriaux s’ajoutent les 13 cas, tous guéris, chez les passagers rapatriés du navire de croisière Grand Princess le 10 mars 2020.

Avec La Presse Canadienne

Québec/Disparition de Solange Bergeron : enquête indépendante sur la police de Trois-Rivières

avril 2, 2021

Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) passe au crible le travail de la police de Trois-Rivières dans le dossier de la disparition de Solange Bergeron, une femme de Victoriaville disparue depuis le 25 mars dernier.

Des recherches ont eu lieu sur terre et dans les airs dans le secteur où la voiture de Solange Bergeron a été trouvée. (Archives)

© Daniel Ricard/Radio-Canada Des recherches ont eu lieu sur terre et dans les airs dans le secteur où la voiture de Solange Bergeron a été trouvée. (Archives)

Dans un communiqué, le BEI indique que la même journée où la Sûreté du Québec a reçu le signalement de disparition, «une citoyenne de Trois-Rivières, qui aurait été dans le parc Laviolette, aurait remarqué au loin ce qui lui apparaissait comme une personne dans les eaux du fleuve Saint-Laurent. Après quelques minutes, elle aurait perdu de vue cette personne.»

La femme aurait plus tard contacté le Service de police de Trois-Rivières pour lui rapporter ce qu’elle a vu. «Après avoir discuté avec différents intervenants du Service de police de Trois-Rivières, on aurait répondu à la dame qu’il n’y avait pas motif à déplacer des intervenants d’urgence», poursuit le BEI.

Solange Bergeron mesure 1,64 mètre (5,4 pieds) pèse environ 54 kilogrammes (119 livres). Elle a les cheveux blonds et les yeux bleus.

© Fournie par la Sûreté du Québec (SQ) Solange Bergeron mesure 1,64 mètre (5,4 pieds) pèse environ 54 kilogrammes (119 livres). Elle a les cheveux blonds et les yeux bleus.

«Le BEI fera donc enquête sur le traitement de l’appel fait le 25 mars dernier auprès du Service de police de Trois-Rivières.»

Quatre enquêteurs du BEI ont été appelés sur les lieux pour faire la lumière sur cet événement.

Mercredi, le véhicule appartenant à la femme portée disparue à Victoriaville a été retrouvé aux abords du parc Laviolette à Trois-Rivières.

«Préoccupant», selon la famille

«C’est un nouvel élément d’enquête qui inquiète un peu la famille. C’est sûr que c’est préoccupant, mais de notre côté, on laisse la police faire, on laisse la police avancer», dit sa nièce, Marie-Pier Bergeron.

«On est déçu d’entendre ça, c’est certain. Est-ce qu’il a eu négligence ou pas? Ça, ce sera à déterminer par le Bureau des enquêtes indépendantes», poursuit-elle.

Elle affirme que la famille «se concentre plus sur les recherches du corps» pour le moment.

À la recherche de témoins

Par ailleurs, la Sûreté du Québec (SQ) est à la recherche de témoins potentiels permettant de faire avancer l’enquête sur cette disparition.

Le corps policier souhaite identifier «deux adolescentes ou jeunes adultes» assises sur un banc de parc près du fleuve le 25 mars dernier, vers 14 h 40.

«L’une d’entre elles portait des espadrilles sport de marque Under Armour dans les teintes de gris avec des accents blanc et rose», indique la SQ.

Toute personne qui détiendrait des informations concernant la disparition de Solange Bergeron ou des témoins potentiels peut communiquer, confidentiellement, à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Avec Radio-Canada par Sébastien St-Onge

Canada-Québec: L’opposition blâme le gouvernement Legault pour le relâchement des Québécois

avril 1, 2021

Les partis d’opposition reprochent au gouvernement Legault d’avoir induit les Québécois en erreur en leur laissant croire que la situation s’améliorait, malgré les signes avant-coureurs d’une troisième vague et de la résurgence des variants.

La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, juge la gestion de la pandémie du gouvernement Legault « catastrophique ».

© Sylvain Roy Roussel/Radio-Canada La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, juge la gestion de la pandémie du gouvernement Legault « catastrophique ».

Les chefs des partis d’opposition ont de travers la volte-face du premier ministre François Legault. Les uns dénoncent sa gestion « chaotique »; les autres l’accusent de porter « des lunettes roses ».

Tous s’entendent pour dire qu’en annonçant sans préavis un important resserrement des restrictions sanitaires à Québec, Lévis et Gatineau, mercredi soir, le premier ministre a mis à mal la confiance de la population envers son gouvernement et les directives de la santé publique.

«Si les circonstances imposent de prendre des actions musclées pour endiguer le virus, rien n’excuse la gestion chaotique et les messages contradictoires que le gouvernement envoie à la population», a déclaré la cheffe libérale Dominique Anglade, en point de presse jeudi matin.

Manque de transparence et de cohérence, messages contradictoires : Mme Anglade n’a pas mâché ses mots pour décrire la gestion du gouvernement caquiste, qui démontre selon elle un manque de préparation pour affronter la troisième vague de la pandémie.

Les Québécois se font dire « une chose et son contraire », a-t-elle résumé, en évoquant le changement de ton survenu mercredi soir.

La veille, les autorités disaient avoir à l’œil cinq régions de la province. Le ministre de la Santé Christian Dubé avait alors indiqué qu’il n’excluait pas l’imposition de nouvelles mesures si la situation ne se redressait pas.

La cheffe libérale redoute toutefois que la population ne s’en trouve lésée et n’ait plus envie d’adhérer aux consignes mises en place pour lutter contre la COVID-19.

Tout aussi préoccupé par l’effet qu’aura la récente annonce du gouvernement sur l’adhésion des Québécois, le leader parlementaire de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois a dénoncé « un retournement spectaculaire ».

Le député solidaire Gabriel Nadeau-Dubois s'inquiète des effets du « revirement spectaculaire » du gouvernement Legault sur la population.

© Sylvain Roy Roussel/Radio-Canada Le député solidaire Gabriel Nadeau-Dubois s’inquiète des effets du « revirement spectaculaire » du gouvernement Legault sur la population.

«Comment les gens sont censés suivre, […] comprendre et […] adhérer aux mesures si le discours virevolte comme une feuille au vent? C’est très grave», a-t-il martelé.

Des voyants « au rouge »

Le député péquiste Joël Arsenault est d’avis que le premier ministre a « favorisé un certain relâchement en indiquant que les choses allaient bien », alors que c’était le contraire.

Le problème, a-t-il poursuivi, n’est pas que le gouvernement ait pris des mesures sévères, mais qu’il ait tardé à agir.

«C’est comme si le gouvernement avait eu une épiphanie en 24 heures, a-t-il réagi. Tous les signaux étaient clairement au rouge. Nous savions que les variants étaient en hausse vertigineuse.»

Appelant le premier ministre et son équipe à entamer « un examen de conscience », le député des Îles-de-la-Madeleine s’est interrogé sur la lecture que faisait le gouvernement des avis de la santé publique.

«Depuis un mois le gouvernement envoie le signal […] qu’on peut relâcher, qu’on peut ouvrir les commerces et les restaurants, repousser le couvre-feu [et que] les vallées verdoyantes sont à nos portes », a-t-il ironisé.

Le député Joël Arsenault est le porte-parole du Parti québécois en matière de santé et de services sociaux.

© Sylvain Roy Roussel/Radio-Canada Le député Joël Arsenault est le porte-parole du Parti québécois en matière de santé et de services sociaux.

Pourtant, les appels à la prudence n’ont pas manqué de se faire entendre ces dernières semaines alors que le nombre de nouveaux cas quotidiens a recommencé à grimper dans la province.

En entrevue à Tout un matin, jeudi, le ministre de la Santé Christian Dubé a défendu la réponse « rapide » du gouvernement, expliquant sa volte-face par «la vitesse à laquelle le variant se répand».

À l’Assemblée nationale, le premier ministre Legault a répondu aux critiques en rappelant la hausse rapide des cas de COVID-19 dans plusieurs régions qui a forcé son gouvernement à prendre des décisions dans de très courts délais. Le Québec, a-t-il ajouté, est «la province qui a agi le plus rapidement».

Jeudi, les partis d’opposition ont à nouveau exhorté le gouvernement Legault à publier les avis de santé publique sur lesquels il se base pour prendre ses décisions.

La population a désormais besoin de scénarios clairs, a insisté Dominique Anglade. «Nous sommes à la troisième vague et les Québécois […] doivent savoir où le gouvernement s’en va.»

Avec Radio-Canada par Valérie Boisclair

Canada-Québec: Une bordée généralisée est en route pour le Québec

mars 30, 2021

Le printemps s’installe tranquillement, surtout dans le sud de la province où la pluie s’est invitée au cours des derniers jours et où les bourgeons ont commencé à sortir. Toutefois, l’hiver revient force : une bordée de neige est en route.

Preuve que le printemps est à nos portes : la très grande majorité du territoire québécois est en déficit de neige au sol comparativement à sa normale. Seule la ville de Sept-Îles peut se réjouir d’avoir plus de neige que lors d’une fin mars typique. La neige reçue au cours du dernier week-end a ramené le décor hivernal en Abitibi-Témiscamingue et pour certaines municipalités de l’est du Québec. Dans le sud, la pluie a lessivé le peu de neige qu’il restait pour laisser place à la pelouse. Présentement, c’est presque tout le sud du Québec qui est dénué d’un tapis nival.

© Fournis par MétéoMédia

Un système dépressionnaire en approche devrait venir changer la donne et retarder l’installation définitive du printemps : une bordée est à prévoir de mercredi à jeudi.

Avec la montée du mercure prévue dès mardi, les températures devraient avoisiner la quinzaine de degrés sur le sud à l’arrivée de ce système majeur le lendemain. Ces températures douces, au-delà du point de congélation, sont prévues pour toute la province. C’est pourquoi les premières précipitations à recevoir devraient être sous forme de pluie. Exception à la règle : les régions nordiques pourraient voir quelques flocons avant les gouttes. Les secteurs longeant le fleuve Saint-Laurent doivent s’attendre à recevoir le plus de précipitations liquides. Les quantités définitives sont toujours à confirmer, mais certaines municipalités pourraient recevoir 20 mm d’eau.

© Fournis par MétéoMédia

Attention à ne pas vous laisser berner par la pluie puisqu’elle est loin de venir seule ! En effet, le front froid devrait contribuer à faire chuter le mercure alors que des précipitations sont toujours à recevoir. Les vents aussi devraient changer de direction et souffler du nord. Ainsi, les températures devraient être assez faibles pour occasionner un changement de type de précipitations. Dans la transition, plusieurs secteurs sont à risque de voir tomber des mélanges pluie – neige. Le verglas est aussi possible.

© Fournis par MétéoMédia

La troisième et dernière étape de ce système est, bien entendu, la neige. Une fois le mercure bien installé sous ou près du point de congélation, les précipitations solides devraient se mettre de la partie, et ce, pour tout le monde en province, majoritairement jeudi. Pour l’instant, on est loin de parler d’une petite floconnade. Au contraire, une bordée est sur les radars, notamment pour le sud du Québec. À cet endroit, l’Estrie et la Montérégie devraient être les plus gâtées. Les accumulations les plus importantes devraient toutefois se faire en terrains montagneux, dans la réserve faunique des Laurentides par exemple.

© Fournis par MétéoMédia

C’est ainsi que le décor hivernal devrait faire son retour au Québec. Cette neige a le pouvoir de s’accumuler, d’autant plus qu’aucune pluie n’est prévue derrière elle pour l’aider à fondre. Pour les autres régions, ces précipitations solides devraient contribuer à retrouver la moyenne de neige au sol ou même la dépasser.

Ce système devrait poursuivre sa course sur le Québec jeudi. Ce sont donc deux jours de précipitations à prévoir. Si le mercredi est marqué par la pluie, les précipitations glacées et solides se concentrent pour jeudi. Tout cela à temps pour commencer le mois d’avril… Et non ! Ce n’est pas un poisson d’avril !

Avec  MétéoMédia

Mauricie/Trois-Rivières: Malgré une hausse du dépistage, le nombre de cas demeure bas dans la région

mars 29, 2021

Malgré les augmentations de cas un peu partout dans la province et les déclarations du ministre de la Santé à l’effet que la troisième vague est bel et bien commencée, la Mauricie et le Centre-du-Québec affichent encore un bon bilan lundi, et ce, malgré le fait qu’on enregistre une recrudescence du dépistage.

Environ 1600 à 1700 tests de dépistage se font chaque jour dans la région depuis environ deux semaines.

© FRANÇOIS GERVAIS Environ 1600 à 1700 tests de dépistage se font chaque jour dans la région depuis environ deux semaines.

Ce sont en effet seulement 11 nouveaux cas de COVID-19 qui ont été déclarés par la Santé publique dans la région. De ce nombre, on en compte neuf au Centre-du-Québec, dont cinq dans la MRC d’Arthabaska, et seulement deux en Mauricie.

Avec huit personnes qui se sont rétablies dans la région, le nombre de cas actifs est toujours quelque peu à la hausse (+3). On en compte 60 en Mauricie et 112 au Centre-du-Québec, selon le dernier bilan du CIUSSS MCQ. Le taux de cas actifs par 100 000 habitants de la région (28,2) est toujours l’un des plus bas parmi celles qui sont en zone orange.

Pour ce qui est des variants, se sont six autres cas présomptifs qui se sont ajoutés en Mauricie-Centre-du-Québec, lundi, pour un total de 63 qui ont été positifs au criblage. Un seul est toujours confirmé comme étant de souche britannique. «La menace est réelle. C’est quelque chose qui pourrait faire rapidement changer le portrait de notre région», rappelle l’agente d’information du CIUSSS MCQ, Kellie Forand.

La région est toutefois l’une des moins touchées par les variants actuellement avec un taux de 12,0 par 100 000 habitants. Une situation qui peut s’expliquer par le fait qu’au moment où ils sont apparus, la transmission communautaire avait diminué dans la région.

Celle-ci est toujours faible dans la région, puisque le taux de positivité des tests de dépistage se situe à environ 1%. Ce qui est très bas par rapport à ce qui avait été enregistré au cours des derniers mois, alors qu’il avait monté jusqu’à 9%, en janvier, avant de redescendre autour de 3% à 4% dans les semaines précédent le passage en zone orange.

La menace des variants a possiblement fait en sorte d’inciter les gens à se faire dépister dans la région puisque le CIUSSS observe une hausse du nombre de tests au cours des derniers jours. Lundi, ce sont 100% des rendez-vous disponibles qui avaient d’ailleurs été comblés à la clinique de Trois-Rivières. Depuis environ deux semaines, il se fait environ 1600 à 1700 tests par jour dans la région, alors que le nombre avait redescendu à environ 1200.

Pour ce qui est du nombre d’hospitalisations, il demeure toujours bas dans la région. On comptait sept patients, lundi, soit une hausse de deux personnes qui ont été admises à l’unité COVID du CHAUR de Trois-Rivières. Une seule se trouvait aux soins intensifs.

Vaccination: encore un bon rythme

D’ici dimanche prochain, ce sont plus de 15 000 personnes qui auront été vaccinées en Mauricie et au Centre-du-Québec. De lundi à dimanche, ce sont en effet 15 663 rendez-vous qui ont été donnés dans les différents sites de vaccination de la région. Selon les dernières données, 67 395 doses ont été administrées dans la région.

Pour le moment, le CIUSSS MCQ n’avait toujours pas eu de nouvelles concernant des arrivages additionnels en lien avec les 3,3 millions de doses supplémentaires qui sont attendues au Canada cette semaine, ce qui pourrait permettre d’ajouter des plages de rendez-vous.

Pour ce qui est de la consigne concernant le fait que le vaccin d’AstraZeneca ne devra pas être administré aux personnes de moins de 55 ans, ça ne devrait pas poser trop de problèmes pour le moment. Quelques plages de rendez-vous pourraient être touchées chez les travailleurs du réseau la santé et des résidences privées pour aînés. «L’attention sera surtout portée sur ceux qui l’ont déjà reçu», nous a fait savoir Kellie Forand.

Avec  Sébastien Lacroix – Le Nouvelliste

Canada/COVID-19 : « On est dans une 3e vague » au Québec, selon le ministre Dubé

mars 29, 2021

On n’a pas à se poser de questions sur la 3e vague, on y est, selon le ministre de la Santé, Christian Dubé. Il s’agit désormais de maîtriser cette nouvelle déferlante, affirme-t-il.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, affirme que la troisième vague de contamination déferle bel et bien sur le Québec.

© Paul Chiasson/La Presse canadienne Le ministre de la Santé, Christian Dubé, affirme que la troisième vague de contamination déferle bel et bien sur le Québec.

Le ministre a fait cette déclaration lundi lors d’une mêlée de presse, après une visite du Centre d’activités de Montréal-Nord pour le maintien de l’équilibre émotionnel (CAMEE).

Pour la Dre Mylène Drouin, directrice régionale de santé publique du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, qui était présente en compagnie du ministre Dubé, «on sait que les variants vont remplacer l’ancienne souche».

«On essaie de gagner du temps avant qu’ils deviennent prédominants», a-t-elle ajouté, en évoquant l’accélération du dépistage et la vaccination comme moyens pour maîtriser la situation.

«On le voit, à travers le Québec, la situation tend à s’aggraver», lance la Dre Drouin. On voit, dit-elle, que les variants gagnent du terrain dans plusieurs régions «qui ont connu certains assouplissements».

La Dre Drouin se réjouit d’ailleurs qu’un peu plus de 19 % de la population montréalaise soit vaccinée.

«À Montréal-Nord, on voit arriver depuis quelques semaines plus de cas de variants ». Il ne s’agit pas de taux importants, mais chacun de ces cas «a le potentiel de devenir un évènement de super transmission», fait-elle remarquer.

Le nombre de cas de variants de la COVID-19 continue d’ailleurs de grimper au Québec, avec 6480 infections de ce type détectées jusqu’à maintenant.

Par ailleurs, quelque 3,3 millions de doses de vaccins sont attendues au pays cette semaine.

Jusqu’à la semaine dernière, le Canada avait reçu plus de 6 millions de doses. Environ 11 % de la population canadienne a reçu jusqu’ici au moins une dose de vaccin.

Si le retour en classe à temps plein de tous les étudiants de niveau secondaire constitue une source d’inquiétude pour le gouvernement, on estime qu’une semaine raccourcie par le congé de Pâques aidera à ralentir la propagation de la maladie.

Avec  CBC/Radio-Canada