Archive for the ‘Environnement’ Category

Cinq rhinocéros d’un zoo tchèque ont été réinstallés au Rwanda

juin 25, 2019

 

Cinq rhinocéros noirs, une sous-espèce en danger critique, ont été réinstallés avec succès lundi dans le parc national de l’Akagera, au Rwanda, après un long voyage en provenance d’un zoo de la République tchèque, ont annoncé des responsables du parc. C’est la deuxième fois que des rhinocéros sont transférés au Rwanda. En 2017, l’Afrique du Sud avait offert à Kigali 17 rhinocéros noirs, un don qui avait permis de réintroduire ces animaux qui avaient disparus depuis plus d’une décennie au Rwanda à cause d’un braconnage intensif.

Cette population initiale de rhinocéros noirs a atteint 20 individus dans ce parc, situé dans l’est du pays et considéré comme un excellent habitat pour ces animaux. «Cette réussite unique marque l’aboutissement d’un effort international sans précédent pour améliorer les perspectives de survie d’une sous-espèce de rhinocéros en danger critique dans la nature», a déclaré Jes Gruner, qui dirige le Parc national de l’Akagera.

«Leur arrivée marque aussi une étape importante dans la re-dynamisation en cours de l’Akagera et souligne l’engagement du pays dans la préservation» de la nature, a-t-il ajouté. Les rhinocéros avaient commencé leur voyage dimanche, après des mois de préparation au Safari Park Dvur Králové, en République tchèque. Les deux mâles et les trois femelles, nécessaires à l’élargissement du patrimoine génétique dans le parc, vivront dans des espaces fermés, afin de favoriser leur adaptation et leur taux de survie.

Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), il reste environ 5000 rhinocéros noirs à l’état sauvage, ce qui les place parmi les animaux les plus menacés du monde. Le Rwanda a aussi réintroduit des lions d’Afrique du Sud en 2015 alors qu’ils avaient disparu dans le pays depuis une quinzaine d’années.

«Grâce à une décennie seulement d’un management marqué par une meilleure application des lois et des initiatives fortes des communautés et en matière économique, le braconnage a été pratiquement éliminé, des espèces clés, dont les lions et les rhinos, sont revenues, l’accent a été mis sur un soutien important à la préservation et le tourisme est dynamique, conduisant l’Akagera à être autofinancé à 80%», a souligné dans un communiqué l’organisation African Parks qui a assisté à l’installation des rhinocéros.

Le Rwanda, qui a connu un essor spectaculaire depuis le génocide ayant fait 800.000 morts en 1994, ambitionne de devenir l’une des cinq premières destinations de safari et d’attirer davantage de touristes, notamment pour admirer les gorilles des montagnes. Il a accueilli 1,3 million de visiteurs en 2017 et le tourisme est le secteur rapportant le plus de devises au pays, selon des chiffres officiels.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Allemagne: une bombe sans doute ancienne explose dans un champ

juin 24, 2019

 

Une bombe datant probablement de la Seconde guerre mondiale a explosé dimanche au beau milieu d’un champ situé dans l’ouest de l’Allemagne, laissant un énorme cratère sans faire de blessés, a indiqué la police lundi.

Ce trou profond de quatre mètres pour dix mètres de diamètre «a été examiné lundi par les services en charge des explosifs pour trouver d’éventuels fragments» de l’engin, a déclaré à l’AFP un porte-parole de la police de Wiesbaden. Selon la police, la bombe a sans doute été larguée lors de la Seconde guerre mondiale par les Alliés mais n’a pas explosé en touchant le sol, restant silencieuse pendant plus de 70 ans. La détonation, survenue dans la nuit de samedi à dimanche près de Limbourg, a été entendue par plusieurs habitants qui ont également ressenti des secousses.

Depuis 1945, près d’une vingtaine d’explosions surprises de ce type sont survenues sur le territoire allemand, selon l’organisme GUBD qui conseille des entreprises du BTP. Régulièrement, des bombes datant de la Deuxième guerre mondiale et n’ayant pas explosé sont retrouvées et désamorcées en Allemagne, le plus souvent à l’occasion de travaux d’aménagement ou de construction.

Mi-juin, une bombe américaine de 100 kg avait été désamorcée en plein centre de Berlin, à proximité de l’emblématique Alexanderplatz, exigeant l’évacuation de milliers de personnes. Environ 10% des millions de bombes lâchées sur l’Allemagne jusqu’en 1945 n’ont pas explosé, selon des experts cités par le Spiegel. Si certaines d’entre elles sont enfouies jusqu’à six mètres de profondeur, d’autres ne seraient enterrées qu’à 30 centimètres, constituant un réel danger, avertissent ces experts.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Inde : les corps de sept alpinistes retrouvés dans l’Himalaya

juin 23, 2019

 

Les corps de sept alpinistes disparus en Inde, dans l’Himalaya, ont été découverts ce dimanche par une équipe de secouristes spécialisés dans les interventions en haute montagne, a annoncé la police des frontières.

Ces secouristes étaient partis début juin à la recherche de huit alpinistes – quatre Britanniques, deux Américains, un Indien et une Australienne – dans la Nanda Devi, le deuxième plus haut massif d’Inde. Les corps de sept d’entre eux, qui ont pu être récupérés au bout de sept heures de travail, ont été «transportés sur un site à proximité», a déclaré à l’AFP un porte-parole de la Police des frontières indo-tibétaine (ITBP), Vivek Kumar Pandey. «Nous avons aussi découvert de l’équipement de montagne», a-t-il ajouté.

Les recherches pour trouver le huitième alpiniste disparu se poursuivront lundi, a précisé ce porte-parole. «Les conditions sur le terrain étaient extrêmement difficiles en raison de la forte pente, de l’accumulation de neige et des vents forts», a-t-il expliqué. Les identités et nationalités des sept victimes retrouvées n’ont pas encore été déterminées. Quatre autres alpinistes britanniques secourus après s’être séparés du groupe principal avaient aidé les équipes de secours à localiser les autres.

Le groupe de huit alpinistes, emmené par l’alpiniste britannique chevronné Martin Moran, avait reçu la permission d’escalader le sommet oriental de la Nanda Devi. Mais selon un message publié sur Facebook le 22 mai par la compagnie de Martin Moran, ils avaient en fait l’intention de tenter l’ascension d’un «sommet qui n’avait pas encore été escaladé», haut d’environ 6500 mètres. Les alpinistes disparus avaient communiqué pour la dernière fois le 26 mai, la veille d’importantes chutes de neige et avalanches. D’importantes opérations de recherches avaient été lancées par les autorités indiennes, mais elles avaient été affectées par le mauvais temps et le terrain difficile.

Par Le Figaro.fr avec AFP

 

 

États-Unis: il donnait de la meth à son écureuil pour en faire un animal d’attaque

juin 19, 2019

FRANCE-ENVIRONMENT-ANIMAL-SQUIRREL

Un écureuil photographié en France, le 12 avril 2019, près de Marseille. Boris HORVAT / AFP

Le locataire de l’appartement voulait s’assurer que son «écureuil d’attaque» reste suffisamment agressif.

Des policiers de l’Alabama, dans le sud des Etats-Unis, ont fait lundi une saisie inhabituelle lors de la perquisition d’un appartement: un écureuil dopé à la méthamphétamine.

Le locataire de l’appartement voulait ainsi s’assurer que son «écureuil d’attaque», gardé en cage, reste suffisamment agressif, a indiqué au journal local The News Courier le bureau du shérif du comté de Limestone. D’autres drogues et des munitions ont été saisies lors de la perquisition.

Les lois de l’Alabama interdisant la détention d’animaux sauvages, l’écureuil a été relâché dans la nature, sur les conseils des agents de protection de l’environnement. «Il a couru dans les bois et n’a pas attaqué les policiers qui l’ont relâché», a rassuré le bureau du shérif sur sa page Facebook.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Deux femelles gorilles d’un zoo français vont partir pour le Gabon

juin 19, 2019

 

Deux femelles gorilles des plaines de l’Ouest, nés au célèbre zoo de Beauval dans le centre de la France, vont partir pour le Gabon où elles vont être réintroduites dans la forêt équatoriale, a annoncé mercredi le zoo dans un communiqué.

Le départ de ces deux femelles gorilles, baptisées Mayombe et Kuimba, âgées de 12 et 9 ans, est prévu lundi. Elles vivront d’abord pendant plusieurs mois sur une île du parc national des plateaux Batéké, à l’est du pays. Elles devraient y être rejointes par un gorille venu d’Angleterre, avant d’être relâchées dans le parc, aux confins de la frontière du Congo.

La fondation britannique Aspinall, qui s’emploie à réadapter des animaux nés en captivité à la vie sauvage, soutient l’opération menée par l’association Beauval Nature. Cinq représentants du parc, dont un vétérinaire et leur soigneur, accompagneront les deux femelles gorilles dans leur voyage vers le Gabon, un pays recouvert à près de 80% par la forêt.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Inde: 78 morts de la chaleur extrême en deux jours

juin 17, 2019

 

La chaleur extrême au Bihar (nord de l’Inde) a fait 78 morts au cours des 48 dernières heures, selon un nouveau bilan lundi des autorités, qui ont imposé des restrictions de sorties par endroits.

Près de 130 personnes sont également hospitalisées en raison des températures extrêmes, qui tournent autour de 45°C au plus chaud de la journée ces derniers jours dans cette région. La plupart des victimes sont âgées de plus de 50 ans. Le précédent bilan, dimanche, était d’une cinquantaine de morts.

Les responsables du district de Gaya, le plus durement affecté, ont interdit aux habitants de sortir pour tout travail non-essentiel. Les chantiers et toute activité en extérieur sont également bannis entre 11 heures et 16 heures. Les coups de chaleur sont généralement provoqués par une longue exposition au soleil ou un effort physique dans des températures élevées. Les victimes peuvent présenter de fortes fièvres et être en proie à des nausées et vomissements.

Une température en journée supérieure à 40°C est considérée comme caniculaire par les services météorologiques indiens. L’Inde a connu 32 jours de canicule cette année, soit à peine un de moins que lors de la pire canicule enregistrée dans le pays, en 1988.

En parallèle, une centaine d’enfants sont également morts au Bihar d’encéphalites aiguës depuis le début du mois, dans une zone réputée pour ses vergers de litchis. 80 sont morts à l’hôpital universitaire public du district de Muzaffarpur et 15 autres dans un établissement privé, a indiqué à l’AFP le responsable sanitaire Ashok Kumar Singh. La plupart des enfants étaient en état d’hypoglycémie, a-t-il indiqué. Des images diffusées à la télévision montraient des parents inquiets au chevet de leur enfant, les jeunes malades étant parfois hospitalisés à plusieurs dans le même lit.

Des cas similaires surviennent chaque année dans cette zone entre mai et juillet, période de récolte des litchis, et pourraient être dus selon les scientifiques à une toxine se trouvant dans le fruit juteux et sucré.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Inde: le cyclone Vayu se rapproche et se renforce

juin 12, 2019

 

Le cyclone Vayu s’est renforcé mercredi à l’approche de l’Inde, dont il devrait atteindre les côtes occidentales jeudi matin avec des vents jusqu’à 170 km/heure, ont annoncé les autorités. Le gouvernement de l’État du Gujarat (ouest) cherche actuellement à évacuer près de 300.000 personnes des zones côtières, mais fait face à des réticences de la population.

«Beaucoup de gens près de la côte ne veulent pas bouger et quitter leur maison. Nos agents essayent de les convaincre», a déclaré à l’AFP Ajay Prakash, un responsable du district de Gir-Somnath où le système dépressionnaire tropical devrait toucher terre jeudi à 05H30 locales (02 heures, heure française). «Nous espérons que nous arriverons à les déplacer à temps», a-t-il ajouté.

Le chef de l’exécutif du Gujarat, Vijay Rupani, a indiqué à la presse que 130.000 personnes avaient déjà été évacuées mercredi après-midi.

Les services météorologiques indiens s’attendent à des vents entre 145 et 155 km/heure, avec des pointes à 170 km/h. Ils ont aussi demandé aux pêcheurs de ne pas sortir en mer, escomptant des vagues de 3,5 à 5,3 mètres de haut au cours des deux prochains jours. L’armée indienne et les gardes-côtes ont été placés en état d’alerte.

Le cyclones sont relativement rares au Gujarat, contrairement à la façade maritime orientale de l’Inde. Le cyclone le plus meurtrier dans cet État avait fait plus de 4.000 morts en 1998, selon les chiffres officiels. Vayu est le deuxième cyclone à toucher l’Inde cette année, après le cyclone Fani en mai. Ce dernier, dont les vents soufflaient jusqu’à 200 km/heure, a fait quelque 80 morts dans l’est de l’Inde et au Bangladesh. Rompues à la situation, les autorités locales avaient réussi à limiter le nombre de victimes du cyclone, dont le bilan aurait pu être bien plus lourd, en mettant préalablement plus d’un million de personnes dans des abris.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Canada: premier décès depuis deux ans d’une baleine noire dans le Saint-Laurent

juin 5, 2019

 

Le premier décès depuis 2017 au Canada d’une baleine noire, une espèce en voie d’extinction, a été confirmé dans le golfe du Saint-Laurent, selon le ministère canadien des Pêches et Océans.

La carcasse du mammifère, aussi connu sous le nom de baleine franche de l’Atlantique Nord (Eubalaena glacialis), a été repéré en train de dériver mardi lors d’un vol de surveillance aérienne, a indiqué le ministère dans un communiqué.

«Si nous la localisons, nous tenterons de lui installer une balise de satellite pour continuer à la suivre. Nous analysons diverses options pour la récupérer et pour la nécropsie», précise le communiqué.

C’est le premier décès d’une baleine franche signalé au Canada depuis l’été 2017, quand douze de ces grands mammifères avaient été retrouvés morts dans le golfe du Saint-Laurent et d’autres au large des côtes de la Nouvelle-Angleterre (nord-est des Etats-Unis).

La région abrite environ le quart des 411 dernières baleines franches dans le monde, selon les plus récentes estimations du gouvernement canadien.

La carcasse signalée est celle d’un mâle âgé de neuf ans et nommé Wolverine par les chercheurs, a affirmé dans un communiqué la Marine Animal Response Society, une ONG travaillant avec le ministère pour essayer de la récupérer.

Une baleine noire ou franche peut atteindre 18 mètres de longueur et vit au moins 75 ans en moyenne, selon le ministère.

L’activité humaine est la principale cause de mortalité de cette espèce menacée, avaient indiqué les scientifiques à l’issue des autopsies réalisées sur les carcasses récupérées en 2017.

Depuis l’an dernier, le gouvernement canadien restreint des zones de pêche et la vitesse maximale autorisée pour les navires dans certaines zones du Saint-Laurent pour protéger davantage ce cétacé.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Ouganda: 5 morts et des dizaines de disparus à la suite de glissements de terrain

juin 5, 2019

 

Cinq personnes et des dizaines de personnes sont portées disparues dans le district de Bududa, dans l’est de l’Ouganda, à la suite de glissements de terrain provoqués par de fortes pluies, a annoncé ce mercredi la Croix-Rouge locale. «Les premières informations qui nous parviennent font état d’environ 150 maisons qui pourraient avoir été détruites, de cinq personnes présumées mortes et d’environ 50 disparus», a indiqué la Croix-Rouge dans un communiqué.

Selon la porte-parole de la Croix-Rouge Irene Nakasiita, «la région (de Bududa) a connu de fortes pluies qui ont provoqué les glissements de terrain» et de nombreuses destructions. Le district de Bududa, au pied du mont Elgon, à la frontière entre l’Ouganda et le Kenya, est une zone à haut risque de glissement de terrain. En 2018, au moins 41 personnes ont été tuées à la suite du débordement d’un fleuve dans la région et en 2010 une centaine de personnes avaient été tuées lors d’un glissement de terrain. Le cabinet du premier ministre ougandais Ruhakana Rugunda a de son côté fait état de «glissements de terrain et de destructions de biens, ainsi que de personnes disparues».

«Au total, on estime que plus de 100.000 personnes vivant en précarité sur les pentes du mont Elgon sont en grand danger et doivent être relogées pour éviter le risque de glissements de terrain, a ajouté le cabinet du premier ministre. Le député local Godfrey Watenga», a déclaré à l’AFP que les glissements de terrain avaient eu lieu tard mardi soir. «C’est un événement tragique. Beaucoup de personnes seraient mortes et beaucoup seraient portées disparues, mais nous essayons d’obtenir des détails car les villages touchés sont très difficiles d’accès».

Par Le Figaro.fr avec AFP

Inde: quatre alpinistes secourus, huit autres toujours portés disparus dans l’Himalaya

juin 2, 2019

 

Quatre alpinistes britanniques victimes d’une avalanche ont été secourus dans l’Himalaya côté indien, tandis que les recherches continuaient pour retrouver huit autres alpinistes portés disparus dans le même massif, selon les autorités indiennes. Des hélicoptères ont hélitreuillé le groupe après l’avoir repéré dimanche matin sur un camp de base proche de la deuxième plus haute montagne de l’Inde, le massif du Nanda Devi qui culmine à 7.826 mètres.

La seconde cordée – composée de quatre Britanniques, deux Américains, une Australienne et un Indien – avait prévu de gravir la semaine dernière un pic encore vierge dans le même massif, et de revenir à leur camp de base le 26 mai. Cette cordée, conduite par le Britannique Martin Moran, avait commencé à grimper le 13 mai à partir du camp de base de Munsiyari, dans l’Etat indien d’Uttarakhand. Les recherches, en particulier la surveillance aérienne, ont été ralenties par le mauvais temps qui sévit dans la région, avec de fortes pluies et des chutes de neige abondantes.

Les quatre Britanniques secourus ne faisaient pas partie de la cordée de huit alpinistes mais ils sont restés en contact avec eux jusqu’au 26 mai, la veille de l’avalanche. «Ils grimpaient séparément mais étaient en contact avec le groupe plus important. De fortes chutes de neige les ont bloqués au camp de base», a expliqué à l’AFP le chef de la police locale R.C. Rajguru. Il a indiqué ne pas avoir pour l’instant d’informations fiables sur la localisation ou le sort des huit alpinistes portés disparus.

Des centaines d’alpinistes viennent du monde entier en Inde chaque année pour tenter l’ascension de sommets qui font partie de la chaîne de l’Himalaya. L’Inde a sur son territoire dix sommets de plus de 7.000 mètres, dont le troisième plus haut du monde, le Kangchenjunga, coincé entre Inde et Népal. Quatre Indiens figuraient parmi les 11 alpinistes qui sont morts en tentant de vaincre l’Everest au cours de la saison écoulée, qui a pris fin cette semaine.

Par Le Figaro.fr avec AFP